Françoise Sagan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Françoise Sagan

Message par Nadine le Sam 28 Jan - 15:00

Françoise Sagan
(1935-2004)


Françoise Sagan, de son vrai nom Françoise Quoirez, est une écrivaine française.

Né dans une famille d'industriels aisés, elle a une scolarité mouvementée, elle change souvent de cours privés. Cependant, elle lit énormément. En 1951, après un échec au baccalauréat et un été de bachotage, elle réussit son examen. Elle s'inscrit ensuite à la Sorbonne. Elle côtoie la jeunesse parisienne bourgeoise, la fête et l'alcool. En 1953, elle échoue à son examen de propédeutique.

Durant l'été 1953, elle écrit "Bonjour tristesse". Elle a 18 ans, le succès est au rendez-vous. En 1957, elle est victime d'un grave accident de voiture la laissant entre la vie et la mort pendant quelques jours. À partir de cet événement, elle est sujette à des douleurs qui la rendent dépendante des médicaments, de l'alcool et de la drogue.

Elle publie régulièrement et connaît chaque fois de grands succès de librairie. Son œuvre comprend également des nouvelles et des pièces de théâtre. Elle a aussi contribué à la co-écriture de scénarios et de dialogues de films.

En 1961, en pleine guerre d'Algérie, elle signe la Déclaration sur les droits à l'insoumission dans la guerre d'Algérie.

Elle reçoit, en 1985, le Prix Prince-de-Monaco pour l'ensemble de son œuvre.  Elle cesse d'écrire après son roman "Le Miroir égaré" publié en 1996 .

Bibliographie :

CLIC ici:



Romans :

Bonjour tristesse, 1954
Un certain sourire, 1956
Dans un mois, dans un an, 1957
Aimez-vous Brahms..., 1959
Les Merveilleux Nuages, 1961
La Chamade, 1965
Le Garde du cœur, 1968
Un peu de soleil dans l'eau froide, 1969 : Page 1
Des bleus à l'âme, Paris, 1972
Un profil perdu, 1974 : Page 1
Le Lit défait, 1977
Le Chien couchant, 1980
La Femme fardée, 1981
Un orage immobile, 1983
De guerre lasse, 1985
Un sang d'aquarelle, 1987
La Laisse, 1989 : Page 1
Les Faux-fuyants, 1991
Un chagrin de passage, 1993
Le Miroir égaré, 1996

Nouvelles :

Meurtre à la carte, paru dans Mystère magazine no 221, juin 1966
Des yeux de soie, 1975
Musiques de scènes, 1981
La Maison de Raquel Vega, 1985
Un matin pour la vie, 2011 (édition limitée)
Menu, paru dans La Revue de Paris, 1955
Histoire d'août, paru dans VSD
Un vrai macho, paru dans Playboy, octobre 1985

Biographie :

Sarah Bernhardt : Le Rire incassable, biographie, éditions Robert Laffont, 1987

Mémoires, journal et entretiens :

Toxiques, journal, 1964
Il est des parfums, 1973
Roman conçu comme « une promenade à travers le jardin des parfums » (écrit avec Guillaume Hanoteau)
Réponses, entretiens, 1975
Avec mon meilleur souvenir, roman autobiographique, 1984
Au marbre, chroniques 1952-1962, 1988
Répliques, entretiens, 1992
...Et toute ma sympathie, roman autobiographique, 1993
Derrière l'épaule, mémoires, 1998
Winnie Denker et Françoise Sagan, La Sentinelle de Paris, 1988

Publications posthumes
Bonjour New-York, 2007
Un certain regard, regroupant Réponses et Répliques, autobiographie, 2008
Maisons louées, 2008
Le régal des chacals, 2008
Au cinéma, 2008
De très bons livres, 2008
La Petite Robe noire, 2008
Lettre de Suisse, 2008


Théâtre :

1958 : Le Rendez-vous manqué, ballet en trois actes, musique de Michel Magne
1960 : Château en Suède
1960 : Le Gigolo
1961 : Les Violons parfois
1963 : La Robe mauve de Valentinne : Page 1
1964 : Bonheur, impair et passe
1966 : Le Cheval évanoui et L'Écharde
1970 : Un piano dans l'herbe
1971 : Le Doux Oiseau de la jeunesse, adaptation française de la pièce de Tennessee Williams Sweet Bird of Youth
1978 : Il fait beau jour et nuit
1987 : L'Excès contraire

Cinéma :

1963 : Landru de Claude Chabrol - scénario et dialogues
1970 : Le Bal du comte d'Orgel de Marc Allégret - dialogues d'après le roman homonyme de Raymond Radiguet
1974 : Encore un hiver, court métrage, scénario et réalisation
1977 : Les Borgia ou le Sang doré de Alain Dhénaut - scénario co-écrit avec Jacques Quoirez d'après le récit d'Étienne de Monpezat
1977 : Les Fougères bleues - réalisation et adaptation d'après sa nouvelle Les Fougères bleues, contenue dans le recueil Des yeux de soie
Elle ne participera pas en revanche à Un peu de soleil dans l'eau froide (1971) de Jacques Deray et La Femme fardée (1990) de José Pinheiro, tous deux adaptés de ses romans.

Chansons

Françoise Sagan est l'auteur des textes d'une quinzaine de chansons :

1956 : Sans vous aimer, La Valse, Vous, mon cœur, musique de Michel Magne ;
1957 : Les Jours perdus, Pour toi et moi, Le Jour, En dormant, Ciel et Terre, Va vivre ta vie, musique de Michel Magne ;
1961 : Quand tu dors près de moi, adaptation française par Françoise Sagan de la chanson Goodbye Again du film Aimez-vous Brahms…, musique de Georges Auric d’après Johannes Brahms ;
1964 : Parallélébipèdes66, musique de Philippe-Gérard ;
1970 : De toutes manières, musique de Frédéric Botton ;
1971 : Doux oiseau de jeunesse, de la pièce de théâtre homonyme de Tennessee Williams, musique de Frédéric Botton ;
1971 : Dis-moi, du film Un peu de soleil dans l'eau froide, musique de Michel Legrand ;
1976 : Melanco, musique de Philippe-Gérard ;
1999 : Quelques cris, musique de David Hallyday.


màj le 21/11/2017
avatar
Nadine

Messages : 2210
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Tristram le Sam 28 Jan - 15:23

Un style bien particulier, nouveau pour l'époque :
« Pourquoi n’ai-je jamais pu entrer dans les situations ? j’étais là, par exemple, avec un amant qui me plaisait, à trois rangs de l’homme que j’aimais. Ça, c’est une situation. Eh bien, rien. Dans ma tête, ça ne correspondait pas. Je me disais : "Tiens Guy a bronzé ; tiens, Hélène est aimable avec Nico", un calme. »
Françoise Sagan, « Toxique »
avatar
Tristram

Messages : 2442
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Nadine le Sam 28 Jan - 15:36

La laisse



Un court roman très "Sagan", histoire de couple tissé de tensions, entre allégeance et domination, fronde et possessivité, paresse et exigence intellectuelle. L'argent et ses développements symboliques au coeur d'un couple.

Le style est fluide, pas toujours très tenu, on s'ennuie parfois, comme son protagoniste en fait. Et c'est sur le dernier quart du livre, qu'en même temps que Vincent, l'on reçoit davantage de subtils bilans, tableaux de forces tronquées. La violence est croissante, le noeud de la crise enclos, seul, la valeur du roman,
mais cela valait la peine de sentir ce manque d' allant , dans la progression un peu bateau, car la réception peut mieux jouir du resserrement analytique final.
C'est un roman sur l'effet de masque dans l'amour, essentiellement.

Une lecture légère où Sagan m'a paru peu encline à éviter les lieux communs, prête à en jouer, pour y glisser avec élégance une intégrité assez inégalée.

Loin d'être le meilleur Sagan mais sûrement pas plus tarte qu'une session de, genre, "Friends" (cette série tarte à mon avis, et sympa que moi et ma génération suivions assez unanimement. )

Le personnage de Vincent est assez riche même si la tenue générale du roman est diluée. Et un extrait de commentaire de Sagan qui le laisse deviner :

"J'ai écrit l'histoire de ce couple au "je" car il me semblait que Vincent pour être aussi ingénument cynique que je le souhaitais, exprimait la liberté, la force, la drôlerie de ce "je". Bien sûr je lui ai apporté pas mal de mes propres réflexes. Mais qu'importe , si il est aussi plaisant que je le voulais."
Sagan sur le personnage masculin de La laisse


Dernière édition par Nadine le Sam 28 Jan - 17:01, édité 1 fois
avatar
Nadine

Messages : 2210
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Nadine le Sam 28 Jan - 15:38

@Tristram a écrit:Un style bien particulier, nouveau pour l'époque :
« Pourquoi n’ai-je jamais pu entrer dans les situations ? j’étais là, par exemple, avec un amant qui me plaisait, à trois rangs de l’homme que j’aimais. Ça, c’est une situation. Eh bien, rien. Dans ma tête, ça ne correspondait pas. Je me disais : "Tiens Guy a bronzé ; tiens, Hélène est aimable avec Nico", un calme. »
Françoise Sagan, « Toxique »

Ce livre Toxique est intéressant sur bien des points, j'étais impressionnée lorsque je l'ai lu , de l'honnèteté intellectuelle de Sagan.
Bon j'aime beaucoup cette auteure, cette femme. Elle me touche.
avatar
Nadine

Messages : 2210
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Nadine le Sam 28 Jan - 15:41

je suis tombée ces jours-ci sur ce site, où une dite lettre d'amour d'elle est retranscrite. je ne sais si c'est vérifiable, mais c'est vrai que ça sonne bien dans l'idée que je me fais de cette personnalité :

lettre de Sagan

Beaucoup plus impudique sur l'émotion que la plupart de ses ecrits publics, mais baignée de ce recul constant qu'elle nous a proposé sa vie durant.


Dernière édition par Nadine le Sam 28 Jan - 17:00, édité 1 fois
avatar
Nadine

Messages : 2210
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Tristram le Sam 28 Jan - 16:38

@Nadine a écrit:Ce livre Toxique est intéressant sur bien des points, j'étais impressionnée lorsque je l'ai lu , de l'honnèteté intellectuelle de Sagan.
Oui ; Toxique, c'est la drogue...

@Nadine a écrit:une dite lettre d'amour d'elle est retranscrite
Lettre magnifique (et quelle chance de ne pas être celui à qui elle était destinée)...
avatar
Tristram

Messages : 2442
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Ouliposuccion le Sam 28 Jan - 16:55

Un profil perdu



Ils sont à la fin de leurs années de mariage. Ils se rendent pour la dernière fois à un dîner ensemble. Pour la dernière fois, ils vont offrir cette image du couple parfait. Alan, le bel Américain, se révèle d’une jalousie mortelle et Josée, sa femme, sait qu’elle ne peut plus le supporter. À ce dîner, Josée rencontre Julius A. Cram. Petit, un peu chauve, il porte des lunettes. Respecté, craint par tous et surtout par ses amis, il a la réputation d’être un requin de la finance, ce qui lui vaut d’être milliardaire.
Julius se prend d’affection pour Josée et décide de l’aider à s’échapper de ce mariage raté.
Josée se laisse faire et trouve, en l’espace de quelques jours, un studio pour un prix dérisoire, un travail dans une revue passionnante et entre dans le cercle très fermé et très snob de Julius. Elle s’ennuie un peu dans ce milieu, mais accepte l’amitié de Julius, sa compagnie et en oublie rapidement son passé avec Alan. De son côté, Julius semble n’être intéressé que par la vie de Josée et n’attend rien en échange. Une amitié gratuite.
Mais la gratuité existe-t-elle réellement ? Les amis de Josée ne semblent pas y croire et elle-même en doute. Mais quel confort de se sentir à nouveau quelqu’un, respectée, admirée presque, avec une situation.
La vérité finit par éclater lorsque Josée trouve enfin le grand amour. Comment Julius supportera de ne pas être l’être aimé ? Josée osera-t-elle quitter cette nouvelle prison dorée ?


Rien de surprenant , une chose est certaine , on ne lit pas ce livre avide d'en connaitre l'épilogue... On le connait bien assez tôt.
Une histoire somme toute banale d'un couple avec ses turpitudes , d'un Julius cliché qui n'attend qu'une amitié "gratuite" du moins on tente de le croire afin de rester dans l'histoire ...Un peu de mièvrerie ne fait pas de mal.
Ca reste bien écrit , une lecture détente sans artifice ni haute en couleurs , un bouquin à alterner à la plage avec les tests de l'été de Cosmopolitan pour rester dans le ton.
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Nadine le Mer 1 Fév - 16:39

Il y a un beau replay sur Arte ces jours ci sur Sagan, je recommande, il y a pas mal d'archives vidéo d'interviews si la femme vous intéresse.
avatar
Nadine

Messages : 2210
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Nadine le Dim 26 Fév - 14:49



Un peu de soleil dans l'eau froide

L'histoire d'amour racontée allie un homme fétard et sincère à une femme droite et passionnée.
Je continue la découverte de Sagan, et me confirme à moi même que ce livre est l'un de ses romans sentimentaux qui ne sauraient défendre brillamment sa plume. ça reste élégant, et fin psychologiquement, mais, oui c'est un roman à l'eau de rose, dans le fond.
Ce n'est pas désagréable. j'ai cependant moins appris que dans un autre d'elle.
Sans doute parce que la finesse d'analyse qu'elle fait passer sur le couple a déjà été passée lors de mes précédentes lectures.
Ouliposuccion ci dessus résume bien, sur la fin, pour celui-ci pareillement.
Le ressort de cet opus est l'égocentrisme qui s'ignore lui même, le défaud de s'auto-observer amoureux : comblé d'être ainsi dans un roman. le personnage est assez veule. Il n'y a jamais de jugement diégétique sur lui mais c'est clairement démontré. Et à la fois c'est tellement humain.
Pour ce talent de sagan, je lirai encore un autre de ses romans pastels.


Dernière édition par Nadine le Dim 26 Fév - 15:27, édité 1 fois
avatar
Nadine

Messages : 2210
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par shanidar le Dim 26 Fév - 14:54

'Romans pastels', j'aime beaucoup ces mots, même s'ils ne m'incitent guère à relire un Sagan (j'avais bien aimé, jeune, Bonjour tristesse).
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Nadine le Mar 14 Mar - 20:30



La robe mauve de Valentine.


Marie et son fils Serge se sont installés  à l'hôtel  le temps que Marie gagne le procès qui lui permettra de récupérer la fortune de son époux défunt.
Survient Valentine, qui leur demande asile jusqu'à ce que soit passée la dernière fantaisie de son mari Jean-Lou.
A serge, Marie la nomme sa tante.
Valentine est un peu paumée, un peu fragile, un peu moderne, un peu maussade, un peu immature.
Son neveu se laisse apprivoiser, puis tente de l'apprivoiser.

Mais Valentine n'est pas telle qu' elle se presente, à différents niveaux d'ailleurs.
De cette divergence de vue naît le ressort dramatique de ce marivaudage moderne . Spirituel, superficiel et amusant, touchant, subtil enfin.
Pour les afficionados de Sagan, qui guetteront le miroir de l'auteur dans les dialogues. Un des 3 meilleurs Sagan que j'ai lu pour l'instant . Intéressant de découvrir son théâtre. Comédie, forcément.
Un peu gnagnan à un moment, et paf, pif paf. Plus , finalement.
avatar
Nadine

Messages : 2210
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Françoise Sagan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum