Yasunari KAWABATA

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Yasunari KAWABATA

Message par Ouliposuccion le Dim 29 Jan - 11:22

Yasunari Kawabata
1899-1972



Yasunari Kawabata est un écrivain japonais considéré comme un écrivain majeur du XXe siècle.
Second enfant d'une famille de notable, Yasunari Kawabata a une sœur aînée. Son père exerce le métier de médecin. C'est un homme cultivé, se passionnant pour la poésie et la peinture. Mais, atteint de tuberculose, il décède un an après la naissance de Yasunari ; tout comme la mère de celui-ci quelques temps plus tard, des suites de la même maladie. Yasunari est alors confié à ses grands parents paternels. Son grand-père réalise des investissements hasardeux qui le conduisent à la ruine.
Malgré tous ces évènements, les jeunes années de Yasunari se passent tranquillement. Cependant, l'angoisse et les frayeurs qu'il relate dans ses récits commencent à le hanter.
En 1915, alors qu'il a perdu ses grands-parents, ainsi que sa sœur, il est envoyé dans la pension du lycée de Ibaragi. En 1916, il y fait la connaissance de Kiyono, un camarade de chambrée, avec lequel il se lie intimement ("mon amour homosexuel"). Parti vivre à Tokyo en 1917, Yasunari entretient avec son amant une importante correspondance, qui dure jusqu'en 1921. Il racontera cette histoire dans L'adolescent (1948).
En 1919, il évolue au sein d'un cercle littéraire, qui tient débat dans un café à la mode. Il y rencontre Hatsuyo (Michiko dans ses récits), une jeune serveuse de quatorze ans, qu'il finit par épouser. Mais, celle-ci décide de rompre un mois après leur mariage.
Hatsuyo devient sa muse, son idéal de femme qui hante son écriture. Ce n'est que douze ans plus tard, en la revoyant que le charme semble se rompre définitivement. Déçu, l'artiste doute et se remet en question.
En 1968, il a reçu le prix Nobel de littérature, devenant ainsi le premier écrivain nippon à obtenir cette distinction.
Yasunari Kawabata finit par se suicider. Il ne laissa ni explication ni testament.
Source Babelio

Bibliographie en français

Récits de la paume de la main
L'Adolescent
Les Servantes d'auberge
La Danseuse d'Izu
Chronique d'Asakusa
La Beauté, tôt vouée à se défaire
Pays de neige
Le Grondement de la montagne
Nuée d'oiseaux blancs
Le Maître ou le tournoi de go
Le Lac
Les Belles Endormies
Kyôto
Le Bras
Les Pissenlits
Tristesse et Beauté
Illusions de cristal (dans le recueil Les Servantes d'auberge)
Le Pourvoyeur de cadavre (dans le recueil Les Servantes d'auberge)
Une page folle (dans le recueil Les Servantes d'auberge)
Première neige sur le mont Fuji
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Ouliposuccion le Dim 29 Jan - 11:30

Les belles endormies



Dans quel monde entrait le vieil Eguchi lorsqu'il franchissait le seuil des Belles Endormies ? Ce roman, publié en 1961, décrit la quête des vieillards en mal des plaisirs. Dans une mystérieuse demeure, ils viennent passer une nuit aux côtés d'adolescentes endormies sous l'effet de puissants narcotiques. Pour Eguchi ces nuits passées dans la chambre des voluptés lui permettront de se ressouvenir des femmes de son passé, et de se plonger dans de longues méditations. Pour atteindre, qui sait, au seuil de la mort, à la douceur de l'enfance et au pardon de ses fautes.


Il est des écrivains qu'on oublie pas , ceux qui nous troublent à la première lecture par la splendeur et la puissance des mots , par la sensualité et la poésie qui laissent un sillage à tout jamais , par la délicatesse et la fragilité qu'ils émanent; Yasunari Kawabata est de cette trempe.
Bien plus qu'un écrivain , il est un illusionniste que sa magie met en lumière , la clarté de la pureté des sens qu'il met en éveil auprès des jeunes endormies est un hymne à la beauté. Les réminiscences des femmes qui ont marqué la vie d'un homme qui n'en n'est plus un sont un flot de volupté et d'érotisme. De l'amour des femmes c'est l'ivresse des sensations qui inonde ces pages entreprenant le parcours autrefois viril d'un vieil homme qui revient s'abreuver à la source du désir.
Une grâce qui rayonne dans cet exil du vieillissement.
Une ode à la féminité.
Magistral.

Il était évident que la fille ne dormait là que par amour de l'argent. Cependant, pour les vieillards qui payaient, s'étendre aux côtés d'une fille comme celle-ci était certainement une joie sans pareille au monde. Du fait que jamais elle ne se réveillait, les vieux clients s'épargnaient la honte du sentiment d'infériorité propre à la décrépitude de l'âge, et trouvaient la liberté de s'abandonner sans réserve à leur imagination et à leurs souvenirs relatifs aux femmes. Était-ce pour cela qu'ils acceptaient de payer sans regret bien plus cher que pour une femme éveillée ?

Cependant le vieillard se demandait distraitement comment il avait pu se faire que le sein de la femelle humaine, seule parmi tous les animaux, avait, au terme d'une longue évolution, pris une forme si belle. Le beauté atteinte par les seins de la femme n'était-elle point la gloire la plus resplendissante de l'évolution de l'humanité ?


mots-clés : #psychologique
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par GrandGousierGuerin le Dim 29 Jan - 12:28

@Ouliposuccion
Ton commentaire ouvre des portes qui nécessitent l'ouverture de l'oeuvre de Kawabata ...
En as tu lu d'autres ?
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Ouliposuccion le Dim 29 Jan - 12:34

Non , comme je l'ai précisé , c'est une première approche de l'auteur.
Mais je compte bien pousser d'autres portes dans son univers.
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Tristram le Dim 29 Jan - 13:29

Livre admirable, sans le moindre doute.

Les Belles Endormies a écrit:« Et puis, autour des vieillards naissent innombrables les filles jolies, à la peau neuve, à la peau neuve. »

« Elle n’évoquait rien d’autre que l’odeur laiteuse d’un nourrisson. Les deux odeurs différaient certes du tout au tout. Mais n’étaient-elles pas en quelque sorte les odeurs fondamentales de l’espèce humaine ? il s’était de tout temps trouvé des vieillards pour chercher à faire de la senteur que dégagent les petites filles une drogue de jouvence et de longévité. »

« Qu’elle avait été d’une beauté incomparable, peut-être hormis Eguchi n’était-il plus personne en ce monde qui le sût, et il se plaisait à imaginer qu’à sa mort prochaine, la mémoire en serait effacée à jamais de ce monde. »

« Au vieil homme la mort, au jeune homme l’amour, la mort une seule fois, l’amour je ne sais combien de fois »

J'ai lu aussi La danseuse d'Izu, Pays de neige, Kyôto et Tristesse et beauté : le diagnostic reste valable ! Mais il ne m'en reste qu'une impression, de sérénité gracieuse et sensuelle.
avatar
Tristram

Messages : 1926
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Bédoulène le Dim 29 Jan - 14:16

cet auteur va peut-être me permettre une bonne rencontre avec les auteurs Japonais ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3992
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Ouliposuccion le Dim 29 Jan - 14:29

Je ne peux que te le conseiller Bédoulène , cette écriture n'est que volupté.
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par animal le Dim 29 Jan - 18:40

Bon souvenir de Pays de neige que j'ai bizarrement l'impression d'emmêler avec Oreiller d'herbes dans ma mémoire ?



Pays de neige

Je ne sais pas quoi raconter. L'histoire c'est un homme, un écrivain qui passe trois séjours (printemps, hiver, automne) dans un petit village de montagne, il y rencontre une jeune geisha, qu'il retrouve à chaque fois, ainsi qu'une autre jeune femme.

Dans ce récit très sensitif, sensible et sensuel on ne comprend pas tout des motivations ou des pensées des uns des autres. Par contre on partage facilement (?) la fascination du narrateur et on a qu'une envie c'est de revenir à sa lecture pour retrouver cette intimité irréelle, étrange, mystérieuse et chaleureuse.

Pourtant ce n'est pas si simple notre bonhomme, avec femme et enfants, est un oisif. Conscient de lui-même et de certaines vanités il n'en cherche pas moins en quelque sorte "juste à se sentir bien". Ce qui implique de ressentir l'endroit, le moment et, presque drame, une présence.

La présence principale dans ce village qui vous coupe du monde, qui crée presque sa parenthèse, c'est Komako qui, malgré tout, n'est pas ce qu'on peut appeler une femme fatale. Néanmoins pour le narrateur sa beauté, derrière ses parures professionnelles, ses étranges manières... il n'est pas vraiment question de s'en défendre ou non ; sans se comprendre forcément ils s'accordent.

On ne peut même pas la considérer, cette Komako, comme la face légère d'une féminité dont la face plus grave serait la encore plus énigmatique Yoko. Il n'est pas question de cette sorte d'antagonisme.

De façon trop simplificatrice on pourrait envisager une écriture du "presque", dont l'intérêt serait toujours dans le petit décalage, dans l'attention au détail qui donne le sens et provoque l'attrait. Ca serait le coup de la parfaite imperfection. Il peut y avoir de ça mais plus dans le fait de chercher quelque chose qui fasse sens, l'instant, le geste qui se dégage de toute contrainte, le quasi-dérèglement qui deviendrait "pur" (ou esthétique ?).

M'enfin, tout ça c'est du point de vue d'un oisif, un type en retrait, qui goûte, qui attend. Quelque part il est en marge du courant codifié d'existence qu'il apprécie, si ce n'est dont il a besoin. Tout de même la vie bouge et est concrète et la plus grosse différence entre lui et ces deux femmes est qu'elles ont l'air complètement engagées. Mystérieuses mais complètes.

Lui sorte de miroir et de réceptacle attentif (ou pas si attentif justement ?).

En tout cas il est perdu dans une rêverie au combien essentielle (ne boudons pas non plus notre plaisir de lecteur) et consciente, faisant de ce "pays de neige" un ailleurs, un réel intérieur, alternatif, plus juste probablement que le flot des "vraies" occupations des protagonistes.

Tout ce piège du monde parallèle nourrit par la beauté et la force (qui n'est pas nécessairement brutale) d'une écriture et d'une atmosphère.

Quelques coquilles sur la fin, mais ça ressemble à un livre pas du tout mal traduit ?

(récup' relue et subtilement ajustée mais on ne risque pas de crier au miracle).

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4640
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par GrandGousierGuerin le Dim 29 Jan - 19:22

@animal : cela relève du morceau de bravoure de commenter cette œuvre apparemment ...
Ajouté dans ma LAL ...
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par animal le Dim 29 Jan - 20:05

possible que je sois seulement pas doué.

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4640
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par animal le Mer 28 Juin - 21:30



Nuée d'oiseaux blancs

Je pourrais faire un copier-coller de ce que j'écrivais pour Pays de neige ? J'ai lu Nuée d'oiseaux blancs de façon moins régulière avec la double frustration du "trop fatigué" et une frustration de lecture qui donne l'impression de se nourrir de cette ressemblance. Ou disons morbidité attendue d'une langueur délectable. A moins que ce ne soit le nœud d'intrigue sentimentale... Ou l'envahissante Chikako qui pourtant ouvre le recueil (lapsus ? pour un texte très très cohérent mais publié par épisodes) de façon marquante.

Kikuji le travailleur célibataire orphelin, à l'aise quoique salarié, qui intéressé par Mlle Inamura n'en est pas moins charmé par Mlle Ota... Et Mme Ota qui comme Chikako a été la maîtresse du père. Frustration alors mais à chaque reprise un plaisir certain, que le jeu des ressemblances, des souvenirs et spéculations puisse sembler forcer n'empêche pas le texte d'emporter son lecteur. Ces flottements de l'esprit et du cœur sur fond de cérémonie du thé, de jardin et de pluie on y est comme chez soi.

Le suspens "amoureux" se doit aussi d'être souligné, tout comme les courants conflictuels des situations et comportements... le tragique exacerbé est aussi troublant que le laissé faire de notre loustic qu'on encouragerait volontiers à choisir et surtout à se débarrasser de l'influence bizarre de Chikako ?

Hum. Le quatrième de couverture nous rappelle que nous sommes au lendemain de la guerre, quelques détails font apercevoir une modernisation ou occidentalisation du quotidien. Le goût de l'instant, le besoin d'un précieux absolu n'est-il pas exacerbé par ce grand impossible, particulièrement tragique, qui a frappé le monde d'avant et de l'enfance, autant que les regards lointains d'enfants comme ils sont mis en avant ? Est-ce qu'un impossible n'est pas devant nos amoureux égarés ou nos égarés tout court ? Il n'y a pas forcément que ça dans l'empêchement intime, dans cette barrière entre habitude, croyance et carcan du monde comme il va mais.

Des excès probablement dans ce calme apparent mais la sensualité et détails valent largement la lecture, une histoire de temps, le rendu d'instants et les ellipses du souvenir comme de la vie entre parenthèses.

Très belle lecture (ne pas se laisser rebuter, pourquoi pas, par le japonisme éventuel de la cérémonie du thé et tout le tralala).

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4640
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Tristram le Jeu 20 Juil - 21:53

Ayant acquis pour un euro chez Emmaüs toutes les œuvres de Kawabata traduites en français (Pochothèque un peu défraîchi, 1600 pages), je vais pouvoir les reprendre du début. J'en suis à quelques-uns de ses brefs "romans qui tiennent dans le creux de la main", et à La danseuse d'Izu, sa rencontre de lycéen orphelin en randonnée solitaire dans la presqu’île d'Izu avec une troupe de forains, dont la marquante jeune danseuse.
Parler de cette oeuvre pleine de grâce, émotion, poésie, sensibilité, raffinement, me paraîtrait particulièrement pataud, et je me contente de vous en conseiller vivement la (re)lecture. @Béloulène, je pense que c'est une très bonne introduction à la littérature japonaise (le monde flottant de Tristesse et Beauté), tout en restant une valeur sûre pour les connaisseurs.
Je n'en détache même pas un extrait, mais cela pourrait venir par la suite...
avatar
Tristram

Messages : 1926
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Arturo le Jeu 20 Juil - 22:09

Shocked
Voilà un euro bien dépensé !
avatar
Arturo

Messages : 1037
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Bédoulène le Ven 21 Juil - 8:25

merci du conseil Tristram !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3992
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par ArenSor le Ven 21 Juil - 13:33

Tristram a écrit: Je n'en détache même pas un extrait

affraid Un petit coup de blues, tristram ? albino
avatar
ArenSor

Messages : 786
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Tristram le Ven 21 Juil - 14:22

C’est surtout que détacher des phrases de leur contexte est ici encore plus vain que d’habitude : syndrome de la fleur coupée. La simplicité de l’expression de Kawabata est telle que les phrases prélevées ne feraient plus sens, ne tiendraient pas debout toutes seules. On est à l’opposé des auteurs qui alignent des maximes autoporteuses. Kawabata approche de très près un continuum ténu comme le fil d’une vie, une mélodie sans points d’orgue, un paysage sans aspérités, un tout qui fait plus que la somme de ses diverses parties.
Mais je ne renonce pas à éventuellement épingler quelques papillons…
avatar
Tristram

Messages : 1926
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Baleine le Ven 21 Juil - 14:32

Merci pour la piqûre de rappel. J’avais adoré Les belles endormies, il me semble avoir Pays de neige quelque part… je vais le chercher.
Bravo pour la bonne affaire, en tous cas !
avatar
Baleine

Messages : 66
Date d'inscription : 09/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Tristram le Sam 22 Juil - 0:34

Trsitram a écrit:Mais je ne renonce pas à éventuellement épingler quelques papillons…
Baleine a écrit:Merci pour la piqûre de rappel.
Tu te prends pour un papillon, Baleine ?!
Bon Pays de neige (que je n'ai pas encore lu) ; Les belles endormies est peut-être un peu limite, pour notre sensibilité actuelle (genre pépère pervers) ?
avatar
Tristram

Messages : 1926
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Baleine le Sam 22 Juil - 8:55

Tristram a écrit: Les belles endormies est peut-être un peu limite, pour notre sensibilité actuelle (genre pépère pervers) ?
Comme dans le Journal d'un vieux fou, que j'aime beaucoup aussi. J'ai certainement une sensibilité de pépère pervers Smile
Baleine, papillon, pépère pervers... ça fait beaucoup !
avatar
Baleine

Messages : 66
Date d'inscription : 09/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Tristram le Lun 24 Juil - 19:03

Le Pourvoyeur de cadavres

Texte assez extraordinaire (qui annonce peut-être Les belles endormies), d’un macabre sans limite, non dénué d’un humour très noir, où surgissent de tristes incarnations de beauté féminine…
Le narrateur (celui qui raconte au narrateur, en fait) a partagé un logement avec une jeune fille sans jamais la rencontrer (il y vit le jour, et elle la nuit) jusqu’à la croiser dans un bus, puis qu’elle meure. Cédant le corps pour autopsie par économie des funérailles, il doit produire les ossements restant de son incinération à la jeune sœur de la défunte, dont il s’est déclaré le conjoint à sa mort. Peu satisfait d’un faux à base d’os de poulet, Il va au funérarium acheter les cendres d’une prostituée à sa jeune sœur. La suite mêle désabusement et fascination morbide pour les jeunes filles à la peau plus ou moins pâle…

« J’étais à la recherche d’une couleur tout à fait différente de celle de la vie… »
avatar
Tristram

Messages : 1926
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yasunari KAWABATA

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum