Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


François Cheng

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

historique - François Cheng Empty François Cheng

Message par Ouliposuccion le Lun 30 Jan - 13:47

François Cheng
Né en 1929


historique - François Cheng Cheng_10

Officier de la Légion d’honneur
Commandeur des Arts et des Lettres
Chevalier des Palmes académiques

Poète Romancier

Né le 30 août 1929, en Chine, François Cheng est issu d'une famille de lettrés et d'universitaires ses parents comptaient parmi les premiers étudiants boursiers envoyés aux États-Unis.
Études secondaires à Chongquing de 1937 à 1945. Après un temps d'errements, il entre à l'Université de Nankin.
Début 1948, son père participe, en tant que spécialiste des sciences de l'éducation, à la fondation de l'UNESCO, grâce à laquelle il peut venir en France. Il se consacra à l'étude de la langue et de la littérature françaises. Il dut cependant traverser une assez longue période d'adaptation marquée par le dénuement et la solitude avant d'obtenir en 1960 un emploi stable au Centre de linguistique chinoise (devenu plus tard le Centre de recherches linguistiques sur l'Asie orientale à l'École des hautes études en sciences sociales). Parallèlement à son travail, il s'est employé à traduire les grands poètes français en chinois et à rédiger sa thèse de doctorat.
En 1969, il a été chargé d'un cours à l'Université de Paris VII. Il sera naturalisé français en 1971. En 1974, il devient maître de conférences, puis professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales, tandis que ses travaux se composent de traductions des poètes français en chinois et des poètes chinois en français, d'essais sur la pensée et l'esthétique chinoises, de monographies consacrées à l'art chinois, de recueils de poésies, de romans et d'un album de ses propres calligraphies.
Il se verra attribuer le prix André Malraux pour Shitao, la saveur du monde, le prix Roger Caillois pour ses essais et son recueil de poèmes Double chant, le prix Femina pour son roman Le Dit de Tianyi et le Grand prix de la Francophonie pour l'ensemble de son œuvre. Docteur honoris causa de l’université de Bergame (Italie) et de l’Institut catholique de Paris (2007).

Il a été élu à l'Académie française, le 13 juin 2002, au fauteuil de Jacques de Bourbon Busset (34e fauteuil).

(source académie française)

Bibliographie :

1970 Analyse formelle de l’œuvre poétique d’un auteur des Tang : Zhang Ruoxu (Mouton)
1973 Le Pousse-pousse, de Lao She
1977 L’Écriture poétique chinoise
1979 Vide et plein : le langage pictural chinois
1980 L’Espace du rêve : mille ans de peinture chinoise
1983 Sept poètes français
1984 Henri Michaux, sa vie, son œuvre
1986 Chu Ta : le génie du trait
1989 De l’arbre et du rocher
1990 Entre source et nuage, voix de poètes dans la Chine d’hier et d’aujourd’hui
1993 Saisons à vie
1997 Trente-six poèmes d’amour
1998 Double chant
1998 Le Dit de Tyanyi - Prix Femina, Page 1
1998 Shitao : la saveur du monde - Prix André Malraux
1999 Cantos toscans
2000 D’où jaillit le chant
2000 Double chant - Prix Roger Caillois
2001 Et le souffle devient signe
2001 Qui dira notre nuit
2002 Le Dialogue
2002 L’éternité n’est pas de trop
2003 Le long d’un amour
2004 Le livre du Vide médian
2004 Toute beauté est singulière
2005 À l’orient de tout : Page 1
2006 Cinq méditations sur la beauté
2008 Pèlerinage au Louvre
2008 L’un vers l’autre. En voyage avec Victor Segalen
2009 Un cheminement vers la vie ouverte
2009 Vraie lumière née de vraie nuit - 8 lithographies de Kim Em Joong
2011 Œil ouvert et cœur battant : comment envisager et dévisager la beauté
2012 Quand reviennent les âmes errantes : Page 1
2013 Cinq méditations sur la mort, Page 1
2014 Quand les âmes se font chant : cantos toscans
2014 Assise - Une rencontre inattendue
2015 La vraie gloire est ici
2015 Entretiens avec Françoise Siri : suivis de douze poèmes inédits
2016 De l'âme : sept lettres à une amie

màj le 09 Juin 2019
Ouliposuccion
Ouliposuccion

Messages : 346
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Ouliposuccion le Lun 30 Jan - 14:00

5 méditations sur la mort

historique - François Cheng Tylych11

Essai.
Comme ses Cinq méditations sur la beauté, ce texte de François Cheng est né d’échanges avec ses amis, auxquels le lecteur est invité à devenir partie prenante. Il entendra ainsi le poète, au soir de sa vie, s’exprimer sur un sujet que beaucoup préfèrent éviter. Le voici se livrant comme il ne l’avait peut-être jamais fait, et transmettant une parole à la fois humble et hardie.
Il n’a pas la prétention de délivrer un « message » sur l’après-vie, ni d’élaborer un discours dogmatique, mais il témoigne d’une vision de la « vie ouverte ». Une vision en mouvement ascendant qui renverse notre perception de l’existence humaine, et nous invite à envisager la vie à la lumière de notre propre mort. Celle-ci, transformant chaque vie en destin singulier, la fait participer à une grande Aventure en devenir.


S’il est une heure qui s’arrête dans un espace-temps  de la vie , celle durant laquelle la mort dans notre civilisation entre en action afin de nous mener vers une autre dimension qui serait le « rien » alors cette heure serait celle de la continuité , puisque le rien engendre le tout et le tout engendre le rien. La vie serait donc le renouvellement d’un équilibre provenant d’un symbole universel, tel le Yin et le yang. Voici un résumé concis de cette pensée qui est celle de François Cheng , si l’on peut l’exposer en terme de résumé en vue de la richesse de ses écrits , de ses méditations. Si l’hésitation et le doute sont humains et empreints de sagesse, pour certains hommes c’est une force onirique et la pensée de l’excellence qui en ressort. La mort devient un hymne à la vie  sans jamais faire l’apologie de celle-ci , elle devient une douce poésie démontrant d’autant mieux la beauté qu’est l’existence en vue de notre sursis à tous. Que serait une  vie éternelle à côté de l’éphémère qui nous pousse vers une réalisation, aux échanges passionnés ? Ne serait-ce pas cette chrysalide fragile qui justement nous fait entrevoir la grandeur de la vie. 5 méditations prônant la pensée du double royaume (celui de la vie et de la mort) et non pas le versant d’un seul afin de savoir acquérir une philosophie allant vers la luminosité d’un mieux vivre rayonnant. C’est aux détours du mariage culturel occidental et Chinois (taoïsme, confucianisme et bouddhisme) que François Cheng explore la mort , la passion assimilée à une petite mort dans bien des poèmes et une grande partie de la littérature entre Eros et Thanatos , la violence et le mal en ce monde afin d’en ressortir toujours l'élixir , le nectar d’une pensée  des plus  philanthropes et des plus érudites en vue des références  et des grands hommes de ce monde cités. La dernière méditation est sous forme de poèmes d’une grande profondeur, relatant l’ensemble de ses pensées.

Il est des moments durant lesquels nous sommes suspendus à la noblesse , ce sera celle des lignes  dans ce cas présent. Humbles, nous le sommes face à ce grand monsieur qui aurait tant à apprendre à toutes générations confondues.
Un recueil, la bible d’un croyant pour une athée comme moi qui pourrait trouver un palliatif à dieu au sein de cette philosophie très personnelle afin de trouver la force en soi-même à défaut de foi, de dogme.    
Je conclus donc par la traduction de son  sinogramme en couverture « la vie engendre la vie, il n’y a pas de fin »


mots-clés : #essai #mort
Ouliposuccion
Ouliposuccion

Messages : 346
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Tristram le Lun 30 Jan - 14:31

Décidément, Oulipo, nous partageons beaucoup de (bonnes) lectures...
De Cheng, je n'ai lu que Le Dit de Tianyi et L'éternité n'est pas de trop, mais ton avis me pousse à approfondir ma connaissance de cette oeuvre.
A noter que « la vie engendre la vie, il n’y a pas de fin » n'est pas une vision si exotique qu'on pourrait le croire au premier abord, elle est conforme à ce que l'on sait actuellement de l'évolution au sens darwinien.

« Quelques glycines accrochées au mur lancent leurs insidieux parfums ; des grillons s’éternisent en des cris assoiffés. Tout suit son cours naturel, indifférent. »
François Cheng, « L’éternité n’est pas de trop », 23

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8490
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Ouliposuccion le Lun 30 Jan - 14:37

j'ai "Le dit de Tianyi" qui attend sagement , je pense que son tour est proche Smile
Ouliposuccion
Ouliposuccion

Messages : 346
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Tristram le Lun 30 Jan - 14:51

Tu ne devrais pas regretter cette lecture !

« Il faut croire que la création n’engendre point de désirs qu’elle ne puisse satisfaire. En somme, l’homme a soif parce que l’eau existe. L’homme, certes, est libre de désirer, mais il ne peut désirer que ce que le réel insondable recèle déjà. Même lorsqu’il va jusqu’à désirer l’infini, c’est que l’infini est là, prévu pour lui. Tout se passe comme si ce que l’homme désire le plus était là, par avance contenu dans le désir ; sinon aurait-il pu le désirer ? »
François Cheng, « Le dit de Tianyi »

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8490
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Armor le Lun 30 Jan - 16:07

Encore un auteur que je dois lire depuis longtemps !

François Cheng était l'invité de François Busnel dans la grande librairie, pour parler de son dernier ouvrage : De l'âme.
J'aime assez la nouvelle formule de l'émission, qui amène plusieurs auteurs à parler autour d'un thème choisi. (Ici : Qu'est-ce que la beauté ?)
On sort de la simple promotion, et c'est très intéressant. J'avais vraiment apprécié les échanges entre (notamment) François Cheng, Luc ferry et le neurobiologie Jean-Pierre Changeux.

Si vous voulez visionner l'émission, c'est ici : clic

Si vous voulez juste entendre François Cheng parler de son livre De l'âme, c'est là : clac
Armor
Armor

Messages : 3532
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par églantine le Lun 30 Jan - 19:29

@Armor a écrit:Encore un auteur que je dois lire depuis longtemps !

François Cheng était l'invité de François Busnel dans la grande librairie, pour parler de son dernier ouvrage : De l'âme.
J'aime assez la nouvelle formule de l'émission, qui amène plusieurs auteurs à parler autour d'un thème choisi. (Ici : Qu'est-ce que la beauté ?)
On sort de la simple promotion, et c'est très intéressant. J'avais vraiment apprécié les échanges entre (notamment) François Cheng, Luc ferry et le neurobiologie Jean-Pierre Changeux.
Tiens tiens je ne suis pas la seule à le dire aujourd'hui !
Miss topocl pirat
............
Moi aussi Armor , j'avais bien aimé cette émission malgré l'impossible Luc Ferry .
églantine
églantine

Messages : 4303
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Arturo le Dim 23 Déc - 14:22

J'ai lu Assise, de François Cheng.
Court texte d'une cinquantaine de pages, où F. Cheng revient sur ses pèlerinages à Assise, et sur saint François. C'est d'ailleurs pour lui rendre hommage qu'il a choisi ce prénom lors de sa naturalisation.
François Cheng est touchant dans ses mots, un esprit subtil, très certainement.

Le livre se clot avec Le cantique des créatures de saint François :

Spoiler:
Très haut, tout puissant et bon Seigneur,
à toi louange, gloire, honneur,
et toute bénédiction ;
à toi seul ils conviennent, ô Très-Haut,
et nul homme n’est digne de te nommer.
Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,
spécialement messire frère Soleil.
par qui tu nous donnes le jour, la lumière :
il est beau, rayonnant d’une grande splendeur,
et de toi, le Très-Haut, il nous offre le symbole.
Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur Lune et les étoiles :
dans le ciel tu les as formées,
claires, précieuses et belles.
Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Vent,
et pour l’air et pour les nuages,
pour l’azur calme et tous les temps :
grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.
Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur Eau.
qui est très utile et très humble,
précieuse et chaste.
Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur notre mère la Terre,
qui nous porte et nous nourrit,
qui produit la diversité des fruits,
avec les fleurs diaprées et les herbes.
Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux
qui pardonnent par amour pour toi ;
qui supportent épreuves et maladies :
heureux s’ils conservent la paix
car par toi, le Très-Haut, ils seront couronnés.
Loué sois-tu, mon Seigneur,
pour notre soeur la Mort corporelle
à qui nul homme vivant ne peut échapper.
Malheur à ceux qui meurent en péché mortel ;
heureux ceux qu’elle surprendra faisant ta volonté,
car la seconde mort ne pourra leur nuire.
Louez et bénissez mon Seigneur,
rendez-lui grâce et servez-le
en toute humilité !


Arturo
Arturo

Messages : 3122
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Aventin le Ven 19 Avr - 1:23

Le Dit de Tian-Yi

historique - François Cheng Cvt_le12
Roman, 1998, 435 pages environ, trois parties de tailles inégales.

L'écriture de François Cheng est gracile, légère, précise; et il faut bien cela pour un ouvrage excédant les 400 pages, pour cet exercice si particulier ambitionnant de couvrir la vie entière d'un personnage, exercice à écueils par excellence, où l'on risque de donner dans l'empâté, l'accessoire, les pages de moindre haleine: c'est un choix courageux d'auteur déjà notoire, qui se risque à un premier roman publié.

Si le roman croise sans nul doute l'autobiographie de François Cheng, il ne se moule jamais dedans: Néanmoins, on a bien un jeune artiste chinois, de sa génération -quasiment de son âge- qui part à Paris, jusque là d'accord, mais à ceci près, et c'est une grosse différence, qu'il revient en Chine et y demeure dès les années 1950 et jusqu'à la fin de ses jours.

C'est la peinture d'un trio, composé de Yumei -l'Amante- artiste de théâtre, d'Hoalang -l'Ami- poète, écrivain et Tian-Yi, le peintre.
De la possibilité, ou de l'impossibilité, d'un amour et d'une amitié, fusionnels, à trois. Mais c'est aussi une fresque de la Chine sur un gros demi-siècle, embrassée depuis la guerre d'invasion nippo-chinoise jusqu'à la fin de la vie de Mao Zedong, ce dernier curieusement jamais nommé, en tous cas jamais autrement que le Chef.    

Beaucoup de considérations passionnantes sur la symbolique, l'art, jalonnent ce qui a l'apparence d'un récit (normal au vu de l'auteur).
Tout ce qui est dit en matière de Taoïsme, Bouddhisme, société traditionnelle et société révolutionnaire ne le cède nullement pour ce qui est de l'intérêt du lecteur.

La représentation romanesque de la nature est à l'honneur, manière peut-être de jonction avec l'art pictural chinois traditionnel: par exemple après ce livre, jamais plus vous ne regarderez un fleuve de la même façon qu'avant:

1ère partie, chapitre 30 a écrit:
"Question très intéressante, essentielle même, essentielle..." C'était le professeur F. célèbre spécialiste de la pensée chinoise, que d'aucuns approchaient avec un respect craintif. J'y étais allé de ma naïveté, sans gêne outre mesure, car je ne demandais qu'à écouter.

"Oui, le fleuve comme symbole du temps; que signifie-t-il ? Voyons, comment répondre à cette question ? " Son front se plissa derrière ses lunettes cerclées d'argent. "Il faut bien parler de la Voie, n'est-ce pas ? ... Tiens, quelle coïncidence ! Demain, nous traverserons justement la région dont est originaire notre cher Laozi. Celui qui est, vous le savez bien à l'origine du taoïsme et qui a développé l'idée de la Voie, cet irrésistible mouvement universel mû par le Souffle primordial. A demain alors; on en parlera."

"La Voie donc..." reprit le savant le lendemain, comme s'il n'y avait pas eu l'interruption de la nuit.
 
   


Pour ce trio, apprenant une funeste nouvelle touchant Haolang, Tian-Yi reviendra de France en Chine, aux heures sombres et tourmentées, pour son malheur peut-on penser, mais toute l'adresse de François Cheng consiste à montrer combien la quête de Tian-Yi, bien que semblant aussi vaine que dangereuse à nos regards, dépasse nos considérations terre-à-terre: il n'y a que cela qui vaille, parce qu'au fond, c'est bel et bien une passion qu'ils vivent (donc une souffrance à mort).  

Si la chronologie par le menu mêle la petite histoire, celle des personnages, à la grande, celle de la Chine du XXème, l'érudit M. François Cheng nous fait aussi caresser, en forme de roman et c'est donc très singulier, l'art pictural ancestral de la Chine, la calligraphie comme la représentation peinte, en démarrant aussi loin que l'art des grottes ornées et en aboutissant au néant sidéral de la révolution -dite- culturelle.
Sans doute est-il nécessaire de s'armer d'un peu d'imagination, et d'effectuer une lecture précautionneuse, mais oui, on a l'impression d'atteindre à cela par les vides, les estompes, les déliés, les courbes, les symboles naissant de sa plume...  




#Amitié
#Amour
#CampsConcentration
#Creationartistique
#Exil
#Regimeautoritaire
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Aventin le Mar 30 Avr - 1:43

historique - François Cheng Produc10

Dans la préface d'À l'orient de tout, manière d'anthologie-compilation de poèmes de François Cheng (paru chez Nrf Poésie / Gallimard, 2005), M. André Velter - poète lui aussi - isole ce propos charmant de François Cheng au sujet du mot échancrure:
 
Le Dialogue (2002) a écrit:
J'étais tombé, lors d'une lecture, sur ce mot à la sonorité inhabituelle et dont le petit dictionnaire que je possédais n'indiquait que le sens premier ("empiètement en arc de la mer sur une côte"). À l'Alliance française, où je suivais des cours, profitant d'une pause, je demandais à la jeune répétitrice l'usage exact de ce mot. "Ah, échancrure ! c'est..." et de dessiner du doigt devant sa poitrine, avec beaucoup de simplicité, les lignes de sa robe gracieusement décolletée. Une chair à la fois montrée et cachée selon une exacte mesure. Aussitôt, ce mot prit pour moi une connotation sensuelle. Rien qui ne me ravisse plus par ses syllabes phoniquement signifiantes: ÉCHAN, quelque chose qui s'ouvre, qui se révèle, qui enchante, et -CRURE, qui cependant se resserre pour dissimuler un mystère tentateur.

La poésie de François Cheng est, à mon goût, un peu inégale, mais on y passe de très bons moments:
Il y a la révélation des mots d'une langue, le français, qu'il possède à présent en très haute maîtrise, et, comme dans l'exemple exquis qu'il narre ci-dessus, peut parfois conduire le poète à un regard tellement neuf qu'il s'arrêtera là où nous, dont c'est la langue maternelle, passons outre sans rien déceler.  

Il y a aussi, et c'est sa part chinoise classique, un esprit formé dès le plus jeune âge à la calligraphie, aux idéogrammes.

En calligraphie traditionnelle chinoise, si j'ai bien compris, on part de -et aussi on tend vers- la maîtrise picturale formelle.
Donc c'est bien un art pictural, tout en restant un écrit.
Si j'ai bien compris toujours, du simple fait d'agencer différemment les mêmes idéogrammes on obtient des concepts bien distincts.

Toujours en rappel de la culture picturale chinoise traditionnelle (sortir de la lecture du Dit de Tian-Yi aide à appréhender le regard qu'y porte François Cheng) les thèmes éternels de celle-ci, par exemple la nature, l'arbre, la feuille, le cycle (des saisons et du Taoïsme), les nuages, le fleuve, etc... restent des motifs de choix pour lui, semblant omniprésents dans ses poèmes.

Ceux que je goûte le plus, parmi les poèmes de François Cheng qu'il m'a été donné de ...? (voir ? lire ? déclamer seul ?) sont ceux qui, brefs, centrés sur page blanche, avec peu de travail d'allitérations et de jeu, restituent en la dépouillant la sonorité de chaque vocable, et font sourdre une réminiscence d'idéographie calligraphiée dans notre langue (ou est-ce là effet de mon imagination ?).    

Par exemple celui qui donne son titre au recueil-anthologie:


À l'orient de tout, là où se souvient
La mer, l'orage a dispersé écailles
Des dragons, carapaces des tortues
Nous nous prosternons vers le pur silence
Régnant par-delà la terre exilée
À l'heure du soir, à l'orient de tout

Où se lève le vent de l'unique mémoire





Ou encore cette subtile épure:



Et l'indicible saule
Plongé sous ses pleurs
S'abandonne à l'onde
Aux ondes sans fin

À jamais toute ouïe






Mots-clés : #poésie
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Aventin le Mer 1 Mai - 18:46

Ce magnifique poème-ci provient du livre d'art publié avec Kim En Joong (lithographies) en 2014, Quand les âmes se font chant; il part de l'explication pour aller vers le symbole (il y a même un point pour bien marquer), c'est désarmant:



L'infini n'est autre
Que le va-et-vient
Entre ce qui s'offre
Et ce qui se cherche.
Va-et-vient sans fin
Entre arbre et oiseau

Entre source et nuage.





Mots-clés : #poésie
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Aventin le Dim 9 Juin - 18:50

Quand reviennent les âmes errantes
Sous-titré: Drame à trois voix avec chœur.

historique - François Cheng Quand10
Court roman, 140 pages environ, paru en 2012.

François Cheng a bâti ce livre comme un opéra, voir le sous-titre en guise de clin d'œil musical.
Cinq actes comme autant de Mouvements, et un chant final.

Tout comme dans Le Dit de Tian-Yi le cœur de l'ouvrage est une relation à trois, une femme, Chun-niang (qui incarne la Beauté) et deux hommes, Jing Ko (le Chevalier) et Gao Jian-li (le Barde).
Ce trio prend le "je" narratif à tour de rôle, mais il y a aussi un narrateur extérieur: cela concourt à cet aspect presto ! qui semble être la marque de fabrique formelle de ce roman.

C'est aussi un roman historique, situé au troisième siècle avant Jésus-Christ, c'est la période, noire, trouble, des Royaumes combattants, avec la victoire unificatrice de l'autocrate plus que très cruel Qin Shi Huang (Zheng dans le roman), le Premier Empereur de Chine, considéré comme le père de la Grande Muraille, qui pense fonder une dynastie pour "dix mille générations", or elle ne lui survivra...que trois ans.  

La poétique (un lyrisme voyant mais jamais criard) et le découpage à la façon musicale ne viennent en rien estomper l'intensité et la noirceur de ce qui est une dramatique, quelques pages (dispensables pour les âmes sensibles) de tortures nous rappellent combien cru et cruauté s'accordent.

Opus un peu en-dedans par rapport aux splendeurs déployées par Le Dit de Tian-Yi, la comparaison ne tourne pas en faveur de Quand reviennent les âmes errantes, peut-être même faut-il conseiller de commencer par ce dernier livre avant d'entreprendre la lecture du Dit (le lecteur pressé et soucieux de quelques éléments de la thématique du trio amoureux chez M. François Cheng y verra une bonne aubaine, d'ailleurs) ?

Le chant final, je ne sais pas ce qu'il vaut en chinois, ni s'il a été composé en français directement (probablement), mais il sonne un peu trop "traduit du" pour valoir...emballage final: allez, lecteur exigeant et conscient du talent de l'auteur, je le dis: j'attendais mieux de M. François Cheng, poète de qualité.

Reste que, et ça va peut-être vous sembler contradictoire avec ce que je viens d'écrire, l'écrivain élégant qu'il est, racé sans préciosité, limpide, est toujours un bonheur de lecture.  


Acte III a écrit: Le repas terminé, Gao Jian-Li se lève et se met à l'écart. Son zhou posé sur les genoux, il joue. Tout d'abord un morceau grave et solennel, puis il entre dans le mode zhi, celui du ton rompu. C'est dans ce mode que les musiciens expriment les sentiments les plus tragiques. À mesure que le chant avance, les sons mêlés au bruit de l'eau sont plus poignants, plus intenses. Les participants à la scène ont les yeux exorbités et les cheveux dressés.  

Acte I a écrit:À peine deux ans plus tard arriva le malheur. Le vert de la nature vira au jaune terreux. Privé de pluie, accablé de chaleur, le sol se mit à craqueler. La sécheresse s'installa, inexorablement, suivie d'une terrible famine. Partout plantes et bétail périssaient. Torturés par la soif et la faim, nous étions réduits à traquer le moindre fruit sauvage, la moindre flaque d'eau, le moindre brin d'herbe, le moindre insecte. Une nuit, la poitrine creuse et le ventre gonflé, mon frère expira dans les bras de ma mère. Le lendemain, enveloppé d'un drap, son pauvre corps fut enterré. L'inexorable exode commença. Nous fuyions sur la grand-route jonchée de cadavres. Mes parents, exténués, devaient me porter tour à tour car, totalement épuisée, je ne pouvais plus avancer d'un pas. Afin que j'ai une chance d'avoir la vie sauve, ils furent acculés à me laisser à un couple d'aubergistes, en échange d'une petite somme d'argent. C'est ainsi que je fus vendue à des étrangers en un rien de temps.  



Mots-clés : #conditionfeminine #guerre #historique #mort #regimeautoritaire
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

historique - François Cheng Empty Re: François Cheng

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum