Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Sylvain Tesson

    Partagez
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Sylvain Tesson

    Message par shanidar le Ven 3 Fév - 13:46

    Sylvain Tesson
    Né en 1972



    Sylvain Tesson naît le 26 avril 1972 à Paris.
    Géographe de formation, il est titulaire d'un DEA de géopolitique.

    Sylvain Tesson est un voyageur, un voyageur de l'extrême qui se déplace en fonction de ses moyens, à pieds, en vélo ou à cheval.

    En 1991, il découvre l’aventure lors d’une traversée à vélo du désert central d’Islande, puis d’une expédition spéléologique à Bornéo.
    De 93 à 94, il fait le tour du monde à bicyclette avec son copain Alexandre Poussin. Ils en font un livre.

    Toujours avec Alexandre Poussin, en 1997, il traverse l'Himalaya à pied, 5 000 km en cinq mois du Bhoutan au Tadjikistan, en passant clandestinement par le Tibet.

    En 1999-2000, il traverse également les steppes d'Asie centrale à cheval avec la photographe Priscilla Telmon, sur plus de 3 000 km depuis Alma Ata au Kazakhstan jusqu'à la mer d'Aral en Ouzbékistan).

    En 2001 et 2002, il participe à des expéditions archéologiques au Pakistan et en Afghanistan

    De mai 2003 à janvier 2004, il reprend l'itinéraire des évadés du goulag en suivant le récit, à la véracité contestée, de Sławomir Rawicz : La longue Marche(1955). Il relate ce périple, qui l'emmène de Iakoutsk en Sibérie, puis en Chine où il rejoint le Tibet à vélo, jusqu'à Calcutta en Inde à pied, dans son livre L'Axe du loup. Pour lui, l’aventure est plausible dans son ensemble mais comporte des anomalies absolues, comme « dix jours sans boire dans le Gobi ».

    En 2007, le documentaire Irkoutsk-Pékin, la route des steppes, qu'il réalise avec Nicolas Millet, relate son expédition d’Irkoutsk à Pékin en empruntant la route du Transmongol.

    En 2010, il réalise un projet souvent évoqué auparavant, en allant vivre six mois (de février à juillet) en ermite dans une cabane au sud de la Sibérie, sur les bords du lac Baïkal, à environ 500 km au nord-est d'Irkoutsk. Selon ses propres dires : « Recette du bonheur : une fenêtre sur le Baïkal, une table devant la fenêtre ». Il relate cette expérience solitaire dans son journal publié l'année suivante sous la forme d'un essai autobiographique intitulé : Dans les forêts de Sibérie.

    Fin 2012, il entreprend un voyage de Moscou à l’hôtel des Invalides à Paris afin de refaire à moto et side-car le trajet de la retraite de Russie menée par Napoléon Ier deux siècles plus tôt.

    Très grand amateur d'escalade, le 20 août 2014, il chute de près de 10 mètres en escaladant la façade d'une maison à Chamonix.

    Il déclare trois mois après l'accident : « Ces trois mois de repos, de sobriété, de silence, d’examen de moi-même ont été bénéfiques. Ma vie était un carnaval endiablé et légèrement suicidaire, il était bon de ralentir un peu les chaudières intérieures, de descendre du train. Je conserve une paralysie de la face qui me donne un air de lieutenant prussien de 1870. J’ai aussi perdu l’ouïe à l’oreille droite mais, étant partisan du silence, que René Char appelait “l’étui de la vérité”, je ne m’en plains pas. Notre société est devenue hystérique et bruyante. »

    Bibliographie

    Récit de voyages
    :

    1996 : On a roulé sur la terre, avec Alexandre Poussin,
    1998 : Himalaya : visions de marcheurs des cimes,
    1998 : La Marche dans le ciel : 5 000 km à pied à travers l'Himalaya, avec Alexandre Poussin,
    2001 : La Chevauchée des steppes : 3 000 km à cheval à travers l'Asie centrale, en collaboration avec Priscilla Telmon,
    2004 : L'Axe du loup : de la Sibérie à L'Inde, sur les pas des évadés du Goulag
    2006 : Éloge de l'énergie vagabonde
    2015 : Berezina,
    2016 : Sur les chemins noirs,

    Essais :

    2000 : Les Métiers de l'aventure et du risque,
    2005 : Petit traité sur l'immensité du monde,
    2011 : Dans les forêts de Sibérie,
    2012 : Géographie de l'instant,

    source : wikipedia
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Sylvain Tesson

    Message par shanidar le Ven 3 Fév - 13:51



    Sur les chemins noirs

    Mon premier Tesson.
    Je le dis comme un enfant fier de montrer sa première dent.
    Je le dis parce que j'ai beaucoup aimé ce voyage à la fois simple et érudit, inquiétant et rédempteur en compagnie d'un Sylvain Tesson plus que diminué, quasiment moribond.
    Tombé d'un toit sur lequel il faisait le guignol, ivre ; l'homme se relève longtemps après le corps couturé, soudé, épinglé, la colonne vertébrale cloutée et le visage en capilotade. Il n'a plus qu'un seul désir : reprendre la marche, se donner un objectif qui lui permettra de regagner confiance en lui.

    Pour cela, Tesson, s'empare d'une carte de France sur laquelle sont noircis les lieux de ce qui s'appelle l'hyper-ruralité, c'est-à-dire des endroits qui ne sont pas entravés par le numérique, les nationales, les ZAC ou les barres d'immeuble. Des chemins sur lesquels on peut marcher (presque) librement d'un lieu à un autre sans croiser de ville dortoir, d'autoroutes et où l'on peut faute parfois d'autres moyens remonter les anciennes voies ferrées abandonnées pour rejoindre un bivouac en pleine nature.

    L'idée est donc de partir de Provence, du parc du Mercantour, de remonter vers le Massif central en passant par l'Aubrac et de poursuivre son chemin jusqu'à La Hague, destination finale d'une marche qui loin d'être triomphale sera entrecoupée d'un séjour forcé à l'hôpital et d'un long cheminement mental sur la fuite du monde. Car si projet il y a, le véritable enjeu pour Tesson est de trouver en terre de France des havres de paix, des endroits protégés ou ni les hommes, ni leurs infrastructures aliénantes n'ont cours. Il y parvient souvent difficilement mais malgré tout, on ne peut que s'émerveiller de sa façon à la fois désespérée et profondément dandy d'appréhender la nature et les hommes.

    J'ai beaucoup aimé ce voyage du repli, cette volonté d'anéantissement, ce désir de se fondre pleinement dans la nature afin d'échapper (de manière sans doute illusoire mais c'est déjà ça) aux diktats qui nous gouvernent : être joignable partout-tout le temps ; être localisable partout-tout le temps ; être un produit partout-tout le temps.

    Alors, même si bien sûr, Tesson ne nous dit pas tout de son voyage (et presque rien des incartades qu'il a dû faire pour avancer) cette trouée dans les chemins noirs de la France rurale est une respiration dont il ne faudrait pas se priver et qui donne envie, illico presto de prendre son sac à dos, d'ouvrir sa carte IGN et de suivre du doigt les chemins qui de chez soi pourrait nous conduire au bord du sauvage !

    Essayez, vous verrez, c'est une expérience intéressante !


    mots-clés : #lieu
    avatar
    topocl

    Messages : 1989
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Sylvain Tesson

    Message par topocl le Ven 3 Fév - 17:39

    Depuis le temps que je tourne autour, Tesson, avec une espèce de fascination-répulsion....il me faudra bien passer le pas un jour. D'autres avis chosiens pour me faire envie (ou fuir...!)?


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Sylvain Tesson

    Message par églantine le Ven 3 Fév - 20:16

    C'est un "sale gosse" attachant , avec un charme fou , un ego qui n'en peut plus , vif et cultivé .
    Quelquefois j'accepte d'être séduite .
    Parfois , je me barre .C'est ce que j'ai fait avec ce Tesson .
    Au début j'ai cru en lui avec Petit traité sur l'immensité du monde: il écrit plutôt bien "le dilettante " ...Et puis et puis je l'ai entendu un jour sur France Inter et il a m'a choquée : je n'ai pas pu oublier .
    Il était deux 'aventuriers"invités ce jour là ; l'humilité de l'un faisait résonner très désagréablement l'ego de l'autre .
    Du reste , si nous sommes tous pétris de contradictions , lui , il y va fort !
    Taisez-vous Mr Tesson et vous serez peut-être plus crédible .
    ..............
    Je l'ai revu dernièrement sur La grande librairie et ...il est hélas toujours aussi brillant dans l'art oratoire . Dommage pour lui .


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Sylvain Tesson

    Message par églantine le Sam 4 Fév - 12:23

    @églantine a écrit:C'est un "sale gosse" attachant , avec un charme fou , un ego qui n'en peut plus , vif et cultivé .
    Quelquefois j'accepte d'être séduite .
    Parfois , je me barre .C'est ce que j'ai fait avec ce Tesson .
    Au début j'ai cru en lui avec Petit traité sur l'immensité du monde: il écrit plutôt bien "le dilettante " ...Et puis et puis je l'ai entendu un jour sur France Inter et il a m'a choquée : je n'ai pas pu oublier .
    Il était deux 'aventuriers"invités ce jour là ; l'humilité de l'un faisait résonner très désagréablement l'ego de l'autre .
    Du reste , si nous sommes tous pétris de contradictions , lui , il y va fort !
    Taisez-vous Mr Tesson et vous serez peut-être plus crédible .
    ..............
    Je l'ai revu dernièrement sur La grande librairie et ...il est hélas toujours aussi brillant dans l'art oratoire . Dommage pour lui .
    Hier soir , juste après ce post , je me branche sur France-culture et quoi ?
    Misère il m'a poursuivie le farfadet  affraid :
    Avec Rufin : De l'aventure à l'écriture


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Sylvain Tesson

    Message par shanidar le Lun 6 Fév - 13:56

    Je dois dire que j'avais un peu les mêmes réticences qu'églantine (sans pourtant jamais avoir lu Tesson) basées essentiellement sur le paradoxe qui consiste à vouloir se retirer du monde tout en parlant de soi à l'infini. Il y a bien là quelque chose d'un peu patraque.

    J'ajoute une citation qui permettra à ceux qui ne connaissent pas encore Tesson de se faire une idée de la vision du monde qu'il a et de la manière dont il use de l'écriture pour en parler, j'aurais envie de dire : en toute franchise, du moins avec un franc parler non dénué d'intelligence (celle du cerveau et aussi celle des sens)... Je ne suis pas forcément d'accord avec certains de ses raccourcis, mais il a au moins le mérite de parler tout haut :

    Le dispositif était la somme des héritages comportementaux, des sollicitations sociales, des influences politiques, des contraintes économiques qui déterminaient nos destins, sans se faire remarquer. Le dispositif disposait de nous. Il nous imposait une conduite à tenir insidieusement, sournoisement, sans même que l'on s'aperçût de l'augmentation de son pouvoir. Il existait un petit ver, la douve, qui infectait les fourmis et contrôlait leurs mouvements, pour les contraindre à l'immobilité sur un brin d'herbe afin qu'elles s'offrent en pâture aux herbivores, qui devenaient alors les nouveaux hôtes du parasite. La douve était le dispositif de la fourmi. Les puces au silicium étaient nos propres douves. Chacun de nous portait son parasite, de son plein gré, sous la forme d'un de ces processeurs technologiques qui régulaient nos vies. Les Papous se transmettaient une vision du monde où le domaine des esprits se mêlait à la réalité. C'était leur dispositif. Le nôtre pourvoyait à notre confort, notre santé et notre opulence alimentaire, mais nous inoculait son discours et nous tenait à l'œil. Nous recevions ses informations, sa publicité, nous répondions à ses injonctions, il nous accablait de ses sommations, diluées dans le brouhaha. Le discours du dispositif était un dispositif. Sur les chemins noirs, nous nous enfoncions dans le silence, nous quittions le dispositif. (...)

    et un autre extrait pour animal et les amis tourangeaux :

    Quand je passai devant une parcelle grillagée où les écriteaux annonçaient un "verger sous vidéosurveillance", je compris que j'étais entré dans l'orbite de la ville. Tours approchait. Des villes comme des planètes : leur gravitation attire les météores mais à trop s'en approcher on entre dans les zones de turbulences. J'avais décider de contourner Tours par l'est. Il me suffirait de passer la Loire à la hauteur de Vouvray et de gagner Monnaie.
    Le plateau entre l'Indre et le Cher se mouchetait de lotissements, de hangars, de ronds-points. Voilà deux mois que je baguenaudais entre ce mobilier, tâchant de le masquer à ma vue. Cette fois je n'y parvenais plus. Les chemins noirs au moins avaient cette vertu : ils sinuaient entre les verrues des plans d'occupation des sols. Il fallait que les hommes fussent drôles pour s'imaginer qu'un paysage eût besoin qu'on l'aménageât. D'autres parlaient d'augmenter la réalité. Un jour peut-être s'occuperaient-ils d'éclairer le soleil ?
    avatar
    Nadine

    Messages : 1676
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Sylvain Tesson

    Message par Nadine le Lun 6 Fév - 17:20

    Je l'ai entendu sur podcast en début de saison hivernale, cette année, ça a été très plaisant de l'écouter. Je le trouvais sympathique.

    Je crois que c'était cette émission, il était tombé du toit récemment :

    Clic Carnet nomade
    avatar
    tom léo

    Messages : 325
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Re: Sylvain Tesson

    Message par tom léo le Lun 6 Fév - 17:46



    Dans les forêts de Sibérie


    CONTENU:
    Rêve longtemps chérie de Sylvain Tesson que de chercher l’écart pour voir si on arrivait à se supporter soi-même et si on a une vie intérieure. Et je pense bien que c’est un rêve partagée, sinon comment expliquer un certain succès de ce livre ? N’y-a-t-il pas chez beaucoup un désir de révolte face au rouleau compresseur par les impressions nombreuses et quotidiennes avec les médias et le bruit de ce monde nous étourdissent ? C’est la première fois que ce grand voyageur un peu spéciale, et escaladeur de cathédrales et autres monuments, cherche une forme d’existence, d’aventure plus liée à une certaine stabilité, pour ainsi dire une aventure sédentaire. Donc, il acquit une baraque au bord du Baïkal, le plus grand reservoir d’eau douce au monde. Bien muni de livres, d’outils, de cigares et avant tout de Vodka, il y vécut de Fèvrier au Juillet 2010 et expérimenta soi-même et le monde autrement : une autre relation au temps, à l’efficacité, à l’existence gratuite au milieu d’une nature apparemment sans limites.

    REMARQUES:
    Un perspectif qui a de quoi m’enchanter mais que je n’arrive à réaliser très approximativement. Mais après quelques expériences de lecture de Tesson dans le passé je m’approchais de ce livre avec des sentiments mélangés.

    Comme déjà vu dans le passé, l’auteur trouve un langage souvent très poètique, et aussi des expressions (voir des « formules ») très à propos face au vécu. Pas étonnant que le livre fût bien accueilli. Alors ma propre attitude sceptique ne devrait pas empêcher d’autres de la lecture : Vous pourriez passer à coté d’un livre vous reservant quelques découvertes et possibilités d’élargir l’horizon. Mais en ce qui me concerne je restais et reste sceptique. Je m’explique un peu :

    - la solitude tant chantée par Tesson n’est pas forcement à mettre en égal avec isolement. Par ailleurs : est-ce qu’il a vécu uniquemment dans cette solitude qu’il théorise si souvent ? Avec un sourire on verra combien de fois(pratiquemment chaque semaine?) il reçoit de la visite ou s’en va visiter des voisins ou la ville (une fois)

    - eh bien : la simplicité, aussi bien tant chantée, n’est pas si évident non plus : Tesson arrive avec un camion de provisions, donc de « sécurité », des boîtes de cigares, de vodka, un panneau solaire et un ordinateur etc. Est-ce qu’avec ces et ses sécurités il arrive vraiment de s’approcher de cette autre simplicité, pas choisie, des habitants ? Et oublions le billet d’avion de retour, une fois l’aventure terminée (comme quelqu’un remarqua justement)...

    - dans d’autres ouvrages, reservés aux voyages, il se désignait volontiers comme le « Wanderer ». En parallèle on trouve ici l'auto-portrait et l'ideal dans « l'ermite » (dans la troisième personne singulier!). Est-ce qu'il suffit pour ce faire de vivre comme il le décrit ? Il prend des comparaisons avec des grandes figures de l'érémitisme : les pères du désert, en Russie par exemple spécialement un Saint Séraphim de Sarov. Mais est-ce qu'on peut vraiment le mettre dans cette parenté et dans le même panier ? Au moins difficilement. Car leurs vies ne consistaient justement pas dans une pure fuite du monde (si soulignée par l'auteur), une seule recherche d'isolement, mais contenait une recherche de proximité de Dieu, d'une communion donc. Si on peut le comprendre ou non.

    - plusieurs fois Tesson tombe dans la tentation (propre à un certain type d'aventurier?) de juger les autres, voir de les mépriser. Alors on juge ce dans quoi on est soi-même plus ou moins consciemment impliqué : une appartenance au monde. Il se construit un image de supériorité. Ainsi par exemple il juge les chasseurs, mais il mange ses saucisses des conserves... Il parle de la nature intouchée... et jette ses bouteilles de vodka etc. Dans certains passages - sans néanmoins atteindre la même amertume, ici bien remplacée par une poèsie – il me rappelait Mariusz Wilk, un autre réfugié du monde, ayant l'inclination de juger, voir dénoncer.

    Bref, c'est terrible : j'aimerais tant être plus positif sur ce livre qui contient des bribes justes et désirées par beaucoup d'entre nous, mais cela m'est difficile de ne pas être et rester sceptique. C'est dommâge quelque part, mais ce trop de pathos me rendait la lecture peu agréable et j'arrêtais en cours de route...

    Mais ne vous laisser pas trop influencer et jugez vous-mêmes.


    mots-clés : #lieu Sibérie
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Sylvain Tesson

    Message par églantine le Lun 6 Fév - 18:33

    Nous avions déjà parlé Tom et je rejoins hélas ton ressenti .
    Même si moi aussi comme Tesson dans mes paradoxes , je ne peux m'empêcher aussi d'avoir un faible pour lui . Voilà pourquoi peut-être, je clame un peu trop et trop fort que je "ne le cause plus" .


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    animal
    Admin

    Messages : 3018
    Date d'inscription : 27/11/2016
    Age : 36
    Localisation : Tours

    Re: Sylvain Tesson

    Message par animal le Lun 6 Fév - 21:02

    @shanidar a écrit:et un autre extrait pour animal et les amis tourangeaux :
    j'en ai un de côté à lire et ça ne m'aide pas ton extrait mais alors pas du tout !

    seul mérite de m'évoquer un bon souvenir du plateau entre Montlouis et Amboise (entre Cher et Loire).


    _________________
    Keep on keeping on...
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Sylvain Tesson

    Message par shanidar le Mar 7 Fév - 10:27

    Je t'ai lu attentivement tom léo et les petites remarques sur le comportement global de Tesson rejoignent celles que j'ai pu me faire (en aparté) pendant la lecture de Sur les chemins noirs : une solitude très habitée par ses retrouvailles avec des amis marcheurs, un repli du monde sans doute édulcoré par la nécessité d'utiliser 'comme tout le monde' les moyens du bord pour se retrouver (genre le téléphone ou internet) mais dont on ne parle pas et quelques nuits passées dans des hôtels parce qu'il n'y a vraiment pas moyen de faire autrement... Bref, les chemins noirs mènent à tout même à une certaine hypocrisie. Néanmoins, je trouve que globalement l'écriture et le projet de Tesson ne sont pas à rejeter catégoriquement (et je vois bien que même églantine qui semble un peu en colère contre son 'farfadet' n'y arrive pas totalement). Reste que je ne suis pas sûre de lire d'autres livres de l'auteur alors que ceux des Pères du désert m'attireraient sans doute bien plus !
    avatar
    Chamaco

    Messages : 1039
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 70
    Localisation : Au balcon du Luberon

    Re: Sylvain Tesson

    Message par Chamaco le Mar 7 Fév - 11:55

    "petit traité sur l'immensité du monde"
    extrait : "la marche fait affleurer à la surface de la mémoire les strates de souvenirs rangées dans la boîte en os du crâne, cette caisse d'archives, le plus précieux bagage du voyageur.On fouille, on trie, un éclair soudain et l'on se souvient d'un moment drôle, presque oublié et l'on éclate de rire"...
    C"est le genre de phrases que j'ai aimé dans ce petit ouvrage, un essai philosophique du vagabondage.
    Sylvain Tesson remet au goût du jour le monde des "errants" montrés du doigt et poursuivis depuis la Révolution Française, avec des périodes sombres et critiques comme celle de la collaboration où les errants étaient fichés et considérés comme delinquants (delit de vagabondage), fichiers conservés et appliqués aux forains jusqu'à nos jours. Quelle plus belle expression de liberté que le droit de divaguer au gré de ses envies. Le livre de Tesson est un guide du "bien vagabonder" au fil des pages il propose quelques anecdotes personnelles prises dans ses frequents voyages. La lecture est agréable, fournie en références littéraires, j'ai aimé le style de cet ecrivain et les traits de poésie qui par moments transpirent du texte.



    commentaire rapatrié...
    avatar
    Tristram

    Messages : 1122
    Date d'inscription : 09/12/2016
    Age : 60
    Localisation : Guyane

    Re: Sylvain Tesson

    Message par Tristram le Ven 21 Avr - 16:51

    Vos commentaires me font penser au nomadisme, à Kerouac, au vagabondage en général (éprouvé dans la "réalité" et la littérature, ces autres réalités).
    Je vais donc tâter par moi-même de Tesson. J'escompte commencer par la cabane en Sibérie, pour comparer avec Walden, et ma modeste expérience de retraite guyanaise hors agglomération par temps de grève...
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Sylvain Tesson

    Message par églantine le Ven 21 Avr - 17:41

    @shanidar a écrit: pas à rejeter catégoriquement (et je vois bien que même églantine qui semble un peu en colère contre son 'farfadet' n'y arrive pas totalement). Reste que je ne suis pas sûre de lire d'autres livres de l'auteur alors que ceux des Pères du désert m'attireraient sans doute bien plus !
    Et comment que ceux des Pères du désert m'attirent plus aussi !


    @Tristram a écrit:Vos commentaires me font penser au nomadisme, à Kerouac, au vagabondage en général (éprouvé dans la "réalité" et la littérature, ces autres réalités).
    Je vais donc tâter par moi-même de Tesson. J'escompte commencer par la cabane en Sibérie, pour comparer avec Walden, et ma modeste expérience de retraite guyanaise hors agglomération par temps de grève...
    Ben dans mes tribulations et choix ou non de vie , je pense avoir vécu des expériences du genre bien plus authentiques .( Et je suppose pour pas mal de gens Tristam comme toi aussi je pense ! ) Même si je ne suis pas devenue plus sage , tolérante , grandie pour autant . Hélas .  Rolling Eyes
    Reste qu'il écrit plutôt bien quand même . Mais il devrait s'oublier un peu et ça passerait mieux .


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2517
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Sylvain Tesson

    Message par Bédoulène le Ven 21 Avr - 18:00

    est-ce que le film portant le même titre est basé sur le livre de Tesson ? ou tout simplement est-ce que son livre a fait l'objet d'un film ? Smile


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Sylvain Tesson

    Message par églantine le Ven 21 Avr - 18:23

    Dans les forêts de Sibérie est une adaptation du récit éponyme de Sylvain Tesson.


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2517
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Sylvain Tesson

    Message par Bédoulène le Ven 21 Avr - 23:29

    merci églantine !


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud

    Contenu sponsorisé

    Re: Sylvain Tesson

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin - 3:59