Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

La date/heure actuelle est Dim 8 Déc - 14:41

1 résultat trouvé pour danse

Paulo Lins

Depuis que la samba est samba

Tag danse sur Des Choses à lire 41elhs10



Sujet : l’histoire de la Samba, sa naissance dans  le quartier de l’Estacio à Rio de Janeiro en 1928.

C’est à travers la vie des habitants de ce quartier, voire de la Zone où se côtoient prostituées, malandros (filous, escroc…) souteneurs, que cette musique est créée par les poètes et musiciens.
Sila en est l’initiateur :

« Il cherchait une musique qui suive le rythme du va-et-vient du sexe, de la pénétration, comme le lundu mais avec un peu plus de déhanchés et de trémoussements. Voilà qui réjouirait les gens pendant le carnaval, au moment de s’amuser. Il en avait assez de cet ennui à crever, un petit pas l’un derrière l’autre, comme le trot d’un cheval bien dressé ! Silva voulait que ça balance… »

Il y a tout un dégradé de couleur de peau  dans l’Estacio mais c’ est la vieille Bahianaise Almeida qui apporte sa culture et sa cuisine à  ce quartier et bien au-delà.

La police abat sa répression sur eux et leur musique en est l’un de leurs ressentiments :

«Mais vos instruments  de Noirs ne sont pas tolérés ici, c’est clair ? Donne-le-moi, ton instrument de malheur, je le confisque au nom de la morale et des bonnes mœurs !
Je te connais, ça va te démanger et tu vas finir par jouer de cette saleté. Les gens ne savent pas se tenir, ici : ça se déhanche, ça danse collé-serré, les mulâtresses remuent du cul et soulèvent leurs jupes… Et après, c’est toute la clique qui arrive avec les berimbaus, et on en vient à la capoeira. Personne ici ne veut de vos jambes qui gigotent, de vos corps qui chaloupent, de vos pieds qui s’agitent. L’instrument est confisqué !
La police passait son temps à frapper une population qui réagissait rarement devant cette violence physique absurde, cette torture permanente. »


Les blessures  du passé ne sont pas encore cicatrisées, les fils et petits-fils d’esclaves cherchent leur voie, l’espérance d’une vie meilleure 40 ans après la fin de l’esclavage.(le 13 mai 1888 abolition de l’esclavage noir au Brésil) et en attendant,  la, les musiques soutiennent.

Musique et spiritualité (Umbanda, Candomblé..) règnent en harmonie même dans la Zone. La musique est souvent hommage aux prêtresses des terreiros (lieu de culte) et aux Esprits qui s’invitent  lors de session.
Outre la musique c’est  le sexe qui rythme aussi le quotidien de ces hommes et de ces femmes, hétéros ou homos, ça sent le sexe, le parler est cru, vrai, c’est coloré et imagé.

Chacun essaie de s’en sortir et certains comme  Sodré malgré un emploi  honnête soutire encore de la Zone :

« Il institua une sorte de tribut des commerçants, camelots, proxénètes, trafiquants de cannabis, qu’il encaissait lui-même et qu’il distribuait ensuite chaque jour aux policiers de service, pour que ceux-ci ne perturbent ni les affaires ni les divertissements de la Zone. Sodré était devenu une autorité parallèle. »

Brancura le malandro malgré des tentatives de s’amender, promesse faite à  Seu Tranca-Rua (messager de l’Umbanda) replonge toujours dans la Zone où il pratique son pouvoir de souteneur, malgré l’ amour de la plus belle des prostituée : Valdirène.

La samba  à ses débuts a eu ses détracteurs car d’autres musiquent étaient bien installées et comprises par la population :

« Avaient-ils raison de vouloir changer le cours de la musique ? Leurs paroles étaient-elles vraiment au goût du public ? L’art ne devrait-il pas suivre le sens de la vie ? Dans ce cas, pourquoi inventer quelque chose de nouveau ? Ne valait-il pas mieux jouer de vieux maxixes, dont le rythme était déjà connu de tous ?

Silva brisa le silence : « la seule chose qu’i ls voulaient, c’était entendre ce qu’ils connaissaient déjà »


Silva persévérait  et il fut chanté par le plus grand chanteur Alvès (Me Faz Carinhos).

Les amis  de Silva, Bide, Bastos…créaient eux aussi des sambas et des instruments de musique ou les amélioraient.

« Ces instruments d’avant-garde étaient nés pour combattre les instruments de torture, comme le nerf-de-bœuf, la férule, les chaînes, le supplice du tronc, le collier de fer, le gourdin, le revolver, le pistolet, la mitraillette, le marquage au fer rouge… »

Silva exposait à ses amis ce que devait être la samba et pour l’officialiser il leur divulga son intention : ouvrir un bloco (association) en un lieu où ils pourraient travailler leur musique et l’enseigner.  La première école de samba s’ouvrit et le 12 août 1928 le Carnaval se réinventait.

« La samba, la vraie, devait porter en elle le sel des percussions des terreiros de l’umbanda et du candomblé…. Cette manie de vouloir imiter les Portugais, les Français, les Argentins devait cesser. Il fallait retrouver les rythmes qui venaient d’Afrique, des cases des nègres du temps de l’esclavage, des quilombos, des terreiros, du lundu. Une samba qui donnerait la fièvre à tous, qui ferait disparaître tous les pavés du sol, qui agiterait les jambes, qui réjouirait celui qui aimait marcher, chanter, danser. Une samba pour défiler dans la rue. »

« De terreiro en terreiro, la samba se diffusa dans toute la zone nord entre les mains des Noirs libres. La période post-abolition semblait bénie. L’époque paraissait fêter la victoire de l’art, la liberté de culte, le divin et le merveilleux. La radio cèderait d’ici peu aux sirènes de leurs voix. Poètes, musiciens, acteurs, artistes et hommes politique savaient que cette musique dominerait la radio, laquelle avait de beaux jours devant elle. »



Une bonne lecture, intéressante même si je ne connais pas la langue (j’ai vu traduction des chansons ensuite) il y a du rythme dans l’écriture et c’est certainement l’essentiel .

 Au début de la lecture j’ai été à 2 doigts de laisser tomber,  le sexe était trop présent, mais j’ai eu raison de continuer car l’histoire de la samba et de ceux de l’Estacio, de la Zone m’est devenue familière, compréhensible. Et puis attendrie, les hommes pleurent,  et comme souvent les femmes sont fortes.
Voir un habitant de ce quartier devenir célèbre mérite bien la lecture. ( Estacio : haut lieu de la prostitution et dans une moindre mesure du trafic de drogue)


https://www.youtube.com/watch?v=eUUFGYsdias


mots-clés : #creationartistique #danse #musique
par Bédoulène
le Mer 26 Déc - 14:45
 
Rechercher dans: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes
Sujet: Paulo Lins
Réponses: 3
Vues: 189

Revenir en haut

Sauter vers: