Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

La date/heure actuelle est Lun 25 Mai - 5:06

141 résultats trouvés pour polar

Antonio Tabucchi

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tabucc10

La tête perdue de Damasceno Monteiro

Manolo le Gitan découvre le corps sans tête d'un homme dans une zone perdue de la banlieue de Porto.
Firmino, jeune journaliste de vingt-sept ans (qui préfère dire qu'il a la trentaine pour paraître plus sérieux) est envoyé par le directeur de son journal (une feuille de chou du genre Détective !) sur place. Il doit d'abord se rendre à la pension de Dona Rosa qui va lui donner tous les passe-droits nécessaires pour rencontrer Manolo et bien d'autres petites et grandes personnalités de la Ville.

Car s'il y a bien une première surprise à la lecture de ce vrai-faux-roman policier, c'est que notre jeune journaliste n'a pas besoin de se creuser la tête pour trouver des indices : les gens l'appellent et Dona Rosa (mystérieuse et discrète entremetteuse) fait en sorte qu'il se trouve au bon endroit au bon moment. Le corps sans tête va donc être rapidement identifié, la tête va être retrouvée (et placée sur un plateau le journaliste, telle une Salomé d'opéra, pourra la prendre en photo en exclusivité pour son journal) et rendez-vous est pris avec Don Fernando (alias Lonton), avocat des pauvres, des travelos, des déclassés. La rencontre improbable entre le jeune journaliste et le brillant avocat obèse, est un véritable morceau d'anthologie ; une merveille.


L'admirable roman de Tabucchi résonne encore aujourd'hui avec une force étonnante ; parce qu'il nous parle de violences policières, de cette impunité que les tortionnaires pensent avoir quand ils ont le pouvoir de blesser et de tuer ; parce qu'il est aussi question de justice et de littérature ; et surtout de l'importance de la parole du journaliste, comme s'il était le dernier des mohicans d'un monde en capilotade. Tout en ne s'offrant jamais le luxe d'un cynisme morbide, Tabucchi met le doigt dans la plaie de nos vies bourgeoises et démonte pas à pas les collusions entre police et mafia, police et crime, justice et journalisme. Placides, ses deux personnages principaux ne cherchent pas l'affrontement des concepts au fond d'un canapé mais inventent une solidarité d'idées (il faudrait ici entendre ce mot comme l'exprimait Platon) et l'envie manifeste de "déchirer ce qu'on appelle le voile de l'ignorance". De citations de De Quincey à Hölderlin, de Jouhandeau à Flaubert (et même Louise Colet), le roman policier devient un microcosme du monde et explore la question fondamentale de la mort, de l'acte de tuer et de celui de juger. Dans un monde où l'on invoque pour se cacher derrière, les motifs de la barbarie ou de l'homme ordinaire qui obéit aux ordres, du responsable mais non coupable, Tabucchi replace le vocable : humanité au cœur de sa/notre réflexion. On ne peut que s'en louer et le lire, puis le relire !


mots-clés : #polar
par shanidar
le Jeu 16 Fév - 11:40
 
Rechercher dans: Écrivains Italiens et Grecs
Sujet: Antonio Tabucchi
Réponses: 28
Vues: 1473

Jean Patrick Manchette

Wikipedia :

En 1976 paraît Le Petit Bleu de la côte ouest, qui suscite à sa sortie des articles de presse revenant sur « le malaise des cadres » dans les sociétés libérales. Dans ce livre, Georges Gerfaut, cadre commercial, témoin d’un meurtre, devient à son tour la cible des assassins. Il abandonne abruptement sa famille et sa vie trop parfaite avant de rentrer au bercail, une fois ses poursuivants éliminés, car au fond, il ne sait que faire d'autre. Jalonné de références au jazz West Coast et rempli de morceaux de bravoure, ce roman reste l'un des chefs-d'œuvre de Manchette.

Vient ensuite Fatale, l'histoire d'Aimée Joubert, une tueuse à gages fragile qui affronte les notables d'une petite ville côtière. Le livre, refusé par la Série noire pour manque d'action, paraît hors collection chez Gallimard. Manchette explique qu’il a tenté dans ce « roman expérimental » de mettre en parallèle la dégradation idéologique du marxisme à la fin du xixe siècle et la décadence du style flaubertien à la même époque, et précise que « ce n’est pas vraiment un sujet de polar. Je ne le ferai plus. »

Fatale

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 51szbw10

Nota BD a écrit:Noter que ce roman a été adapté par Max Cabanes en BD, et que les presses sont bonnes à son propos :Le travail d’adaptation sur Fatale, soutenu par Doug Headline (le propre fils de Jean-Pierre Manchette) :132 pages .


Un livre dédié à sa compagne, en tant que lectrice je me disais "ça va dépoter" au regard du précédent lu et beaucoup aimé, car assez vite on apprend que c'est d'une tueuse dont il s'agira.
Mais même si je l'ai lu sans déplaisir, une certaine chlorose dans le ton m'a déçue. C'est un tout autre souffle qui habite ce polar, les seconds rôles sont, peut-être trop cernés (j'avais le sentiment appuyé d'être dans un film de Chabrol, petite bourgeoisie de province et dialogues qui vont avec) : je n'étais plus surprise par une fantaisie bien personnelle. Une impression de suivre un topique aristotélicien, exercice de style non dénué d'élégance, toujours une maitrise incontestable et une économie stylistique, mais ce personnage est rétif à mobiliser quelque empathie qu'il soit, et ses mobiles vénaux laissent un peu sur ma faim.
Je ne vous recommanderais pas ce polar pour comprendre le talent de Manchette qui explosait dans Le Petit Bleu de la côte ouest, et je remercie le hasard de m'avoir fais commencer par ce dernier. Car je vais enchainer sans doute aucun avec un troisieme, La position du tireur couché : sans cela j'aurais jugé que les louanges à Manchette se fondent sur un certain snobisme de caste. Mais pas moyen, il a quelque chose de plus quand-même.
A recommander à ceux qui aiment bien les ambiances pâles et convenues des étroits sentiers provinciaux et laa mise en scène d'une certaine vacuité. Mais pour moi ça manquait de fer et de chair. C'est sans nul doute un choix de l'auteur, d'ailleurs.




mots-clés : #polar
par Nadine
le Mer 15 Fév - 19:46
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Jean Patrick Manchette
Réponses: 18
Vues: 612

Jean Patrick Manchette

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Produc34

Le petit bleu de la côte ouest

Ce court roman noir est magnifique, il m'a happée tranquillement et sûrement.

Trois points forts :
1. la construction

Manchette nous promène très habilement avant que de nous expliciter les enjeux de l'action. On ne saura pas tout de suite qui est tueur, pourquoi, et ces questions sont posées en nous présentant quatre tueurs d'un coup alors qu'on en attendait un seul.

Autre trait intéressant : une cascade de tentatives de meurtre à chaque fois faisant chou blanc. Ces micro-évènements, choix et réactions qui tout le temps sauvent la mise pour la cible à abattre prètent vie aux caractères dépeints, sans psychologie mais avec un dynamisme très parlant, cinématographique, ils deviennent pivots de tout un tas de ratages et produisent un effet comique très séduisant.

La fin de l'épopée, sans aucun essouflement, est merveilleuse . Six mois sont passés et en une evidence jubilatoire, un homme rentre chez lui, couvert de vomi, comme il aurait acheté des cigarettes en une heure.

2. La violence sans sa surenchère perverse.
. L'absence de développements psychologiques au profit de l'action, des réactions, et des dialogues permet des apothéoses et carnages sans qu' à aucun moment j'ai pu y voir une fin en soi. La posture du protagoniste principal, qui ressemble à celle d'une personne très énervée qu'on lui ait balancé un coup de marteau sans raison et sans préavis, mue la chasse à l'homme en péripéties loufoques, à la limite de l'absurde. Survie sans mélo, rétrécissement de l'angoisse au profit d'un bon sens de survie.

3. Les personnages
Les seconds rôles sont magnifiques. Manchette décrit bien, il a un style fluide et précis.

Un extrait.

C'est la cavale, le personnage atterrit chez un ami de jeunesse.


- Tu penses, dit Liétard quand ils furent attablés au rez-de-chaussée devant leur steack tartare qu'un excès de condiment dément faisait noircir dans l'assiette, tu penses qu'on a voulu te supprimer à cause du type que tu as ramassé sur la route, l'autre nuit ?
- Moi ? Pourquoi ? dit Gerfaut.
-C'est ce que tu as dis hier soir. Tu as dit que tu penses qu'on croit que tu as écrasé ce type ou quelque chose, et ses copains veulent le venger.
- Excuse-moi, j'ai pas compris, dit Gerfaut en secouant énergiquement la tête.
Liétard répéta.
-Ah oui, dit Gerfaut. Oui. Enfin, je ne sais pas.
- Tu devrais parler à la police. (Liétard versa du Médoc.)
-J'ai pas envie.
Ils se regardèrent un instant en mâchant.
-Tu veux rester ici quelques jours ? proposa Liétard.
-Non, non.
-Demain après-midi, à la télé, ah les salauds ! Tu as vu ? dit Liétard. Le fuller hier soir ? En v.f, les enculés ! Ah non, c'est vrai, tu n'as pas vu. Qu'est-ce que je disais ? Oui ! Demain après-midi, ils passent le réveil de la sorcière rouge d'Edward Ludwig. Vraiment fou. Je pleure à la fin. Tu sais, ajouta t'il, le truc qui me tue à chaque fois, je ne comprends pas comment ça fonctionne mais c'est garanti, c'est quand les gens morts ressucitent à la fin, comme dans Yang Kwei Fei, ou Madame Muir. Tiens, même Ce n'est qu'un au revoir, à chaque coup je me dis merde quelle connerie militariste, et à la fin ça ne rate jamais, quand Donald Crisp et la mère O'Hara se pointent sur la pente, vlan ! (il fit un geste pour indiquer avec exagération que des larmes alors ruisselaient sur son visage.)
-honhon, fit Gerfaut qui n'avait pas la moindre idée de ce dont Liétard parlait.
Ils finirent leur tartare et leur vin. Il était neuf heures du soir. Ils allumèrent des cigarettes. Gerfaut demanda  à Liétard s'il n'avait pas un peu de musique à mettre.
-Comme quoi?
-Un petit bleu de la côte Ouest, dit Gerfaut.
-Kleine Frauen, dit Liétard, kleine lieder, ach, man liebt und liebt sie wieder. les petites femmes, expliqua-t il, les petites chansons, on les aime encore et encore, le petit bleu de la côte Ouest c'est toi. Désolé mon pote. J'ai que du hard bop.
- Déjà au lycée, dit Gerfaut, nous n'étions pas d'accord.


Cet extrait n'est pas représentatif du roman, qui suit davantage l'action que les huis clos, c'est juste une parenthèse du récit, qui , en plus d'expliciter le titre du roman, présente un savoureux tableau d'amitié. je trouve.

Je disais dernierement sur un fil que l'absence de cohérence psychologique m'agaçait dans un livre, ici non seulement il n'y en a pas , de psychologie, mais en plus cette absence de psychologie ne handicape pas la cohérence. une bonne leçon pour mes aprioris.


mots-clés : #polar
par Nadine
le Dim 12 Fév - 11:08
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Jean Patrick Manchette
Réponses: 18
Vues: 612

Henning Mankell

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Mankel10

L'HOMME INQUIEI


A travers la dernière enquête de Wallander, conçue comme un "témoignage" sur la vie de l'enquêteur, on devine la présence de l'auteur, Mankell lui-même.
Certes, Wallander est atteint de divers troubles et pathologies. Dont le plus inquiétant (pour lui) porte sur ses "absences".
Il sent qu'il vieillit et que sa vie n'est plus qu'un processus de démolition.
Wallander a soixante ans et il va être bientôt à la retraite. Au delà d'un avenir qu'il sent menacé, il y a le bilan désenchanté d'une vie marquée par la solitude, l'incompréhension des autres et du monde où il vit.

Il n'a compris son père que trop tardivement.
Ses amours se sont mal terminées et Wallander se sent seul.
Son dernier point d'ancrage est sa fille et surtout sa petite fille.
Tout ce qu'il a vécu publiquement ou en privé l'a laissé dubitatif.
Il se reproche de n'avoir pas essayé de mieux comprendre la réalite sociale et politique et de se sentir trop ignorant et démuni.
Finalement, le bilan de cette dernière enquête est négatif sur le strict plan policier.
Il y a infiniment plus de questions que de réponses.
En même temps, il le reconnait et l'accepte.
Son comportement a toujours été fait d'honnêteté, de courage et d'entêtement.
En quête d'une vérité trop complexe et fuyante pour être comprise.
Et il pourrait conclure comme Dostoievski qu'il y a plus de punis que de coupables.

Mankell était différent de son personnage. Instruit, cultivé, engagé politiquement et socialement.
Mais comme lui, il est en quête d'une réalité autre que décevante et mouvante.
Et finalement menacé d'une mort imminente.
C'est cela qu'ils se ressemblent et en cela qu'il nous émeut comme jamais.


mots-clés : #polar
par bix_229
le Ven 10 Fév - 17:49
 
Rechercher dans: Écrivains de Scandinavie
Sujet: Henning Mankell
Réponses: 39
Vues: 2452

L'Anonyme de chez Sonatine

Psycho Killer

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylyc125


Tout semble paisible à B Movie Hell, 3672 habitants. Jusqu’au jour où un tueur mystérieux portant un masque en forme de crâne, surmonté d’une crête iroquoise rouge se mette à assassiner tranquillement certains des habitants de la ville. Le FBI confie l’affaire à un couple d’enquêteurs, Milena Fonseca et Jack Munson, surnommé le Fantôme, spécialiste des opérations clandestines. Bientôt de mystérieux liens apparaissent entre cette terrifiante série de meurtres et un projet top secret du Département d’Etat, l’opération Blackwash. Alors que la paranoïa s’empare de la ville, la collaboration entre le FBI et les autorités locales s’annonce difficile. Les habitants de B Movie Hell, bien décidés à garder leurs nombreux secrets, entendent en effet résoudre seuls et sans aide extérieure cette histoire aussi terrifiante qu’enigmatique.


On en voulait d'avantage et l’anonyme l’a fait. Certes, pas de Bourbon Kid à l’horizon, mais une patte que l’on reconnaîtrait entre toutes.
L’auteur encore une fois prouve qu’il est le chef du film/fiction trash de la littérature, le pilier du genre Dark aux héros toujours aussi plaisants.  
On s’embrase encore une fois à cette lecture, le sourire aux lèvres  menant parfois au rire face à l’humour toujours aussi corrosif... et les pages tournent et défilent.
 Une entrée en matière qui présente un remake de massacre à la tronçonneuse, un costume pour notre tueur des plus absurdes se voulant terrorisant, des clins d’œil toujours aux grands classiques qui flirtent avec l‘affectif.
Comment ne pas vénérer la trame d’un tueur fou insolite entouré de personnages tout aussi  extravagants quand celui-ci  sollicite nos sens en éveil ?
En bref, un auteur toujours aussi déjanté qui possède encore une fois son lectorat et quelque chose me dit que ce n’est pas terminé.

Séduite je le suis encore !


mots-clés : #polar
par Ouliposuccion
le Jeu 9 Fév - 14:26
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: L'Anonyme de chez Sonatine
Réponses: 4
Vues: 685

L'Anonyme de chez Sonatine

L'Anonyme de chez Sonatine

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylyc121

Gros buzz , cet anonyme repéré par Sonatine devient le polar le plus attendu des sorties littéraires.
Qui se cache derrière ?
Les médias ont tenté de le découvrir en montrant du doigt
David Lynch...
David Bowie..
Tarantino..

tous ont démenti.


Bibliographie :

Pentalogie
- Le livre sans nom
- L'oeil de la lune
- Le cimetière du diable
- Le livre de la mort
-Le pape , le kid et l'iroquois

- Psycho killer






Afin de présenter cette Pentalogie culte pour les amateurs du genre , j'ai opté pour intégrer aux mots les trailers afin de vous plonger dans l'ambiance de cette lecture pour ceux qui ne l'ont pas lue , et faire revivre ces bons moments aux connaisseurs !

Le livre sans nom

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylyc131


Un serial killer surnommé The Bourbon Kid, des flics cinéphiles, un chasseur de primes sosie d'Elvis, une bombe sexuelle amnésique, des moines experts en arts martiaux, une pierre précieuse qui stoppe la rotation de la Lune… et un livre sans nom dont les lecteurs décèdent tous les uns après les autres. Un concentré de culture pop, un livre délirant dont on ne connaît pas l'auteur, un buzz énorme !


On ne parlait que de cet opus dans la section polar depuis maintenant plus d'un an , présenté comme le premier volet de la pentalogie culte.Je l'ai abordé avec un peu de recul , les médias nauséabonds nous distribuant du polar médiocre à gogo , le sceptissisme de rigueur s'impose.

Résultat...J'ai peu dormi , merci Sonatine puisque je ne peux nommer l'auteur déjanté.

Dès les premiers chapitres , je me suis vu propulsée dans l'univers du Bourbon Kid , serial killer revisitant le cinéma et non des moindres puisque les clins d'oeil littéraires ciblent Tarantino , les frères Cohen , Sergio Léone , des films collectors comme Seven ,Ring (...)

Le clone littéraire des géants du cinéma de genre est bien né. Les références 'pop' ne sont pas en option non plus , on passe du Janis Joplin à Elvis , Nirvana...

En un mot , ce livre est Rock'N'Roll !






L'oeil de la lune

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylyc128

Personne n’a oublié le Bourbon Kid, mystérieux tueur en série aux innombrables victimes. Ni les lecteurs du Livre sans nom, ni les habitants de Santa Mondega, l’étrange cité d’Amérique du Sud, où sommeillent toujours de terribles secrets. Alors que la ville s’apprête à fêter Halloween, le Bourbon Kid célèbre lui le dix-huitième anniversaire de son premier homicide. Il est alors loin de se douter qu’il est devenu la proie d’une agence très spéciale. Une proie particulièrement coriace, de celles qu’il ne faut pas rater, sous peine d’une impitoyable vengeance. Mais cela n’est rien à côté de ce qui attend Santa Mondega lorsqu’une mystérieuse momie disparaît du musée local….

Avec Le livre sans nom, diffusé sur Internet avant de devenir l’un des premiers ouvrages cultes du siècle nouveau, un auteur anonyme nous donnait pour la première fois l’équivalent littéraire des films jubilatoires et explosifs de Quentin Tarantino ou de Roberto Rodriguez. Avec L’œil de la lune, le même auteur, toujours aussi anonyme et déjanté, revient sur les lieux du crime pour un nouvel opus, tout aussi inclassable, de cette saga survoltée et jubilatoire. Les droits cinématographiques du Livre sans nom viennent d’être achetés par Don Murphy, producteur, entre autres, de Tueurs nés d’Oliver Stone, de Bully, et de From Hell.


Trash, ultra violent,  l'anonyme reste fidèle à lui même ,le scénario est toujours aussi bien ficelé , le Bourbon Kid est décidément définitivement attrayant ; c'est sans aucun doute pour toutes ces raisons que l'on fait impasse sur une rhétorique relativement simple , doublée d'un langage charretier un peu trop récurrent qui peut se montrer par moment rébarbatif aussi Rock'n'roll puisse être également cet opus. Ça sera mon seul Bémol !
Je le conseille à tous ceux qui ont aimé le livre sans nom , ne pas lire cette suite revient à s'arrêter au beau milieu d'un film jouissif qui vient de nous poser le paysage.

L'histoire continue...
Les uniques survivants du Livre sans nom reprennent du service et Tarantino cède sa place à John Wayne sans pour autant se retrouver dans un Western digne du Far West puisque celui ci nous offre en prime une science fiction en jouant la carte des loups garous , vampires et momie
Vous pensez que le mix est osé?

Alors rajoutez une dose de plus en y incluant le Saint Graal et le Christ et vous comprendrez la folie littéraire de cet Anonyme qui revisite plusieurs univers en nous projetant dans un trou noir d'humour grinçant et meurtrier.
Le monde des ténèbres est en effervescence et mon intérêt en prime n'est pas chassé...






Le cimetière du diable

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylyc130

Vous n’avez pas lu Le Livre sans nom ? Vous êtes donc encore de ce monde, et c’est tant mieux. Vous allez pouvoir assister à un spectacle sans précédent, mettant en scène Judy Garland, James Brown, Johnny Cash, les Blues Brothers, Kurt Cobain, Elvis Presley, Janis Joplin, Freddie Mercury, Michael Jackson… et le Bourbon Kid.

Les héros du Livre sans nom se retrouvent cette fois dans une délicieuse petite bourgade enplein milieu du désert pour assister à un festival de musique au nom prometteur : Back from the dead. Imaginez un Dix petits nègres rock revu et corrigé par Quentin Tarantino… Vous y êtes ? C’est encore mieux !

Critiques :
À propos du Livre sans nom : « Éparpillées façon puzzle, dynamitées, les conventions du roman noir. Le genre, ultracodifié et balisé, se renouvelle en allant puiser hors de ses frontières, assouvissant son besoin de sang neuf à la source de la culture pop. » Les Inrockuptibles

Plus on avance dans le livre , et plus une angoisse nous étreint : Y'aura-il-assez de survivants dans l'histoire pour qu'on ait le plaisir de lire une suite? The Booklist


Dès les premières pages , une évidence s'impose , "Le cimetière du diable" n'est pas la suite de L'Oeil de la lune.
L'histoire est toute autre , nous sommes loin de Santa Mondega,l'ambiance du livre change donc radicalement.
Nous retrouvons les personnages survivants mais cette fois-ci dans un décor charmant et onirique..."le cimetière du diable".
Cet opus en terme chronologique se place entre "le livre sans nom" et "L'oeil de la lune "cependant il n'est pas à bannir pour autant , les amateurs du Bourbon Kid vont retrouver leur serial killer convulsif égal à lui même ainsi que les autres personnages croisés.
Violence , humour noir , trash sont toujours le leitmotiv de l'Anonyme sous fond de zombis , de pacte avec le diable et de pop.
Scénario toujours aussi bien construit , ce qui fait la force du dernier opus de la trilogie , on ne lâche pas le livre.
Le bémol évoqué sur le langage charretier est doublement à montrer du doigt , on aimerait un Bourbon Kid plus charismatique , plus subtil ...Mais je passe l'éponge  le bad boy a gagné mon cœur.

A n'en pas douter , un quatrième opus fera sa rentrée , "l'oeil de la lune " ne reflète en rien une fin, et je serai dans les premières à replonger dans l'univers du buveur de bourbon.






Le livre de la mort

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylyc127


Il est sans doute préférable pour votre bien-être que personne n’inscrive jamais votre nom dans Le Livre de la mort, sans quoi il vous resterait très peu de temps pour formuler vos dernières volontés. Aussi on peut aisément comprendre que celui-ci fasse l’objet de multiples convoitises, en général assez mal intentionnées. Et que quelques contrariétés guettent son actuel détenteur, l’infortuné Sanchez.


Officiellement mort, le Bourbon Kid, le tueur le plus impitoyable que la terre ait jamais portée, devrait, pour sa part, pouvoir aspirer à des jours heureux en compagnie de Beth, son amour de jeunesse enfin retrouvé. Encore faudrait-il que sa nouvelle identité reste secrète, sans quoi ses nombreuses victimes et ses ennemis, plus nombreux encore, pourraient bien s’unir pour élaborer une terrible vengeance. Mais quand Beth est kidnappée et qu’il s’avère être le seul à pouvoir sauver la petite ville de Santa Mondega d’un terrible bain de sang, le Bourbon Kid n’a plus qu’une solution : revenir d’entre les morts. Plus sauvage et impitoyable que jamais.
Vous pensiez ne jamais plus rien pouvoir lire de plus déjanté et jubilatoire que les trois premières aventures du Bourbon Kid ? Vous aviez tort.



Après le cimetière du diable , retour à Santa Mondega où la suite de l'oeil de la lune s'enchaine à une allure folle.
On retrouve bien entendu le langage cher à notre  anonyme et non , le Rock  n'est pas mort !
Cet opus devrait réconcilier les déçus du cimetière du diable avec l'auteur. Pour ma part je le trouve aussi bon que l’œil de la lune , et oui , je continue de dévorer cette saga.
Toujours cette petite critique quant à la rhétorique...
Mais est-ce important au final quand un auteur transporte son lecteur dans un monde jubilatoire dans lequel le Bourbon Kid devient le serial killer le plus attendu dans les sorties littéraires , je vous laisse en compagnie du trailer !

Un pur régal de lecture et pour mon plus grand bonheur , je l'avais senti ce cinquième opus...






Le pape , le Kid et l'Iroquois

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylyc129


Vous aimez Grease, le Pape et les psychopathes ?
La rencontre explosive du Boubon Kid et du tueur à l'Iroquoise...
D'un côté, le Bourbon Kid, tenant du titre du tueur en série le plus impitoyable et le plus mystérieux que la terre n'ait jamais porté.
De l'autre, avec plus d'une centaine de victimes à son actif, l'Iroquois, blouson de cuir rouge, masque d'Halloween surmonté d'une crête, challenger et sérieux prétendant au titre.
Le combat s'annonce terrible.
Dans les coulisses : une organisation gouvernementale américaine top secrète spécialisée dans les opérations fantômes, une nonne, un sosie d'Elvis, quelques Hells Angels et une cible de choix pour nos psychopathes frénétiques : le pape, en voyage secret aux Etats-Unis.
Sur la musique de Grease, nous vous convions au spectacle littéraire le plus déjanté de la décennie.


Il semblerait que mon intuition ait été la bonne ! Pourquoi allez-vous me dire ?
Et bien le voici ce nouvel opus du Bourbon kid qui vient compléter cette tétralogie !
Gloire à lui !
On connait le Kid , on a eu un aperçu de l'Iroquois et, et quoi ? les voilà réunis !
On entre dans cet univers que l'on devine d'entrée de jeu , il est évident qu'il ne nous est plus inconnu , à l'instar de la plume de l'anonyme.
Et alors ? Les adorateurs vont-ils me maudire ?
Et alors on le dévore , on ricane à la lecture d'une répartie que l'on connait par cœur (pour ceux qui comme moi n'en ont pas loupé un) , On se jette comme un rapace sur les pages car on en connait l'odeur sanglante qui en émane , et non , l'Anonyme tel le ministre d'une culture désinvolte et tapageuse ne nous surprend pas , il reste dans son cadre sanguinaire et burlesque et on a beau se dire que l'on pourrait être surpris par un virage inédit , il ne vient pas...et peut-être qu'au fond , c'est la seule chose qu'on pourrait lui reprocher de jouer sur la facilité d'une recette qui fonctionne.
Pour autant , on ne lui en veut pas , du moins pas encore , les marteaux et les déboulonnés du ciboulot habitant ce livre font du bricolage de l'auteur un bouquin réussi qui ravira tous les amateurs du genre. Alors n'hésitez pas , ce n'est pas encore celui qui mènera à la déception.


mots-clés : #polar
par Ouliposuccion
le Jeu 9 Fév - 14:20
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: L'Anonyme de chez Sonatine
Réponses: 4
Vues: 685

Arthur Conan Doyle

"Sherlock Holmes, Etude en rouge"

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 52261110

En 1887 paraissait "une étude en rouge" un roman policier d'Arthur Conan Doyle qui nous révèle pour la première fois le personnage de Sherlock Holmes le détective londonnien et sa rencontre avec le Docteur Watson. Watson étant à la recherche d'un logement est mis sur la route de Sherlock dont le personnage l'intrigue, c'est le début d'une longue suite de romans et nouvelles contant leurs aventures et enquêtes. Cette première enquête aborde le monde des Mormons mais surtout décrit nos deux antagonistes et surtout les méhodes de travail de Holmes.
Il est généralement admis que Conan Doyle se serait inspiré d'Edgar Poe avec son enquêteur Dupin ou du détective Lecoq de Gaboriau, Conan Doyle ne s'en défend pas; au contraire il fait en sorte que Holmes lui même parle dans son récit de ces deux enquêteurs en se comparant à eux et ce à son propre avantage. Holmes se sert de la méthode de déduction pour en faire un Art



mots-clés : #polar
par Chamaco
le Lun 6 Fév - 19:20
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: Arthur Conan Doyle
Réponses: 14
Vues: 721

Sebastian Fitzek

Thérapie

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Thyrap10

Quatre ans après la disparition de sa petite fille inexplicablement malade, un psychiatre en rupture de ban quitte Berlin pour s'enfermer dans une maison de vacances située sur une île de la mer du Nord. Il est temps qu'il tire le bilan de ses quatre années écoulées et qu'il se décide à faire le deuil de sa petite Joséphine. Mais, une tempête éclate le coupant presque totalement du monde continental alors qu' une frêle jeune femme entre dans sa vie en lui distillant des informations sur l'enlèvement de sa fille tout en paraissant à la fois dangereuse et énigmatique.

L'accroche est plutôt pas mal mais assez rapidement des pans de la personnalité de Viktor Larenz se révèlent assez transparents ce qui enlèvent une partie du suspens. D'autant plus que, bien malgré moi, mon esprit ne pouvait s'empêcher de faire des comparaisons avec Fenêtre secrète (nouvelle écrite par Stephen King et filmée par David Koepp), comme si Sebastian Fitzek avait repris les éléments du film (la nouvelle et le film sont extrêmement différents) pour secouer l'ensemble et sortir de son chapeau un remodelage un peu particulier. L'écrivain schizophrène, les problèmes de téléphone, les soupçons paranoïaques envers la femme de Larenz (et mère de Joséphine), la peur de l'empoisonnement, le contact avec l'ami détective, la maladie mentale, etc. Beaucoup d'éléments donc, qui de ce fait, ont également un peu entravé ma lecture (comme une vague idée de déjà vu, déjà lu).

Néanmoins, Fitzek réussit assez bien , non pas à mystifier son lecteur, mais à l'emmener dans son intrigue, en lui laissant suffisamment d'espace pour qu'il se sente un peu enquêteur ou un peu psychiatre (si ce n'est malade) et en même temps à le laisser dans un flou assez dense pour qu'il ait envie de savoir ce qui va arriver.

Il aurait sans doute été plus judicieux que Fitzek ouvre de temps en temps l'intrigue sur l'extérieur car son huis-clos sur l'île quoique se calquant sur le huis-clos d'une séance psychiatrique tire un peu trop sur la longueur et sur une espèce de temps narratif tendu comme une flèche qui est d'une très (trop ?) grande simplicité (à mon goût). Je préfère les auteurs un peu plus tordus qui poussent leurs pions puis reviennent en arrière. Mais il ne faut pas oublier qu'il s'agit ici d'un premier roman fort bien maîtrisé (peut-être trop ?) qui va droit au but. Et je dois dire que la fin, pas forcément étonnante, mais malgré tout assez savoureuse est plutôt bien amenée.


Pas mal pour un début.


mots-clés : #polar
par shanidar
le Jeu 2 Fév - 16:49
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langue allemande
Sujet: Sebastian Fitzek
Réponses: 3
Vues: 413

Arnaldur Indridason

Hiver arctique

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylych83

trouvé au pied d’un immeuble de banlieue. Il avait 12 ans, rêvait de forêts, ses parents avaient divorcé et sa mère venait de Thaïlande. Erlendur et son équipe n’ont aucun indice, mais le frère aîné de la victime disparaît avec la complicité de sa mère. Erlendur va explorer tous les préjugés qu’éveille la présence croissante des immigrés dans une société fermée.
Une autre enquête mobilise Erlendur, une femme trompée, qui croyait au grand amour, a disparu, et une femme mystérieuse appelle le commissaire sur son portable pour pleurer, ce qui va permettre au commissaire de révéler ses dons de diplomate. Par ailleurs, son fils et sa fille s’obstinent à exiger des réponses qu’il n’a aucune envie de donner.


de nouveaux visages pour cet autre opus d'Indridason aux allures de sorties d'école , de racisme et de noirceur des cœurs à l'instar d'un pays sous l'emprise d'un climat glacial et mortel. L'auteur décrit au travers d'un polar le désœuvrement d'une société s'adonnant aux préjugés face à la méconnaissance de cultures diverses épousant alors la violence pour repousser les peurs ainsi qu'à ce grand phénomène très actuel qu'est une jeunesse évoluant entre échecs et agression gratuite afin d'exister .
Une société en proie au silence qui reste résignée face aux disparitions , paralysée et neurasthénique. Des sentiments qui ne se prononcent pas , enfouis et enterrés , se dispersant dans un néant affectif accablant. Ainsi va la provocation passive d'Indridason , une dénonciation sociétale étudiée et sous forme de polar à la trame pas si romanesque.
Dommage cependant que trop de similitudes soient si répétitives d'un livre à l'autre en ce qui concerne les vieux démons d'Arnaldur . Quelques longueurs dans cette intrigue qui fait par moment du sur place. Un peu déçue après « L'homme du lac » mais pas assez pour laisser cet auteur de côté.



mots-clés : #polar
par Ouliposuccion
le Mer 1 Fév - 8:20
 
Rechercher dans: Écrivains de Scandinavie
Sujet: Arnaldur Indridason
Réponses: 3
Vues: 368

Arnaldur Indridason

[b]L'homme du lac[/b]

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylych82

En juin 2000, un tremblement de terre provoque un  changement du niveau des eaux du lac de Kleifarvatn et découvre un squelette lesté par un émetteur radio portant des inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacées. Le commissaire Erlendur et son équipe s'intéressent alors aux disparitions non élucidées dans les années 60, ce qui conduit l'enquête vers les ambassades des pays de l'ex-bloc communiste et les étudiants islandais des jeunesses socialistes boursiers en Allemagne de l'Est, pendant la guerre froide. Tous ces jeunes gens sont revenus du pays frère brisés par la découverte de l'absurdité d'un système qui, pour faire le bonheur du peuple, jugeait nécessaire de le surveiller constamment.
Erlendur, séduit par un indice peu commun, une Ford Falcon des années 60, et ému par l'amour fidèle d'une crémière abandonnée, s'obstinera à remonter la piste de l'homme du lac dont il finira par découvrir le terrible secret.


Sous la plume d’Indridason , c’est une Islande pleine de surprises  que l’on rencontre  , celle qui se dessine un visage si particulier , parfois si éblouissant et si austère.
Durant ces 3 jours de lecture, je n’ai eu la tête qu’à ce livre en demandant grâce aux matins difficiles…
Sous un lac paisible s’esquisse ce récit, celui qui devient notre plus fidèle compagnon en nous entraînant au beau milieu d’une enquête qui nous mène en pleine guerre froide.  
Arnaldur Indridason nous décrit cette période  qu’on connait dans toute son horreur, celle  d’un dogme socialiste humaniste  radicalisé car très proche du nazisme, bien loin de ce que beaucoup de jeunes d’Europe de l’Est pouvaient espérer dans les années d’après-guerre et il faut reconnaître que fusionner l’historien et l’auteur de polar, c’est toujours assez jouissif.
C’est pourquoi  L’homme du lac est le livre d’une jeunesse,d’étudiants islandais boursiers envoyés en Allemagne de l’est au beau milieu des réseaux de services secrets du bloc communiste , de la surveillance réciproque et des réseaux de lutte prônant la liberté.
Loin des enquêtes  sans réelle racine, l’auteur s’emploie à donner de la substance à ses écrits en plus d’une intrigue bien menée, il ne fait pas que tourner en rond autour de celle-ci, il dépeint  une période, ce qui réconcilie le littéraire avec le polar.
Autant dire que les enquêtes d’Erlendur , homme cynique et insondable vont surement toutes atterrir dans ma bibliothèque avec convoitise.


mots-clés : #polar
par Ouliposuccion
le Mer 1 Fév - 8:14
 
Rechercher dans: Écrivains de Scandinavie
Sujet: Arnaldur Indridason
Réponses: 3
Vues: 368

CHOI Jae-hoon

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 51urhb10

Sept yeux de chat

De prime abord, en lisant ce livre, j'ai eu l'impression de me plonger dans un sept petits nègres à la sauce coréenne. Plutôt bien écrit, divertissant, sans grande originalité toutefois. Mais, juste au moment de connaître la clé de l'énigme, voilà qu'en fait de dénouement débuta une nouvelle histoire, qui, a priori, n'avait absolument rien à voir avec la précédente. Sentiment d'agacement, de frustration même !
Et puis… Et puis il faut bien l'avouer, ce diable d'auteur a un talent de conteur indéniable, qui vous emporte malgré vous ; je me suis prise au jeu de ces histoires en forme de poupées gigognes. Au fil de la lecture, les différents récits, en apparence disparates, se sont mis à se répondre entre eux, à jouer, à dialoguer. Je me suis alors muée en détective, traquant le détail qui éclairerait tout, m'amusant des différentes versions d'une même histoire, sans cesse renouvelée et pourtant si différente à chaque fois.

Bientôt,  mon esprit s'est mis à ressembler à ces tableaux d'enquêteurs que l'on voit dans les séries policières : des noms et des visages, reliés entre eux par de multiples traits. Mon esprit rationnel cherchait la logique de tout ça, et chaque détail qui semblait me mener plus près de la solution donnait naissance à une nouvelle connexion. Il y avait toujours plus de traits. Et puis, il y avait ceux que je croyais fixes et que je me devais tout à coup d'effacer ; ceux qui, malgré tous mes efforts, resteraient à jamais en pointillés ; et enfin tous ceux que je ne suis jamais parvenue à tracer...
Tout cela a fini par former un enchevêtrement invraisemblable, qui a bientôt pris des proportions monstrueuses, sans que je sois plus avancée pour autant…

Pour apprécier pleinement ce roman déroutant, il faut accepter de lâcher prise, de se laisser allègrement manipuler par l'auteur, et alors, tout cela devient assez jouissif. L'on se doute bien et que la clé de l'énigme ne rassemblera en rien aux policiers qu'on a l'habitude de lire, l'on commence même à douter qu'il y en ait une, mais on se laisse porter par cette imagination diabolique et débridée.
Dans ce cercle infernal, les histoires se renouvellent et se répondent à l'infini, avec quelques éléments qui, toujours, reviennent tels un leitmotiv. Et c'est pourquoi, alors que j'avais pris mon rythme de croisière et trouvais tout cela fort réjouissant, j'ai moins aimé la fin : l'auteur a dû sentir que j'étais plongée dans une petite routine qui s'amusait certes de ses bizarreries,  mais commençait à se sentir bien confortable. Il m'a alors sortie du cercle pour me plonger dans un nouveau récit qui  ne rentrait pas dans la danse et m'a encore plus déstabilisée. Et là, j'avoue que l'agacement est revenu, face à un auteur qui, décidément, ne fait rien comme tout le monde. Parce que vraiment, je ne comprenais plus rien, et que pour le coup, tout cela était peut-être un peu trop factice.

Alors, une fois le livre refermé, que reste t'il ? Une incontestable admiration pour cet auteur brillant qui m'a manipulée à l'envi.  Le sentiment d'une expérience de lecture hors normes, parfois frustrante, parfois hautement réjouissante.
Je suis retournée à ma petite réalité quotidienne avec, durant quelques instants, le sentiment qu'elle n'était peut-être qu'une illusion, celle que je me crée avec ma mémoire sélective et chancelante, et le prisme avec lequel j'ai choisi de la regarder…

(Ancien commentaire remanié)


mots-clés : #polar
par Armor
le Mar 24 Jan - 17:43
 
Rechercher dans: Écrivains d'Asie
Sujet: CHOI Jae-hoon
Réponses: 1
Vues: 391

Lecture Commune : les Polars

je viens de terminer un "détective"
de Anne Perry, traduit par Pascale Haas : "La révélation de Noël"

résumé : Pour Emily Radley, la belle-soeur du célèbre policier Thomas Pitt, les fêtes de Noël s'annoncent désastreuses. Elle doit quitter sur-le-champ Londres, ses enfants et les mondanités pour passer ce NOël 1895 en Irlande, auprès d'une tante agonisante qui l'a demandée auprès d'elle. Brusquement plongée au coeur du magnifique et sauvage Connémara, dans un petit village perdu au bord de l'océan, Emily ne s'imaginait pas une seconde être confrontée à une affaire de meurtre commis sept ans auparavant. Tandis qu'une tempête ramène sur la grève souvenirs et remords du passé, Emily, aussi à l'aise dans les tourbières irlandaises que dans un salon de la gentry, remue les consciences de la petite communauté, en quête d'un secret bien gardé.



mots-clés : #polar
par leroca87
le Mer 18 Jan - 15:17
 
Rechercher dans: Nos Lectures Communes
Sujet: Lecture Commune : les Polars
Réponses: 199
Vues: 6043

Dennis Lehane

Je viens de terminer Mystic river; j'ai par ailleurs déjà lu Shutter Island. Tout ça est bien ficelé, avec effectivement une attention certaine pour l'humanité des personnages (cf. le quartier irlandais déshérité dans le premier roman). Le thème de l'huis clos dans une île (deuxième roman) fait toujours recette (au moins avec moi), surtout couplé à une énigme, et encore mieux à l'aliénation. Au début du premier roman, j'ai eu une impression de déjà-vu quand un des trois gamins trace dans le ciment frais, et quand l'un d'eux part en voiture, emmené par les faux flics, j'ai compris que j'avais vu le film (d'Eastwood) avant de lire le livre (ce qui est surprenant, vu ma passoire de mémoire, mais témoigne de la puissance dramatique de ces images).  J'ai visionné le film de Scorsese tiré du second dans la foulée de ma lecture, également bien construit autour du double sens de l'intrigue.

On retrouve dans ces ouvrages, comme chez Connelly par exemple, et outre un certain pathos (un peu posé, caricatural), la même justification caractéristiquement nord-américaine de la vengeance, de l'auto-justice, de la violence en général, et la même croyance au Mal depuis Poe (traduit en français par Baudelaire et Mallarmé), traits qui posent quand même question.

« Nous sommes fatigués d’avoir peur, fatigués d’être tristes, fatigués de nous sentir débordés, fatigués de nous sentir fatigués. Nous aimerions que tout redevienne comme avant, qu’il soit possible de revenir à ce bon vieux temps dont nous ne nous souvenons même pas et, paradoxalement, nous fonçons vers l’avenir à toute vitesse. La patience et la tolérance sont les grandes sacrifiées du progrès. »
Dennis Lehane, « Shutter Island », « Troisième jour », 19




mots-clés : #polar
par Tristram
le Sam 14 Jan - 17:13
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Dennis Lehane
Réponses: 23
Vues: 787

Louise Penny

1° d'une série de 7  tomes.

 Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 51vgxu10
   

Three Pines , paisible village se réveille en ce dimanche matin de la Thanksgiving, on vient de découvrir le cadavre d'une veille dame, Melle Neal, ancienne institutrice très appréciée des villageois. À ses heures perdues, elle peint.C'est une peinture qui est responsable de sa mort. Pourquoi? Lisez et vous saurez! Au début, on pense à un accident de chasse, mais au fil du récit on découvre que c'est un meurtre. Qui en voulait à cette charmante dame? L'inspecteur-chef Armand Gamache mène l'enquête. Tout le monde se connait dans ce petit village perdu. Nombreux ont des secrets... C’est un livre agréable à lire.



mots-clés : #polar
par faustine
le Sam 14 Jan - 16:32
 
Rechercher dans: Écrivains du Canada
Sujet: Louise Penny
Réponses: 6
Vues: 527

R.J. Ellory

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 11800_10

Vendetta

Juste le début de l'histoire car un polar il ne faut pas trop dévoiler.  Cela commence par la découverte d'un cadavre dans une Mercury Turnpike cruiser XM de 1956, pas n'importe quelle voiture et le crime sera aussi particulier ; se greffe sur ce crime un enlèvement ; vous en savez assez pour titiller votre imagination !

J'ai toujours admiré l'habileté des auteurs à intégrer dans leurs fictions des personnages réels. Ici l'auteur se sert d'évènements connus par le monde entier et qui n'ont pas été élucidés ou bien dont la véracité a été mise en doute
Spoiler:
c'est autant vrai pour l'assassinat de Kennedy et Hoffa
.

Les personnages sont bien campés et la lectrice (le lecteur) découvre un peu plus profondément ce qu'elle, qu'il croyait connaître des arcanes de la mafia et des accointances avec le politique ; le "ripou".

C'est au rythme lent, prégnant, perturbant de la confession d'un tueur que se déroule le récit. Cet homme, criminel, psychopathe,  écoeure par la nature des crimes autant que par sa façon de les raconter, et pourtant après des heures de confession sur sa "carrière",  le lecteur découvre un sentiment qu'il peut partager avec lui : l'amour de la famille, les sacrifices que tout parent peut faire pour un enfant, son enfant.

L'auteur se joue de ses lecteurs en amenant ce sentiment filial alors que jusqu' à ce moment le mot "famille" ne faisait allusion qu' aux différents et nombreux gangs mafieux.

une lecture intéressante et qu'on ne lâche pas. On voyage aussi ce qui permet à l'auteur des digressions  sur l'histoire et l' ambiance de  plusieurs villes. La nouvelle-Orléans est tout particulièrement bien décrite avec ses humeurs, ses rythmes, son humanité.
Je me propose de revenir sur cet auteur car j' apprécie la première rencontre.

Extraits :

Il fallait vivre ici pour comprendre, il fallait être là, dans Lafayette Street, sur le quai de Toulouse, dans le marché français à vous faire ballotter en tous sens tandis que l'odeur fétide de l'humanité et les sons riches de ses rythmes brutaux vous assaillaient...

"Peut-être la chose la plus triste dans ma mort sera-t-elle ma vie."

Ca me sidérait, ça n'avait jamais cessé de me sidérer, que, en de telles situations, ces gens ne devinaient pas ce qui allait arriver. Ou peut-être qu'ils le devinaient et que, conscients que c'était inévitable, ils s'en remettaient au destin. Peut-être qu'ils survivraient. peut-être qu'ils croyaient que Dieu serait de leur côté et les tirerait de là. Mais je savais pertinemment que Dieu était le pire lâcheur qui ait jamais existé.

Je me suis essuyé les mains sur le drap, que j'ai balancé dans le coffre, puis, après être remonté dans la voiture, j'ai allumé une fois de plus le contact et effectué plusieurs allers-retours sur le corps pour faire bonne mesure. J'ai remonté les vitres, verrouillé les portes et suis retourné à l'endroit où le corps écrabouillé de Chevron gisait à demi enterré dans la terre meuble au milieu des arbres. J' ai saisi ses mains l'une après l'autre et, au moyen du cric, lui ai écrasé les doigts sur une pierre pour que ses empreintes digitales ne permettent aucune identification. J'ai fait de même avec sa machoire et le bas de son visage.


mots-clés : #polar
par Bédoulène
le Jeu 12 Jan - 17:41
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: R.J. Ellory
Réponses: 35
Vues: 1406

Katou

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Katou110 Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Katou210

Coloriste : Franz K

Là où dansent les morts

Il s'agit d'une adaptation en deux tomes d'un roman de Tony Hillerman.

Quelques mots sur Tony : Naissance en mai 1925, dans l'Oklahoma. Enfance originale où il fréquente les bancs de l'école avec des indiens pottawatomies et séminoles. Engagé volontaire dans l'infanterie pendant la seconde guerre mondiale, il reçoit pour sa bravoure au combat les plus hautes distinctions de l'US Army. De retour dans le civil, il commence une carrière de journaliste et d'universitaire.
Quand il donne à lire à un agent new-yorkais son premier roman, celui-ci lui demande d'enlever toutes les références... aux indiens ! Tony Hillerman n'abandonne pas et envoie son livre chez l'éditeur Harper & Row qui l'accepte immédiatement. La carrière de Tony Hillerman est alors lancée. Aujourd'hui, ses romans policiers se déroulant au cœur des réserves navajos ont fait le tour du monde. Aux Etats-Unis, ils permettront même aux jeunes indiens navajos et zunis de redécouvrir leurs traditions ancestrales.

Sympathique découverte que cette BD, dont le dessin, a priori, n'est pas celui que j'affectionne. Très classique, bourré de détails, la page est quasiment saturée par les traits ; cependant je me suis très vite familiarisée à cette surabondance et la découverte des univers navajos et zunis, la capacité de Katou à donner un maximum d'informations en un minimum d'espace m'a beaucoup intéressée.

L'histoire tient en deux lignes : un jeune navajo qui devait participer à une grande fête en enfilant les habits d'un dieu du feu est tué et son meilleur ami, un zuni (ennemi juré des navajos) a disparu. L'enquête est prise en charge par un policier zuni lancé à la poursuite de son jeune coreligionnaire. Il visitera ainsi les institutions navajos et américaines, un camp de hippies aux relations assez troubles avec le trafic de drogues et un camp de fouilles archéologiques qui devrait révolutionner l'histoire paléolithique américaine.

On le voit, les sujets brassés sont forts vastes et très efficacement traités par un dessinateur que l'on sent très à l'aise dans l'agencement du scénario et dans la prise en charge de ses personnages. L'intérêt dévie très rapidement de la simple enquête policière pour se tourner non seulement vers les us et coutumes des indiens mais également vers l'ensemble d'un territoire chargé d'Histoire.
Et Joe Leaphorn, le flic zuni, le traqueur par excellence, a beau faire partie du clan de ceux qui parlent lentement, son personnage fascinant, d'un stoïcisme saisissant, donne un sacré relief à l'aventure.

Je ne m'attendais pas à être aussi emballée par cette très riche BD.


mots-clés : #bd #minoriteethnique #polar
par shanidar
le Mar 10 Jan - 13:56
 
Rechercher dans: Bande dessinée et littérature illustrée
Sujet: Katou
Réponses: 5
Vues: 363

Arnaldur Indridason

Etranges rivages 

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Image312

Les étranges rivages, ce sont ceux des fjords de l’est islandais. Des rivages où des hommes, des femmes et des enfants disparaissent dans des tempêtes aussi soudaines qu'effroyables, et qu'on ne serait pas surpris de voir hantés par des revenants. C'est sur ces terres de son enfance qu’Erlendur revient pour un séjour comme une espèce de pèlerinage . Et que fait le commissaire pendant ses vacances ? Il enquête. Il tourne autour du pot aussi, car si l'objet de toutes ces préoccupations est  la disparition de son petit frère, à 8 ans, alors qu'il le  tenait par la main dans une tempête effroyable, il s'acharne sur d'autres disparitions, celles de soldats britanniques de l'armée d'occupations 1942 et surtout, le même jour celle de Mathildur, la plus étrange, sans doute. Cette fois, Erlendur n’ interroge pas des malfrats, mais de vieilles gens témoins d'une époque révolue, gardiens effrayés de secrets bien gardés, qui, à travers leurs propres histoires sauront le mener sur le chemin d'une certaine réconciliation avec lui-même.


Se basant sur l’idée , peut-être un peu simpliste, que trouver une explication aux épisodes les plus douloureux de sa vie, aussi difficile que cela puisse être, ne peut qu’apaiser, notre commissaire ne joue pas au policier, mais il ne peut s'empêcher de traquer une vérité qui lui a toujours manqué. Les personnages ont vieilli avec leurs secrets, et les dévoilent peu à peu, à contre-cœur, car ces vérités sont parfois insupportables, mais elles permettent finalement d’exister, de se retrouver,  de comprendre et pourquoi pas d ‘accepter.

Il y a une étrange poésie dans les scènes de rêves obsédantes, qu’on ne différencie pas toujours  très clairement de la reviviscence des scènes d’enfance émergeant peu à peu de la mémoire torturée d’Erlendur – et cette interpénétration entre cauchemars et souvenirs est à la fois lancinante et belle. L’intime est une souffrance, que cette enquête obstinée souhaite panser, à défaut de la  guérir.

(commentaire récupéré)



mots-clés : #polar
par topocl
le Lun 9 Jan - 10:13
 
Rechercher dans: Écrivains de Scandinavie
Sujet: Arnaldur Indridason
Réponses: 3
Vues: 368

Dashiell Hammett

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 220px-15

Sang maudit / The Dain Curse (1929)

Roman d'enquête publié en quatre partie dans la revue Black Mask. Un découpage qui impose, ou permet, de varier les plaisirs pour le Continental Op, le détective sans nom. Ce qui commence en vol de diamants se complique rapidement en meurtres mystérieux, un mystère qui s'entoure rapidement du mystère d'une malédiction et des écrans de fumée d'une secte. On ne manquera pas non plus de quitter la bonne société de San Francisco pour se réfugier dans une petite station balnéaire en  manque de succès. On peut deviner certains des nombreux rebondissements comme démasquer le coupable mais on se laisse faire dans les méandres de l'intrigue et ses complications. Et quatre épisodes et des personnages qui ne meurent pas tous à chaque fois ça aide à brouiller les pistes. Tout ça est au point mais reste alimentaire c'est vrai. Le reste aussi si on prend le temps d'y penser mais retrouver ce détective opiniâtre qui fait des efforts pour ne pas être trop sympathique fait plaisir. Dans l'ensemble c'est nettement moins violent que Moisson rouge si on fait abstraction des nombreux cadavres et d'un blessé en particulier (brrrrrr... ). Il y a cependant des points communs à chercher du côté des personnages secondaires moyens, du côté faillible des mathématiques personnelles et pour un penchant vers la marge, des états de consciences altérés et une presque héroïne dépendante au psychotropes. Ça donne de la substance et de la personnalité à cette recette plus éprouvée qu'éprouvante. Un bon moment de lecture, bigarrée sur fond noir, avec la générosité d'une lueur d'espoir cette fois.



mots-clés : #polar
par animal
le Dim 8 Jan - 21:09
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Dashiell Hammett
Réponses: 30
Vues: 1264

Craig Johnson

Dans l'idée de peut-être fournir des pistes pour la LC polars, voici les compte-rendus de ma lecture du début de la série (où il faut privilégier une lecture dans l'ordre). On n'est pas obligé de  lire tous ces comemntaires, çà pourrait  bien donner une indigestion, mais ramener l'un sans les autres n'avait guère de sens pour moi.

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0251-c10

Little Bird

Je vais tout de suite vous dire qu’à la fin de ma lecture, je me suis précipitée à faire des recherches, et… Quelle joie !… Craig Johnson a publié 11 romans en anglais, 7 sont traduits en français, dont 4 en poche… Que de plaisirs en perspective !
(Par contre il paraît que la série, Longmire, est décevante)

Quatre ans plus tôt, quatre jeunes gens ont violé la petite indienne Melissa Little Bird et sont restés presque impunis. Personne n'a oublié. Surtout pas le shérif Longmire, et, apparemment,  encore moins l’inconnu qui commence par descendre le premier des quatre.

Cela part comme un polar délectable. Le shérif est désabusé à souhait. Il s’est lié d’amitié lors de la guerre du Vietnam avec l’indien Henry Standing Bear, plein de sagesse et de bienveillance, une amitié qui s’exprime plus par les actes et les silences que par de grandes déclarations. L’enquête piétine. Ce n’est pas faute d’assistants passionnés et attachants, qui ont chacun leur sale caractère, leurs secrets, leurs sarcasmes facétieux et leur dévouement. Ce n’est pas faute non plus, on l'apprendra à la fin, d'indices déposés avec discrétion par l'auteur.
Peu à peu, tranquillement,  le suspense monte, tant par la progression de l’intrigue, par l'opacité du mystère que par l’enrichissement des liens qui unissent les personnages. La spiritualité indienne, l’évocation d’une nature sauvage,  les effroyables conditions météo, qui nous valent quelques scènes d’anthologie, contribuent à la progressive montée en puissance.
Et puis la fin… comme une claque: bien installé dans son fauteuil, on a cru savourer un excellent roman, et c’est bien plus que ça…  la fin est dérangeante et déchirante…

Il faut parler des dialogues. Je n’aime pas trop les livres qui regorgent de dialogues ; mais ceux –ci sont des dialogues de taiseux à l’humour décapant, pleins de mordant pour mieux cacher leurs fêlures. Les réparties,  des plus concises, s‘enchaînent en échanges décoiffants. Elles alternent avec les silences, les gestes ébauchés, les regards. Nul besoin de fioritures, cela claque, Craig Johnson ne recule devant aucune réplique monosyllabique. Et cela donne une ambiance de délicieux vieux westerns d’amitié virile. Mais justement il y a des femmes aussi, et pas des moindres.  

 
 Les morts veulent simplement la même chose que les vivants : qu’on les comprenne.


C’est vraiment excellent, ce mélange de douceur et de violence, de mélancolie et d’humour, de légèreté et de tragique..
Ouaip.






Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0343-c10

Le camp des morts

J'ai un peu moins aimé ce roman que Little Bird, mais peut-être, pour quelqu'un qui n'est habituellement amateur ni de polar ni de séries, aurait-il mieux valu faire une pause plus longue entre les 2 opus. Ainsi j'aurais été moins gênée par un scénario qui reprend un peu trop les grands axes du livre précédent : une mort dont le caractère criminel n'apparaît que dans un 2e temps, un suspect numéro 1 qui est un des intimes du shérif, une belle femme entreprenante prête à sauver Longmire de son marasme privé, la mise en avant d'une communauté minoritaire (les Indiens dans Little Bird, les Basques dans Le camp des morts), la montée progressive du récit, avec un long temps de mise en route avant l'accélération, le rôle capital des conditions climatiques effroyables dans le déroulement de l'intrigue.

Inversement, ce côté déjà-vu a ses avantages : on retrouve Durant, et comme c'est une petite ville, tout le monde se connaît, et nous aussi on finit par connaître tous les protagonistes, les importants et les secondaires, on se retrouve comme chez soi  dans tout ce petit monde, c’est un plaisir de voir les caractères se confirmer, et les répliques fuser. De profiter des silences, aussi, qui sont des temps forts du livre. Et cette nouvelle tempête de neige, bien différente de la première, il faut le reconnaître, ça a une sacrée gueule. Plus on avance dans la lecture, plus ce sentiment de familiarité fait qu'on s’y sent à l'aise, en empathie avec les personnages, prêt à savourer pleinement l'humour soigneusement distillé au fil des pages.  Le rythme s'accélère, l'intrigue se complexifie, et on finit par n'avoir qu'une envie, c'est tourner les pages, avancer - mais en prenant son temps, aussi, pour déguster le tendresse des personnages, cachée derrière leurs réparties incisives. Au final, c’est assez compliqué, la solution, moins sobre.

Bon, donc je ne pense pas lâcher Longmire, mais, je vais le laisser se reposer (il en a bien besoin , le pauvre) Et quand j’y reviendrai, ce sera comme rencontrer un vieux copain, retrouver ses tics et ses marottes,  ce sera peut-être le printemps, et j’aurai plaisir à découvrir ce qu’il va perdre, cette fois, lui qui déjà n’a plus d’illusions,  mais en plus a laissé au fil des livres une oreille et un œil.






Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 5263-c10

L'indien blanc

Peut-être que la mort n'existe pas, peut-être que la vie nous use à force d'amour, c'est tout.


Ce troisième tome m'a emportée.

Foin de l'intrigue policière,comme d'habitude assez compliquée,  et qui tient par moments du jeu de piste. Je m'en suis contre-fichée pendant toute ma lecture, tant j'étais embarquée par les personnages, par l'humain, par l'émotion. Je ne vais donc pas  parler de l'intrigue, mais pour ceux qui ont lu les précédents , sachez que Walter Longmire et Ours Debout (et le chien) vont à Philadelphie retrouver Cady, la fille du shérif, qui, à sa façon, a un rôle important dans l'affaire cette fois-ci, et que leur duo marche super bien. Cette amitié aussi rêche que solide est une source vivifiante pour l'auteur. Ils entrent en contact à titre personnel et professionnel avec toute la fameuse famille flic de Vic, et là aussi c'est une grande réussite. Pas de tempête de neige ici, (on est en avril) mais une scène cruciale en forêt sous une pluie battante, et quelques épisodes de visions indiennes.

Malgré le drame qui prend à la gorge, on retrouve tout au long des pages l'humour désenchanté de Craig Johnson, et notamment, on  découvre ici la clé de la tactique d'enquête de Walter Longmire :

   
Lorsque je cherche des bonbons, je vais dans un magasin de bonbons.


Surtout, surtout, c'est le livre le plus déchirant que j'ai lu depuis longtemps(peut-être depuis un certain autre livre de chez Gallmeister). Je n'aurais jamais cru qu'un polar puisse m'émouvoir à ce point. La tendresse et le respect entre les personnages, l'attention amicale, et surtout l'amour indicible des parents pour leurs enfants adultes : il y a des pages et des pages où l'on est dévoré de compassion pour les personnages qui se débattent dans leur détresse. Quant à Longmire, totalement désespéré ,  il n'en met pas moins tous ses espoirs et sa confiance dans la jeunesse, ce qui est assez admirable chez un homme aussi désabusé.

Enfin, pour ceux qui connaissent Philadelphie, il y a d'incessantes ballades, déambulations, courses poursuites dans la ville qu'il doit être encore plus agréable de partager en la connaissant.

Et puis,  les dialogues, cette fois-ci, sont parfaits.






Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 10087310

Tombé du ciel (nouvelle)

C’est une petite nouvelle (12 pages) offerte gracieusement par les libraires aux fidèles de Gallmeister, (histoire de faire un peu de pub au passage pour Molosses, le sixième tome sorti récemment). Je l'ai donc plutôt mérité.

On y retrouve le shériff Longmire, le 1er janvier 2000, deux mois après la mort de sa femme Marta. Il n’est pas encore sorti de son vieux peignoir crasseux, et il fait peine à voir. Mais il n'en continue pas moins à s'occuper des chats écrasés du Comté, et n'est pas loin de se prendre pour Jésus Christ.

Savoureux et drôle.





Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 5362-c10

Enfants de poussière

Une fois passé le premier chapitre qui est un morceau choisi d'émotion tendre et triste (Longmire voit Cady, sa fille adulte, en même temps l'aimer  et lui échapper),...

 
Elle était belle, et le casse-pieds là-dedans, c'était qu'elle le savait.
   Cela lui permettait d'obtenir à peu près tout ce qu'elle voulait. La beauté, c'est le télépéage de la vie. Moi j'ai la chance de pouvoir emprunter les bandes  d'arrêt d'urgence.


...on passe à l'exposé de l'intrigue, une fois de plus fort compliquée, et j'ai eu mon moment de déception. Et puis, après le premier tiers, j'ai retrouvé le Longmire que j'aime, cet homme meurtri et sensible.

Comme la jeune femme assassinée est vietnamienne, les traumatismes de la guerre du Vietnam remontent, l’histoire vietnamienne avec les flashs-backs qui s'intercallent, n'est d 'ailleurs pas toujours à la hauteur de l'intrigue principale, même si elle gagne beaucoup sur la fin.  

   Elle [la guerre] avait aussi épuisé son stock de nourriture, de munitions et de médicaments  - les morts étaient une des rares choses qui semblaient toujours se trouver en abondance.


Walt a bien besoin de l'aide  matérielle et affective de toute sa bande : l'Ours toujours fidèle mais droit, Cady qui se remet courageusement de l'épisode précédent et retrouve Michael, Vic dont il ne sait toujours pas si elle l'aime ou a pitié de lui, et tous les autres qui se décarcassent autour de lui. Il y a aussi cette hallucinante ville-fantôme protégée par les serpents à sonnette,...

   Il semblait  que la vie avait choisi de déserter pour aller se cacher dans les fissures aux bords déchiquetés de ce paysage rude et qu'elle avait oublié de revenir.


... ce géant indien psychopathe, et les éternelles interrogations existentielles de Walt. Sans parler de la sueur qui transperce les chemises.

L'émotion  revient, la réserve et la pudeur de cet homme qui a toujours besoin  d'être dans le vrai . Ce poor lonesome shérif. J'ai rarement vu autant de drôlerie mêlée à tant détresse.

On referme  le livre, on soupire d'aise et... Mais qu'est-ce qu'ils vont devenir ?... ils sont tous si attachants...





Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0602-c10

Dark Horse

   Je déteste être celle qui t'annonce ça, à toi, qui as vingt quatre ans de métier, mais certaines personnes sont en prison parce qu'elles sont coupables.


Oui ,mais si Walt Longmire, le shérif solitaire, a décidé que Mary Barsad, qui est enfermée dans l'une  des cellules dont il a la responsabilité, est innocente, il ne va pas hésiter à mouiller la chemise pour le prouver. Il part donc pour Absalom, où celle-ci est censée avoir tué son mari de 6 balles dans la tête pendant son sommeil, et qui n'est pas particulièrement une petite ville accueillante à l'étranger. A l'entrée du cimetière, est écrit en lettres gothiques : VOUS QUI ENTREZ ICI, ABANDONNEZ TOUT ESPOIR, et cela pourrait bien être inscrit en grosses lettres à l'entrée de la ville.

C'est l'occasion de quelques beaux portraits de paumés sympathiques ou de fieffés salauds. La présence que Craig Johnson parvient à leur tailler, compense un peu le fait que cette fois-ci, Craig Johnson fait  pour l'essentiel  cavalier seul, c'est le cas de le dire, heureusement soutenu par son ami Le Chien et les conversations qu'ils partagent, et que, si l'on voit passer Vic et l'Ours dans des passages plutôt puissants, ceux-ci restent rares.

On aura donc peu de nouvelles de la tribu  Longmire, juste un coup de fil de Cady, et c'est un peu frustrant, évidemment. Par contre l'intrigue policière, quoique bien tordue, échappe à l'excessive complexité qui a pu dérouter parfois dans les précédents opus. Et on approfondit notre connaissance du toujours généreux shérif Longmire,    qui notamment  retrouve les lieux de son enfance et révèle sa grande tendresse pour les chevaux. Quant à sa capacité à s'impliquer physiquement, qui donne quelques scènes d'action et chevauchées dignes des meilleurs westerns, elle n'est pas nouvelle, mais n'a pas fini de nous étonner…





Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0732-c10

Molosses

Quel plaisir de lire cette excellente cuvée !

Longmire, le shérif mélancolique qui aime mieux les chiens que les hommes, ou en tout cas sait mieux leur parler, se lance, pour la Saint-Valentin, dans une nouvelle enquête alors que l'hiver n'en finit plus de proposer ses températures de -20°, sa neige et son blizzard. Il va évidemment y récolter quelques blessures et bleus à l'âme supplémentaires. Vic, qui se découvre des besoins de stabilité et jure toujours comme un charretier , est au meilleur de sa forme, ce qui n'est pas le cas du Basque qui a perdu son bel entrain. Quant à Cady elle vit sa vie à Philadelphie, présente-absente éternelle. On les connaît de mieux en mieux et c'est un réel régal de retrouver leurs répliques afutées ..Et les nouveaux personnages, ceux qui alimentent l'enquête,  ont leur présence époustouflante bien à eux.

L'intrigue est une fois de plus compliquée à souhait, mais pour la première fois, je crois que j'ai absolument  tout compris (je ne sais pas si c'est Craig Johnson ou moi qui progresse).
Toujours le rire et le désenchantement, , la petite ville perdue du Wyoming, les vieilles bagnoles, et cette fois-ci, cerise sur le gâteau, l’essentiel se déroule sous l’œil de deux molosses qui gardent un casse de voitures-déchetterie municipale d’anthologie.







Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0848-c10

Tous les démons sont ici

 
 Je restais là, dans la neige tourbillonnante, planté comme une sentinelle des montagnes, mais c'était bon d'être debout, de ne pas tomber, de ne pas céder, de ne pas mourir - à nouveau.


Et nous voilà repartis pour une aventure avec Walt Longmire ! Et pas  des moindres. L’exposition  de la nouvelle situation (un géant psychopathe pire que psychopathe qui défie le FBI et la mémoire d'un jeune indien assassiné)  nous fait renouer avec l'humour féroce de Craig Johnson. Ce début drôle comme tout amène   Longmire à se jeter comme un fou qu'il est dans une chasse à l'homme hallucinante, à l'assaut une  fois encore  des Bighorn Mountains, dans le froid, le vent , la neige et le  brouillard pour une quête hallucinée. Hallucinée est le mot car au fil du temps la quête, placée sous l'emblème de l'Enfer de Dante, prend une  intensité pathétique, troublante, fascinante. Difficile d'en dire plus, mais Longmire est une fois de plus protégé par les Esprits Cheyennes, obstiné jusqu'à l'épuisement, mais transporté par une force aussi magique que poétique. Et la fin, que je ne vais surtout pas dévoiler, réinvente complètement le roman et invite à une relecture.

On en reste tout retourné, captivé par cette lutte entre réalité et magie indienne. C'est un épisode où Longmire fonctionne presque en solo, mais si bien mené, si inventif et haletant que l'équipe du shérif (qui suit son chef à la trace à distance) ne nous manque presque pas.

Craig Johnson est décidément très fort, formidablement créatif, ce n'est pas le genre à tourner en rond dans une série planplan, il invente, il défie le lecteur, il l'épate !


(commentaires récupérés)
Voilà, j'en suis là, faiut que je me trouve À vol d'oiseau, et Steamboat


mots-clés : #polar
par topocl
le Sam 7 Jan - 14:14
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Craig Johnson
Réponses: 15
Vues: 661

Thierry Jonquet

La bête et la belle

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Image258

On se dit au début que c’est un petit roman noir, assez drôle, qui ne craint pas la caricature (mais c'est un conte, n'est-ce pas) et qui ne se fatigue pas à creuser ses personnages, ni à  tirer pas autant profit qu'on l'aurait voulu de sa situation dans une banlieue ouvrière. On apprend finalement que c'est une double supercherie, dans laquelle j'ai totalement marché, et que j'ai donc trouvée habilement menée. C'est donc sur la fin assez malin et cocasse, les défauts-même s'expliquent plus ou moins, mais j'ai trouvé le chemin un peu long avant de le découvrir.

(commentaire récupéré, c’est drôle, parce qu'à distance l'impression qui me reste est bien meilleure)
mots-clés : #creationartistique #polar
par topocl
le Ven 6 Jan - 9:48
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Thierry Jonquet
Réponses: 5
Vues: 532

Revenir en haut

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Sauter vers: