Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -31%
Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie ...
Voir le deal
45.55 €

Poésie

Page 23 sur 26 Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24, 25, 26  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Bédoulène le Mar 4 Fév - 16:47

initiation !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14589
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par bix_229 le Sam 15 Fév - 19:24

The song of Wandering Aengus




I went out to the hazel wood,
Because a fire was in my head,
And cut and peeled a hazel wand,
And hooked a berry to a thread;
And when white moths were on the wing,
And moth-like stars were flickering out,
I dropped the berry in a stream
And caught a little silver trout
 
When I had laid it on the floor
I went to blow the fire aflame,
But something rustled on the floor,
And some one called me by my name:
It had become a glimmering girl
With apple blossom in her hair
Who called me by my name and ran
And faded through the brightening air.
 
Though I am old with wandering
Through hollow lands and hilly lands,
I will find out where she has gone,
And kiss her lips and take her hands;
And walk among long dappled grass,
And pluck till time and times are done
The silver apples of the moon,
The golden apples of the sun.


James Butler Yeats
Mis en vers français par : :copyright: ChristianTanguy

La Chanson du Voyageur Aengus




J’allai jusqu’au bois de noisetier
Poussé par un feu dans mon coeur
Je taillai une ligne de noisetier
Et pendis une baie à mon fil
Et quand les phalènes reprirent leur vol
Et les étoiles filantes leurs sauts
Je plongeai la baie dans le torrent
Jusqu’à y prendre une truite d’argent
 
Quand je l’eus posée là par terre
J’allai pour remettre le feu en flammes
Mais quelque chose bruissait là par terre
Et quelqu’un appela mon nom :
Ce fut soudain une pétillante fille
Des fleurs de pommier aux cheveux
Qui appela mon nom puis s’en fut
Disparut dans les brumes de l’aube
 
Or bien que vieilli de voyages
Par basses terres et hautes terres
Je trouverai où elle se cache
J’aurai ses lèvres prendrai ses mains
Et j’irai le long des longues herbes mures
Cueillant jusqu’au bout du temps et des temps
Les pommes d’argent de la lune
Les pommes dorées du soleil
bix_229
bix_229

Messages : 11747
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Bédoulène le Dim 16 Fév - 8:30

cueille Bix !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14589
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par bix_229 le Lun 17 Fév - 16:19

Poème Amérindien


Quand je ne serai plus là, relâchez-moi,
Laissez-moi partir.
J'ai tellement de choses à faire et à voir.
Ne pleurez pas en pensant à moi,
Soyez reconnaissants pour les belles années,
Je vous ai donné mon amitié.
Vous pouvez seulement deviner
Le bonheur que vous m'avez apporté.
Je vous remercie de l'amour que chacun vous m'avez démontré,
Maintenant, il est temps de voyager seul.
Pour un court moment vous pouvez avoir de la peine.
La confiance vous apportera réconfort et consolation.
Nous serons séparés pour quelque temps.
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur.
Je ne suis pas loin et la vie continue …
Si vous avez besoin, appelez-moi et je viendrai.
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là.
Et si vous écoutez votre cœur, vous éprouverez clairement
La douceur de l'amour que j'apporterai.
Et quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous accueillir.
Absent de mon corps, présent avec Dieu.
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,
Je ne suis pas là, je ne dors pas,
Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d'automne,
Je suis l'éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l'étoile qui brille dans la nuit.
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,
Je ne suis pas là. Je ne suis pas mort.


Dernière édition par bix_229 le Ven 21 Fév - 18:38, édité 1 fois
bix_229
bix_229

Messages : 11747
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par bix_229 le Ven 21 Fév - 18:35

Alger la blanche


"J’habite une ville si candide
Qu’on l’appelle Alger la blanche
Ses maisons chaulées sont suspendues
En cascade en pain de sucre
En coquilles d’œufs brisés
En lait de lumière solaire
En éblouissante lessive passée au bleu
En plein milieu
De tout le bleu
D’une pomme bleue
Je tourne sur moi-même
Et je bats ce sucre bleu du ciel
Et je bats cette neige bleue du ciel
Bâtis sur des îles battues qui furent mille
Ville audacieuse Ville démarrée
Ville au large rapide à l’aventure
On l’appelle El Djezaïr
Comme un navire
De la compagnie Charles le Borgne."


Anna Gréki, Algérie Capitale Alger
Algériades.com

Anna Gréki, poétesse algérienne d'origine française, 1931-1966.
Militanteen faveur de l'indépendance, elle est arretée en mars 1957, torturée et internée dans un camp en 1958. Par la suite expulsée de sa patrie.
Elle y reviendra pour y mourir en 1966.
bix_229
bix_229

Messages : 11747
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Aventin le Mar 3 Mar - 19:29

Un petit moment avec Pascal Riou, prix Paul-Verlaine 2019 de poésie de l'Académie Française.
Un rien en retrait vis-à-vis du second invité (Pascal David), mais, entre autres, il donne presque envie de se pencher sur Claudel, surtout si, comme moi, vous avez tourné la tête devant le personnage Claudel, donc a fortiori devant ses écrits.

c'est ici
Aventin
Aventin

Messages : 1388
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par bix_229 le Jeu 5 Mar - 16:48

Chacun s'en va comme il peut,
les uns la poitrine entrouverte,
les autres avec une seule main,
les uns la carte d'identité en poche,
les autres dans l'âme,
les uns la lune vissée au sang,
et les autres n'ayant ni sang, ni lune, ni souvenirs.

Chacun s'en va même s'il ne peut,
les uns l'amour entre les dents,
les autres en se changeant la peau,
les uns avec la vie et la mort,
les autres avec la mort et la vie,
les uns la main sur l'épaule
et les autres sur l'épaule d'un autre.

Chacun s'en va parce qu'il s'en va,
les uns avec quelqu'un qui les hante,
les autres s'en s'être croisés avec personne,
les uns par la porte qui donne ou semble donner sur le chemin,
les autres par une porte dessinée sur le mur ou peut-être dans
l'air,
les uns sans avoir commencé à vivre
et les autres sans avoir commencé à vivre

Mais tous s'en vont les pieds attachés,
les uns par le chemin qu'ils ont fait,
les autres par celui qu'ils n'ont pas fait
et tous par celui qu'ils ne feront jamais.

Roberto Juarroz : Poésie verticale. - Points/Seuil


bix_229
bix_229

Messages : 11747
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par bix_229 le Lun 9 Mar - 20:11

Le laboratoire central de Max Jacob,

Echos d'échos des longues plaines
Et les chansons des émigrants!
Où sont les refrains d'autres temps
Que l'on a chanté tant et tant?
Où sont les filles aux belles dents
Qui l'amour par les chants retiennent?
Et mes chansons? qu'il m'en souvienne!
bix_229
bix_229

Messages : 11747
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Bédoulène le Mer 18 Mar - 8:43

LA TOUR DU MILIEU
     
       
         
 La Tour s'appelle Contagion, un grand incendie la couronne
jetant le mauvais air aux hommes.
Plus grand que la Tour du milieu
qui monte de la terre aux cieux.
Le chien géant, le chien géant
c'est lui qui garde le néant.
Voici les sœurs Épidémie :
l'une est reine de Zizanie,
l'autre est la veuve des poisons
La dame jaune en satin noir
ne se couche matin ni soir.
La dame jaune en robe rouge
s'entretient avec ce qui bouge,
interroge bruits des maisons
et la tempête lui répond :
« Cueillez le vent ! cueillez le vent !
Hé toi ! la girouette qui grince
quelles nouvelles des provinces ?
Tire le couvercle du volcan
la tortue de la terre aura l'éternuement
et l'œil vert de Minerve a le clignotement.
– L'aigle d'or et l'aigle d'argent
lèvent les courtines des temps.
Achille a renversé la coupe.
Poussière fine dans la soupe.
Tu verras l'enfant nu près de l'épine blanche,
poulain par taureau d'or à la messe un dimanche.
Le chien géant, le chien géant
fait gémir nuit et jour les flots de l'océan.

Max Jacob

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14589
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Tristram le Mer 18 Mar - 10:59

Dans l'air du temps, Bédoulène ! Éloquent, de plus !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 9970
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par bix_229 le Mer 18 Mar - 21:17

Poésie
de Carlos Drummond de Andrade
CRÉATION

Comme le béryl choisit l'anneau
comme le nuage choisit le paysage
la chevelure choisit la tête
où se poser

Et sur elle installe
sa nuit d'or ou sa sonate
dont la trame laisse deviner
ce sceau, cette extrême
étoile jamais prévue

Révélation
algue première
principe de flamme
corolle
qui se dépétalise, composant
mille vols immobiles d'oiseau,
et va redéployant en la femme
d'autres hypothèses d'être.

Tu es la rêverie d'une chevelure.

Carlos Drummond de Andrade (1902-1987) est considéré comme l'un des principaux poètes de la littérature brésilienne, par l'influence et la portée de son œuvre. Il est né à Itabira (Minas Gerais), le 31 octobre 1902 (ville dont le souvenir imprégnera une partie de son œuvre). Diplômé en pharmacie, il est resté fonctionnaire la majeure partie de sa vie, bien qu'il ait commencé à écrire très jeune et ce jusqu'à sa mort. Il est décédé le 17 août 1987 à Rio de Janeiro, douze jours après la mort de sa fille unique, l'écrivain Maria Julieta Drummond de Andrade. À part la poésie, il a également écrit des contes et des chroniques.

Wickipedia
bix_229
bix_229

Messages : 11747
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 20 Mar - 6:07

Un jour, dans un rayon de soleil tu te tiendras tout près
de moi
le vent sera doux
ce sera un jour de semaine sur un trottoir entre deux
fentes les passants nous frôleront tes mains sur mes
poignets tout ce temps que prendra ta bouche pour se
rendre jusqu'à la mienne.
On restera là jusqu'aux étoiles à se faire lancer des
regards mous.

Véronique Grenier, Hiroshimoi, p. 46.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2003
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par bix_229 le Dim 22 Mar - 19:17


POÈME À SEPT FACES (1930)

Quand je suis né, un ange tors
un de ceux qui vivent dans l’ombre
a dit : Tu vas, Carlos ! être gauche dans la vie.

Les maisons épient les hommes
qui courent après les femmes.
L’après-midi serait peut-être bleu
s’il n’y avait tant de désirs.

Le tramway passe bondé de jambes :
jambes blanches noires jaunes.
Pour quoi tant de jambes, mon Dieu, demande mon cœur.
Pourtant mes yeux ne demandent rien.

L’homme derrière sa moustache
est sérieux, simple et fort.
Il ne parle presque pas.
Il a quelques rares amis
l’homme derrière ses lunettes et sa moustache.

Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné
si tu savais que je n’étais pas Dieu
si tu savais que j’étais faible.

Monde, monde vaste monde,
si je m’appelais Raymonde
ce serait une rime pas une solution.
Monde, monde vaste monde,
plus vaste est mon cœur.

Je ne devrais pas te le dire
mais cette lune
mais ce cognac
nous bouleversent en diable.


Carlos Drummond de Andrade
bix_229
bix_229

Messages : 11747
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 23 Mar - 7:31

Je repêche ceci d'un recueil que j'ai acheté il n'y a pas si longtemps et qui serait à-propos avec tout ce qui nous arrive et nous préoccupe :

Dans l'enveloppe de la lettre datée d'un vingt-deux août, des semences :

La multiplication des communautés vient par frottements, par bébés entiers, par personnes sensibles.

Je renaîtrai dans une pièce qui est ton monde.

Voici des strates vitrifiées et des châssis doubles presque propres.

La tente tue l'herbe.

Ni un nid d'insectes ni un oeil de tempête, mais une poche feutrée à l'intérieur de laquelle j'ai chaud.

Plus tard, te remémorant les dialogues, tu sauras que l'eau remonte.

À cause de mon souhait, je verrai la glace, je me placerai pleinement à travers toi.

J'aurai lieu tout le temps.

Maude Pilon, L'air proche, p. 22.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2003
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Tristram le Mer 25 Mar - 21:04

Printemps des Poètes perturbé...
Voici le portfolio : https://www.printempsdespoetes.com/IMG/pdf/pdp2020-portfolio-10_200320.pdf

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 9970
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par animal le Mer 25 Mar - 21:13

En même temps pour le mini échantillon que j'en ai eu cette année même sur le versant poésie, comment dire, c'est dommage mais je comprends qu'on puisse se passer de l'événement (sans arrière pensée).

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 11086
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 39
Localisation : Tours

https://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par bix_229 le Dim 29 Mar - 16:54

Un poème, « Le Cygne » (1986.5), nous donne une synthèse des  thèmes de prédilection de HAI ZI
 
Dans la nuit, j’entends au loin des cygnes survoler un pont
et l’eau du fleuve dans mon corps
répond
 
ils survolent les terres de ma naissance, les terres du soir
quand un cygne se blesse
mais seule la brise est au courant
qu’il est déjà blessé lorsque lui vole encore
 
mais lourde est l’eau dans mon corps
comme ces battants de porte accrochés aux maisons
leur vol passe au dessus d’un pont lointain
je ne puis leur répondre d’un vol gracieux
 
ils passent comme la neige, rafale sur le cimetière
mais dans la neige, nulle route menant à ma porte
-le corps est sans portes- il n’y a que des doigts
plantés au cimetière, comme dix bougies meurtries par le froid
 
sur mes terres,
mes terres de naissance
un cygne se blesse
comme le chant d’un air d’autrefois

Hai Zi
Poète
Hai Zi, est le pseudonyme du poète chinois Zha Haisheng, il est un des poètes chinois les plus célèbres après la révolution culturelle. Wikipédia
Date et lieu de naissance : 24 mars 1964, Xian de Huaining, Anqing, Chine
Date et lieu de décès : 26 mars 1989, District de Shanhaiguan, Qinhuangdao, Chine
Enseignement : Peita
Influencé par : Friedrich Nietzsche, Vincent van Gogh, Henry David Thoreau.
bix_229
bix_229

Messages : 11747
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 30 Mar - 9:37

Je vais citer Leonard Cohen dans Le livre du désir :

«Chose»

Je suis cette chose qui a besoin de chanter
J'aime chanter
pour l'autre chose de ma bien-aimée
et pour mon Di-u cher et doux
J'aime chanter pour Lui et pour elle
et pour la fourrure au bas du ventre de ma chérie
si sainte que je veux descendre à genoux
d'une haute falaise
et voguer en chantant
dans le vent
si aimable
à mon esprit doux comme plume
Je suis cette chose
qui veut chanter
quand je me heurte au mépris
et au crachat des juges
Ô DI-U je veux chanter
Je suis
CETTE CHOSE QUI A BESOIN DE CHANTER

12 novembre 1991, Californie

p. 137
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2003
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Bédoulène le Lun 30 Mar - 10:14


Le jour tout neuf


Le jour tout neuf est là. Il ne sait pas encore

Qu’il est né. Sur la mer et le sable, il s’allonge

Et, travaillé par l’ombre, il poursuit son sommeil

Jusqu’au soir. Le couchant alors lui fait sentir

Qu’il a vécu, qu’il part et qu’il est illusoire

Autant que le cœur noir du silence est réel.



Cependant les oiseaux vont déployer leurs ailes,

Les enfants vont sourire aux volets de l’aurore.

Statue aux yeux vivants où fermente le rêve,

L’homme va s’enliser dans les bruits de la ville.

Il n’a pas entendu se refermer la porte

Mais s’ouvre en lui, sur la lumière, la nuit neuve.

Louis Guillaume (1907- 1971)

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14589
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Bédoulène le Lun 30 Mar - 18:46

LA CORDE DE L’ARBRE


Nous sommes faits à l’image des arbres
mais moins vaillants qu’eux hélas :
eux naissent debout
et ne se couchent que sous des vents de fin du monde

l’attente immobile de rien les justifie
ils ignorent l’ennui cette maladie d’homme

ils aiment nécessairement ce qui vient à eux
de la terre obscure et profonde
ils font vertu de feuilles de fleurs et de fruits
un soleil comme une pluie les contentent
un vol de passereaux les couronne

un arbre comme un homme frissonne
sous le baiser du ciel
mais il n’a nul besoin de la fable d’un dieu
pour en tirer la force qui l’élève

ô l’arbre qui boit le soleil puis la neige
qui dans l’orage échevelé se dresse face à l’éclair
il est l’obstination verticale
qui humilie l’homme au front baissé devant la mort

arbre muet en quoi le monde chante
libre contre son destin
parce qu’impavide ouvert à ce qui n’a pas de fin
dévorant l’espace

arbre dont l’insouciance fait signe dans le velours du soir
aux amants esseulés
aux animaux errants et aux âmes perdues

chose sans intention ni regret
qui ne compte pas ses feuilles
et dont l’écorce avale les blessures

corps affamé de ciel
solitude toute traversée
par la grande geste de l’univers

Jean-Pierre Siméon

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14589
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Poésie - Page 23 Empty Re: Poésie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 23 sur 26 Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24, 25, 26  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions autour des livres :: Nos lectures


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum