Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Ernst Jünger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Ernst Jünger

Message par Invité Ven 18 Aoû - 18:52

Ernst Jünger
(1895-1998)

102 ans le bougre !

premiereguerre - Ernst Jünger Akg11010

Ernst Jünger, né le 29 mars 1895 à Heidelberg et mort le 17 février 1998 à Riedlingen, est un écrivain allemand.

En tant que contemporain et témoin de l'histoire européenne du xxe siècle, Jünger a participé aux deux guerres mondiales, d'abord dans les troupes de choc au cours de la Première Guerre mondiale, puis comme officier de l'administration militaire d'occupation à Paris à partir de 1941. Devenu célèbre après la publication de ses souvenirs de la Première Guerre mondiale dans Orages d'acier en 1920, il a été une figure intellectuelle majeure de la révolution conservatrice à l'époque de Weimar, mais s'est tenu éloigné de la vie politique à partir de l'accession des nazis au pouvoir. Jusqu'à la fin de sa vie à plus de cent ans, il a publié des récits et de nombreux essais ainsi qu'un journal des années 1939 à 1948 puis de 1965 à 1996. Parmi ses récits, Sur les falaises de marbre (1939) est l'un des plus connus. Francophile et francophone, Ernst Jünger a vu son œuvre intégralement traduite en français et « [...] fait partie, avec Günter Grass et Heinrich Böll, des auteurs allemands les plus traduits en France ». Figure publique très controversée à partir de l'après-guerre dans son pays, il a reçu le prix Goethe en 1982 pour l'ensemble de son œuvre.

Julien Hervier, qui a dirigé l'édition des Journaux de guerre de Jünger dans la Bibliothèque de la Pléiade a écrit : « Si l'on voulait conclure sur Jünger, il faudrait avant tout éviter la facilité qui tend à accorder autant d'importance, sinon plus, à sa légende d'homme d'action, engagé dans la guerre, la politique et l'aventure, qu'aux milliers de pages de son œuvre d'écrivain ».

source wikipédia


Ouvrages traduits en français :

Récits et romans
Orages d'acier (In Stahlgewittern - 1920)
Le Combat comme expérience intérieure (Der Kampf als inneres Erlebnis - 1922) ; également traduit en français en 1934 sous le titre La guerre notre mère.
Lieutenant Sturm (Sturm -1923)
Le Boqueteau 125, Chronique des combats de tranchée (1918) (Das Wäldchen 125, eine Chronik aus den Grabenkämpfen, 1918 -1925)
Feu et sang - Bref épisode d'une grande bataille (Feuer und Blut. Ein kleiner Ausschnitt aus einer grossen Schlacht -1925)
Le Cœur aventureux (Das abenteuerliche Herz - 1929)
Jeux africains (Afrikanische Spiele - 1936)
Sur les falaises de marbre (Auf den Marmorklippen - 1939)
Voyage atlantique (Atlantische Fahrt - 1947)
Héliopolis (Heliopolis - 1949)
Visite à Godenholm (Besuch auf Godenholm - 1952)
Abeilles de verre (Gläserne Bienen - 1957)
San Pietro (1957)
Serpentara (1957)
Le Lance-pierres (Die Zwille - 1973)
Eumeswil (Eumeswil - 1977)
Le Problème d'Aladin (Aladins Problem - 1983)
Une dangereuse rencontre (Eine gefährliche Begegnung) (1985)
Trois chemins d'écolier - Tardive vengeance (Sp. R. - Drei Schulwege - 2003) — posthume

Essais:
Le Travailleur (Der Arbeiter - 1931)
Éloge des voyelles (Lob der Vokale - 1934)
Feu et mouvement- 1934
La Paix (Der Friede - 1946)
Le traité du Rebelle ou le recours aux forêts (Der Waldgänger - 1951)
Le Nœud Gordien (Der Gordische Knoten - 1953)
Traité du Sablier (Das Sanduhrbuch - 1954)
Mantrana (Mantrana, Einladung zu einem Spiel - 1958)
Le Mur du temps (An der Zeitmauer - 1959)
L'État universel (Der Weltstaat - 1960)
Chasses subtiles (Subtile Jagden - 1967)
Approches, drogues et ivresse (Annäherungen, Drogen und Rausch - 1970)
Rivarol et autres essais (1974)
Le contemplateur solitaire (1975)
L'Auteur et l'Écriture (Autor und Autorschaft - 1982)
Les ciseaux (Die Schere - 1990)

Journaux
Jardins et routes - pages de journal 1939-1940 (trad. fr. Plon 1942)
Journal de guerre (Strahlungen 1949, trad. fr. René Julliard 1951 et 1953)
Sous le signe de Halley, Paris, Gallimard, coll. Du monde entier, 1989. (ISBN 978-2-07-071673-9)
Soixante-dix s'efface (Siebzig verweht 1977)
Soixante-dix s’efface, I – Journal 1965-1970 (Siebzig verweht)
Soixante-dix s’efface, II – Journal 1971-1980 (Siebzig verweht II)
Soixante-dix s’efface, III – Journal 1981-1985 (Siebzig verweht III)
Soixante-dix s’efface, IV – Journal 1986-1990 (Siebzig verweht IV)
Soixante-dix s’efface, V – Journal 1991-1996 (Siebzig verweht V - 1997)

Correspondance
Ernst Jünger & Martin Heidegger, Correspondance 1949-1975, Christian Bourgois, 2010.
Lettres du front à sa famille. 1915-1918, Christian Bourgois, 2016

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Invité Ven 18 Aoû - 18:55

On a un fil Hyvernaud vs Jünger, alors ici c'est la parole à Ernst !

Auteur bien décrié pour son rapport au nazisme, mais il nous a laissé (au moins) un chef-d'oeuvre :

Sur les falaises de marbre :


premiereguerre - Ernst Jünger Sur-le10

Une belle découverte que ce roman. Merci à Julien Gracq de l'avoir loué dans ses Entretiens.
La traduction rend vraiment bien, car la langue est sublime. J'étais plongé dans un récit onirique, allégorique.
On ne sait pas tellement ce qu'on lit, on se laisse bercer, on flotte entre rêveries et angoisses.
Une dénonciation de la barbarie, de la montée du nazisme. Certainement, mais surtout une écriture qui ne peut laisser indifférent à mon avis.
Le genre qui repousse ou qui amène à demander toujours plus.

(rapatrié)

Et ça donne envie de lire autre chose de lui ! scratch

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Tristram Sam 28 Déc - 1:16

Je pense que tu fais allusion à des choses comme ça :
« Elle nous rappelle que toute grande œuvre, pour la vie qu'elle représente, est aussi, est d'abord, une mise au tombeau, et que sa formule au fond est toujours la formule de Goethe "Meurs ‒ et deviens." »
Julien Gracq, « Symbolique d'Ernst Jünger », in « Préférences »
Je rejoins Wikipédia sur le rapprochement suivant (encore que je ne sois pas sûr qu'il y ait réellement eu "influence", mais peut-être plutôt un "air du temps" dans la thématique) :
L'influence de Sur les falaises de marbre a été très vite remarquée, notamment sur Le Désert des Tartares de Dino Buzzati écrit un an plus tard, ou sur Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq, admirateur de Jünger avec qui il se lia d'amitié. Les trois romans présentent de nombreux traits communs, quant à leur thématique — l'attente du barbare —, leur style — très descriptif et laissant peu de place à l'action, quoique celle-ci soit moins présente encore chez Buzzati et Gracq qui la chassent hors des bornes du récit — ou quant au monde qu'ils décrivent — trois univers imaginaires, au bord du rêve : la « Marina » et la « Campagna » chez Jünger, le « Royaume » et « l'État du nord » chez Buzzati, « Orsenna » et le « Farghestan » chez Gracq. On retrouve enfin cette influence chez J. M. Coetzee (En attendant les barbares, 1980).
Tout ça me donne envie de le relire...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Bédoulène Sam 28 Déc - 8:20

c'est terrible car la lecture de ce livre me parait s'imposer (je n'ai pas lu donc ce livre ni celui de Gracq mais dans celui de Buzzati "le temps" est un facteur prégnant)

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19635
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Invité Sam 28 Déc - 22:14

Il me reste Le désert des tartares, avant d'entamer les relectures.

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Goswijn Sam 2 Jan - 18:58

J'ai fini il y a quelques jours Sur les falaises de marbre. A plusieurs reprises il m'a semblé qu'il y avait trop d'emphase, des idées banales avancées de manière retentissante. Par exemple (mon dieu, j'oublie vite lorsque cela ne me parle pas, soyez indulgents - et toutes mes excuses - en cas d'erreurs ou approximations), à un moment il y a une sorte de prêtre présenté, une évocation de son mode de vie isolée, puis un retournement absolument gratuit : mais peut-être était-ce cela la vraie vie ?
J'ai toutefois apprécié le parallèle fait entre la création humaine, imitant à un autre degré, (et) la divine

Goswijn

Messages : 18
Date d'inscription : 25/07/2020

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par bix_229 Sam 2 Jan - 19:15

Tu vraiment pas à t'excuser, Goswijn !
Au contraire.
On est là seulement pour donner un point de vue personnel et subjectif.
C'est la seule chose qui compte ici. premiereguerre - Ernst Jünger 3933839410
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Tristram Ven 9 Juil - 0:26

Lieutenant Sturm

premiereguerre - Ernst Jünger Lieute10

Novella d’inspiration autobiographique portant sur la Première Guerre mondiale, comme toutes les premières œuvres d’Ernst Jünger : aventures, et surtout sentiments et pensées de ce jeune lieutenant "Tempête" dans le fracas des tranchées au front.
La guerre est excitante, c’est l’action, la « vie plus intense », « l’ivresse de mort », une sorte de jeu viril, quoique le narrateur/ auteur regrettât qu’elle soit devenue une machine inhumaine à cause de la technicité dorénavant prépotente (artillerie, etc.) dans une perte de valeur de l’individu uniformisé face à l’État.
« Cet assujettissement brutal de la vie individuelle à une volonté sans réplique apparaissait ici avec une clarté cruelle. Le combat se déroulait à une échelle grandiose, auprès de quoi le destin d’un individu n’était rien. »

« Depuis qu’on était entré dans l’ère de la machine, tout avait été nivelé à un rythme accéléré. »
On retrouve la fascination pour l’acier et le métal en général, récurrente dans l’œuvre de Jünger.
Alternant avec les scènes de guerre, Tronck le dandy, Kiel « l’homme né de la guerre » et Falk l’amateur de littérature et des femmes, les trois portraits par et de Sturm qui les lit à ses deux compagnons d’armes, constituent une mise en abyme sur le modèle du Décaméron et des Mille et Une Nuits (ouvrages mentionnés).
Les considérations abordées ont une tournure d’œuvre de jeunesse, teintée de lyrisme romantique, de désinvolture et de décadentisme (on pense à Huysmans, Baudelaire et Wilde, d’autant qu’ils sont nommément cités).

\Mots-clés : #premiereguerre

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Bédoulène Ven 9 Juil - 7:51

je vais laisser l'inconscient fasciné

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19635
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Dreep Mer 20 Oct - 13:16

Sur les falaises de marbre

premiereguerre - Ernst Jünger 418jumytucl._sx327_bo1204203200_-1

Une première incursion plutôt décevante dans l’œuvre de Jünger. Pourtant, il me faut reconnaître avant tout qu’il s’agit d’un styliste impressionnant, et je comprends sans difficulté que Julien Gracq l’admirait. Les descriptions s’enchaînent, tissent comme l’araignée la plus consciencieuse et la plus acharnée l’environnement de cette étrange retraite. D’un bout à l’autre le texte est saturé de métaphores potentiellement enchanteresses, de notations sur la flore, et avec elles une ambiance particulière se créé, jusqu’au moment où cette atmosphère s’embrase. Passé cent pages j’avais l’impression assez déconcertante de ne pas avoir commencé. Il se trame quelque chose dès le début, mais à ce stade, toute rencontre, tout événement ont quelque chose de décoratif. Cela encore pourrait être séduisant, si ce n’est que toutes choses étaient liées sur un même plan, certes harmonieux, mais hermétique.

Je ne m’étonne guère que les personnages n’existent quasiment pas, ou plutôt, ils existent, mais le problème est que je n’aime pas la manière Jünger de les caractériser (en dépit de ce que la première page du récit laisse pressentir), et puis, ils sont comme les pantins d’une Histoire déjà écrite (du moins en grande partie) : on le sait, les allusions forment de manière plus ou moins transparente une évocation de ce qui se passait en Europe au moment (en 1939) où Jünger écrivait Sur les falaises de marbre. La montée des périls. Puis la guerre éclate dans le roman. Là où on l’on commence à anticiper (même si le déclenchement de la guerre, la vraie, devait être assez prévisible en 1939) on se lance dans quelque chose d’épique, Jünger se déchaîne et pourtant le récit à peine à sortir de sa chrysalide. J’ai décroché sérieusement. Est-ce mon manque de goût pour l’épique, ou est-ce parce que Jünger, dans le registre du conte ou de l’aventure, me semble quelque peu ankylosé ? Comme toujours avec les auteurs de cet envergure, c’est moi qui me sens un peu fautif, d’avoir loupé quelque chose ici. Évoquons une raison tout à fait prosaïque, je manquais de temps et donc ma lecture a été entrecoupée. J’ai bien envie de relire Sur les falaises de marbre en d’autres temps et d’autres circonstances.
Dreep
Dreep

Messages : 1411
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 30

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Tristram Mer 16 Fév - 10:35

Feu et sang − Bref épisode d'une grande bataille

premiereguerre - Ernst Jünger Feu_et10

« Feu et sang », le déluge de feu d’acier de la « préparation d’artillerie » d’une part, et de l’autre l’avancée de l’infanterie qui lui succède dans une percée du front tenu par les Britanniques dans les Hauts de France lors de la guerre de quatorze.
C’est un témoignage saisissant de violence des affrontements, dans un lyrisme exalté qui révèle un enthousiasme martial, viril et troublant.
L’aspect machinal et inhumain de la guerre est souligné.
« Ici, l’époque dont nous sommes issus abat ses cartes. La domination de la machine sur l’homme, du valet sur le maître devient évidente, et un déchirement profond qui commençait déjà en temps de paix à ébranler l’ordre économique et social se manifeste aussi de façon mortelle dans les batailles. Ici se dévoile le style d’une génération matérialiste et la technique fête son triomphe sanglant. »
Jünger rapporte « la volonté de combat », « la volonté de victoire » et « la fureur de combattre » ; il évoque même une sorte de démesure qui transcende l’homme.
« Je remarque aussitôt que la résolution que j’avais prise : ne jamais perdre la tête, est ici absolument inapplicable. Chacun devient par nécessité une partie vivante d’une force supérieure. Ici, on ne peut que se laisser manipuler et former par l’action de l’esprit du monde en personne. L’histoire est vécue en son foyer central. »

\Mots-clés : #guerre #premiereguerre

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Bédoulène Mer 16 Fév - 13:22



"dans un lyrisme exalté qui révèle un enthousiasme martial, viril et troublant.
L’aspect machinal et inhumain de la guerre est souligné."

donc l'auteur adhère me semble à la guerre ?

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19635
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Tristram Mer 16 Fév - 13:25

On ne peut pas prétendre le contraire. C'est d'ailleurs pourquoi j'avais créé en son temps le fil "Hyvernaud versus Jünger", tant les points de vue étaient opposés, représentatifs des deux auteurs sinon des deux nations en guerre...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Bédoulène Mer 16 Fév - 13:32

donc il me faudra jeter 2 yeux sur ton commentaire chez Hyvernaud !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19635
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Tristram Mer 16 Fév - 13:46

Oui, c'est un vieux fil, ouvert en 2016... pas "Hyvernaud", mais "Hyvernaud versus Jünger".

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Bédoulène Mer 16 Fév - 13:52

ok !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19635
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Tristram Jeu 27 Oct - 12:54

Le traité du rebelle ou le recours aux forêts suivi de Polarisations

premiereguerre - Ernst Jünger Le_tra11

Dans une note préliminaire le traducteur, Henri Plard, explicite le terme de « rebelle » employé pour « Waldgänger », mot emprunté à une coutume d'origine islandaise selon laquelle au Moyen Âge un proscrit s’exilait loin de la société.
Ce texte est un essai sur le vote (notamment des 2% de rebelles) sous une dictature.
« Nous vivons en des temps où nous interpellent sans cesse des pouvoirs inquisitoriaux. Et ces puissants ne sont pas uniquement animés d’une soif idéale de savoir. Lorsqu’ils s’approchent pour nous questionner, ils n’attendent pas de nous une contribution à la vérité objective, ni même à la solution de certaines difficultés. Peu leur importe notre solution ; c’est à notre réponse qu’ils tiennent. »
Au-delà de la statistique, cette minorité nécessaire justifie en quelque sorte le totalitarisme, et on reconnaît les échos de l'histoire bouleversée de la première partie du XXe.
« L’état pléthorique de la police, qui est en fait une véritable armée, a de quoi surprendre au premier abord, dans des empires où l’assentiment a pris cette puissance écrasante. Ce doit donc être le symptôme d’un accroissement du même ordre dans la force potentielle de la minorité. Et il en est bien ainsi. »

« L’espionnage introduit ses tentacules dans chaque pâté de maisons, dans chaque demeure. Il cherche même à pénétrer dans les familles et célèbre ses suprêmes triomphes lorsque les accusés requièrent contre eux-mêmes, au cours de procès pompeux : nous y voyons l’individu, devenu policier de soi-même, contribuer à sa propre perte. »

« Le choix des sphères qu’atteindra cette persécution demeure secondaire : il s’agira toujours de minorités qui tranchent par leur nature même sur le reste du peuple, ou que l’on définit tout exprès. Il va de soi que le péril s’étend à tous ceux qui se distinguent par leurs qualités héréditaires ou leurs talents. »
Écrit après-guerre, en pleine guerre froide, ce manifeste étrange, métaphorique, inspiré, confus, mêle mythologie, religion, métaphysique, arts (y compris de la guerre), et dénonce l’automatisme, la peur qui nous conduisent. Surtout, il promeut le « recours aux forêts » (refuge, « champ de sa bataille »), combat pour la liberté, individuel, voire élitiste.
« Or, avoir son destin propre, ou se laisser traiter comme un numéro : tel est le dilemme que chacun, certes, doit résoudre de nos jours, mais est seul à pouvoir trancher. »

« Nous vivons en des temps où la guerre et la paix ne sont plus guère discernables. »
Une remarque intéressante : c’est une sorte de regret de cette liberté qui fait qu’on « héroïse le malfaiteur ».
Agréablement difficile à rattacher à une tendance politique, ce discours de résistance à l’autorité et de défiance de l’État résonne pourtant toujours aujourd’hui.

Polarisations : dans cette brève mais brillante réflexion méditative, j’ai retrouvé le plaisir de lecture des Chasses subtiles, là aussi fondée sur l’observation naturaliste (voire ethnologique) revisitée par une expérience de pensée fort inventive.
« Une bouée de sauvetage, sur un grand navire, peut l’accompagner dans ses croisières des années durant, tout en restant fixée à la lisse. Puis on la met au rebut, sans qu’un homme en péril de noyade s’en soit jamais ceint. Des milliers de bouées naviguent ainsi sur toutes les mers et n’accèdent jamais à leur destination. Ce n’est pas une raison pour supprimer les bouées de sauvetage. La seule qui sauve réellement, quand le navire sombre, donne à toutes les autres leur sens.
Il faut ici se demander : en fait, donne-t-elle, cette unique bouée, leur sens à toutes les autres ? Ou le sens n’est-il pas bien plutôt replié en elles toutes, et l’autre, celle qui remplit son office, ne se borne-t-elle pas à le développer, à le confirmer, à le dégager ? »

\Mots-clés : #essai #philosophique #politique #xxesiecle

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Bédoulène Ven 28 Oct - 16:17

merci Tristram, une idée de "rebelle" qui pourrait me plaire (si j'avais du temps)

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19635
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

premiereguerre - Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum