Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

-26%
Le deal à ne pas rater :
DeLonghi Détartrant écologique pour machine à café 500ml
9.90 € 13.36 €
Voir le deal

Carlos Drummond de Andrade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Carlos Drummond de Andrade Empty Carlos Drummond de Andrade

Message par bix_229 Ven 10 Avr - 17:02

Carlos Drummond de Andrade
1902-1987

Carlos Drummond de Andrade Andrad10

Carlos Drummond de Andrade est né le 31 octobre 1902 à Itabira. Sa région natale imprégnera une partie de son œuvre. En 1919, il est expulsé du collège Anchieta des Jésuites à Nova Friburgo pour « insubordination mentale » lors de discussions avec son professeur de portugais. À partir de 1921, il commence à publier ses premiers poèmes. Il obtient son diplôme en pharmacie, mais n’exercera jamais la profession. Avec Emílio Moura il fonde A Revista, « La Revue », pour promouvoir le modernisme au Brésil.

En 1925, il épouse Dolores Dutra de Morais. En 1928, l’un de ses poèmes, No meio do caminho, « Au milieu du chemin... », publié dans la Revue d’Antropophagie de São Paulo, provoque l’un des plus grands scandales littéraires du Brésil.
En 1934, il occupe le poste de Chef de Cabinet du Ministère de l’Éducation, qu'il quitte en 1945 pour les rangs du communisme. Son expérience de militant va toutefois le conduire à un certain nombre de désillusions. Sa visite au dirigeant communiste Luís Carlos Prestes, emprisonné depuis près de dix ans par le gouvernement, et l’attitude conciliatrice de celui-ci vis-à-vis de Getúlio Vargas, le déçoivent. Il accepte toutefois l’invitation de Prestes d’être l’un des administrateurs de Tribuna Popular, « Tribune Populaire », la revue culturelle du Parti nouvellement créé, mais se sent rapidement mal à l’aise. Il continue cependant à participer à la revue en tant que simple collaborateur, en publiant des poèmes, des traductions et des critiques littéraires, puis finit par démissionner.

En 1946, il assume encore la présidence de l’Ateneu Garcia Lorca, ayant pour mission de lutter contre la dictature de Francisco Franco en Espagne, et participe à la progressiste « Association Brésilienne des Écrivains ». En 1949, il met définitivement fin à sa collaboration avec le Parti et redevient fonctionnaire public. Prenant sa retraite en 1962, il se consacre entièrement à ses activités littéraires.
Il décède le 17 août 1987 à Rio de Janeiro, douze jours après la mort de sa fille unique, l'écrivain Maria Julieta Drummond de Andrade.

L'œuvre de Carlos Drummond de Andrade, particulièrement son œuvre poétique, est l'une des plus importantes de la littérature brésilienne moderne, qui est marquée par un renouveau issu d'un désir conscient d'atteindre à une expression authentiquement nationale. Délaissant la poésie qui puisait son inspiration dans le pittoresque et le folklore, Carlos Drummond de Andrade s'engage résolument dans une voie révolutionnaire, tant par le fond que par la forme. Ainsi s'expliquent les appréciations divergentes, et quelquefois passionnées, que suscite son œuvre dense et une, qui surgit d'une recherche pénétrante et solitaire de la vie quotidienne en ce qu'elle a de plus immédiat et d'apparemment insignifiant. Conçu comme un « paysage moral », scruté par une intelligence aiguë au service d'une sensibilité frémissante et contenue, le quotidien révèle sa trame secrète et profonde.
sources : Les hommes sans épaules, Wikipédia et Encyclopaedias Universalis

Œuvre (traductions françaises)

- Conversation extraordinaire avec une dame de ma connaissance et autres nouvelles, Éditions A. M. Métaillié, 1985.
- Poésie. Choix, Gallimard, 1990.
- La Machine du monde et autres poèmes, Galimard, 2005.
- Mort dans l'avion et autres poèmes, Édition bilingue, Chandeigne, 2005.

Wikipedia
bix_229
bix_229

Messages : 14823
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Carlos Drummond de Andrade Empty Re: Carlos Drummond de Andrade

Message par Arturo Ven 10 Avr - 19:25

Une biographie complémentaire ici :
http://www.leshommessansepaules.com/auteur-Carlos_DRUMMOND_DE_ANDRADE-783-1-1-0-1.html
Il y a quelques poèmes dans l'anthologie brésilienne de la revue HSE. Je n'ai pas encore lu.
Je pensais avoir un recueil de ce poète, mais en fait j'en ai un de Eugénio de Andrade, qui est lui portugais... A découvrir également pour ma part.
Arturo
Arturo

Messages : 4124
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 35
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Carlos Drummond de Andrade Empty Re: Carlos Drummond de Andrade

Message par bix_229 Ven 10 Avr - 19:56

Carlos Drummond de Andrade Andrad12

Carlos Drummond de Andrade  : Conversation extraordiniare avec une dame de ma connaissance. - Métailié

Poète en vers, Carlos Drummond de Andrade l'est  aussi dans sa prose, ses contes et récits, il parvient à donner vie et couleurs à un Etat du Brésil plutot ingrat et replié sur lui même, le Minas Gerais.

Une amie que j'avais, a failli y perdre la raison, tant ce pays de mines, et de rues et de maisons en pente la déprimait, elle qui, carioca de coeur, ne revait que de Rio. 
 
Carlos Drummond a sublimé le réel, même si son regard sur l'humain est plutot acerbe. N'y font défaut ni les simagrées religieuses, ni la  cruauté enfantine, ni les cas de conscience de collégiens.

La nouvelle la plus drôle met en scène des notables assemblés face à un prisonnier qui vient de s'évader.
Ou encore cette histoire de vampire, où un trop respectable gérant de banque mange les doigts des dames. Des  dames seulement, pas des jeunes filles ! Imaginez !
Mais ce qui séduit et retient le plus, c'est la beauté du style de certaines métaphores. Sa prose est souvent lyrique et elle atteint une transparence magique. Il y a aussi de très belles evocations de l'enfance et de la ville du poète.

Un des meilleurs livres de l'année.


Mots-clés : #contemythe #fantastique
bix_229
bix_229

Messages : 14823
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Carlos Drummond de Andrade Empty Re: Carlos Drummond de Andrade

Message par bix_229 Ven 10 Avr - 19:59

@Arturo a écrit:Une biographie complémentaire ici :
http://www.leshommessansepaules.com/auteur-Carlos_DRUMMOND_DE_ANDRADE-783-1-1-0-1.html
Il y a quelques poèmes dans l'anthologie brésilienne de la revue HSE. Je n'ai pas encore lu.
Je pensais avoir un recueil de ce poète, mais en fait j'en ai un de Eugénio de Andrade, qui est lui portugais... A découvrir également pour ma part.
Arturo, j'ai mis plusieurs poèmes sur le fil Poésie.
bix_229
bix_229

Messages : 14823
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Carlos Drummond de Andrade Empty Re: Carlos Drummond de Andrade

Message par Arturo Ven 10 Avr - 20:23

Oui j'ai aimé le poème, tu peux le copier ici. Smile
Arturo
Arturo

Messages : 4124
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 35
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Carlos Drummond de Andrade Empty Re: Carlos Drummond de Andrade

Message par bix_229 Ven 10 Avr - 20:48

Carlos Drummond de Andrade
RECOMMENCER



Peu importe où tu t’es arrêté…

dans quel moment de ta vie tu t’es fatigué…

ce qui importe c’est qu’il est toujours possible et nécessaire de « Recommencer ».

Recommencer, c’est se donner une nouvelle chance à soi-même…

c’est renouveler les espoirs dans la vie et le plus important…

c’est croire en toi à nouveau…

Tu as beaucoup souffert jusqu’à présent ? Ce fut un apprentissage.

Tu as beaucoup pleuré ? Ce fut un nettoyage de l’âme.

Tu en as voulu aux gens ? Ce fut pour leur pardonner un jour.

Il y a tellement de personnes qui attendent seulement ton sourire pour s’approcher de toi.

Recommencer…

Aujourd’hui est un bon jour pour affronter de nouveaux défis.

Où veux-tu arriver ?

Aller bien haut…rêver bien haut…

Souhaite le meilleur du meilleur…

car en pensant de cette façon, nous attirons vers nous ce que nous désirons…

Si nous pensons à des petites choses, nous aurons des petites choses…

Mais si nous désirons très fort le meilleur et principalement si nous luttons pour le meilleur, celui-ci viendra s’installer dans notre vie.



« Parce que je suis de la taille de ce que je vois et non de la taille de ma taille »

bix_229
bix_229

Messages : 14823
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Carlos Drummond de Andrade Empty Re: Carlos Drummond de Andrade

Message par Jack-Hubert Bukowski Dim 12 Avr - 5:45

Merci pour avoir introduit le fil de ce poète, Bix. Ça fait quelques fois que je passe devant son ou ses recueils et je n'en fais rien, me contentant de le contempler dans le silence...

Je vais vous offrir deux poèmes de La machine du monde et autres poèmes :

«Legs»

Quel souvenir laisserai-je au pays qui m'a donné
tout souvenir, tout savoir, et tout ce que j'ai senti?
Dans la nuit du sans fin, le temps a tôt fait d'oublier
ma décoration incertaine, et il rit à mon nom.

Et je mérite d'espérer plus que les autres, moi?
Toi, tu ne me trompes pas, monde, et je ne te trompe pas.
Tous ces monstres actuels, Orphée ne les peut charmer,
il erre, taciturne, entre le peut-être et le si

Je ne laisserai de moi aucun hymne radieux,
aucune voix matinale palpitant dans la brume
qu'une secrète épine puisse arracher à quelqu'un.

De tout ce qu'aura pu être mon pas capricieux
à travers la vie, restera, car le reste s'estompe
une pierre qu'il y avait au milieu du chemin.

Ibid. p. 126


«Conclusion»

Les impacts de l'amour ne sont pas poésie
(ils ont tenté de l'être : aspiration nocturne)
Mémoire enfantine et pauvreté automnale
se déversent dans le vers de notre urne diurne.

Qu'est la poésie? le beau? Il n'est poésie,
et ce qui n'est poésie n'a pas la parole.
Le mystère en soi non plus que les mots anciens
ne sont pas poésie : cuisse, furie, cabale.

Alors vient le découragement. Adieu, tout!
La valise prête, notre corps détaché,
il nous reste la joie d'être seul, et muet.

De quoi nos poèmes se forment-ils? Où? Quel
rêve empoisonné leur répond, si le poète
est un ressenti, et tout le reste, nuages ?

ibid.p. 162
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2218
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 40
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Carlos Drummond de Andrade Empty Re: Carlos Drummond de Andrade

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum