Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -45%
TEFAL – Marmite 36 cm – Inox, Tous feux ...
Voir le deal
29.49 €

Jean Ray

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Ray Empty Jean Ray

Message par Tristram Ven 7 Aoû - 0:06

Jean Ray
(1887 – 1964)

Jean Ray Jean_r10

Raymond Jean Marie De Kremer est un écrivain belge bilingue français-néerlandais, né le 8 juillet 1887 et mort le 17 septembre 1964 à Gand.
Le 8 mars 1926, Raymond De Kremer est arrêté et inculpé de fraude. Mis en faillite, il est condamné à six ans et six mois de prison, et sera finalement libéré le 1er février 1929.
Selon la légende qu'il a lui-même répandue à travers quelques interviews, et qui fut en grande partie entretenue par son ami Henri Vernes ainsi que dans les préfaces de ses ouvrages aux Éditions Marabout dans les années 70, il se serait engagé comme marin et aurait fait le tour du monde, participant à la contrebande d'alcool durant la prohibition aux États-Unis. Cette version d'un Jean Ray bourlingueur et globe-trotter, contrebandier et pirate à bord du Fulmar est remise en cause par plusieurs biographes de l'auteur.
Il écrit en français principalement sous le pseudonyme Jean Ray et en néerlandais souvent sous le pseudonyme John Flanders. Mais il a aussi usé de plusieurs dizaines d'autres pseudonymes et a, selon les éditions et rééditions, utilisé indifféremment l'un ou l'autre pseudo. On lui prête une bibliographie approchant 9 300 contes et nouvelles et 5 000 reportages, chroniques, critiques et textes divers. Polygraphe, il est renommé pour s'être largement consacré à la littérature fantastique dont il est un des maîtres, mais il a aussi beaucoup écrit pour la jeunesse.

Œuvres

Sous le nom de Jean Ray
• 1925 : Les Contes du whisky
• 1929-1938 : Les Aventures de Harry Dickson, nouvelles (Marabout 16 volumes - Librairie des champs Elysées 9 volumes - Intégrale en 21 volumes aux Éditions Néo 1984-1986) La Guillotine ensorcelée chez Lefrancq, 1993.
• 1932 : Jack de minuit (Lefrancq 1991) illustré par René Follet
• 1932 : La Croisière des ombres (Éditions Néo no 106)
• 1942 : Le Grand Nocturne
• 1943 : Les Cercles de l'épouvante
• 1943 : Malpertuis (Présence du futur no 7 1954 - Marabout 1962)
• 1943 : La Cité de l'indicible peur (Marabout 1965) (Éditions Néo no 130)
• 1944 : Les Derniers Contes de Canterbury (Marabout 1963) (Éditions Néo no 156)
• 1947 : Le Livre des fantômes (Éditions Néo no 135)
• 1947 : La Gerbe noire (Ed.Néo no 96) anthologie
• 1947 : La Choucroute (Aventure Fantastique)
• 1961 : Les 25 Meilleures Histoires noires et fantastiques (Marabout)
• 1964 : Saint-Judas-de-la-nuit
• 1964 : Les Contes noirs du golf (Marabout 1964) (Éditions Néo no 159)
• 1964 : Le Carrousel des maléfices (Marabout 1964) (Éditions Néo no 150)
• 1982 : Visages et choses crépusculaires (Ed.Néo no 63)
• 1992 : Les Joyeux Contes d'Ingoldsby (Lefrancq) illustré par René Follet
• 1996 : Les Histoires étranges de la Biloque (Lefrancq)

Sous le nom de John Flanders
• Bestiaire fantastique (Ed. Marabout no 500)
• Visions nocturnes (Ed. Néo no 100)
• Visions infernales (Ed. Néo no 103)
• La Malédiction de Machrood (Ed. Néo no 122)
• La Neuvaine d'épouvante (Ed. Néo no 134)
• La Brume verte (Ed. Néo no 151) Également publié sous le titre Le secret des sargasses (10/18 no 960, 1975).
• Les Feux follets de Satan (Ed. Néo no 160)
• Les Contes du Fulmar (Ed. Néo no 171)
• L'Île noire (Ed. Néo no 182)
• La Nef des bourreaux (Ed. Néo no 193)
• Le Monstre de Borough (Casterman)
• 1985 : Edmund Bell : L'Élève invisible (Lefrancq) illustré par René Follet
• 1987 : Edmund Bell : L'Ombre rouge (Lefrancq) illustré par René Follet

(d’après Wikipédia)

J’ai surtout été marqué par Malpertuis, un roman qui met en scène les dieux de la mythologie gréco-romaine survivant péniblement à notre époque (et qui peut être considéré comme emblématique du réalisme magique).

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14855
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Ray Empty Re: Jean Ray

Message par Tristram Ven 7 Aoû - 0:18

Les Derniers Contes de Canterbury

Jean Ray Les_de10


Le narrateur (principal) relate comme il assiste, dans la vieille taverne londonienne où les pèlerins des Contes de Canterbury de Chaucer se sont rencontrés six siècles plus tôt, à une soirée où chacun leur tour racontent leur histoire des êtres déplacés dans le temps, « ou vivant plutôt dans un présent de plusieurs siècles ». Parmi eux, le Chat Murr d’Hoffmann, le Falstaff de Shakespeare, et nombre d’autres références littéraires du genre fantastique (au sens large), mais aussi des fantômes de bourreau, de marin, de sorcière…
Volontiers macabre, souvent horrifique, avec beaucoup d’humour noir mais aussi d’ironie, notamment inspirés du roman gothique anglais et de Dickens, ces contes valent surtout par l’atmosphère que Ray sait excellemment rendre, et par son style baroque, au vocabulaire étendu, volontiers archaïsant. Quelques extraits en donneront peut-être un meilleur aperçu :
« Ma maison !… La douce et vieille maison de Stanworth Street, sentant bon l’excellente cuisine d’Elfrida, et la fraîche amertume des lauriers-tin en cuvelle de mon jardinet, où un jet d’eau, svelte comme une liane, taquinait les petits rochers de margritin… »
Premières phrases de Le bonhomme Mayeux (ou Uriah Chickenhead) :
« En 1849, je n’étais qu’une sotte image, tavelée de rouille et tachée de graisse, épinglée sur une porte de placard dans les cuisines du château de Claremont, à cinq lieues françaises de Londres.
Le cuisinier Trochard, soldat de Valmy et demi-solde, dévoué au roi en exil et à sa fortune, dans un geste de rancune, me cloua à cette place comme à un pilori.
‒ C’est toi, sale merle, bavard et stupide, qui portes la faute de la perte royale, me criait-il après boire.
Et, non content de m’accabler d’injures, il me lapidait de rogatons et d’ordures.
Un historien lui aurait certes donné tort, mais Trochard savait à peine épeler les gazettes venant de France.
Heureusement, aux créatures idéalement plates les peines et les souffrances des êtres à trois dimensions sont épargnées, et je n’éprouvai ni goûts de révolte ni désirs de vengeance.
Jusqu’au jour… à la nuit, pour être plus véridique…
Il y avait un fantôme à Claremont. »
De même, début de Reid Unthank :
« J’étais content de moi. Ma plume éclata du bec comme je signai mon manuscrit d’un large paraphe, ce qui est généralement d’excellent augure.
‒ Il plaira ! aurait dit mon vieux maître d’école qui avait foi dans les signes bons et mauvais, appogiatures des prophéties.
J’empruntai à ma logeuse, dont le mari était maître corroyeur aux tanneries de Putney Communs, le cachet de la corporation, portant la drayoire et, de cire rouge, scellai mon envoi au Club Littéraire d’Upper-Thames.
Ma modestie m’empêcha d’inscrire en tête de mon œuvre une devise, où discrètement mes espérances se trouvaient encloses : « Honneur et Profit ».
J’attendis le samedi suivant avec fièvre.
Souvent, en mes copieuses heures de loisir, mes pas me portaient vers une de ces larges eaux mortes de Isle of Dogs, où l’on prend encore un peu de poisson. Un vieux Chinois, du nom de Su, y avait établi une sorte de bourdingue à claies, dont le coutel s’ouvrait près de l’une des berges de Limehouse Reach, et qui retenait captifs merlans, turbotins, carrelets et émissoles en rupture d’eau salée. »
Une quinzaine de textes divers, souvent fort inventifs, liés par le fil de cette réunion fantomale et la récurrence de certains personnages/ conteurs (ou de lieux, comme le quartier de Tyburn) ‒ en fait une structure plus ingénieuse encore, avec mise en abyme de l’histoire du narrateur principal.

Mots-clés : #fantastique #nouvelle

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14855
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Ray Empty Re: Jean Ray

Message par animal Ven 7 Aoû - 6:29

Je vais garder l'idée dans un coin. cat

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 13152
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 42
Localisation : Tours

https://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Ray Empty Re: Jean Ray

Message par Bédoulène Ven 7 Aoû - 8:37

merci Tristram, le deuxième extrait est appelant !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19885
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 78
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Ray Empty Re: Jean Ray

Message par ArenSor Ven 7 Aoû - 18:39

Très bon souvenir également de "Malpertuis" que je pourrais relire puisque je suis plongé dans la mythologie gréco-romaine ! un maître belge du fantastique, un peu oublié aujourd'hui, à tort Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 3129
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Rue du Nadir-aux-Pommes

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Ray Empty Re: Jean Ray

Message par Tristram Dim 9 Oct - 11:55

La Cité de l'indicible peur

Jean Ray La_cit12

Sidney Terence Triggs, surnommé Sigma Triggs, est un policier londonien assez gauche et sans gloire, qui prend sa retraite à « Ingersham-la-tranquille » (dont il est natif, et le protégé de Sir Broody, hobereau local), dans une Angleterre provinciale et traditionnelle, contemporaine (roman paru en 1943) et donnant son atmosphère délectable et désuète au livre ; à propos, Triggs lit Dickens…
Il y a là le poussiéreux bric-à-brac des « Grands Magasins Cobwell », où le propriétaire déchu discute avec Suzan Summerlee, « un mannequin en bois léger et en cire » dans sa « Grande Galerie d’Art », où il mourra de peur ; l’honorable M. Chadburn, le maire (il y a aussi un fantôme à l’Hôtel de ville) ; Ebenezer Doove, « vieux plumitif » également à la mairie, calligraphe qui devient l’ami de Triggs avant sa mort ; les dames Pumkins (trois sœurs, Patricia, Deborah et Ruth) avec la jeune Molly Snugg comme servante, qui tiennent la mercerie et vont disparaître ; la mystérieuse Lady Honnybingle ; Freemantle le boucher, qui sera interné dans un asile d’aliénés ; Revinus le boulanger ; Livina Chamsun et sa sœur Dorothy, qui vivent à l’écart ; Bill Blockson le pêcheur contrebandier ; Pycroft l’apothicaire, qui va se suicider ; les bohémiens, notamment dresseurs de ravets ; et les terrifiants « ILS », qui reviennent depuis des siècles…
(Tout ce petit monde bonhomme avec ses commérages m’a ramentu la Pierrelousse de Bosco.)
L’énigme est retorse (d’autant que de nombreuses petites histoires sont intercalées), basée sur la névrose, « la Grande Peur d’Ingersham ».
« On a peur et l’on ne sait pourquoi. Existe-t-il des choses terribles qu’on ne voit pas et qui, un jour ou l’autre, pourraient se manifester ? »

« La petite ville a pour principales occupations : manger, boire, bavarder, se mêler des affaires du voisin, détester l’étranger et tout ce qui est sujet à troubler la quiétude nécessaire aux belles digestions et aux profitables entretiens. »

« Chaque vie a son mystère, l’un criminel, l’autre simplement coupable, et peu d’habitants d’Ingersham n’ont pas tremblé à la venue du policier de Londres, le croyant lancé sur la piste de ce mystère dont la découverte ruinerait à jamais leur belle quiétude. »
Comme généralement chez Jean Ray, un savoureux lexique hélas suranné est employé, qui requiert parfois le Littré (ou même un autre dictionnaire) : pénombreux, regrattier, pimpesouée, scrobiculé, tille, heptacanthe, scabinal (belge)… ; le mot juste, toujours et sans plus − mais non sans humour.

\Mots-clés : #horreur #polar #social

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14855
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Ray Empty Re: Jean Ray

Message par Bédoulène Dim 9 Oct - 16:31

de quoi effrayer une Bédou ? pourtant tentée par social et polar

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19885
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 78
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Ray Empty Re: Jean Ray

Message par Tristram Dim 9 Oct - 16:38

Non, je ne pense pas que ça puisse t'effrayer : c'est plein d'humour !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14855
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Ray Empty Re: Jean Ray

Message par Bédoulène Lun 10 Oct - 9:32

ok merci

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19885
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 78
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Ray Empty Re: Jean Ray

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum