Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -15%
SSD interne 2.5″ Crucial BX500 – 480Go
Voir le deal
39.99 €

Forough Farrokhzad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Forough Farrokhzad Empty Forough Farrokhzad

Message par Dreep Dim 16 Aoû - 18:50

Forough Farrokhzad
(1935 - 1967)

Forough Farrokhzad Avt_fo10

Née dans une famille de militaires à Téhéran en 1934, Forough épouse à l’âge de 16 ans Parviz Shapour, satiriste iranien de renom, puis déménage à Ahvaz pour suivre son mari avec lequel elle apprend la peinture. C'est à partir de ce moment qu'elle commence à correspondre avec des magazines de renom. Son premier recueil de poésies, اسير (« Le captif »), est publié en 1955. On y ressent la large influence de Fereydoun Moshiri, Nader Naderpour et Fereydoun Tavalalli.

Ses recueils suivants sont ديوار (« Le mur »), publié en 1956, et عصيان (« La rébellion »), publié en 1958. C'est au cours de cette même année qu'elle rencontre Ibrahim Golestan, célèbre écrivain et cinéaste iranien, et qu'elle commence à coopérer avec lui.
Forough Farrokhzad poursuit des études cinématographiques en Angleterre en 1959 puis joue dans un film intitulé La Proposition en 1960. Elle retourne en Angleterre l'année suivante.

Elle déménage à Tabriz en 1962 et réalise son film La maison est noire (en persan : خانه سیاه است, Kẖạneh sy̰ạh ạst), un film sur la vie des lépreux. Le film remporte le Grand prix documentaire au Festival Oberhausen en 1963. Elle joue la même année dans une pièce de Luigi Pirandello intitulée Six personnages en quête d'auteur. Elle publie cette même année 1963 son recueil تولدى ديگر (« Une autre naissance ») qui représente en effet une nouvelle naissance pour la poésie persane.

Forough visite l'Allemagne, la France et l'Italie en 1964. En 1965, Bernardo Bertolucci réalise un film basé sur l'histoire de sa vie.

Forough Farrokhzad décède le 14 février 1967 dans un accident de voiture. Son dernier recueil de poèmes, intitulé ايمان بياوريم به اغاز فصل سرد (« Laissez-nous croire au début de la saison froide »), est publié de manière posthume. En décembre 2006, une traduction de sélection de ses poèmes en anglais, faite par Maryam Dilmaghani, a été publiée en ligne pour célébrer le quarantième anniversaire de son décès.

Le film de Kiarostami Le vent nous emportera est titré d'après un poème de Forough Farrokhzad.
Elle est la sœur de Fereydoun Farrokhzad et de Pooran Farrokhzad.

source : wikipedia.org

Bibliographie :

- Saison froide, Arfuyen, 1991
- La Conquête du jardin, Poèmes, 1951-1965, collection LP, 2008
- La Nuit lumineuse, collection LP, 2011
- Seule la voix demeure/Solo la voz permanece, L'Oreille du Loup, 2011
- Oeuvre poétique complète, Lettres persane, 2017
Dreep
Dreep

Messages : 1022
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 29

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Forough Farrokhzad Empty Re: Forough Farrokhzad

Message par Dreep Dim 16 Aoû - 18:51

La Captive

Forough Farrokhzad 97829110

Des poèmes majoritairement écrits en 1954 ― Forough Farrokhzad n’avait pas vingt ans ― où l’on ne manquera pas de voir se dessiner, à travers des thèmes et des métaphores récurrents, la personnalité de la poétesse. Elle existe intensément dans ses poèmes, à une époque où il était mal vu pour la femme de ne pas s’effacer. La nuit, l’étang, l’arbre, la pierre appartiennent autant à cette femme versatile secrète et esseulée que son corps et ses sentiments. Ses poèmes appellent le retour de l’amant avec colère, sensualité ou désespoir. Forough Farrokhzad était manifestement plus libre dans sa poésie que dans sa vie.

Forough Farrokhzad a écrit:Sur les vitres sombres,
la nuit se posait en douceur
comme des cendres fiévreuses.
Le vent fouillait de fond en comble
les formes des ombres
dans la cour de la maison.
La spirale du nénuphar déferlait
sur le mur comme une fumée.
Le magicien clair de lune
rampait lentement parmi les pins
avec sa lampe peu éclairante
comme s’il cherchait son âme errante
dans la tombe de l’obscurité.

Je glissai dans le ventre de mon lit,
lasse de l’angoisse et du silence, et je me dis :
« Ô sommeil ! Tes doigts, clés des jardins verts !
Tes yeux, étang sombre des poissons du calme !
Ouvre ta sacoche devant cette enfant pleurante
et emmène-la au pays rose des fées de l’oubli ! »

Mots-clés : #poésie
Dreep
Dreep

Messages : 1022
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 29

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Forough Farrokhzad Empty Re: Forough Farrokhzad

Message par Dreep Lun 15 Fév - 17:55

Le Mur

Forough Farrokhzad Foroug10

Ce sont des éléments concrets qui structurent la poésie de Forough Farrokhzad, liant sa personnalité et son expérience aux évocations d’ombres, de lumières, fleurs et rivages. Il est difficile de faire l’impasse sur sa biographie lorsqu’on lit sa poésie, laquelle reflète des pulsions contradictoires, se déchaînant par vagues. Des pensées conçues dans le secret d’une chambre se mêlent à des évocations appelant à s’en échapper, dans un extérieur immense et fou. Une riche tradition littéraire précède Forough Farrokhzad, et si l’influence de ses illustres prédécesseurs est nettement perceptible (elle rend d’ailleurs hommage à Hafiz et Omar Khayyâm au début de son recueil, non seulement à Milton), sa poésie est une constante volonté d’incarner (c’est le mot…) un renouveau poétique.

Forough Farrokhzad a écrit:Oh… ô soleil, pourquoi éloignes-tu de mon ombre de moi ?
Je te demande, l’obscurité est-elle souffrance ou joie ?
Le corps, est-il une prison ou terre de liberté ?
Qu’est-ce que l’obscurité de la nuit ?
De quelle âme obscure, la nuit est-elle l’ombre ?
Dreep
Dreep

Messages : 1022
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 29

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Forough Farrokhzad Empty Re: Forough Farrokhzad

Message par Diogène Lun 15 Fév - 18:44

« Le vent nous emportera »

« Dans ma nuit brève, hélas
le vent a rendez-vous avec les feuilles.
dans ma nuit brève il y a la peur
et l’effroi dévastateur

Écoute !
Entends-tu le souffle des ténèbres ?
Je regarde ce bonheur avec les yeux d’un étranger.
Je me suis accoutumée à mon désespoir.
Écoute !
Entends-tu le souffle des ténèbres ?

En cet instant, en cette nuit,
quelque chose survient. La lune
est inquiète et rouge ; les nuages
forment un cortège funèbre
attendant de pleurer sur le toit du ciel
ce toit friable sur le point de s’écrouler.

Un instant,
Puis rien.

Derrière cette fenêtre, tremble la nuit
Et la terre s’est arrêtée de tourner.

Par delà cette fenêtre, les yeux de l’inconnu
Se posent sur toi et moi.
Ô toi verdoyante, des pieds à la tête —
Pose le souvenir fébrile de tes mains dans les miennes…
Mes mains qui t’aiment.

Et abandonne tes lèvres
Dans la chaleur de la vie
À la caresse de mes lèvres qui t’aiment.
Un jour le vent nous emportera.
Le vent nous emportera. »
Forough Farrokhzad

Diogène

Messages : 456
Date d'inscription : 14/02/2017
Age : 33

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Forough Farrokhzad Empty Re: Forough Farrokhzad

Message par Dreep Ven 26 Mar - 11:25

La Nuit Lumineuse

Forough Farrokhzad 414jbcgzful-1

Ensemble un peu hétéroclite de textes et de documents, parmi lesquels les témoignages de plusieurs personnes qui contribuent à faire de La Nuit Lumineuse un livre sur Forough Farrokhzad, sur sa vie. Seuls ses nouvelles et ses critiques (en minorité dans l’ouvrage) nous donnent un éclairage sur la technique et la vision de la littérature de la poétesse iranienne (on dispose également du scénario de son film, La maison est noire, mais à quoi peut-il servir de nous parler de Pierre Louÿs et d’Anna de Noailles si elle n’a rien écrit sur eux ?). Chez certains poètes, l’usage des mots et des images doivent perpétuer une tradition, ils n’expriment rien de plus, selon Forough Farrokhzad, que des stéréotypes et des jérémiades. La poésie doit apporter une réflexion nouvelle sur le monde et sur soi, être « accompagnée de la conscience de la vie, de l’existence, du corps et même d’une pomme qu’on croque ». Forough Farrokhzad écrit aussi pour peindre une certaine réalité sociale, comme dans sa nouvelle Ce petit monde où d’ailleurs elle décrit avec une rare intensité la violence d’un moment présent. Dans sa poésie et dans les sept nouvelles incluses dans La Nuit Lumineuse, il y a des images que l’on sent directement puisées dans l’existence de la poétesse. Mais photographies, lettres personnelles et témoignages à l’appui, les images d’elle explosent dans ce livre qui n’est pas d’elle, et parfois pour ne rien nous apporter. Devenue sujet d’un livre, la voix de la poétesse se noie dans l’hommage qu’on lui a consacré.
Dreep
Dreep

Messages : 1022
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 29

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Forough Farrokhzad Empty Re: Forough Farrokhzad

Message par bix_229 Ven 26 Mar - 12:53

Je pense l'avoir citée dans Poésie.
bix_229
bix_229

Messages : 14263
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Forough Farrokhzad Empty Re: Forough Farrokhzad

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Proche et Moyen Orient


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum