Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

-25%
Le deal à ne pas rater :
Appareil Photo Instantané Fujifilm Instax (Divers Coloris)
59.99 € 79.99 €
Voir le deal

Les Arbres

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Ven 5 Mar - 22:37

Les Arbres - Page 4 Riedri10

Caspar David Friedrich : L'Arbre ax corbeaux

La crise des valeurs européennes à la fin du dix-huitième siècle donnera naissance au Romantisme, qui est une véritable rupture de civilisation, indissociable d’une transgression de l’institution littéraire, artistique et sociale. Né à la fin du dix-huitième siècle en Angleterre et en Allemagne, avant de se répandre en France au siècle suivant, ce vaste mouvement s’est en effet imposé comme une nouvelle vision de l’homme et du monde. Plus particulièrement, la peinture romantique devient la représentation des sentiments : « Peindre un paysage, c’est en révéler la profondeur spirituelle et subjective »|1|. Témoin « L’Arbre aux corbeaux » (Krähen auf einem Baum) de Caspar David Friedrich (1774-1840), œuvre très caractéristique du romantisme allemand.

Peinte vers 1822 et exposée depuis 1975 au musée du Louvre à Paris|2|, cette huile sur toile (H. : 0,59 m. ; L. : 0,73) représente un paysage sauvage et tourmenté du littoral de la mer Baltique, au Nord-Ouest de l’Allemagne : on aperçoit dans le lointain, sur la gauche du tableau, les célèbres falaises de craie du cap d’Arkona dans  l’île de Rügen, que connaissait particulièrement bien Friedrich. Cet environnement rappelait au peintre plusieurs souvenirs dramatiques, mais nous reviendrons un peu plus loin sur le caractère biographique et réaliste de cette composition.

Espace Pédagogique Contributif
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par Tristram Lun 8 Mar - 0:25

https://www.arte.tv/fr/videos/089965-000-A/les-forets-du-grand-nord/
Une autre forêt, la taïga (52') ; j'ai appris beaucoup de choses, mais encore plus sont contradictoires avec ce que je savais ou pensais savoir des forêts en général... dur de s'y retrouver, dans l'info scientifique ! C'est déroutant _ mais le constat final est toujours affligeant.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 12378
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par Bédoulène Lun 8 Mar - 16:04

je vais tenter d'écouter si je trouve un moment

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 16937
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 76
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Ven 19 Mar - 20:04

¨Impossible de parler des arbres sans citer Thoreau. Et notamment Couleurs d'automne que j'ai lu
et que je conseille, c'est très court.

Henry David Thoreau

Les Arbres - Page 4 Couleu10

Thierry Gillyboeuf (Traducteur)
EAN : 9782755500288
111 pages
Éditeur : 1001 NUITS

Dans Balade d'hiver, couleurs d'automne, l'auteur partage sa passion pour la nature et lui voue un véritable culte. Ces deux articles sont tirés de son journal – on peut d'ailleurs retrouver la première partie de celui-ci aux éditions Finitude, le reste va être publié progressivement.

Il est intéressant de noter que Balade d'hiver a été écrit en 1846, alors qu'il s'est retiré dans sa cabane dans les bois, et Couleurs d'automne en 1862, l'année de sa mort.

Dans ce recueil, comme dans la plupart de ses écrits, il s'emploie à observer la nature et à nous la décrire, donnant un sens à celle-ci. Il est plus qu'un observateur, il connaît les plantes par leur nom en latin, sait où elles poussent, quelle atmosphère leur est favorable... Il cherche à « décrypter les signes d'une harmonie universelle au sein de laquelle l'homme doit trouver sa place » (quatrième de couverture).

Il le fait ici à travers deux saisons. Son écrit sur l'hiver porte très bien son titre. Il nous balade véritablement le long d'une journée hivernale.

Il nous parle ici surtout d'animaux plus que de la nature elle-même, bien que ce qu'il décrit de ces êtres permette de mettre en évidence leur vie rythmée par celle de la nature. La symbolique des saisons et des rythmes de la nature a une place très importante dans ses écrits, dont celui-ci. Il loue le quotidien bercé par les saisons, ici l'hiver en l'occurrence. Il structure ses phrases de manière à instaurer un rythme évoquant la redondance.

Il apprécie les métiers en rapport avec la nature tels que ceux de fermier, de bûcheron ou encore de pêcheur. On peut voir dans les métaphores qu'il emploie que pour lui, ces métiers n'existant que par la nature et ne pouvant continuer sans le respect de celle-ci sont des plus valorisants, car en parfait accord avec la nature qu'il n'a de cesse d'étudier. Il a d'ailleurs travaillé quelque temps comme jardinier, et qui plus est le fait de vivre en autarcie l'a obligé à cultiver la terre. S’est ainsi révélé à lui le lien profond qui existe entre la terre et l'homme, lui donnant une nouvelle dimension.

La façon dont il décrit cette journée nous fait traverser l'hiver dans une paix profonde. Il utilise cette saison pour décrire à la fois un état physique et un état d'esprit. Le calme de cette saison matérialise celui de l'esprit lorsqu'il prend le temps de se poser et de méditer. En effet, l'hiver donne l'impression que la nature entière est en hibernation, qu'elle se repose, médite, avant de refleurir. C'est une façon pour lui de dire à l'homme qu'il y a un temps pour tout, et qu'il est important de le prendre pour réfléchir, calmer son esprit et se détendre.

D'ailleurs cette balade qu'il nous fait partager est peut-être ce moment même de détente auquel il nous appelle. On peut noter qu'il utilise l'emploi de la première personne du pluriel. Ce « nous », Thoreau l'utilise pour nous emmener avec lui dans sa balade d'hiver. Il souhaite très profondément amener l'homme à prendre conscience que son salut se trouve dans la nature.

Pour Thoreau la nature a de nombreuses vertus ; c’est « dans la nature sauvage qu’il faut aller marcher, pas dans des parcs et jardins, si l’on veut que l’effet spirituel de la marche se produise éviter les routes, sauf les anciennes routes qui ne mènent nulle part… »

On retrouve dans ce livre une véritable analogie entre le chemin de la pensée et celui de la promenade. Ici, suivre un chemin dans la pensée n'est pas seulement un cliché littéraire. On avance avec lui dans la forêt comme on avance dans sa réflexion. Et au-delà de ses écrits, ses choix se sont beaucoup traduits dans sa façon de vivre avec la nature. En effet, pour lui la pensée a besoin du grand air et de soleil. C'est une des raisons qui expliquent pourquoi il marchait dans la nature sauvage quatre heures par jour si ce n'est plus. Son chemin de promenade est une métaphore de son cheminement de vie intérieur et spirituel.

Mille et une nuits
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par Tatie Ven 19 Mar - 21:53

Très beau commentaire !
Je vais me le procurer.

Very Happy
Tatie
Tatie

Messages : 77
Date d'inscription : 14/02/2021

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Lun 22 Mar - 15:37

Je n'ai pas lu encore le livre de Powers, mais je vais le faire. B


Les Arbres - Page 4 Powers12

Richard Powers
Serge Chauvin (Traducteur)
752 pages
Éditeur : 10-18 (05/11/2020)

"Après des années passées seule dans la forêt à étudier les arbres, la botaniste Pat Westerford en revient avec une découverte sur ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres. Autour de Pat s'entrelacent les destins de neuf personnes qui peu à peu vont converger vers la Californie, où un séquoia est menacé de destruction.

Au fil d'un récit aux dimensions symphoniques, Richard Powers explore ici le drame écologique et notre égarement dans le monde virtuel. Son écriture généreuse nous rappelle que, hors la nature, notre culture n'est que " ruine de l'âme ".

" Si Powers était un auteur américain du 19e siècle, qui serait-il ? Il serait probablement Herman Melville, et il écrirait Moby Dick. " Margaret Atwood

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Serge Chauvin
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par Bédoulène Lun 22 Mar - 17:12

tentant mais un pavé !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 16937
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 76
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Mar 23 Mar - 15:28

Les Arbres - Page 4 Arbres14

LES ARBRES de Mario Rigoni Stern ont la même beauté austère que les personnages de ses livres. Il n’en parle pas seulement comme un botaniste nourri de culture classique qui connaît toutes les vertus des arbres et de leurs fruits : il accroche aussi à leurs branches comme les boules d’un sapin de Noël, souvenirs d’enfance et de guerre, histoire de cet Altipiano au climat rude dont il est originaire. « ... et si, à la fin, j’ai réussi à vous communiquer un peu de mon amour des arbres, j’aurai le coeur plus léger ».

(Celui-là est plus court et tu l'as sans doute lu.)

Citations


- Lorsque j'étais enfant, dans le monde végétal, ce n'étaient pas les bouleaux qui attiraient mon attention ; les arbres qui me fascinaient c'étaient les mélèzes et les grands sapins et, parmi les arbustes, le saule des chèvres et le cytise que je recherchais en bordure des prés pour y trouver des fourches de lance-pierres ou des bâtons pour fabriquer l'arc et les flèches de nos jeux.
Les bouleaux, je ne comprenais pas leur beauté ; au printemps nous jouions près d'eux quand la neige fondait, sans même lever les yeux vers leurs célestes branches. Et la coutume de nos ancêtres, qui en mai déclaraient leur amour aux jeunes filles du village en déposant des branches de bouleau à peine écloses devant la porte de leur maison, s'est perdue au contact de la civilisation méditerranéenne.


- Quand je rencontre un arbre déraciné par le vent, ou fendu par la neige, ou rongé par un loir, ou mordu par un cerf, j'en suis peiné ; mais quand je vois une écorce gravée par un couteau barbare ou un arbre abattu par une hache clandestine, j'éprouve amertume et rage car si c'est une preuve de civilisation de cultiver les bois, c'est une régression et un acte de sauvagerie que de les dégrader et de les détruire.
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par Tristram Mar 23 Mar - 16:26

Oui, ça à l'air intéressant _ et dans l'air du temps si je pense à l'actu avec les abattages sauvages ; c'est la même pensée d'ensemble avec l'esprit d'éviter le gaspillage (au sens large) de n'importe quelle ressource.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 12378
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Dim 28 Mar - 16:03

Franck Horvat était un célèbre photographe américain, excellent dans tous les genres.
Il a eu aussi la tentation de célébrer les arbres.
C'est ce qu'il avait déclaré en Chine à la peintre française Fabienne Verdier en apprentissage
dans le pays au lendemain de la catastrophique "révolution culturelle".

Les Arbres - Page 4 Horvat10

Le Caire, 1962, Fillette à la balançoire

Les Arbres - Page 4 Horvat11

Marco, Suède

Les Arbres - Page 4 >
Lozère, 1976
Les Arbres - Page 4 >
Les Arbres - Page 4 Horvat13
Les Arbres - Page 4 >
Paysage
Les Arbres - Page 4 >
Les Arbres - Page 4 Arbres15
Les Arbres - Page 4 >
Vieille dame, Japon
Les Arbres - Page 4 >
Les Arbres - Page 4 Arbres16
Les Arbres - Page 4 >
Californie
Les Arbres - Page 4 >
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Mar 30 Mar - 16:07

Si les arbres occuppent une telle place dans notre univers mental, dans les arts et les croyances,
il faut noter qu'ils ont été sacrés, et pas seulement en tant que symboles, mythes, mais pour ce
qu'ils représentaient en tant que beauté perenne, abris, construvtions, chauffage...B

Les arbres sacrés du monde celtique

Le chêne

"Des symboles de l'arbre cosmique
La frontière entre les civilisations celtique et nordique est floue. Et pourtant, elles n'ont pas de communauté linguistique ou culturelle en dehors de leur fondement indo-européen. De plus, il n'y a pas dans le monde celtique d'arbre équivalent à l'Yggdrasil, l'arbre majestueux du monde nordique.

Les racines de l'arbre sacré du monde celtique s'enfoncent profondément dans le sol et ses branches s'élèvent jusqu'aux cieux. Représentatif à la fois du monde cosmique (macrocosme) et du monde individuel (microcosme), il symbolise véritablement l'arbre cosmique. Toutefois, contrairement à l'Yggdrasil, il n'est pas unique. En Irlande, par exemple, chaque province a son propre arbre sacré.

L'Irlande comprend quatre provinces réunies autour d'une province centrale, “Midhe” (de l'ancien celte “medion” ou Milieu), constituée d'une parcelle de territoire de chacune des quatre autres provinces. Située dans la province centrale, la capitale, Tara, est le centre spirituel et politique du royaume. Le plus ancien des druides, Fintan, a définitivement établi que Tara devait rester le siège de la royauté suprême de la contrée. Il a aussi planté la première baie d'if rouge dont sont issus les arbres primordiaux des cinq provinces: l'arbre de Tortu, l'if de Ross, l'if de Mugna, la branche de Dathe et l'arbre d'Usnech.

L'if de Mugna (Mugna signifie saumon), par exemple, pouvait abriter mille personnes sous son ombre et donner trois fruits sacrés trois fois par an: le gland, la noix et la pomme. Comment un if pouvait produire des fruits aussi différents trois fois par an ne devrait pas être un mystère. Ce trait ne fait que souligner le caractère universel de l'arbre primordial, du moins pour les habitants de la province concernée. Ses fruits symbolisaient la connaissance destinée notamment aux initiés:

Le gland était la nourriture des animaux sacrés comme le sanglier et le porc;
La noix tombait dans la fontaine sacrée alimentant les eaux du royaume; elle était mangée par le saumon de science dont l'homme consommait la chair;
La pomme représentait le fruit des belles messagères de l'Autre Monde, du Monde des dieux, des êtres surnaturels et des héros, du “síd” (pour plus de détails, voir la tradition celtique).
Le lien cosmique établi entre le Ciel et la Terre et la production de fruits dispensateurs de science et de sagesse font de l'arbre sacré un véritable Arbre de Vie."

Lotus. Au coeur du symbolisme.
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Mer 31 Mar - 18:51

Tous les artistes ont célébré l'arbre Les poètes aussi
.
Notamment Karen Boye, une femme  desepérée ou exaltée, mais quand meme suicidaire.

"Déchirée, jusqu'au suicide - elle écrit : "Toi, ma douce, douce mort, je te bénis à chaque instant où tu tortures" -, païenne ou chrétienne ? Féministe, solitaire, Karin Boye se confie à l'Arbre mythique, battu par le Temps, mais à l'ombre duquel elle retrouve vie et songe. La nature lui était le havre d'une vivante mythologie où se protéger des peurs. Oeuvre étonnante par son pouvoir magique, son désespoir et sa force. Un demi-siècle après sa disparition, sa poésie est devenue l'une des voix majeures de la Suède. Choix , traduction et présentation par Régis Boyer."  Babélio

Quand ma porte est fermée, que ma lampe est éteinte et que je reste enveloppée dans l’haleine du crépuscule,
je sens bouger tout autour de moi des branches, les branches d’un arbre.
Dans ma chambre que nul autre n’habite,
l’arbre étend une ombre douce comme un voile.Il vit silencieux, il croît sans doute, il devient ce que veut un inconnu.
Une puissance spirituelle, une puissance secrète a mis sa volonté dans les racines cachées de cet arbre.
Parfois, j’ai peur, je demande anxieusement :
Sommes-nous si sûrement amis ?
Mais il vit calmement, il pousse tranquille, 
je ne sais vers où il tend, vers où il veut aller. Il est doux et magique d’habiter si près de quelqu’un que l’on ne connaît pas...

(Pour l’amour de l’arbre, traduit du suédois par Régis Boyer)


Dernière édition par bix_229 le Lun 5 Avr - 15:49, édité 1 fois
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par Louvaluna Dim 4 Avr - 23:39

Une fois, emportant avec lui son pain pour plusieurs jours, il s'aventura jusqu'à la forêt d'Houthuist. Ces bois étaient le reste des grandes futaies du temps païen : d'étranges conseils tombaient de leurs feuilles. La tête levée, contemplant d'en bas ces épaisseurs de verdure et d'aiguilles, Zénon se rengageait dans les spéculations alchimiques abordées à l'école, ou en dépit de l'école ; il retrouvait dans chacune de ces pyramides végétales l'hiéroglyphe hermétique des forces ascendantes, le signe de l'air, qui baigne et nourrit ces belles entités sylvestres, du feu, dont elles portent en soi la virtualité, et qui peut-être les détruira un jour. Mais ces montées s'équilibraient d'une descente : sous ses pieds, le peuple aveugle et sentient des racines imitait dans le noir l'infinie division des brindilles dans le ciel, s'orientait précautionneusement vers on ne sait quel nadir. Çà et là, une feuille trop tôt jaunie trahissait sous le vert la présence des métaux dont elle avait formé sa substance et dont elle opérait la transmutation. La poussée du vent déjetait des grands fûts comme un homme son destin. Le clerc se sentait libre comme la bête et menacé comme elle, équilibré comme l'arbre entre le monde d'en bas et le monde d'en haut, ployé lui aussi par des pressions s'exerçant sur lui et qui ne cesseraient qu'à sa mort. Mais le mot mort n'était encore qu'un mot pour cet homme de vingt ans.

Marguerite Yourcenar - L'Œuvre au Noir
Louvaluna
Louvaluna

Messages : 1143
Date d'inscription : 19/03/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Lun 5 Avr - 16:02

J'aime beaucoup Corot, sa dame en bleu, et auss ses paysages vaporeux grace à la lumière et aux arbres.


Les Arbres - Page 4 Corot_14
Vue de Mantes

Les Arbres - Page 4 Corot_15
Ville d'Avray
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par Tatie Lun 5 Avr - 18:52

Corot I love you I love you I love you
Tatie
Tatie

Messages : 77
Date d'inscription : 14/02/2021

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Mer 7 Avr - 19:22

Les arbres, les frondaisons, en teintes relativement fondues sont souvent présentes chez
Fragonard, comme chez Watteau dans les scènes de genre.

Les Arbres - Page 4 Fragon10
Fragonard : La Fuite

Les Arbres - Page 4 Wattea11
Watteau :Assemblée dans un parc
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Sam 10 Avr - 20:14

J'aime  vraiment beaucoup Caspar David Friedrich et ses oeuvres de nature.
On éprouve une impession d'intimité spirituelle et partagée.


"L’œuvre, dans sa totalité, témoigne de la nécessité intérieure d’investir la nature d’une dimension spirituelle. A la nature raisonnable des classiques, idéalisation de l’environnement humain, les romantiques opposent la nature en tant qu’expression de l’intériorité. Les paysages de Friedrich représentent donc sa perception singulière d’une nature porteuse de symboles qu’il s’agit de dévoiler. Les rivages nocturnes éclairés par la lune, les forêts envahies par la brume de laquelle émerge parfois une ruine ou une petite figure humaine, les personnages vus de dos relèvent d’une symbolique de la révélation. En perçant les mystères d’un simple paysage, c’est probablement la révélation divine que cherchait l’artiste. Ainsi, le paysage est considéré comme sublime, parce qu’il permet de conjuguer l’indicible grandeur de l’espace naturel et la spiritualité du moi profond."


Les Arbres - Page 4 Caspar12




Les Arbres - Page 4 Caspar13




Les Arbres - Page 4 Caspar14
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par Chamaco Dim 11 Avr - 6:36

Cette derniere peinture est tres parlante : autour d'eux tout s'ecroule et la dame se retient à l'epaule de son voisin...Image possible d'un individu soutenu par la foi..?
Chamaco
Chamaco

Messages : 3707
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : Corse du sud

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Dim 11 Avr - 16:33

La peinture chinoise et notamment celle des paysages, des origines à nos jours, est tout à fait
magnifique, mais aussi étrange que des reves ou des impressions sous acide. B

On ne possède que très peu d'informations sur la vie de Xia Gui : il était originaire des environs de Hangzhou et occupa une position officielle à l'Académie impériale de peinture sous le règne de l'empereur Ningzong (1195-1224).

La peinture de Xia Gui, très appréciée à l'époque, lui valut la distinction honorifique du « ruban d'or ». Avec son contemporain Ma Yuan, il fut le plus important représentant de la peinture de paysage à l'époque des Song du Sud.


Hangzhou et l'Académie des Song du Sud
Son activité s'exerça dans un milieu de rêve, à une époque paradoxale. Milieu de rêve : Hangzhou avec ses collines et son lac, ville fastueuse qui unissait tous les raffinements de la vie urbaine aux charmes d'un site exquis. Époque paradoxale, où l'humiliation nationale se doublait d'une prospérité sans précédent, où l'impuissance politique s'accompagnait d'un superbe épanouissement culturel. Sous la pression du royaume tartare des Jin, la dynastie Song, incapable de lutter – ou plutôt incapable d'entretenir une volonté de lutte, (car les moyens matériels et militaires étaient loin de lui faire défaut) –, avait acheté une paix provisoire en renonçant à la moitié septentrionale de l'Empire et déplacé sa capitale à Hangzhou. Là, tournant le dos à l'orage qui s'accumulait, elle s'offrit, pour un siècle et demi encore, le luxe d'un crépuscule nonchalant et splendide. Si les hommes d'action rongeaient leur frein dans ce climat débilitant, poètes et artistes, eux, y trouvaient leur compte : en échangeant les paysages grandioses et sévères de la Chine du Nord pour la douceur luxuriante de cette nature amène, ils avaient trouvé une inspiration nouvelle, d'un caractère plus lyrique et intime. En même temps, le milieu urbain de Hangzhou offrait à leur activité des conditions intellectuelles et matérielles particulièrement favorables...]

Encyclopaedia Universalis

Les Arbres - Page 4 Gui10


Les Arbres - Page 4 Gui_110


Les Arbres - Page 4 Gui_210
bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par bix_229 Hier à 18:53

Un petit panorama sur l'arbre au cinéma, très cinéphilique mais pas que...

bix_229
bix_229

Messages : 13926
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Les Arbres - Page 4 Empty Re: Les Arbres

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Points de vue et passe-temps :: Points de vue et passe-temps


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum