Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Maryline Desbiolles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maryline Desbiolles Empty Maryline Desbiolles

Message par tom léo Dim 7 Fév - 12:45

Maryline Desbiolles

née en 1959

Maryline Desbiolles Desbio10

Maryline Desbiolles née le 21 mai 1959 à Ugine (Savoie), est une écrivaine française. En 1978 elle publia un premier recueil de poèsie. C’était la poèsie d’abord qui était son centre d’intérêt. Elle faisait sa maîtrise avec un travail sur le poète grec Ghiannis Ritsos. En 1987 elle débuta comme prosatrice. Elle contribua à plusieurs émissions sur Nîce et ses environs à France Culture

Elle obtient le Prix Femina en 1999 pour Anchise.

Elle vit actuellement dans l'arrière pays niçois.

Œuvres

   Une femme de rien, 1987
   Les Bateaux-feux, 1988
   Les Chambres, 1992
   Le Premier Été, 1994
   Quelques écarts, 1996
   Les Tentations du paysage, 1997
   La Seiche, 1998
   Anchise, 1999, Prix Femina
   Le Petit Col des loups, 2001, Prix Anna-de-Noailles de de l’Académie française
   Amanscale, 2002
   Nous rêvons notre vie, 2003
   Cheval ailé avec mors, 2003
   Le Goinfre, 2004
   Vous, 2004
   Manger avec Piero, 2004
   Primo, 2005
   Aïzan, 2006
   Le Printemps de Guerlain,  2006
   Les Corbeaux, 2007
   C'est pourtant pas la guerre, 2007
   Croisée de voix, 2008
   Les Draps du peintre, 2008
   La Scène, 2010
   Je vais faire un tour, 2010
   Une femme drôle, 2010
   Des pétales dans la bouche, 2011
   Dans la route, 2012
   Lampedusa, 2012
   Vallotton est inadmissible, 2013
   Ceux qui reviennent, 2014
   Le Beau Temps, 2015
   Écrits pour voir, 2016
   Le bleu du ciel n'est pas toujours rose, 2016
   Le Front de l’aube, 2017
   Avec Rodin, 2017
   Rupture, 2018
   Machin, 2019
   Le Neveu d'Anchise, 2021
tom léo
tom léo

Messages : 1351
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Maryline Desbiolles Empty Re: Maryline Desbiolles

Message par tom léo Dim 7 Fév - 16:15

Anchise

Maryline Desbiolles Anchis10

Originale : Français, 1999 (Prix Femina)

CONTENU :
4ème de couverture a écrit:Qui peut dire si quelque chose tourmente encore le vieil Anchise, si quelque rêve l'habite toujours dans sa dure solitude, si les collines qui l'entourent, et qu'il a rendues depuis longtemps à la sauvagerie, lui renvoient encore quelque écho, quelque bruissement, quelque rire du bonheur étincelant qu'il vécut autrefois, il y a bien longtemps, avec sa jeune femme qui était si blonde que tout le monde l'appelait la Blanche ?

Dans ce livre, il est dit de la Blanche qu'elle était menue et saisissante comme une ablette, avec son ventre d'argent qui troue les eaux les plus noires. Qu'elle était merveilleuse et insignifiante comme l'ablette. Qu'elle était inattendue et commune comme l'ablette et que, comme l'ablette, elle ignorait que ses écailles scintillantes avaient le pouvoir de changer les eaux les plus noires en voie Lactée.

Mais de leur après-midi d'amour dans la forêt de mimosas en fleur au-dessus du village, un dimanche de février, s'en souvient-t-il, Anchise ? Et des abeilles et des ruches qu'il aimait tant, s'en souvient-il, aussi ?

Comment faire renaître, une dernière fois, l'incandescence première ? Comment se jeter une fois pour toutes dans la lumière du grand amour perdu ?
REMARQUES :
Et dans une lumière éblouissante, un jour d’été, le narrateur distancié décrit la scène d’une voiture grimpante la colline sur des chemins inconnus, d’un homme y sortant et versant quelque chose sur et dans la voiture, s’y remettant et… l’incendiant.

On se retrouve dans l’arrière-pays de Nice : on s’éloigne dans un mouvement de la ville, sent les passages imperceptibles entre habitat et campagne et sort, à peine à une vingtaine de km de la ville. C’est déjà la campagne, et ces trois maisons qui se trouvent dans un virage de le route du Sel (la D 2204) semblent déjà assez lointaines de tout, voir isolées, sinon presque délabrées. Ici la narration va s’arrêter et rester : Ouvre-t-on encore les volets ? A peine. Et les trois ménages de personnes âgées, la Thomas, les Sasso, l’Anchise, ils semblent ne plus communiquer, murés dans une vie d’intérieur, où la visite hebdomadaire au supermarché sera la seule sortie.

L’auteure va décliner des aspects des mots tels que « lumière », « eau », « campagne », dans leur sens et double sens. Il y aura des descriptions de tous ces quatre habitants, néanmoins c’est l’Anchise qui retiendra le plus notre attention : Né dans le temps de la première guerre, avec un père qui ne va pas en revenir, il quittera tôt l’école, mais tombera éperdumment amoureux d’une fille plus jeune : la « Blanche », la blonde. Il attendra, et il connaîtront des mois d’amour et le mariage. Mais il sera appelé sous le drapeau, partira. Quelle absurdité : deuil renversé ! Quand il reviendra, c’est elle qui est morte. Enceinte, peut-être, de quelques mois ? Qui le saura… Et notre Anchise vît désormais comme dans un répondant ce que tant de veuves de guerre en vecu : la solitude, la presque folie de souffrance, l’impossibilité de se lier encore une fois, même si plus tard même ses voisins ne peuvent plus l’associer avec une vie de couple. Il est entré dans une vie entre rêve de ce bonheur bref, souvenirs vifs. Si loin, si proche. Jusques à quand ?

Je dis dans ma grande ignorance que l’écriture de Maryline Desbiolles me rappelait une Marie-Hélène Lafon. Langage vif, parfois jouant avec la pluralité de sens d’un mot. On sent la poétesse… De ma part une recommandation !


Mots-clés : #amour #mort #solitude
tom léo
tom léo

Messages : 1351
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Maryline Desbiolles Empty Re: Maryline Desbiolles

Message par Bédoulène Dim 7 Fév - 18:51

merci Tom Léo, quand tu recommande, je note ! Smile

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 17211
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 76
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Maryline Desbiolles Empty Re: Maryline Desbiolles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum