Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le deal à ne pas rater :
Pack Smartphone Samsung Galaxy S22 6.1″ + Galaxy Buds2 (Via ODR ...
599 €
Voir le deal

Pierre Moinot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

mort - Pierre Moinot Empty Pierre Moinot

Message par Tristram Mar 8 Juin - 12:47

Pierre Moinot
(1920 - 2007)

mort - Pierre Moinot Pierre11


Pierre Moinot, né le 29 mars 1920 à Fressines et mort le 6 mars 2007 à Paris, est un haut fonctionnaire et écrivain français, membre de l'Académie française.
Fils d'instituteurs, Pierre Moinot passe son enfance dans le Poitou et suit ses études secondaires à Niort, Ajaccio, et Périgueux, couronnées par le premier prix de Français au Concours général. Il entre ensuite en khâgne au Lycée Henri-IV et part à Caen en 1940.
Mobilisé, puis prisonnier, il s'évade et rejoint la Résistance à Grenoble, avant de gagner le Maroc pour participer à la campagne d'Italie et au débarquement de Provence en 1944, et combat jusqu'à Sigmaringen. Blessé dans les Vosges, il est décoré de la Grand-croix de la Légion d'honneur, à titre militaire.
Détenteur en parallèle d'un diplôme d'études supérieures sur les parlers poitevins obtenu en 1942, à l'Institut de phonétique de Grenoble, il est reçu en 1946 à la Cour des comptes comme auditeur.
En 1947, il publie dans Les Temps modernes une nouvelle, La nuit et le Moment, et l'envoie à Albert Camus qui l'appuie auprès des éditeurs parisiens. Dès lors, il publie des nouvelles puis un roman chez Gallimard en 1952, Armes et bagages.
S'enchaînent alors les romans, souvent récompensés par des prix : La Chasse royale, 1953, Le Sable vif, 1963, Le Guetteur d'ombre, 1979, Le Matin vient, et aussi la nuit, 2000, et Le Coup d'État, 2004.
Il écrit aussi pour le théâtre (Héliogabale, 1971) et la télévision (Mazarin en 1978, Jeanne d'Arc en 1988 et La Laïque en 1998).
Grand reporter avec Jules Roy dans la descente du Niger en 1956 (qui lui inspire La descente du fleuve paru en 1991), il a également collaboré aux films animaliers de François Bel.
Il devient conseiller au cabinet du ministre des Affaires culturelles André Malraux de 1959 à 1962, où il démissionne.
Rappelé par Malraux en 1966, il devient directeur des arts et des lettres, prenant la charge de la direction des théâtres et de l'action culturelle qu'il avait créée, puis il poursuit sa longue carrière de grand commis de l'État.
Œuvres :

• 1952 : Armes et Bagages, roman (Gallimard)
• 1953 : La Chasse royale, roman (Gallimard)
• 1957 : La Blessure, nouvelles (Gallimard)
• 1960 : Le Voleur, court métrage (Gallimard) (Adaptation)
• 1963 : Le Sable vif, roman (Gallimard) – prix des libraires
• 1966 : Repos à Bacoli, dramatique - Adaptation.
• 1967 : Quand la liberté venait du ciel, série de douze dramatiques (Adaptation d'après un dossier d'Albert Ollivier)
• 1971 : Héliogabale, théâtre (Gallimard)
• 1977 : La Griffe et la Dent, album animalier (Denoël)
• 1978 : Mazarin, série de quatre dramatiques originales ; Mazarin, scénario (Gallimard)
• 1979 : Le Guetteur d'ombre, roman (Gallimard) – prix Femina
• 1988 : Jeanne d'Arc, série de quatre dramatiques originales (avec Jean-François Griblin) ; Jeanne d’Arc, le pouvoir et l’innocence (Flammarion)
• 1991 : La Descente du fleuve, roman (Gallimard)
• 1993 : Tous comptes faits, entretiens réalisés par Arnaud Guillon, éditions Quai Voltaire
• 1994 : T.E. Lawrence en guerre, étude (Quai Voltaire)
• 1997 : Attention à la peinture (Gallimard)
• 1999 : Le matin vient et aussi la nuit (Gallimard)
• 2002 : La Mort en lui (Gallimard)
• 2002 : Chasses à cœur ouvert (Gerfaut) (avec Xavier Patier, Léon Mazzella et Philippe Verro)
• 2003 : Coup d'État (Gallimard)
• 2003 : La Saint Jean (Sigalla)
• 2004 : Maison (Sigalla)
• 2007 : La Saint Jean d'été (Gallimard)

(Wikipédia)

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - Pierre Moinot Empty Re: Pierre Moinot

Message par Tristram Mar 8 Juin - 12:50

Attention à la peinture

mort - Pierre Moinot Attent10


Polar dans le milieu cultivé, très policé, des amateurs d’art du Paris des années cinquante, dans un style de même… académique.
« Chacun marche à la suite du peintre jusqu’où il peut aller. »

C’est sa préface aux Mémoires d’un chasseur d’Ivan Tourgueniev qui m’a conduit chez cet auteur, mais à part ce polar je n’ai pas encore pu trouver ses livres ; apparemment, devenir immortel disqualifie les œuvres d’un écrivain…


\Mots-clés : #peinture #polar

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - Pierre Moinot Empty Re: Pierre Moinot

Message par Tristram Ven 17 Sep - 0:12

La mort en lui

mort - Pierre Moinot La_mor13

Quatre récits, nouvelles assez brèves, sauf la première et principale.
La mort dans l’âme
« La balle se logeait dans une partie qu’on nommait l’âme et la mort se glissait dans cette âme comme elle habitait la mienne depuis toujours. Et ma propre mort approchait. »
(L'âme est la partie évidée du canon d'une arme à feu.)
Un chasseur vieillissant se perd, quelque part dans une forêt de l’Ouest, est reçu dans un domaine écarté où on lui offre une balle d’or, un cerf agressif qu’il abat de justesse. Avant cette chute un peu fantastique, l’homme seul médite une sourde culpabilité, sa propre finitude, la mort.
« J’avais peu à peu élagué les branches sans fruits qui mangeaient ma sève. Cela servait peut-être à ça, la vieillesse, à se nettoyer. »
Au terme de cette méditation sur la chasse, il épargne du gibier :
« Après un long moment je relevai la tête, reposai mon arme. Pourquoi ? je ne le savais pas, peut-être par amour, certainement pas par pitié, je détestais ce mot à la chasse. Je ne saurais jamais non plus pourquoi parfois mon doigt lançait la mort. Souriant tout seul, comblé par cette approche, je réussis à m’éloigner sans rien déranger et à me noyer doucement dans la forêt. »
L'apprentissage
Étonnante séance de dressage de renardeaux par leur mère observée de nuit.
Retour de chasse
Curieuse influence sur le comportement d’un chasseur par sa femme enceinte.
Le bal
Un couple à l’épreuve du temps.

\Mots-clés : #mort #nouvelle

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - Pierre Moinot Empty Re: Pierre Moinot

Message par Tristram Ven 17 Sep - 0:18

La Saint-Jean d’été

mort - Pierre Moinot La_sai10

Recueil de cinq courts textes, souvenirs d’enfance poitevine, qui m’ont ramentu le monde rural et sauvage de Genevoix, récemment revisité : tout un monde largement disparu, avec son riche langage.

\Mots-clés : #enfance #nature #nouvelle

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - Pierre Moinot Empty Re: Pierre Moinot

Message par Bédoulène Ven 17 Sep - 7:46

merci pour ces deux commentaires ; "l'apprentissage" pourrait me conduire à la lecture de ce livre

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19635
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - Pierre Moinot Empty Re: Pierre Moinot

Message par Tristram Mar 19 Juil - 12:35

Le Guetteur d’ombre

mort - Pierre Moinot Le_gue10

Le narrateur revient dans la région où il a ses habitudes de chasse saisonnière au cerf. C’est l’époque du brame, et il chemine bientôt seul dans la forêt, dans une quête qui n’est pas que celle de son gibier, qu’il apprend à connaître, interprétant les traces, menant de long affûts.
« …] j’ai toujours cherché quelque chose, au-delà. »
C’est un journaliste qui eut une expérience d’ethnographie en Afrique, et une enfance marquée par la recherche des silex taillés préhistoriques ; le texte passe parfois au "je". Son ami le vieux garde est gravement malade ; plusieurs femmes gravitent autour de lui.
S’opposent la nature et la cité de laquelle il s’est temporairement retiré, dans un élan à caractère génésique où remontent les souvenirs, sa compagne (une restauratrice de peinture) et sa fille pour les plus récents ; il médite sa destinée, songe au passage du temps dans l’humanité (archéologie) comme dans son existence.
« Qu’est-ce que c’est que ma vie quand l’ayant si fortement remplie, je la sens si vide ? Le piège est fermé. Les gestes ne conduisent qu’à des usures. »
Prégnance des odeurs, chez l’humain comme chez l’animal. Observations sur la forêt, et notamment les cerfs, comme le « page » du vieux mâle qu’il cherche.
On retrouve la notion de mètis dont parle Marc Giraud dans Darwin, c’est tout bête :
« Ainsi le garde, qui recommandait de se mettre à la place des cerfs, prétendait-il que celui-là avait déjà su deviner ce qu’attendait son chasseur, pour le déjouer. »
Les remarques d’ordre psychologique sont également intéressantes :
« Elle l’exhortait dans ce moment toujours difficile où il devait enfin se séparer d’elle, où le départ, au fur et à mesure qu’il se rapprochait, brouillait les espoirs du voyage. »
J’ai retrouvé là nombre de mes préoccupations sur le rapport à la nature.

\Mots-clés : #mort #nature #ruralité #solitude #traditions

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - Pierre Moinot Empty Re: Pierre Moinot

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum