Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

-34%
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] SAMSUNG Galaxy S20FE 128Go 5G Bleu à 329€
329 € 499 €
Voir le deal

Ryōko Sekiguchi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

temoignage - Ryōko Sekiguchi Empty Ryōko Sekiguchi

Message par Tristram Sam 20 Nov - 12:13

Ryōko Sekiguchi
(Née en 1970)

temoignage - Ryōko Sekiguchi Ryoko_10

Ryōko Sekiguchi, née le 21 décembre 1970 à Tokyo, est une poétesse et traductrice japonaise.
Ryōko Sekiguchi grandit au cœur du quartier animé de Shinjuku. Fille d'une cuisinière, elle écrit de la poésie dès son plus jeune âge et à 18 ans elle reçoit le prix Cahiers de la poésie contemporaine.
Elle étudie le journalisme à l'Université Waseda. Contrainte de choisir une langue vivante, elle choisit le français par amour pour la cuisine française. Elle obtient son diplôme en 1993, et part étudier l'histoire de l'art à la Sorbonne. Elle poursuit ses études au Japon et obtient en 1996 un doctorat en littérature comparée et en études culturelles à l'université de Tokyo.
Elle traduit ses propres poèmes ainsi que les textes des poètes japonais classiques et contemporains dans des revues françaises (If, Po&sie, Action Poétique, Dédale, vacarme). Elle publie en japonais depuis 1988, vit à Paris depuis 1997, est traduite en français depuis 1999, et écrit en français depuis 2003. Elle enseigne à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

Bibliographie :

• Cassiopée Péca, 1993
• [Com] position, Tokio, 1996
• Hakkouseï S´Diapositive, Tokio, 2000
• Cassiopée Péca, cipM, 2001.
• Calque, P.O.L, 2001.
• Le monde est rond, avec Suzanne Doppelt et Marc Charpin, Créaphis, 2004.
• Deux marchés, de nouveau, P.O.L, 2005.
• Héliotropes, P.O.L, 2005.
• Adagio ma non troppo, Le Bleu du ciel, 2007.
• Ce n'est pas un hasard, Chronique japonaise, P.O.L., 2011.
• L'Astringent, éditions Argol, coll. Vivres, 2012.
• Manger fantôme, Argol, coll. Vivres, 2012.
• Le Club des gourmets et autres cuisines japonaises, P.O.L, 2013.
• La Voix sombre, P.O.L, 2015.
• Fade, Les ateliers d'Argol, coll. Paradoxes, 2016.
• Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va, P.O.L, 2018.
• Le Voyageur affamé. Le Japon à Paris, Menu fretin, 2019
• Le curry japonais. Dix façons de le préparer, Les Éditions de l'Épure, 2020
• Sentir, JBE Books, 2021
• 961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent), P.O.L., 2021

(Wikipédia, Babelio et P.O.L.)

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14716
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Ryōko Sekiguchi Empty Re: Ryōko Sekiguchi

Message par Tristram Sam 20 Nov - 12:17

Nagori, la nostalgie de la saison qui vient de nous quitter

temoignage - Ryōko Sekiguchi Nagori10

Quatrième de couverture :
« Nagori, littéralement "reste des vagues", qui signifie en japonais la nostalgie de la séparation, et surtout la saison qui vient de nous quitter. Le goût de nagori annonce déjà le départ imminent du fruit, jusqu’aux retrouvailles l’année suivante, si on est encore en vie. On accompagne ce départ, on sent que le fruit, son goût, se sont dispersés dans notre propre corps. On reste un instant immobile, comme pour vérifier qu’en se quittant, on s’est aussi unis. »
C’est donc l’ingrédient d’arrière-saison, mais plus encore une notion japonaise exemplaire de cette culture si exotique, déroutante, raffinée et riche à nos yeux, notamment à l'égard de son « esthétique en osmose avec la nature ».
« L’étymologie du mot se rapporte à nami-nokori, "reste des vagues", qui désigne l’empreinte laissée par les vagues après qu’elles se sont retirées de la plage. Cela comprend à la fois la trace des vagues, ces sillons immatériels dessinés par les vagues sur le sable, et les algues, coquillages, morceaux de bois et galets abandonnés sur leur passage. Il n’y a ni raison ni logique à cette accumulation en dépôt, mais une fois qu’elle est là, elle s’y établit pour un temps, éphémère.
De nos jours, le mot s’épelle na-gori, "le nom qui reste". Bien qu’ils ne reflètent pas l’origine du mot, ces caractères me semblent produire une image tout aussi évocatrice de nagori.
Nos émotions ne se déplacent pas aussi facilement. Si vives et réactives qu’elles soient, elles sont bien plus lentes que notre corps à prendre congé d’un être, ou d’un lieu. Elles viennent toujours après nous, à quelques pas en arrière. »
Ryōko Sekiguchi nous parle des saisons, temporalité cyclique, « temporalité botanique », confrontée à notre temporalité linéaire :
« La saison, pourrait-on dire, c’est le temps des émotions. »
… et même d’une troisième, celle que révèlent Hiroshima et Fukushima :
« Avec la radioactivité, c’est une troisième temporalité, une temporalité d’une longueur insupportable, infiniment plus longue que la vie des êtres humains, qui apparaît. »
Elle nous révèle aussi l’aspect saisonnier, codifié et même « autoritaire », du haïku. Mais son fil principal reste la cuisine.
« C’est ce qu’on appelle dans la cuisine traditionnelle japonaise deaimono, "choses rencontrées". Il désigne les associations heureuses entre certains ingrédients, donc entre différents êtres, dans un plat. »
Il y a un côté ethnologie comparée dans cette réflexion, sans doute nourrie des nombreux voyages en Afrique, Amérique, Europe et Asie (et de lectures originales) : Ryōko Sekiguchi est vraiment une passeuse de cultures.
Elle termine en évoquant son année à la Villa Médicis (soit un cycle des quatre saisons), résidence d’écrivain en 2013-2014 qui est à l’origine de ce texte.
Une très belle surprise, tant l’auteure que le texte (d’un bon style, écrit directement en français), pleins d’ouverture d’esprit et de captivantes découvertes, de passage.

\Mots-clés : #essai

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14716
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Ryōko Sekiguchi Empty Re: Ryōko Sekiguchi

Message par Bédoulène Sam 20 Nov - 17:12

merci Tristram (je m'informerai, je vois qu'elle a écrit un livre de recettes ! )

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19619
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Ryōko Sekiguchi Empty Re: Ryōko Sekiguchi

Message par Tristram Dim 7 Aoû - 0:59

Oui, Bédoulène, Le Club des Gourmets et autres cuisines japonaises. En fait c'est une anthologie, dont j'ai parlé sur Le One-shot des paresseux (pour éviter d'ouvrir plusieurs fils d'auteur). Mais je reviens bientôt avec un texte d'elle-même.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14716
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Ryōko Sekiguchi Empty Re: Ryōko Sekiguchi

Message par Tristram Lun 15 Aoû - 12:10

Ce n'est pas un hasard (Chronique japonaise)

temoignage - Ryōko Sekiguchi Ce_n_e10

« Chronique tenue du 10 mars au 30 avril 2011, sur la superposition des images, la mémoire des villes, le hasard, la temporalité de la description et les noms propres qui surgissent, fantomatiques, lors d’une catastrophe. »
C’est donc les réflexions de Ryoko Sekiguchi sur les catastrophes du tremblement de terre, du tsunami et de Fukushima, qu’elle a suivies de Paris (puis sur place).
« Je voulais essayer de décrire cette atmosphère palpable et néanmoins indéfinissable de la présence de quelque chose qui n’existe pas encore. »

« L’important, quand on s’interroge sur "ce qui est possible après une catastrophe", question maintes fois posée de par le monde, c’est d’avoir à l’esprit que l’on est aussi à la veille d’autres catastrophes à venir, donc qu’il faut également s’interroger sur ce que l’on peut écrire avant une catastrophe, ou entre deux catastrophes, qui est l’état permanent dans lequel nous vivons. »

« Tout discours sur la catastrophe est fatalement lié à, voire hanté par, la question du temps. »

« Qu’est-ce que j’aurais pu faire dans un lieu d’accueil si je n’avais pas de livre ? Le livre quantifie le temps, il le rend pour ainsi dire concret. Sans cet instrument, l’attente s’éternise, le temps se dilue. Pour ma part, je ne peux pas concevoir de me retrouver où que ce soit sans livre. Même si je ne peux pas me concentrer, si je n’arrive pas à lire, le seul fait d’en avoir un sous la main, que je pourrais ouvrir au besoin, m’apaise. Mais bien sûr, ce n’est là qu’une supposition. Que puis-je savoir du temps qui s’écoule dans un lieu d’accueil ? »

« Dans le magazine Focus, un article intitulé "Dans le cercle de vingt kilomètres autour de Fukushima, même les ombres se sont évaporées". Encore une superposition d’images. Les ombres, l’évaporation : Hiroshima. »

« Plus que la crainte d’être réellement touchés par la radioactivité japonaise, moins probable qu’avec Tchernobyl du fait de la distance, je crois que la terreur des Européens aujourd’hui est due au fait qu’ils savent qu’ils devront désormais compter l’accident nucléaire parmi les risques réels, eux aussi. »

« Hiroshi Yamaguchi, économiste, écrit qu’il ne faut pas chercher à "éradiquer" les rumeurs à tout prix. Bien sûr, il faut dissiper les rumeurs infondées qui mettent des personnes en danger. Mais à la moindre rumeur qui court sur internet, on voit maintenant se mettre en place, à plus ou moins brève échéance, un système autorégulé de vérification des données qui indexe, avec la rumeur, d’autres informations utiles. Si, par crainte de la rumeur, l’on se met à censurer à titre préventif toute information non vérifiée, on se prépare une société dépourvue d’"anticorps" face à la rumeur, et donc fragile. »

« Le livre a fatalement une fin. Et fatalement, la réalité n’en a pas. […]
Au bout du compte, je ne suis pas parvenue donner une fin heureuse à ce livre. Puisque la fin n’existe pas. »
Décidément une auteure qui porte un regard neuf et fin sur des sujets rebattus avec une écriture juste.

\Mots-clés : #catastrophenaturelle #temoignage

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14716
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Ryōko Sekiguchi Empty Re: Ryōko Sekiguchi

Message par Bédoulène Lun 15 Aoû - 13:21

merci Tristram, les extraits accompagnent utilement ton commentaire

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19619
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Ryōko Sekiguchi Empty Re: Ryōko Sekiguchi

Message par Tristram Lun 15 Aoû - 16:48

Bon, il est pas gros, mon commentaire !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14716
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Ryōko Sekiguchi Empty Re: Ryōko Sekiguchi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum