Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Paul Verlaine

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par Bédoulène le Dim 27 Jan 2019 - 18:01

merci Aventin pour ton commentaire sur ce poème

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 15390
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 31 Jan 2019 - 4:50

Merci Aventin pour ce dernier poème, j'y vois des accents que le poète québécois Nelligan a empruntés.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2018
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 39
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par Tristram le Mar 9 Juil 2019 - 2:54

Après Verlaine d’ardoise et de pluie, de Guy Goffette, j'ai relu la préface de Léo Ferré aux Saturniens. Poètes parlant du poète, ce dernier tranche par l'ardeur, l'intelligence cursive de son propos. Ferré est peut-être paradoxalement éclipsé par sa reconnaissance comme interprète ; JHB, connais-tu cet auteur ? Un recueil comme Poète... vos papiers ! mérite la lecture...
La préface est consultable in extenso, par exemple ici : http://leo-ferre.eu/html-v/verlaine.html

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 10802
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 9 Juil 2019 - 4:10

Tristram : Je viens de lire le paroles de «Poète vos papiers». J'ai bien apprécié lire les tournures de phrases. Léo Ferré a une manière particulière de raconter le monde.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2018
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 39
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 9 Juil 2019 - 4:23

J'ai repêché ceci dans Romances sans paroles. Je ne sais plus si je l'avais déjà souligné...

III

Il pleut doucement sur la ville.
(Arthur Rimbaud)

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un coeur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !

J'en ai un autre que j'ai souligné dans Parallèlement :

V

«Tantalized»

L'aile où je suis donnant juste sur une gare,
J'entends de nuit (mes nuits sont blanches) la bagarre
Des machines qu'on chauffe et des trains ajustés,
Et vraiment c'est des bruits de nids répercutés
À des cieux de fonte et de verre et gras de houille.
Vous n'imaginez pas comme cela gazouille
Et comme l'on dirait des efforts d'oiselets
Vers des vols tout prochains à des cieux violets
Encore et que le point du jour éclaire à peine.
Ô ces wagons qui vont dévaler dans la plaine !

Il y a un esprit farceur qui a combiné le dernier poème cité à «Sur le balcon» :

«Sur le balcon»

Toutes deux regardaient s'enfuir les hirondelles :
L'une pâle aux cheveux de jais, et l'autre blonde
Et rose, et leurs peignoirs légers de vieille blonde
Vaguement serpentaient, nuages, autour d'elles.

Et toutes deux, avec des langueurs d'asphodèles,
Tandis qu'au ciel montait la lune molle et ronde,
Savouraient à longs traits l'émotion profonde
Du soir et le bonheur triste des cœurs fidèles.

Telles, leurs bras pressant, moites, leurs tailles souples,
Couple étrange qui prend pitié des autres couples,
Telles, sur le balcon, rêvaient les jeunes femmes.

Derrière elles, au fond du retrait riche et sombre,
Emphatique comme un trône de mélodrame
Et plein d'odeurs, le Lit, défait, s'ouvrait dans l'ombre.

Voici cette juxtaposition des deux poèmes : https://www.poesie-francaise.fr/paul-verlaine/poeme-tantalized.php
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2018
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 39
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 2 Sep 2019 - 3:44

Je reviens à la charge dans Cellulairement. Tout d'abord, je vous offre ceci :

«Almanach pour l’année passée»

La bise se rue à travers
Les buissons tout noirs et tout verts,
Glaçant la neige éparpillée
Dans la campagne ensoleillée.
L’odeur est aigre près des bois,
L’horizon chante avec des voix,
Les coqs des clochers des villages
Luisent crûment sur les nuages.
C’est délicieux de marcher
À travers ce brouillard léger
Qu’un vent taquin parfois retrousse.
Ah ! fi de mon vieux feu qui tousse !
J’ai des fourmis plein les talons.
Debout, mon âme, vite, allons !
C’est le printemps sévère encore,
Mais qui par instant s’édulcore
D’un souffle tiède juste assez
Pour mieux sentir les froids passés
Et penser au Dieu de clémence ...
Va, mon âme, à l’espoir immense !

---

L’espoir luit comme un brin de paille dans l’étable.
Que crains-tu de la guêpe ivre de son vol fou ?
Vois, le soleil toujours poudroie à quelque trou.
Que ne t’endormais-tu, le coude sur la table ?

Pauvre âme pâle, au moins cette eau du puits glacé,
Bois-la. Puis dors après. Allons, tu vois, je reste,
Et je dorloterai les rêves de ta sieste,
Et tu chantonneras comme un enfant bercé.

Midi sonne. De grâce, éloignez-vous, madame.
Il dort. C’est étonnant comme les pas de femme
Résonnent au cerveau des pauvres malheureux.

Midi sonne. J’ai fait arroser dans la chambre.
Va, dors ! L’espoir luit comme un caillou dans un creux.
Ah ! quand refleuriront les roses de septembre !

---

Les choses qui chantent dans la tête
Alors que la mémoire est absente,
Écoutez, c’est notre sang qui chante ...
Ô musique lointaine et discrète !

Écoutez ! c’est notre sang qui pleure
Alors que notre âme s’est enfuie,
D’une voix jusqu’alors inouïe
Et qui va se taire tout à l’heure.

Frère du sang de la vigne rose,
Frère du vin de la veine noire,
Ô vin, ô sang, c’est l’apothéose !

Chantez, pleurez ! Chassez la mémoire
Et chassez l’âme, et jusqu’aux ténèbres
Magnétisez nos pauvres vertèbres.

---

Ah ! vraiment c’est triste, ah ! vraiment ça finit trop mal.
Il n’est pas permis d’être à ce point infortuné.
Ah ! vraiment c’est trop la mort du naïf animal
Qui voit tout son sang couler sous son regard fané.

Londres fume et crie. Ô quelle ville de la Bible !
Le gaz flambe et nage et les enseignes sont vermeilles.
Et les maisons dans leur ratatinement terrible
Épouvantent comme un sénat de petites vieilles.

Tout l’affreux passé saute, piaule, miaule et glapit
Dans le brouillard rose et jaune et sale des sohos
Avec des indeeds et des all rights et des haôs.

Non vraiment c’est trop un martyre sans espérance,
Non vraiment cela finit trop mal, vraiment c’est triste :
Ô le feu du ciel sur cette ville de la Bible !

p. 135-138

Enfin, je trouve un poème important pour refaire la généalogie qui mène à l'inspiration poétique de Michel Beaulieu, poète québécois...

«Kaléidoscope»

À Germain Nouveau.

Dans une rue, au cœur d’une ville de rêve,
Ce sera comme quand on a déjà vécu :
Un instant à la fois très vague et très aigu ...
Ô ce soleil parmi la brume qui se lève !

Ô ce cri sur la mer, cette voix dans les bois !
Ce sera comme quand on ignore des causes :
Un lent réveil après bien des métempsycoses :
Les choses seront plus les mêmes qu’autrefois

Dans cette rue, au cœur de la ville magique
Où des orgues moudront des gigues dans les soirs,
Où les cafés auront des chats sur les dressoirs,
Et que traverseront des bandes de musique.

Ce sera si fatal qu’on en croira mourir :
Des larmes ruisselant douces le long des joues,
Des rires sanglotés dans le fracas des roues,
Des invocations à la mort de venir,

Des mots anciens comme un bouquet de fleurs fanées !
Les bruits aigres des bals publics arriveront,
Et des veuves avec du cuivre après leur front,
Paysannes, fendront la foule des traînées

Qui flânent là, causant avec d’affreux moutards
Et des vieux sans sourcils que la dartre enfarine,
Cependant qu’à deux pas, dans des senteurs d’urine,
Quelque fête publique enverra des pétards.

Ce sera comme quand on rêve et qu’on s’éveille !
Et que l’on se rendort et que l’on rêve encor
De la même féerie et du même décor,
L’été, dans l’herbe, au bruit moiré d’un vol d’abeille.

p. 139-140

Il me semblait bien évident qu'il y avait quelque chose de flâneur dans la démarche de Michel Beaulieu... Quoi qu'il en soit, Paul Verlaine avait une démarche poétique bien sentie. Nous pourrions considérer qu'elle serait surannée. Elle n'en exprime pas moins son éloquence et sa puissance.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2018
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 39
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par Aventin le Ven 6 Mar 2020 - 11:17

Du recueil Sagesse, oui, j'ai tendance à le défendre, Écoutez la chanson bien douce

Spoiler:
(NB: Les poèmes du recueil sagesse ne comportent aucun titre mais un simple numéro de recueil, I, II ou III suivi de son numéro d'ordre. Celui-ci est le seizième du recueil I. En général, histoire de savoir au moins de quoi on parle, on désigne les poèmes par leur premier vers).

Écoutez la chanson bien douce
Qui ne pleure que pour vous plaire.
Elle est discrète, elle est légère :
Un frisson d'eau sur de la mousse !

La voix vous fut connue (et chère ?)
Mais à présent elle est voilée
Comme une veuve désolée,
Pourtant comme elle encore fière,

Et dans les longs plis de son voile
Qui palpite aux brises d'automne,
Cache et montre au cœur qui s'étonne
La vérité comme une étoile.

Elle dit, la voix reconnue,
Que la bonté c'est notre vie,
Que de la haine et de l'envie
Rien ne reste, la mort venue.

Elle parle aussi de la gloire
D’être simple sans plus attendre,
Et de noces d’or et du tendre
Bonheur d’une paix sans victoire.

Accueillez la voix qui persiste
Dans son naïf épithalame
Allez, rien n'est meilleur à l'âme
Que de faire une âme moins triste !

Elle est en peine et de passage
L'âme qui souffre sans colère,
Et comme sa morale est claire !...
Écoutez la chanson bien sage.

Une superbe composition pour piano de Nadia Boulanger en 1905, ici interprétée par une soprano (un ténor, à mon humble avis, correspond mieux au chant de ces vers):

(Léo Ferré, mais je crois aussi Rita Mitsouko, s'étaient aussi essayés à transcrire cette chanson bien douce...en chanson.)

Mots-clés : #poésie
Aventin
Aventin

Messages : 1503
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par bix_229 le Ven 6 Mar 2020 - 11:38

C'est mieux sans musique, je trouve !
Sinon c'est redondant.
La poésie est sa propre musique.
bix_229
bix_229

Messages : 12583
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par Tristram le Ven 6 Mar 2020 - 11:42

Je suis assez d'accord avec Bix ; les exceptions réussies sont rares.
Léo Ferré justement _ mais il déclame plus qu'il ne chante ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 10802
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Paul Verlaine - Page 2 Empty Re: Paul Verlaine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum