Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox Séries X avec adaptateur sans-fil Windows 10 à 52,99€
52.99 €
Voir le deal

Gabriel Garcia Marquez

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Bédoulène Lun 18 Déc - 18:42

ok merci ! je vais le trouver

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 17178
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 76
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par topocl Mer 22 Avr - 10:52

L’amour au temps du choléra

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Extern35

Trois personnages, le brillant Docteur Urbino, son épouse têtue Fermina, et Florentino, l’obsessionnel amoureux transi, constituent 50 ans durant un étonnant trio amoureux asymétrique, chacun enfermés dans la folie de ses obsessions et désirs. Un arrière-fond de tension est là : guerres civiles, tornade, épidémie de choléra, mais rien ne détourne les protagonistes de leurs passions démesurées.

Garcia Marquez inventorie ainsi tous les aspects de l’amour, charnel ou passionné, romantique ou réservé, adultère ou pédophile, tarifé ou fantasmé, puritain ou dépravé, inexpérimenté ou libertin.

C’est bien lui qui va répondre à la question que nous nous posions l’autre jour « Peut-on vivre sans amour ? » et montrer qu’une réponse pas du tout niaiseuse peut y être apportée.
Cette réponse est NON, avec toute le brio, la fougueuse poésie, la pittoresque inventivité de cet auteur hors norme.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 7370
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 61
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Armor Mer 22 Avr - 12:19

Cent ans de solitudes est sur ma PAL depuis bien longtemps maintenant. Je le regarde avec circonspection, il me fait un peu peur. Le réalisme magique et moi, ça n'a jamais fonctionné. Il faudrait que je saute le pas, pour voir.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4369
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 40
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Bédoulène Mer 22 Avr - 12:38

ton commentaire donne envie topocl, merci (pour le moment je suis encore dans la peste)

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 17178
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 76
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Tristram Mer 22 Avr - 13:28

Un très bon souvenir, cet L'amour aux temps du choléra :
« "Le monde est divisé entre ceux qui baisent et ceux qui ne baisent pas." Il se méfiait de ces derniers : sortir du droit chemin était pour eux à ce point insolite qu'ils se piquaient de faire l'amour comme s'ils venaient de l'inventer. Ceux qui le faisaient souvent, en revanche, ne vivaient que pour lui. Ils se sentaient si bien qu'ils se comportaient comme des sépulcres scellés, car ils savaient que de la discrétion dépendait leur vie. Ils ne parlaient jamais de leurs prouesses, ne se confiaient à personne, jouaient les distraits au point de se bâtir une réputation d'impuissants, de frigides et surtout de pédérastes timides, comme c'était le cas pour Florentino Ariza. »

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 12775
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Quasimodo Mer 22 Avr - 13:36

Merci topocl, c'est engageant !

@Armor a écrit:Cent ans de solitudes est sur ma PAL depuis bien longtemps maintenant. Je le regarde avec circonspection, il me fait un peu peur. Le réalisme magique et moi, ça n'a jamais fonctionné. Il faudrait que je saute le pas, pour voir.
C'est drôle, quelqu'un m'en a parlé hier, qui hésitait à le commencer. Je vais le lire (pour les cours) d'ici la fin du mois de juin Wink
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 5015
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 25

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par topocl Mer 22 Avr - 15:25

@Quasimodo a écrit:Merci topocl, c'est engageant !

@Armor a écrit:Cent ans de solitudes est sur ma PAL depuis bien longtemps maintenant. Je le regarde avec circonspection, il me fait un peu peur. Le réalisme magique et moi, ça n'a jamais fonctionné. Il faudrait que je saute le pas, pour voir.
C'est drôle, quelqu'un m'en a parlé hier, qui hésitait à le commencer. Je vais le lire (pour les cours) d'ici la fin du mois de juin Wink
Chanceux!

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 7370
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 61
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Bédoulène Mer 22 Avr - 19:03

bon j'ai compris je dois mettre M.G.Marquez sur ma liste à lire !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 17178
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 76
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Tristram Mer 22 Avr - 19:15

D'évidence ! Ne pas écouter tous ces frileux de pseudo-réalisme magique !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 12775
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par ArenSor Mer 22 Avr - 19:34

Eh, eh, Topocl, je constate que tu continues l'exploration littéraire des grandes pandémies Very Happy
J'avais beaucoup aimé "L'Amour au temps du choléra" ; en revanche, "Cent ans de solitude" m'était tombé des mains...
ArenSor
ArenSor

Messages : 2728
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par animal Mer 22 Avr - 19:44

J'avais un peu ramé aussi sur Cent ans de solitude il me semble.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 12279
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 40
Localisation : Tours

https://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par bix_229 Mer 22 Avr - 20:03

Soyez révolutionnaire, lisez L'Automne du patriarche ! satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 1743235393
bix_229
bix_229

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Aventin Ven 24 Avr - 19:02

@bix_229 a écrit:Soyez révolutionnaire, lisez L'Automne  du patriarche ! satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 1743235393

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 3734321889 touchez aux limites de Gabriel García Márquez (que j'ai pourtant badé, dévoré, encensé, etc...), lisez Mémoire de mes putains tristes (Memoria de mis putas tristes)...
Aventin
Aventin

Messages : 1823
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Tristram Ven 24 Avr - 19:16

Effectivement pas ce qui en restera, quoique...
« Je me suis plongé dans la littérature romantique que j’avais rejetée quand ma mère avait voulu me l’imposer par la contrainte, et grâce à elle j’ai pris conscience que la force invincible qui mène le monde, ce ne sont pas les amours heureuses mais les amours contrariées. »

« Le sexe c’est la consolation quand l’amour ne suffit pas. »
Gabriel García Márquez, « Mémoire de mes putains tristes », 3

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 12775
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Bédoulène Dim 10 Mai - 14:34

L'automne du patriarche

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 41czfw11


Le dernier puisque à l'évidence le cadavre découvert dans la maison du pouvoir, un véritable capharnaüm,  est bien celui du dictateur, sa défunte mère Bendicion Alvarado pourrait en témoigner, elle la canonisée laïque ! Le corps en habit de général, son physique : des pieds de pachiderme et son appareil génital que défigure une vilaine hernie ! Il n'a pas survécu à ses précédentes morts !

"pourtant quand les rumeurs de sa mort semblaient les plus sûres on le voyait paraître plus vivant et plus autoritaire que jamais au moment le plus imprévu pour imposer d’autres caps imprévisibles à notre destin. Il aurait été facile de se laisser convaincre par les indices immédiats du sceau présidentiel ou la dimension surnaturelle de ses pieds de marcheur increvable ou l’évidence insolite de cette roupette volumineuse que les charognards n’avaient pas osé picorer, mais quelqu’un gardait toujours le souvenir d’autres indices semblables chez d’autres morts moins importants du passé. "

Le Général président qui n'a pas d'âge défini mais que l'on peut situer entre 107 et 232 ans a exercé de nombreuses années  son pouvoir tyrannique.

Tout les ingrédients sont là, arrestations arbitraires, tortures, tueries de masses,  l'enrichissement ( l'argent et les propriétés du général), sa paranoïa, ses superstitions, sa sexualité.

S'y mêlent l'ingérence et la spoliation d'autres pays, notamment la capture de "la mer" cette mer qu'il aimait observé de sa fenêtre. La décrépitude de la vieillesse surgit au long du récit, de la perte des souvenirs à la perte de la vie.


-
[center]-----------------

Tout ce que je pourrais dire ne serait que faiblesse devant une telle écriture, une telle imagination ; car ce n'est que de la fiction, une satire  non ? ......................quoi que !

La longueur XXL des phrases  ajoute à la fantaisie, à la bizarrerie de cette  écriture débridée, ensorcelante, poétique.

(je ne sais si c'est habituel  le changement de personne, sautant impromptûment du je au il ou se nommant général)

Ce n'est que ma première intrusion dans l'oeuvre de l'auteur ; je laisse donc parler les extraits

" il était minuit et le général Rodrigo de Aguilar n’arrivait toujours pas, quelqu’un tenta de se lever, avec votre permission, dit-il, il le pétrifia d’un regard mortel qui signifiait que personne ne bouge, que personne ne respire, que personne ne vive sans ma permission jusqu’au douzième coup de minuit où les rideaux s’ouvrirent et où l’illustre général de division Rodrigo de Aguilar fit son entrée sur un plat d’argent, étendu de tout son long sur une garniture de choux-fleurs et de laurier, macéré dans les épices, doré au four, accommodé avec son uniforme à cinq amandes d’or des grandes occasions et les ganses du courage illimité sur la manche retroussée de son bras de manchot, sept kilos de médailles sur la poitrine et un brin de persil dans la bouche, prêt à être servi à ce banquet de camarades par les équarisseurs officiels devant nous tous les invités pétrifiés d’horreur qui assistâmes le souffle coupé à l’exquise cérémonie du découpage et de la distribution, puis quand il y eut dans chaque assiette une part de ministre de la Défense farci aux pignons et aux herbes, il donna l’ordre de commencer, bon appétit messieurs !"

"... il nous promit de reconstruire une réplique exacte du panthéon des hommes illustres dont les décombres calcinés sont restés tels jusqu’à nos jours, il ne fit rien pour dissimuler le terrible exorcisme du mauvais rêve mais profita de l’occasion pour liquider l’appareil législatif et judiciaire de la vieille république, écrasa d’honneurs et de fortune les sénateurs les députés les magistrats dont il n’avait plus besoin désormais pour sauver la façade comme au début de son régime, il les exila dans des ambassades heureuses et lointaines ne gardant pour toute suite que l’ombre solitaire de l’Indien à la machette qui ne l’abandonnait jamais, goûtait sa nourriture et son eau, maintenait les distances, surveillait la porte tandis que lui restait chez moi alimentant la rumeur qu’il était mon amant secret alors qu’en réalité il me rendait visite deux fois par mois pour consulter les tarots durant ces nombreuses années où il se croyait encore mortel, avait la vertu du doute, savait se tromper et accordait plus de confiance aux cartes qu’à son instinct primitif, arrivait toujours aussi effrayé et vieux que la première fois où il s’était assis devant moi et sans dire un mot m’avait tendu ces mains aux paumes lisses et tendues comme un ventre de crapaud telles que je n’en avais jamais vu et ne devais jamais en revoir au cours de ma longue vie de liseuse de destins étrangers, il les avait posées en même temps sur la table comme deux suppliques muettes de condamné, il me parut alors si anxieux et désabusé que je fus moins impressionnée par ces paumes arides que par sa mélancolie sans soulagement, la débilité de ses lèvres, son pauvre cœur de vieillard rongé par l’incertitude et dont le destin non seulement nous échappait dans les lignes de ses mains mais dans toutes les sources de consultation dont nous disposions, car dès qu’il les coupait les cartes devenaient des puits troubles, le marc de café s’embrouillait au fond de la tasse où il avait bu, les clefs de tout ce qui avait quelque chose à voir avec son avenir, son bonheur et la réussite de ses actions s’évanouissaient pour devenir limpides dès qu’il s’agissait par contre du destin des gens qu’il fréquentait de près ou de loin, nous vîmes donc sa mère Bendicion Alvarado en train de peindre des oiseaux........................

"elle s’était agrippée à pleines mains à mes cheveux pour ne pas mourir seule dans le vertige abyssal où je me mourais sollicité à la fois et avec la même violence par toutes les urgences du corps, et cependant il l’oublia, il resta seul dans les ténèbres à se chercher lui-même dans l’eau saumâtre de ses larmes général, dans le fil paisible de sa bave de bœuf, général, dans l’étonnement de son étonnement de madre mía Bendicion Alvarado comment ai je pu vivre tant d’années sans connaître ce doux supplice, pleurait-il, étourdi par les désirs de ses reins, le chapelet de pétards de ses tripes, le déchirement mortel du tendre entacule qui lui arracha les entrailles et le transforma en bête égorgée dont les bonds d’agonie éclaboussaient les draps neigeux d’une matière chaude et acide qui corrompit dans sa mémoire l’air de verre liquide de cette soirée de pluie radieuse de la moustiquaire, car c’était de la merde, général, et cette merde-là c’était la vôtre"
Mots-clés : #regimeautoritaire #satirique

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 17178
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 76
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Tristram Dim 10 Mai - 15:00

Content que tu aies apprécié ton premier passage chez Márquez, Bédoulène !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 12775
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par bix_229 Dim 10 Mai - 15:42

Merci Bédou !
On a trop tendance à penser "Cent ans de solitude" quand on pense à Garcia Marquez, (non que ce
livre ne le mérite pas) mais dans mon souvenir en tout cas, L'Automne du patriarche le vaut bien.
Il s'inscrit aussi parfaitement dans la lignée des dictateurs latino américains décrits par d'autres auteurs.
Avec des différences notables quand meme, le style déjà.
A la fois drolatique, sinistre et quand meme, mélancolique.
bix_229
bix_229

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Bédoulène Dim 10 Mai - 19:00

merci à vous deux !

bien sur Bix qu j'ai bien compris la satire sur les dictateurs latino américains !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 17178
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 76
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

satirique - Gabriel Garcia Marquez    - Page 3 Empty Re: Gabriel Garcia Marquez

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum