Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -37%
Couette 2 places (220×240) – Polyester ...
Voir le deal
29 €

Le One-shot des paresseux

Page 11 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Tristram Dim 19 Sep - 0:01

Francis Mazière, Expédition Tumuc-Humac

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Expzod10

En 1952, deux ans après la disparition de Raymond Maufrais et partiellement sur ses traces, une exploration/ reconnaissance de cette zone contestée de monts au tripoint avec le Brésil et le Surinam, essentiellement pour rencontrer les derniers indiens vivant librement (Mazière est ethnologue ; Dominique Darbois est la photographe, et le troisième membre de l’équipe est Vladimir Ivanof, cameraman). C’est un voyage sur les fleuves frontaliers de Guyane, l’Oyapock et le Maroni, au sein de « la Haute Forêt ».
« Décrire la grâce et la noblesse de leurs attitudes [les Oyanas], je ne le saurais, mais ce fut chaque jour pour nous un émerveillement de voir avec quelle élégance ils s’aventuraient au-devant des dangers permanents de la forêt. Ils les connaissent, ils les évitent, ils les surpassent, ils créent une véritable osmose entre l’homme et le végétal : et c’est peut-être là le grand secret de leur calme. »
Malgré ses partis pris, quelques erreurs et un style parfois défaillant, le livre de Francis Mazière rend compte de la réalité du fleuve et de la forêt par petites touches restituant un peu l’expérience de ceux qui y sont allés.
« Ils [les Indiens] sont inquiets, car ils n’ont rien chassé depuis deux jours ; cependant la moindre trace de gibier ne leur échappe jamais.
La forêt semble inhabitée ; nous n’entendons plus que très rarement les appels des singes. C’est toujours le drame de l’Amazonie : une forêt vide ; oppressante par son silence, que rompt parfois l’agaçant signal de l’oiseau-mouchard, qui nous escorte durant des heures. »

\Mots-clés : #amérindiens #aventure

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Bédoulène Dim 19 Sep - 8:58

merci Tristram !

(pas encore lu Maufrais)

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19634
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par topocl Mar 21 Sep - 9:10

On était des poissons de Nathalie Kuperman.

Une mère, souffrant sans doute de sa séparation, décide sur un coup de tête d’emmener en vacances à la mer sa fille de 11 ans pendant la période scolaire. Quelque pages suffisent à décrypter son comportement pervers-narcissique qui ballote la petite fille, laquelle, évidemment, est beaucoup plus adulte que sa mère.

Pas de réelle qualité littéraire, aucune progression, un final prévisible, quelques « explications » liées à l’histoire familiale dignes des pages psycho de Elle. Je dois avouer avoir juste parcouru ces 270 pages pénibles à en être ennuyeuses.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 8086
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 62
Localisation : Roanne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Bédoulène Mar 21 Sep - 14:35

je passe encore

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19634
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Quasimodo Lun 4 Oct - 16:09

Je n'y suis pour rien, Bédoulène (mais bientôt, bientôt).
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 5390
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 27

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par bix_229 Mer 27 Oct - 19:44

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Mitche10

J'ai lu Le Fond des forets du britannique David Mitchell.
L'histoire d'un jeune ado mal à l'aise dans sa peau, dans sa famille et plus encore
à l'école, où il est la victimes de harcèlement moral par une bande de gangsters de son age.
Seule sa soeur ainée lui témoigne gentillesse et compréhension.
Sa seule issue est l'imagination. S'inventer des histoires dont il est le héros.
Ce que j'ai surtout retenu, c'est ce qu'a épinglé l'auteur (le récit est auto bio)
c'est la cruauté féroce, la lacheté, la servilité de ceux qui entourent l'ado.
On ne le répètera jamais assez.
L'homme est un sale mec pour l'homme. Et ça commence tot et en général, ça dure.

Cette histoire, je l'ai  lue maintes fois, plus ou moins bien racontée.
Mais je me suis rendu compte  après coup que le livre avait eu un franc succès des
lecteurs.
Alors, je me suis dit, que j'avais peut etre mal lu (ce qui m'arrive parfois) et que
d'autres, peut etre seraient plus indulgents ou mieux inspirés.
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Tatie Mer 27 Oct - 21:12

bix_229 a écrit:
temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Mitche10
L'homme est un sale mec pour l'homme.


La pensée et l'action humaines tiennent en cette seule phrase.
Un sale mec pour toute créature vivante d'ailleurs.

Tatie
Tatie

Messages : 278
Date d'inscription : 14/02/2021

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Tristram Mer 17 Nov - 12:27

Le Club des Gourmets et autres cuisines japonaises

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Le_clu10

Sept textes, de Kôzaburô Arashiyama, Osamu Dazai, Rosanjin Kitaôji, Shiki Masaoka, Kenji Miyazawa, Kafû Nagai, Kanoko Okamoto, Jun’ichirô Tanizaki, présentés par Ryoko Sekiguchi, traductrice.
Le Club des Gourmets, de Jun’ichirô Tanizaki, est le texte le plus long et le plus marquant. Quelques raffinés gourmands, au bord du blasement mais curieux de nouveauté, rêvent à « une cuisine merveilleuse », « une musique de gastronomie, un orchestre culinaire… » qui comblerait leur attente insatiable. Le principal d’entr’eux, le comte G, a un songe, délire fantastique qui confine à la répugnance chez le lecteur, avant de découvrir un mystérieux cercle de cuisine chinoise.
« Une soupe sucrée passait par la gorge et était avalée, cela est exact. Mais son effet ne s’arrêtait pas là. Quand le goût sucré qui faisait penser à du vin de Porto avait tapissé l’intérieur du palais et commençait à s’estomper tout en persistant sur la racine de la langue, la soupe qui venait d’être avalée revenait sous forme de rot. Et, fort étrangement, ce rot avait très exactement le goût de l’aileron de requin et de la bouillie de riz au bouillon de poulet. Et se mariant à la douceur toujours présente sur la langue, la combinaison plus ou moins mélangée apparaissait d’une délectation indescriptible. Il vous procurait la sensation du vin de Porto, du bouillon de poulet et de l’aileron de requin se joignant pour fermenter et donner en fin de compte le goût puissant et longuement affiné du shiokara [chair, œufs et viscères (généralement de seiche) confits dans le sel et fermentés]. Au premier rot, au second, puis au troisième, à chaque rot le goût devenait plus intense et plus fort. »

« Comme vous le savez, nous autres Chinois mangeons les nids d’hirondelles, les pattes d’ours, les tendons de biches ou les ailerons de requins. Mais notre président est très certainement le premier a à avoir enseigné que se cuisinaient également l’écorce d’arbre, la fiente d’oiseau ou la salive humaine. »

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Bédoulène Mer 17 Nov - 18:42

je donne ma soupe à qui veut !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19634
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Tristram Sam 18 Déc - 12:00

Jonathan Latimer, Bacchanal au cabanon


temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Baccha10

Le détective William Crane se fait passer pour un patient afin de s'introduire dans la maison de santé du docteur Livermore, à la demande de Miss Van Kamp, qui y réside et s’y serait fait dérober un coffre contenant une fortune. Il y prend des coups, en boit aussi pas mal, tandis que des assassinats s’enchaînent…
Curieux mais pas inutile, en début de livre l’auteur présente les personnages, comme pour une pièce de théâtre (ou comme par Hemingway dans Les Vertes Collines d’Afrique) :
LA LOI :
William CRANE : détective.
M. WILLIAMS et Tom BURNS : deux détectives de ses amis.
Peter WALTERS : sheriff.
Cliff WALTERS : fils du sheriff.
Ty GRAHAM et Tom POWERS : adjoints du sheriff.
C.H. BENBOW : coroner.
WILSON : sergent de la police du Comté.

LE CORPS MÉDICAL :
Dr LIVERMORE : directeur de la maison de santé.
Dr EASTMAN et Dr BUELOW : les deux médecins de l’établissement.
Miss EVANS : belle infirmière.
Miss CLAYTON : gentille infirmière.
Miss TWILLIGER : grosse infirmière.

LES MALADES :
Mme BRADY : une snob.
Mme HEYWORTH : jolie veuve.
Miss QUEEN : ancienne actrice.
Miss VAN KAMP : vieille milliardaire.
Miss PAXTON : amie de Miss Van Kamp.
M. L’ADAM : ancien agent de change, se prend pour un loup.
M. BLACKWOOD : mauvais coucheur.
M. PENNY : ancien fabricant de lingerie pour dames, muet.
M. PITTSFIELD : ancien avocat, se prend pour Abraham Lincoln.
M. RICHARDSON : ancien sportif.

LES EMPLOYÉS :
CHARLES : gardien des fous.
JOE : ancien gangster, garde du corps du Dr Livermore.
ANDRÉ : portier bigot.
CAMPBELL : chauffeur ivrogne.
On remarquera que le ou les coupables ne sont pas indiqués, qu’une indication de la caractéristique de chacun est précisée et qu’elle peut être caricaturale, voire douteuse (« grosse infirmière »)
Un petit côté suranné (livre paru en 1950), un peu dans l’esprit de Rocambole, pas désagréable à lire.

\Mots-clés : #polar

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Bédoulène Sam 18 Déc - 13:56

merci Tristram, je pense avoir d'autre polar à lire

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19634
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Tristram Sam 18 Déc - 13:57

C'est surtout parce qu'on a évoqué cet auteur avec @Diogène sur Quelles sont vos envies de lecture en ce mois de décembre 2021 ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par bix_229 Sam 18 Déc - 14:46

Latimer, je l'ai lu, comme beaucoup d'auteurs de la Série Noire, mais je pense qu'il a vieilli.
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Tristram Mer 22 Déc - 12:14

Nicolas Bourcier, Les Amazoniens, en sursis

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Les_am10

D’abord une petite déception, les témoignages et reportages datent du début du siècle, au moins au début.
Des interviews documentent le sort des Indiens (mais aussi des caboclos et quilombolas), abandonnés par l’État, qui poursuit une politique d’exploitation productiviste de la forêt (quel que soit le régime politique), aux exactions des garimpeiros et de leurs pistoleros, des trafiquants, des fazendeiros et autre agrobusiness qui suivent. La pression des Blancs tend à les sédentariser pour les réduire (gouvernement, congrégations religieuses) : c’est aussi l’histoire de nomades malvenus dans notre société. En plus de la pression économique, il y a également les maladies contagieuses, la pollution au mercure, l’exclusion et la discrimination, la bureaucratie, l’exode et l’acculturation, etc. Mais, dorénavant, la population indienne augmente, ainsi que la réaffirmation de l’identité ethnique traditionnelle.
« Les besoins en matière de santé et d’éducation restent considérables. »
Malgré la reconnaissance des droits des Indiens par la constitution, le gouvernement de Lula a déçu les espoirs, et afin de favoriser le développement les forces politiques se coordonnent pour saper toute cohésion des réclamations sociales et foncières.
« Juridiquement, l’Amazonie a connu la reconnaissance des droits des indigènes en 1988, la reconnaissance de la démarcation des terres trois ans plus tard et une succession de grignotages de ces droits par la suite… »
Face à l’extinction des derniers Indiens isolés, les sertanistes (qui protègent leurs terres), ont fait passer le paradigme de l’intégration (ou de l’éradication) à la suppression quasi intégrale des contacts. L’un d’eux, Sydney Possuelo :
« Darcy Ribeiro, qui contribua à la classification légale de l’Indien, comptait trois types : l’Indien isolé, l’Indien en contact mais de façon intermittente (comme les Yanomami et tous ces groupes vivant entre deux mondes), et l’Indien intégré. De ces trois groupes, je n’en vois que deux : l’isolé et l’intermittent. L’intégré n’existe pas. Il n’y a pas d’ethnie qui vive harmonieusement avec la société brésilienne. L’Indien respecté et intégré dans notre société est une invention. »

« Pour résumer, si on ne fait rien, les fronts pionniers tuent les Indiens isolés ; si on entre en contact, voilà qu’ils disparaissent sous l’effet des maladies. La seule option possible est donc de savoir où ils se trouvent et de délimiter leur territoire. C’est ensuite qu’il faut mettre en place des équipes autour de ce territoire pour en bloquer les accès. Pourquoi ne pouvons-nous pas délimiter une zone où vivent des personnes depuis des temps immémoriaux et empêcher qu’elle ne soit envahie ? »
Qu’on soit intéressé de près ou de loin par le sujet, une lecture qui interpelle.

\Mots-clés : #amérindiens #colonisation #contemporain #discrimination #documentaire #ecologie #genocide #identite #minoriteethnique #nature #racisme #ruralité #temoignage #traditions #xxesiecle

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14728
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Bédoulène Mer 22 Déc - 18:44

oui ton commentaire déjà m'interpelle, merci Tristram

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19634
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Nadine Lun 10 Jan - 16:19

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 On-ne-10

On ne reporte pas le printemps
Livre d'entretien de David Hockney auprès de Martin Gayford.

J'aurais pu hésiter, connaissant déjà l'excellent "Conversation avec David Hockney" de 2011, j'aurais pu me dire : ok, Monsieur Hockney est un vieillard aujourd'hui, cela risque d'être une reprise, un remplissage, il a déjà tout dit tout donné, ne dépense pas ton argent. 30 euros sont 30 euros". En plus j'avais reçu le livre en "leporello" appelé "l'arrivée du printemps" à Noel, soit, officiellement, l'édition de ses derniers travaux, je pouvais bien m'en tenir là. À l'oeuvre. À son délicat exercice de style sur tablette, flamboyant de couleurs (pléonasme, flamboyante couleur, non? ).
Et bien . J'aurais. eue. tord.

Hockney contrôle très bien je crois la diffusion de son oeuvre.
Autant être franche : je suis confortée dans l'idée que son talent reste à redécouvrir, ce qui est édité par exemple sur le printemps reste un dérisoire exercice de style donné en pâture. Quand je vois la sidérante qualité des illustration de l'opus que je vous présente là, je me dis que ce coquin Hockney se moque un peu de nous à éditer son carnet de travail. Voilà. Ce qu'on voit de lui, souvent, c'est son brouillon. Il ne le vit pas ainsi certainement. Mais vous voyez pourquoi je le dis, j'espère.

Et les livres éditant les discussions avec Gayford ont cette particularité de reproduire sur bon papier et selon une impression très qualitative des miniatures moins publiques du travail de D.H, qui ponctuent et illustrent le cheminement du propos :
en les découvrant je me souviens pourquoi j'aime tant ce peintre. Chose peu originale. Non non, il n'est pas trop vieux pour être écouté, il est et reste brillant et virtuose, ipads ou pas, et ce sont les collectionneurs privés qui le sauront.
ces petites reproductions sont parfois merveilleuses, bien supérieures à ces reproductions que l'on voit en circuit fermé, et le dispositif de dialogue et de restitution sur lequel Gayford fait reposer l'ouvrage est d'une douceur certaine . Ajouter le plaisir de lire un entretien intelligent.
Je sors de là pointant un oeil perverti par ces vues. Je rends grâce. Langage simple, optimisme. Conversation. mmmmh

un joli pot de fleur à la précise délicatesse(ipad)
temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Fulls126

Des pictogrammes d'un court court-métrage. Goutez le naturalisme :
temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Fulls127

Détail :
temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Img_1519


Dernière édition par Nadine le Lun 10 Jan - 16:23, édité 1 fois
Nadine
Nadine

Messages : 4816
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 47

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Nadine Lun 10 Jan - 16:20

Le rendu de mes photos n'est guère convainquant. tant pis. Sad
Nadine
Nadine

Messages : 4816
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 47

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par bix_229 Lun 10 Jan - 16:49

C'est l'intention qui compte ! temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 1304972969
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Armor Lun 10 Jan - 18:03

Oh j'avais raté le message de Tristram sur les Amazoniens en sursis. Je note, le commentaire à lui seul interpelle. Wink
Ne sois pas frustrée par tes photos, Nadine, ton enthousiasme seul suffit bien à donner envie de découvrir ce peintre si connu, et dont pourtant je ne sais rien.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4589
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 41
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Bédoulène Lun 10 Jan - 18:18

oui merci Nadine pour partager avec nous ton plaisir de lire et de voir !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19634
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

temoignage - Le One-shot des paresseux - Page 11 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 11 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions autour des livres :: Nos lectures

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum