Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Jane Austen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jane Austen Empty Jane Austen

Message par églantine le Lun 30 Jan - 19:05


Jane Austen
( 1775-1817)


Jane Austen Jane_a10



Jane Austen est une femme de lettres anglaise.

Elle fait partie d'une fratrie de huit enfants. Son père, George Austen, est pasteur ; sa mère, Cassandra Austen (née Leigh), compte parmi ses ancêtres sir Thomas Leigh, qui fut lord-maire sous le règne de la reine Elisabeth.

Les revenus de la famille Austen sont modestes mais confortables. En 1782, Jane et Cassandra, sa sœur, sont envoyées à l'école à Oxford, puis à Southampton et à l'Abbey School de Reading.

Après une éducation brève, qu'elle complète grâce à la bibliothèque paternelle et aux conversations familiales, Jane commence à écrire. Elle va travailler avec acharnement, malgré une relation amoureuse douloureuse, la mort de son père et la maladie, dont elle va mourir à quarante-deux ans.

Bibliographie

Northanger Abbey 1803
Le Cœur et la Raison 1811
Orgueil et préjugé 1813
Mansfield Park 1814
Emma 1815
Persuasion 1818
églantine
églantine

Messages : 4425
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par églantine le Lun 30 Jan - 19:09

Northanger Abbey

Jane Austen 41ckkt10

Parmi mes nombreux projets de lectrice , me tenait à coeur d'embrasser la courte mais dense oeuvre de Jane Austen en l'abordant par une approche chronologique .
Relire Orgueil et préjugés , Emma , Mansfield Park ne sera que bonheur . Découvrir les moins connus aussi .

A commencer par Northanger Abbey : toute première oeuvre . Donc pas la plus aboutie,mais peut-être bien la plus irrévérencieuse , jeunesse audacieuse , frimousse au vent et plume grinçante joyeusement .

Alors oui , la jeune Austen , dans sa volonté de s'affirmer et d'épingler le petit monde auquel elle appartient s'en donne à coeur joie dans les déclinaisons facétieuses toutes plus outrancières les unes que les autres !

Jusqu'où ira-t'elle dans le trait caricatural ?
Rien ne l'arrête , et finalement ce roman tout de fanfreluches dehors , est avant tout une immense farce , parodie du roman gothique en vogue à l'époque ( appelé aussi roman noir ) , parodie aussi du roman sentimental à quatre sous dont s'abreuvaient les jeunes filles de l'époque , prétexte aussi pour dénoncer l'ordonnance de cette société fin XVIII , début XIX dans les campagnes "bourgeoises" anglaises , cette "Gentry" sans équivalence en France ou ailleurs, où l'esprit semble bien à l'étroit dans le carcan d'une éducation vierge de toute forme d'émancipation : Jane Austen ouvre la porte à une forme de rébellion par une verve ironique , toute insolence déployée vers le grand vent de la liberté ,un souffle de féminisme qui ne revendique encore rien mais porte juste un regard étonnamment pointu sur les moeurs de son époque .

Quant à l'histoire de ce roman , les résumés sur le net font légion , je m'en ferai donc l'économie . Du reste , afin de conserver toute la saveur à cette lecture franchement jubilatoire , il serait dommage que je la déflore par un résumé . L'histoire n'a de richesses et d'intérêt que dans son jus , sa forme unique et résolument novatrice pour l'époque .
églantine
églantine

Messages : 4425
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par Bédoulène le Mar 31 Jan - 9:04

merci Eglantine (vu surtout les adaptations )

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 15571
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par GrandGousierGuerin le Mar 31 Jan - 21:47

@églantine : Eh bien ! Je te trouve rudement bien inspirée dans ce commentaire ... On dirait que l'encre était bien fluide au moment de la rédaction, non ?
En tout cas, envie de suivre ta lecture en mode chronologique
GrandGousierGuerin
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par Armor le Mer 1 Fév - 1:09

@GrandGousierGuerin a écrit:@églantine : Eh bien ! Je te trouve rudement bien inspirée dans ce commentaire ... On dirait que l'encre était bien fluide au moment de la rédaction, non ?
En tout cas, envie de suivre ta lecture en mode chronologique

Je plussoie ! Very Happy
Il me faudra la relire vite, Jane Austen, je l'aime moi aussi beaucoup. Et c'est très tentant de la découvrir irrévérencieuse…

(Je suis tombée par hasard l'autre jour sur l'adaptation de la BBC d'Orgueil et Préjugés, avec Colin Firth. J'ai encore tout regardé. Je me m'en lasserai jamais, de cette version… Pour moi de loin la meilleure des adaptations du livre que j'ai pu voir. Et l'actrice principale, Jennifer Ehle, a un charme fou…)

Jane Austen V_orgu10
Armor
Armor

Messages : 4081
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 39
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par topocl le Mer 1 Fév - 9:07

L'écrivain britannique Jane Austen sera représentée sur les futurs billets de 10 livres, une victoire pour certaines féministes britanniques, rapporte l'AFP

Jane Austen Image344

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6975
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 60
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par églantine le Jeu 11 Mai - 14:43

Orgueil et préjugés


Jane Austen Orguei10

Lire et relire Jane Austen , c'est assurément sans surprise et pourtant il n'en reste pas moins que le plaisir languissant qu'il engendre ne cessera d'être au rendez-vous .

Si le cinéma a trouvé dans le monde Austenien de quoi nous abreuver d'images" gloupssement" idiotes , il serait dommage d'en rester à ce seul aspect , fortement réducteur et malheureusement souvent insultant pour le talent de la romancière .

Par ailleurs on a souvent associé l'oeuvre de Jane Austen à l'époque Victorienne : il faut d'emblée rétablir cette erreur puisque le monde auquel elle s'attache appartient plus précisemment à l'époque de la régence ( période de transition correspondant à la fin du XVIII , début XIX ) , tasses de thés , grand parcs et vastes demeures Georgienne à l'honneur pour notre plus grand plaisir d'ailleurs !
Alors dans ce troisième opus, (l'intégralité de son oeuvre se résume à 6 romans ) , pour les amateurs du genre , on retrouve tous les ingrédients habituels , savamment dosés et sous une plume d'une causticité juste grinçante comme il convient pour ne pas tomber dans le grand cliché satirique .
Alors oui, inlassablement Jane Austen écrit sur le monde qui l'entoure , celui auquel elle appartient , cette fameuse Gentry ( petite noblesse ) et il n'est peut être pas impossible que cette écriture tienne lieu de forme de catharsis,(enfin ça c'est juste mon ressenti ) si l'on sait qu'en sa qualité de femme sans dot , dans ce milieu fortement étriqué et ordonné par des lois et des codes ,elle ne pouvait guère espérer un brillant avenir conforme à sa liberté d'esprit irrévencieux et presque révolutionnaire .

Lire Jane Austen en y voyant quelques formes de romantisme et de littérature féminine me parait être un total contresens tant on est aux antipodes .Si bien évidemment on retrouve la récurrence du thème de la foire aux mariages , et qui constitue finalement le noyau de son oeuvre , c'est pour mieux souligner justement l'absurdité d'un système , l'impossibilité dans un tel contexte de trouver quelques formes d'épanouissement pour la gente féminine ....à moins d'oser l'insolence de l'écriture , une certaine forme de détachement libératrice .
Si les hommes sont des misanthropes , des fats ou des idiots , les femmes souvent des dindes nourries comme il faut pour briller dans ce statut , le fil directeur ne saurait être que celui qui s'attachera à proposer une ouverture d'esprit invitant le coeur à oser s'affranchir de ce déterminisme .
Gommer donc tout ce que la plume acide , cruellement ironique , amère dans cette douce diffamation l'air de rien (typiquement anglais ) ne peut que conduire à une erreur d'interprétation , conduisant entre autres à des réalisations cinématographiques insipides et aux antipodes de la pensée de Jane Austen , féministe avant l'heure .
églantine
églantine

Messages : 4425
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par ArenSor le Mer 6 Mai - 11:14

Raison et sentiments, 1811
appelé parfois « Le Cœur et la raison ». Le titre original est « Sense and Sensibility »

Jane Austen 97910911

Admirateur d’Henry James, je devais bien un jour tomber dans la soupe Austenienne ! C'est chose faite  Very Happy
L’Angleterre au début du 19e siècle, dans les milieux aisés. Une grande partie de l’année se passe dans le cottage rural : chasse, jeu pour les hommes, papotage, visites et promenades pour les femmes, bals le soir avec un voisinage sélectionné (souvent des parents). Les plus cultivés lisent, jouent de la musique. En hiver, tout ce petit monde se retrouve à Londres avec les mêmes activités, sauf la chasse, mais avec en plus la visite aux boutiques de luxe.
« En dépit de toutes les améliorations et embellissements qu’il avait entrepris à Nordland, en dépit des millions de livres qu’il avait failli vendre à perte, on ne découvrait aucun signe de cette indigence à laquelle il avait essayé de faire croire, aucune pauvreté n’apparaissait si ce n’est dans la conversation ; mais là, le déficit était considérable. John Dashwood ne trouvait pas grand-chose à dire et sa femme encore moins. Mais cela ne tirait pas à grande conséquence, car c’était tout à fait le même cas pour la plupart de leurs invités, qui cumulaient à l’envi tous les défauts qui peuvent rendre les gens désagréables, manquant à la foi de bon sens naturel ou acquis, d’élégance, d’esprit et de modération. »
« La soirée n’offrit rien de particulier. La société, comme dans toutes les soirées musicales, comprenait beaucoup de personnes qui aimaient vraiment la musique et beaucoup d’autres qui n’y entendaient rien. Et les exécutants eux-mêmes étaient, comme d’habitude, à leur avis personnel et à ceux de leurs amis, les meilleurs amateurs d’Angleterre. »
La famille en question est celle des Dashwood : la mère et ses trois filles, Elinor, Marianne et Margaret, injustement privées d’un héritage. Elles vivent cependant correctement bien que modestement. L’aînée est réfléchie, posée, soucieuse des convenances, tout le contraire de sa sœur, exaltée et impulsive (de la troisième, Margaret, il n’est pratiquement pas fait question). Toutes les deux ont bénéficié d’une excellente éducation et sont aptes à saisir les marques de vulgarité, de veulerie et de fatuité qui les entourent. Et de ce côté elles sont servies.
En effet, dans ce monde d’oisifs, la rente est un élément capital : entretenir ses meutes de chien, sa domesticité, son train de vie implique de solides revenus. Les mères cherchent éperdument un bon parti pour leurs filles et veillent jalousement à ce que leurs fils ne risquent pas la mésalliance.  
« Oh ! c’est bien ce qu’il y a de plus inconcevable pour moi qu’un homme puisse traiter ainsi une enfant si charmante ! Mais quand il y a abondance d’argent d’un côté et pas grand-chose de l’autre, Dieu vous bénisse ! les hommes font peu de cas du reste. »
Malgré leur perspicacité, les deux sœurs vont avoir quelques surprises dans leurs amours. Un tel n’est peut-être pas comme il apparaît ou devrait être… Il y a de tout parmi ces « gentlemen », des êtres dotés d’une très haute valeur morale, d’autres beaucoup moins. L’habit et le titre ne font pas le moine...
« Je me suis souvent surprise moi-même à faire ce genre d’erreur, dit Elinor, à me méprendre sur quelque aspect d’un caractère ; on s’imagine que les gens sont plus gais ou plus graves, plus ingénieux ou plus stupides qu’ils ne le sont en réalité, et il est difficile de dire comment et en quoi l’erreur a pris naissance. Parfois, on se fonde sur ce qu’ils disent eux-mêmes et, plus fréquemment, sur ce qu’en disent les autres, sans se donner à soi-même le loisir de réfléchir et de juger. »
On aimerait savoir la part d’autobiographie dans ce récit des deux sœurs Elinor et Marianne par rapport à Jane et sa sœur charlotte. Nous ne le saurons pas et c’est probablement tant mieux. Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 2599
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par ArenSor le Sam 16 Mai - 18:36

Persuasion

Jane Austen Persua10

Anne est la fille cadette de sir Walter Ellliot du château de Kellynch, baronnet d’Angleterre. Celui-ci, est un prétentieux, imbu de sa supériorité de classe, mais menant un train de vie largement au-dessus de ses moyens.
Anne a été amoureuse du capitaine Frederick Wentworth dans sa jeunesse. Amour payé de retour. Toutefois, Anne finit par céder aux membres de sa famille qui trouvent le parti trop médiocre. Elle va donc cesser toute relation avec le capitaine.
Huit ans ont passé, Anne a maintenant 29 ans. Et voilà que par un hasard de circonstances, Frédéric Wentworth est amené à la revoir. Elle, est toujours amoureuse de Frederick, mais consciente d’avoir fauté en le reniant sous la pression familiale. Lui, a été blessé de ce refus et de ce qu’il a jugé comme une trahison et une forme d’inconstance féminine. La persuasion d’Anne aura-t-elle une chance d’aboutir ?

« Sûrement, s’il y a attachement constant de chaque côté, il faut que nos deux cœurs se comprennent avant longtemps. Nous ne sommes plus des enfants pour nous irriter d’un rien, pour nous laisser égarer par une quelconque inadvertance et pour jouer follement avec notre bonheur. »

On a beau dire que le récit et ses intrigues ne sont pas la chose la plus importante chez Jane Austen. Pourtant, j’ai vibré à la lecture de ce roman – comme le terme lui convient bien – qui a réveillé chez moi une vraie âme de midinette  Very Happy . Ce ne fut pas le moindre de ses mérites.

Bien sûr, on retrouve une critique acerbe de la société d’alors, teintée de beaucoup d’humour.

« Chez les Musgrove, les messieurs avaient leur gibier à protéger et à tuer ; leurs chevaux, leurs chiens et leurs journaux pour les occuper ; et les dames étaient entièrement absorbées par les autres sujets courants : ménage, voisins, toilette, danse et musique. »

« - A mon idée, la bonne compagnie, monsieur Elliot, se compose de gens intelligents et cultivés, qui ont de la conversation ; voilà ce que j’appelle la bonne compagnie.
- Vous faites erreur, lui dit-il avec douceur, cela n’est pas la bonne compagnie. C’est la meilleure. La bonne compagnie ne requiert que de la naissance, de l’éducation et des manières, et pour ce qui est de l’éducation, n’est pas très exigeante. »

« C’était le soir, les salons s’allumèrent, la compagnie se rassembla. Ce n’était qu’une soirée de jeu, où se côtoyaient de gens qui ne s’étaient jamais vus et des gens qui ne se voyaient que trop. »

« Oh, par la même occasion vous pouvez lui rapporter ce livre ennuyeux qu’elle tenait à me prêter. Vous ferez comme si je l’avais lu. Vraiment, je ne veux pas mes casser la tête à lire tous les nouveaux poèmes et tous les nouveaux écrits qui paraissent dans le pays".

De belles pages sur la soi-disant inconstance féminine :

« - Oui. Nous ne vous oublions certainement pas aussi vite que vous nous oubliez. C’est peut-être notre destinée plutôt que notre mérite. Nous n’y pouvons rien, nous sommes ainsi faites. Nous, nous vivons enfermées chez nous, dans une tranquillité qui nous laisse en proie à nos sentiments. Vous, vous êtes forcés de vous dépenser. Vous avez toujours un métier, des occupations, telle ou telle affaire qui vous rendent aussitôt au monde extérieur ; et alors, l’activité et le changement continuels affaiblissent les impressions. »

« Si j’avais la mémoire de Benwick, je vous débiterais cinquante citations à l’instant en faveur de mon argument, et je ne crois avoir jamais ouvert de livre qui n’eût quelque chose à dire sur l’inconstance des femmes. Les chansons et les proverbes ne parlent que de l’humeur volage des femmes. Mais peut-être allez-vous me dire qu’ils ont tous été écrits par des hommes.
- Peut-être, en effet… Oui, oui, s’il vous plaît, pas de références à des exemples tirés de livres. Les hommes, en racontant leur histoire, ont eu sur nous tous les avantages. Ils ont eu une éducation tellement supérieure à la nôtre ; ce sont eux qui ont la plume en main. Je ne reconnais pas aux livres la propriété de prouver quoi que ce soit. »

Je termine sur une belle phrase :

« Son esprit avait besoin de la solitude et du silence que seule la compagnie peut donner. »
ArenSor
ArenSor

Messages : 2599
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par Armor le Sam 16 Mai - 20:36

Ah mais je l'ai, celui-là ! Tu me donnes très envie de le ressortir des tréfonds de mes inépuisables stocks...

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4081
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 39
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jane Austen Empty Re: Jane Austen

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum