Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

La date/heure actuelle est Sam 3 Déc - 23:10

4 résultats trouvés pour horreur

Jean Ray

La Cité de l'indicible peur

Tag horreur sur Des Choses à lire La_cit12

Sidney Terence Triggs, surnommé Sigma Triggs, est un policier londonien assez gauche et sans gloire, qui prend sa retraite à « Ingersham-la-tranquille » (dont il est natif, et le protégé de Sir Broody, hobereau local), dans une Angleterre provinciale et traditionnelle, contemporaine (roman paru en 1943) et donnant son atmosphère délectable et désuète au livre ; à propos, Triggs lit Dickens…
Il y a là le poussiéreux bric-à-brac des « Grands Magasins Cobwell », où le propriétaire déchu discute avec Suzan Summerlee, « un mannequin en bois léger et en cire » dans sa « Grande Galerie d’Art », où il mourra de peur ; l’honorable M. Chadburn, le maire (il y a aussi un fantôme à l’Hôtel de ville) ; Ebenezer Doove, « vieux plumitif » également à la mairie, calligraphe qui devient l’ami de Triggs avant sa mort ; les dames Pumkins (trois sœurs, Patricia, Deborah et Ruth) avec la jeune Molly Snugg comme servante, qui tiennent la mercerie et vont disparaître ; la mystérieuse Lady Honnybingle ; Freemantle le boucher, qui sera interné dans un asile d’aliénés ; Revinus le boulanger ; Livina Chamsun et sa sœur Dorothy, qui vivent à l’écart ; Bill Blockson le pêcheur contrebandier ; Pycroft l’apothicaire, qui va se suicider ; les bohémiens, notamment dresseurs de ravets ; et les terrifiants « ILS », qui reviennent depuis des siècles…
(Tout ce petit monde bonhomme avec ses commérages m’a ramentu la Pierrelousse de Bosco.)
L’énigme est retorse (d’autant que de nombreuses petites histoires sont intercalées), basée sur la névrose, « la Grande Peur d’Ingersham ».
« On a peur et l’on ne sait pourquoi. Existe-t-il des choses terribles qu’on ne voit pas et qui, un jour ou l’autre, pourraient se manifester ? »

« La petite ville a pour principales occupations : manger, boire, bavarder, se mêler des affaires du voisin, détester l’étranger et tout ce qui est sujet à troubler la quiétude nécessaire aux belles digestions et aux profitables entretiens. »

« Chaque vie a son mystère, l’un criminel, l’autre simplement coupable, et peu d’habitants d’Ingersham n’ont pas tremblé à la venue du policier de Londres, le croyant lancé sur la piste de ce mystère dont la découverte ruinerait à jamais leur belle quiétude. »

Comme généralement chez Jean Ray, un savoureux lexique hélas suranné est employé, qui requiert parfois le Littré (ou même un autre dictionnaire) : pénombreux, regrattier, pimpesouée, scrobiculé, tille, heptacanthe, scabinal (belge)… ; le mot juste, toujours et sans plus − mais non sans humour.

\Mots-clés : #horreur #polar #social
par Tristram
le Dim 9 Oct - 11:55
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Jean Ray
Réponses: 8
Vues: 283

Howard Phillips Lovecraft

Tag horreur sur Des Choses à lire 97815410

The Tomb (1917)

Un jeune homme de bonne famille qui nous écrit depuis un asile pour nous raconter les événements qui... solitude, songes, frontière avec l'irréel bien floue. L'ambiance morbide aussi c'est vrai. Tout ce qui fait un parfait décor de nouvelle fantastique à faire frissonner avec ce courant parfum de préciosité de personnages ne trouvant pas leur place parmi leurs semblables...

Cahier des charges respecté ou défini ? Peu importe, ce que j'en retiens c'est l'atmosphère au rendez-vous, le rythme de la langue et le sens de la narration. Pour s'y remettre ça fonctionne bien !

(Dernière incursion dans le fantastique avec Clive Barker et c'était bien bien cracra !)


Mots-clés : #fantastique #horreur #reve
par animal
le Lun 17 Jan - 21:13
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Howard Phillips Lovecraft
Réponses: 3
Vues: 114

Clive Barker

Tag horreur sur Des Choses à lire 61fr0u10

Books of Blood II

Un recueil de nouvelles horrifiques pour se rafraîchir les idées ? Longue pause après le volume 1 et longue pause avec l'auteur que ce soit pour les livres ou le cinéma mais le livre était là et c'était peut-être le moment alors...

Alors les quelques méfiances que j'aurais pu avoir après toutes ces années : ça va être vraiment vraiment crade, serai-je réceptif, est-ce le moment ? ... C'est crade, c'est un fait, Barker c'est de l'horrifique gore, perturbant, excessif mais c'est aussi ce versant sur lequel on ne veut pas mettre les pieds qui rejoint notre monde dans toute sa normalité, ses apparences bien sûr mais aussi les petits drames personnels. Pas forcément à la Stephen King, il y a souvent de l'intimité chez Clive Barker et c'est dans la chair que ça se ressent.

Et puis dans ces nouvelles c'est varié et on trouve aussi une pointe de mélancolie, de renoncement et d'abandon qui fait le charme réel de cette atmosphère très particulière !

\nMots-clés : #horreur #nouvelle
par animal
le Dim 28 Juin - 21:49
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: Clive Barker
Réponses: 2
Vues: 279

Shirley Jackson

Tag horreur sur Des Choses à lire Ob_17e10

La maison hantée

Construite par un riche industriel au XIXe siècle, Hill House est une monstruosité architecturale, labyrinthique et ténébreuse, qui n'est plus habitée par ses propriétaires. On la dit hantée. Fasciné par les phénomènes paranormaux, le docteur Montague veut mener une enquête et sélectionne des sujets susceptibles de réagir au surnaturel. C'est ainsi qu'Eleanor arrive à Hill House avec ses compagnons. L'expérience peut commencer, mais derrière les murs biscornus, les fantômes de la maison veillent et les cauchemars se profilent..



J’ai embarqué dans ce roman avec l’idée d’un voyage dans quelque chose qui aurait pu jouer sur la note émotionnelle de peur chez moi, espérant trouver au minimum de l’effrayant, du mystère, du suspense. J’admets que le cadre s’y prêtait avec cette maison biscornue qui donne froid dans le dos rien qu’à l’imaginer, et bouleverse les repères spatio-temporels des visiteurs. Avec les protagonistes, je suis donc entrée dans cette maison gothique aux plans scabreux, et avec eux je suis restée en haleine de ce que j’allais y affronter, y découvrir.
Malgré des ingrédients pour un bon roman inquiétant, je trouve que « La maison hantée » n’a pas répondu à mes attentes. Non pas que je me sois ennuyée, mais je trouve qu’il se passe finalement peu de choses, que le crescendo vers le final n’est pas forcément attendu, sauf dans les derniers chapitres où on commence à se questionner. Les personnages sont assez peu fouillés, et je n’ai pas vraiment réussi à m’y attacher. Les scènes « effrayantes » ont du mal à décoller et il n’y a pas vraiment de suspense, de montée d’adrénaline, d’attente autour de cela.
Le tout me parait assez décousu, avec intrusion de nouveaux personnages en cours qui brise le huis clos, un huis clos pas vraiment intriguant ni angoissant.
Je reste sur ma faim et cherche toujours le livre d’Halloween qui va un peu me tenir en haleine et titiller un peu mon émotionnel.


Mots-clés : #fantastique #horreur
par chrysta
le Sam 20 Oct - 13:55
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Shirley Jackson
Réponses: 10
Vues: 768

Revenir en haut

Sauter vers: