Graham Swift

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Graham Swift

Message par Ouliposuccion le Mar 7 Mar - 9:52

Graham Swift
Né en 1949




Né à Londres en 1949, Graham Swift a été, dès ses premiers romans, Le Marchand de douceurs (1980) et L'Affaire de Shuttlecock (1981), considéré comme l'un des auteurs les plus prometteurs de sa génération.
Il est l'auteur de neuf romans et d'un recueil de nouvelles, dont Le pays des eaux (1983), qui remporta le Guardian Fiction Prize, et qui a fait l'objet d'une adaptation cinématographique avec Jeremy Irons. En 1993, Swift reçoit le Prix du meilleur livre étranger pour A tout jamais, puis, en 1996, le prestigieux Booker Prize pour La Dernière tournée. Héritier à la fois de Dickens et de Faulkner, il donne dans ses romans une vision assez sombre de l'histoire, soulignant les grandes fractures liées au révolutions politique, industrielle et culturelle, qui ont contribué, dans la littérature notamment, à brouiller les frontières entre histoire individuelle et grande Histoire.

Source Babelio

Bibliographie

L'affaire Shuttlecock
Le pays des eaux
Hors de ce monde
A tout jamais
La dernière tournée
La lumière du jour
Demain
J'aimerais tellement que tu sois là
Le dimanche des mères
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Graham Swift

Message par Ouliposuccion le Mar 7 Mar - 9:57

Le dimanche des mères



Angleterre, 30 mars 1924. Comme chaque année, les aristocrates donnent congé à leurs domestiques pour qu’ils aillent rendre visite à leur mère le temps d’un dimanche. Jane, la jeune femme de chambre des Niven, est orpheline et se trouve donc désœuvrée. Va-t-elle passer la journée à lire ? Va-t-elle parcourir la campagne à bicyclette en cette magnifique journée ? Jusqu’à ce que Paul Sheringham, un jeune homme de bonne famille et son amant de longue date, lui propose de le retrouver dans sa demeure désertée. Tous deux goûtent pour la dernière fois à leurs rendez-vous secrets, car Paul doit épouser la riche héritière Emma Hobday. Pour la première – et dernière – fois, Jane découvre la chambre de son amant ainsi que le reste de la maison. Elle la parcourt, nue, tandis que Paul part rejoindre sa fiancée. Ce dimanche des mères 1924 changera à jamais le cours de sa vie.
Graham Swift dépeint avec sensualité et subtilité une aristocratie déclinante, qui porte les stigmates de la Première Guerre – les fils ont disparu, les voitures ont remplacé les chevaux, la domesticité s’est réduite… Il parvient à insuffler à ce court roman une rare intensité, et célèbre le plaisir de la lecture et l’art de l’écriture.


« Autrefois » est un mot qui évoque une époque révolue , un temps donné qui parfois paraît lointain   alors qu'il peut , à son inverse , n'être que le point de départ d'une vie qui à tout jamais se verra changée par ce naguère devenant le point d'ancrage d'une barque qui ne naviguera que sur le bord d'un lac de réminiscences , déterminant l'essence même de toute une vie.
De déplacements oisifs au sein d'une demeure vide , la nudité prend corps et délivre la sensualité au sein même des carcans déclinants. A l'instar des frémissements verdoyants de ce mois de mars  qui investissent les corps avec volupté , les mots de Graham Swift nous possèdent , tempèrent des envolées sensuelles pour nous délivrer une toile victorienne survolée par une main de maître.
L'imminence d'un drame personnel donne de l’écho aux heures qui passent au gré des pages , c'est une immersion au cœur même de l'élégance et de la passion.
Magistral.

« Elle pédala dur au départ, puis se mit en roue libre et acquit de la vitesse. Elle entendait ronronner son vélo, elle sentait l’air gonfler ses cheveux, ses vêtements et, semblait-il, ses veines. Le sang chantait dans ses veines et elle en aurait fait autant si la force irrésistible de l’air ne l’avait empêchée d’ouvrir la bouche. Jamais elle ne saurait expliquer cette totale liberté, cette folle impression que tout était possible. Dans tout le pays, des bonnes, des cuisinières et des nounous avaient été « libérées » pour la journée, mais y en avait-il une qui fût aussi libre qu’elle? »
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Graham Swift

Message par Bédoulène le Mar 7 Mar - 21:11

une prochaine lecture Ouli ! je te lirai plus tard

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3276
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Graham Swift

Message par topocl le Lun 27 Mar - 21:30

Le dimanche des mères



Un sentiment inattendu de liberté la submergea . Sa vie ne faisait que commencer, elle ne s'achevait pas, elle ne s'était pas achevée. Jamais elle ne pourrait expliquer (ni n'aurait à expliquer) ce reversement illogique qui la  bousculait. Comme si, en fin de compte,  c'était le monde à l'envers, comme si ce qu'elle laissait derrière elle n'était pas enfermé, perdu, enseveli dans une maison, mais se mêlait profusément à l'air qu'elle respirait. Jamais elle ne serait capable d'expliquer cette sensation, et elle ne l'éprouverait pas moins fût-ce plus  tard, lorsqu'elle découvrirait que cette journée s'était, en réalité, retournée comme un gant. Comment la vie pouvait-elle être être si cruelle et si généreuse à la fois ?



Le dimanche des mères, les bonnes ont congé et vont voir leur mère, les maîtres se débrouillent. Comme Jane, la bonne qui lit des livres de garçons, est orpheline, elle est disponible pour répondre à l'appel de son amant, le jeune fils des maîtres voisins. C'est joyeux et doux, mais seulement le temps de quelques heures, et malheureusement leur dernier moment, car celui-ci doit épouser prochainement Emma, d'un mariage arrangé. Jane s'imagine que la réalité aurait pu être autre... et cette réalité justement offre une nouvelle version.
C'est ainsi que Jane devient plus tard  écrivain et, 70 ans après, pressée par des interviewers et les dédales de sa mémoire, se remémore.

C'est un récit tout à fait séduisant, d'une construction audacieuse, d'une poétique intelligence,  qui parle de fiction, de mots, de souvenirs, d'histoires et de possibles au gré des pensées voyageuses de Jane âgée, de ses certitudes, de ses hypothèses. Et le discours se distille ainsi, un pas en avant, deux en arrière, un autre de travers et ça repart, piétine,  se répète, comme la pensée qui se remémore, ou comme la fiction qui se construit, dans une grande malice d'écriture. Le récit est alternativement mutin et sensuel, tragique  puis mélancolique pour le portrait d'une femme moderne, qui à 23 ans se découvre libre quoique choisie, audacieuse (voir la citation faite par Ouliposuccion). Elle suit vaillament son chemin propre et non celui qui lui était tracé, pour démontrer que tout est possible et que, si l'amour est un plaisir,  les mots sont des complices, et la littérature  un compagnon d'aventure.

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2383
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Graham Swift

Message par Avadoro le Jeu 4 Mai - 23:32



Le dimanche des mères

J'ai découvert ce court roman grâce à la chaîne de lecture et ce fut une belle découverte (merci Ouliposuccion !). Grahim Swift installe d'emblée une atmosphère étrangement fascinante, et la rencontre de deux amants à l'occasion de ce "dimanche des mères" représente une parenthèse fragile et presque irréelle. A l'écart de la société, ce moment dans son isolement semble signifier la fin d'une illusion et figer les protagonistes dans un crépuscule insaisissable.

Graham Swift replace ces instants secrets dans une démarche de remémoration, où la perspective d'une vie et l'ampleur du passage du temps précipitent un ensevelissement des souvenirs que l'écriture cherche à combler.
avatar
Avadoro

Messages : 343
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Graham Swift

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum