Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment :
TCL C74 Series 55C743 – TV 55” 4K QLED 144 ...
Voir le deal
499 €

Bill Douglas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bill Douglas Empty Bill Douglas

Message par animal Mer 8 Fév - 22:17

Bill Douglas
(1934-1991)


Bill Douglas Profil10

Bill Douglas naît à Newcraighall dans les faubourgs d'Édimbourg, où il est élevé par sa grand-mère maternelle. À la suite de la mort de cette dernière, il vit avec son père et sa grand-mère paternelle. Il travaille un temps comme mineur. Il fait son service militaire (National Service) en Égypte, où il rencontre son ami de toujours Peter Jewell.
À son retour en Angleterre, Douglas déménage à Londres et commence une carrière d'acteur et d'auteur. Il est formé au Theatre Workshop créé par Joan Littlewood. Il apparaît dans la série The Younger Generation en 1961 et produit la comédie musicale Solo en 1962 à Cheltenham.
À la fin de sa vie, il collectionne les machines de projection qui ont précédé le cinéma telles que les lanternes magiques ou le Praxinoscope.
Il meurt à Barnstaple dans le comté de Devon.

Si son œuvre est peu connue en France, sans doute à cause de son décès prématuré, elle jouit d'une importante reconnaissance au Royaume-Uni.
Ses films peuvent s'inscrire dans la tradition du documentaire anglais, comme celle d'autres réalisateurs écossais (John Grierson et Lindsay Anderson) mais une forte stylisation l'éloigne du réalisme.
Son œuvre la plus connue est la trilogie composée de My Childhood (sorti en 1972), My Ain Folk (sorti en 1973) et My Way Home (1978), très inspirée par son enfance et sa jeunesse. Les deux premiers sont des moyens métrages, le dernier film est un long métrage assez court. Ces trois films ont été tournés en plusieurs fois dans les années 1970, avec très peu d'argent. Le rôle autobiographique de Bill Douglas est tenu dans la trilogie par le jeune Stephen Archibald.
Il écrit dans la fin des années 1980 un scénario commandé par Mamoun Hassan, l'ancien directeur de la production au British Film Institute, une adaptation du livre de James Hogg Confession du pécheur justifié (Confessions of a Justified Sinner) qui n'a pas pu trouver de financement.

source : wikipedia.org

Filmographie (réalisateur) :

Trilogie Bill Douglas
1972 : My Childhood (46 minutes)
1973 : My Ain Folk (55 minutes)
1978 : My Way Home (71 minutes)

1986 : Comrades

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 13168
Date d'inscription : 27/11/2016
Localisation : Tours

https://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Bill Douglas Empty Re: Bill Douglas

Message par animal Mer 8 Fév - 22:35

Bill Douglas Vlcsna26

Comrades (1986)

La récup' d'ancien message ça pourrait être tentant mais est-ce que ça se tient vraiment ?

Le film mérite mieux que ça. Je l'avais vu au ciné, ressortie suite à restauration, j'étais crevé mais n'en ai pas perdu une miette. Et ça m'a marqué. Parce que c'est beau visuellement. Parce que la fausse naïveté du propos engagé autour de l'histoire d'une révolte d'ouvriers agricoles et d'un exil forcé en Australie ça n'a rien d'anodin. Et parce qu'il y a un rapport étonnant au film, au cinéma et à ses ancêtres avec le colporteur à la lanterne magique qui est beau aussi. Ca parle d'imaginaire, de lien social, d'imaginaire social mais surtout d'humanité...

Avec le sourire, le sourire de Loveless, l'homme qui se bat pour lui-même et les siens avec optimisme et volonté. Et sous les airs de l'histoire devenue fable ou légende il y a l'importance des gestes du travail et des gestes de la communauté. Il est question de geste et de décence.

C'est un film qui m'a ému, impressionné, que je culpabilise à revoir du coin de l’œil (il mérite mieux) et qui me fait culpabiliser aussi, probablement pour un sens de la rupture de lien, pour le sentiment d'un certain étourdissement.

Très beau film qui mélange les registres et les niveaux de narration avec une grande cohérence.

Enfin cette histoire n'est historiquement pas une fiction...

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 13168
Date d'inscription : 27/11/2016
Localisation : Tours

https://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Bill Douglas Empty Re: Bill Douglas

Message par Bédoulène Mer 8 Fév - 22:40

je la visionnerai tantôt car enregistrée

_________________
“Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal.”
― Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia



[/i]
"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 21076
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 79
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Bill Douglas Empty Re: Bill Douglas

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Cinéma, TV et radio :: Réalisateurs

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum