Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Baskets Nike Air Huarache Runner
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

Jeff Nichols

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeff Nichols Empty Jeff Nichols

Message par Chamaco Ven 24 Fév - 18:30

Jeff Nichols 
Né en 1978


Jeff Nichols 19656010

Jeff Nichols vient d’une famille de la classe moyenne américaine. Son père était gérant d’un magasin de meubles. Il a étudié au sein du département de cinéma de la North Carolina School of Arts. Le réalisateur a eu comme camarades d’études David Gordon Green et le futur chef opérateur de tous ses films : Adam Stone. Après ses études, il devient directeur de production sur le documentaire consacré à Townes Van Zandt (Be Here To Love Me) où il apprend beaucoup sur les conditions de production d’un film. Il est le scénariste de tous ses films.
Source : wikipedia

Filmographie :

2007 : Shotgun Stories
2011 : Take Shelter
2012 : Mud : Sur les rives du Mississippi (Mud)
2016 : Midnight Special
2016 : Loving
Chamaco
Chamaco

Messages : 4295
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : Corse du sud

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jeff Nichols Empty Re: Jeff Nichols

Message par Chamaco Ven 24 Fév - 18:46

LOVING

Jeff Nichols Ruth_n10

le synopsis :

"Mildred et Richard Loving s'aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu'il est blanc et qu'elle est noire dans l'Amérique ségrégationniste de 1958. L'État de Virginie où les Loving ont décidé de s'installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu'il quitte l'État. Considérant qu'il s'agit d'une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu'à la Cour Suprême qui, en 1967, casse la décision de la Virginie. Désormais, l'arrêt "Loving v. Virginia" symbolise le droit de s'aimer pour tous, sans aucune distinction d'origine.'




Dernière édition par Chamaco le Sam 25 Fév - 5:13, édité 1 fois
Chamaco
Chamaco

Messages : 4295
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : Corse du sud

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jeff Nichols Empty Re: Jeff Nichols

Message par églantine Ven 24 Fév - 19:09

Chamaco a écrit:
LOVING

Jeff Nichols Ruth_n10


A SUIVRE
Ah je vais aller le voir dans le week-end j'espère .... Very Happy
églantine
églantine

Messages : 4431
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jeff Nichols Empty Re: Jeff Nichols

Message par Chamaco Sam 25 Fév - 5:33

--- J'ai été m'enfermer dans une salle obscure de Nice avec ma soeur un jour où le temps était gris et le froid ne me donnait pas envie de me balader, pas grand monde pour ce film. Ne pas s'attendre à de l'action, juste quelques scènes, les personnages, l'histoire ne s'y prêtent pas, juste la relation d'un acharnement (bête, brutal, idiot ..?) contre deux êtres qui ne font de mal à personne, veulent juste vivre tranquillement leur histoire dans un état dont certains habitants ne se sont pas encore rendu compte que l'époque des planteurs de coton avait pris fin. Calmement, sans grands effets le cinéaste nous montre les résultats de la bêtise ordinaire et les dégâts causés par les mentalités.  Joel Edgerton (Mr Loving) est un homme simple, travailleur, " qui a eu le tort" de déroger à la sacro-sainte règle : pas de mariage inter-racial au pays du KKK, les siècles ont passé mais la crasse est tenace, et dans ce grand "pays" une seule solution : déménager, quitter l'état pour en trouver un autre, sinon il faudra entamer une bataille juridique et se "pourrir" la vie, et au cas où vous n'auriez pas le courage ne vous inquiètez pas "on" s'en chargera.

---Beau jeu d'acteurs, et Ruth Negga est splendide et mutine...
Chamaco
Chamaco

Messages : 4295
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : Corse du sud

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jeff Nichols Empty Re: Jeff Nichols

Message par églantine Dim 26 Fév - 16:16

Loving

Jeff Nichols Loving10


Le titre correspondant uniquement au nom de famille de ce couple qui défraya la chronique en 1958 ,aux états-unis , par leur union interraciale interdite à cette époque dans certaines états dont celui de Virginie où se passe cette histoire . Nom prédestiné ?
Carc'est bien d'amour dont parle ce film , uniquement de cela , un couple illicite , traqué par les représentants de la loi durant des années pour avoir osé s'aimer "contre la volonté de dieu" ( on croit rêver et pourtant c'était bien les paroles de la justice à cette époque dans ce pays ) , et qui finit par gagner la reconnaissance de leur amour et changer, sans volonté aucune pour cet homme blanc et cette femme noire qui ne souhaitaient que s'aimer tranquillement et vivre une vie tranquille , le cours de l'histoire des états-Unis dans sa constitution . "Dites juste au juge que j'aime ma femme " , une des rares paroles prononcée par le mari tout au long du film , lorsque son avocat lui demande ce qu'il souhaite faire entendre à la cour suprême .
Jeff Nichols nous propose un film humble , pudique , sans aucune démonstration , ni de la part de ses personnages , ni dans celle de la caméra . Le sourire est rare , la tension est constante pour ce couple , coupable uniquement ....d'amour . La crispation et tension intérieure de ces êtres écorchés s'insinuent dans chaque parcelle du film et se glissent dans le spectateur .
Certes un film classique dans la forme mais au delà de l'aspect cinématographique , on en ressort en pensant que c'était un film nécessaire , quasiment un devoir de mémoire : bouleversée et songeuse longtemps après je fus , la réussite est là .
églantine
églantine

Messages : 4431
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jeff Nichols Empty Re: Jeff Nichols

Message par Avadoro Dim 26 Fév - 22:59

Jeff Nichols 04337611

Loving

A l'image de son incursion récente dans le genre fantastique (Midnight Special), Jeff Nichols privilégie une simplicité et un sens de l'épure dans son approche du récit, plaçant le couple Loving au coeur de chaque séquence et laissant le poids d'un évènement historique à l'arrière-plan. La décision de la Cour suprême est un symbole mais l'essentiel du film est composé de morceaux de vécu, reflets du partage d'un quotidien qui cherche un apaisement face à une adversité presque inaccessible et invisible.

Joel Edgerton, à travers sa sensibilité retenue et Ruth Negga, par sa tendresse sereine, expriment un lien se révélant comme une évidence. Le film trouve une respiration humble et discrète dans une attention aux regards, aux gestes, et l'obstination d'un présent incertain porte alors la promesse d'un avenir en forme d'affirmation. L'enjeu pour Mildred et Richard Loving est bien de pouvoir construire un espace à soi, un terrain, une maison, sans l'angoisse de tout perdre.
Avadoro
Avadoro

Messages : 1393
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 38

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jeff Nichols Empty Re: Jeff Nichols

Message par topocl Mer 1 Mar - 8:40

églantine a écrit:
Certes un film classique dans la forme mais au delà de l'aspect cinématographique , on en ressort en pensant que c'était un film nécessaire , quasiment un devoir de mémoire : bouleversée et songeuse longtemps après je fus , la réussite est là .

Et bien peut-être classique dans sa façon de filmer, certes, mais carrément singulier dans la façon d'utiliser le silence et les non-dialogues : c'est à travers cela, cette façon d'exister et de s'exprimer par les gestes et la présence au sol, qu'on sent toute la profondeur d'un amour qui n'a pas besoin de se dire et choisir de se vivre envers et contre tout. C'est grâce à la parole de ceux qui "savent " que le grand combat législatif est gagné. mais c’est dans la seule présence à l'autre que leur lutte intime l'emporte au jour le jour. Et cela fait qu'on passe à côté de l'éternel film à thèse, que je redoutais, pour laisser la place à la voix de son auteur, qui m'a chaudement parlé.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 8407
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 64
Localisation : Roanne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jeff Nichols Empty Re: Jeff Nichols

Message par églantine Mer 1 Mar - 10:41

topocl a écrit:
églantine a écrit:
pour laisser la place à la voix de son auteur, qui m'a chaudement parlé.
cheers
Oh que je suis contente ! ( et guère étonnée même si on peut toujours se tromper ! )
églantine
églantine

Messages : 4431
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jeff Nichols Empty Re: Jeff Nichols

Message par Invité Dim 3 Déc - 16:24

Take a shelter (2011) :

Jeff Nichols 15222610

Curtis LaForche, ouvrier sur des chantiers dans l'Ohio, mène une vie presque ordinaire. Entouré de sa femme Samantha et de leur fille Hannah, qui souffre de surdité, il a une jolie petite maison au calme. Bénéficiant d'une bonne couverture médicale, Samantha et lui ont prévu de faire opérer Hannah afin qu'elle entende correctement. Mais depuis quelque temps, Curtis est hanté par des visions apocalyptiques. Son obsession des orages et des tornades le pousse à rouvrir et à agrandir l'abri souterrain censé leur permettre, à lui et à sa famille, de survivre en cas de catastrophe naturelle. Mais ni sa famille ni ses amis ne comprennent son comportement...


Un film prenant, haletant même. Ca me change de mes méditations métaphysiques. Ce n'est pas pour autant un film dénué d'intérêt.
On cherche à comprendre ce qui cloche chez ce personnage principal. Paranoïa, schizophrénie, paranormal ?
On peut penser un peu à Shutter Island, dans un style différent.

Jeff Nichols 17381810

Un personnage principal qui devient peu à peu angoissant ...

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jeff Nichols Empty Re: Jeff Nichols

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Cinéma, TV et radio :: Réalisateurs


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum