Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

-39%
Le deal à ne pas rater :
Ordinateur portable ASUS Chromebook Vibe CX34 Flip
399 € 649 €
Voir le deal

Satyajit Ray

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Satyajit Ray Empty Satyajit Ray

Message par Invité Mer 2 Aoû 2017 - 21:05

Satyajit Ray
(1921 - 1992)


Satyajit Ray Satya_10

Fils d'une famille aux multiples activités artistiques (son père et son grand-père étaient peintres, écrivains, photographes), Satyajit Ray est né à Calcutta le 2 mai 1921. Deux ans plus tard, son père meurt; l'entreprise familiale (une imprimerie) est liquidée et le jeune enfant confié à son oncle maternel.

Après avoir obtenu une licence d'économie, Satyajit Ray rentre à l'université de Santiniketan (1940-1942) qui est sous la direction de son créateur, le grand poète indien Tagore. Là, il s'initie à toutes les formes d'arts graphiques et étudie les arts de tous les pays sans que soient sacrifiés les traditions indiennes et leurs idéaux ainsi que le souhaite l'esprit de cette université.

De retour à Calcutta, il crée le premier ciné-club indien, la Calcutta Film Society, puis devient directeur artistique dans une agence de publicité britannique. Cette activité le conduit deux années durant (1949-1950) à Londres et il en profite pour découvrir tous les grands classiques du cinéma européen. C'est la méthode de tournage employée par De Sica dans Le voleur de bicyclette qui l'encouragea à préparer, en indépendant, son premier film tiré d'un livre "Pather Panchali" dont il avait illustré la couverture.

Le tournage de ce film, premier d'une trilogie sur l'enfance (Aparajito, Apur Sansar) dura deux ans et demi. Ces difficultés n'apparurent pas à l'écran puisqu'il reçut le Prix du Document Humain à Cannes en 1956 et obtint un très grand succès en Inde. Satyajit Ray s'intéressa aussi à la condition de la femme dans Mahanajdeva et Charulata.

Puis, dans les années 70, il cessa de tourner des films situés dans le passé pour explorer les problèmes contemporains de l'Inde. Il est l'auteur de toutes les musiques de ses films dont il assure également les cadrages.

source : cineclub de Caen.


Filmographie :


1955 : La Complainte du sentier (Pather Panchali)
1956 : L'Invaincu (Aparajito)
1958 : La Pierre philosophale (Parash Pathar)
1959 : Le Salon de musique (Jalsaghar)
1959 : Le Monde d'Apu (Apur Sansar)
1960 : La Déesse (Devi)
1961 : Rabindranath Tagore (en) (documentaire)
1961 : Trois Filles (Teen Kanya)
1962 : Kanchenjungha (en)
1962 : L'Expédition (en) (Abhijaan)
1963 : La Grande Ville (Mahanagar)
1964 : Charulata
1965 : Two (en) (court-métrage)
1965 : Le Saint (Mahapurush)
1965 : Le Lâche (Kapurush)
1966 : Le Héros (Nayak)
1967 : Le Zoo (en) (Chiriyakhana)
1969 : Les Aventures de Goopy et Bagha (Goopy Gyne Bagha Byne)
1970 : Des jours et des nuits dans la forêt (Aranyer Din Ratri)
1971 : Sikkim (film) (en) (documentaire)
1971 : L'Adversaire (Pratidwandi)
1971 : A Company Limited (en) (Seemabaddha)
1972 : The Inner Eye (en) (documentaire)
1973 : Tonnerres lointains (Ashani Sanket)
1974 : The Golden Fortress (en) (Sonar Kella)
1976 : Bala (en)
1976 : The Middleman (en) (Jana Aranya)
1977 : Les Joueurs d'échecs (Shatranj Ke Khilari)
1979 : Le Dieu éléphant (Joi Baba Felunath)
1980 : Le Royaume des diamants (Heerak Rajar Deshe)
1981 : Pikoo (en) (court-métrage)
1984 : Délivrance (Sadgati) (téléfilm)
1984 : La Maison et le Monde (Ghare Baire)
1987 : Sukumar Ray (en) (documentaire)
1990 : Un ennemi du peuple (Ganashatru)
1990 : Les Branches de l'arbre (Shakha Proshakha)
1991 : Le Visiteur (Agantuk)

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Invité Mer 2 Aoû 2017 - 21:15

Il y a du sens à voir la trilogie d'Apu(La complainte du sentier, L'invaincu, Le monde d'Apu) dans l'ordre chronologique, je dirais, vu qu'il y a une vraie continuité narrative. Chose que je n'ai pas faite, mais qui ne m'a pas empêché d'apprécier les trois films. Avec une préférence pour le dernier, celui de l'entrée dans l'âge adulte, avec le côté romantique du personnage d'Apu, d'écrivain idéaliste en devenir.

Je ne sais pas comment sont ses oeuvres postérieures, mais j'ai été fasciné par cette trilogie. Songeant parfois à l'ambiance des films de Tarkovski, si on fait abstraction des lieux et de la musique de Ravi Shankar ; dans la façon de filmer, ces plans en noir et blanc de la nature. D'ailleurs, le cinéaste russe évoque Ray dans son journal, et le place parmi les rares cinéastes qui ont grâce à ses yeux à son époque, ceux qui oeuvrent pour l'Art.
Il y a un touche formelle indéniable chez Ray.
Et cette trilogie d'Apu me paraît un voyage incontournable pour tout cinéphile, à travers l'Inde miséreuse, sublimé par la vision d'un artiste, loin du pittoresque Bollywood.


Satyajit Ray Invain10

Satyajit Ray Aparaj10

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Armor Mer 2 Aoû 2017 - 21:43

C'est en effet assez fascinant, avec une sorte de langueur qui vous envahit tout entier…
Comme toi, j'avais préféré le dernier de la trilogie.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4589
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 43
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Chamaco Mer 2 Aoû 2017 - 22:10

J'ai un tres bon souvenir de"le salon de musique", un film plein de raffinement, onctueux si on peut le definir ainsi, élégant tout en beauté
Chamaco
Chamaco

Messages : 4295
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : Corse du sud

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par topocl Jeu 3 Aoû 2017 - 7:38

Mon dieu, ce que j'avais failli m'endormir devant Le salon de musique!

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 8407
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 64
Localisation : Roanne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Invité Jeu 3 Aoû 2017 - 10:16

Armor a écrit: avec une sorte de langueur qui vous envahit tout entier…

C'est exactement ça !

Eh bien, ça me donne envie de voir Le salon de musique, maintenant ! Satyajit Ray 1171367610

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Invité Dim 15 Oct 2017 - 10:16

Ma réservation pour Le salon de musique semble enfin arrivée !

En attendant, j'ai découvert hier avec grand plaisir Tonnerres lointains (1973) :

Un film magnifique, sur un épisode peu connu de la 2nde GM, celle de la famine provoquée en 1943 par le conflit Grande-Bretagne/Japon. (famine qui provoqua 5 millions de morts ...)

A la fois film documentaire, politique, et véritable oeuvre d'art lumineuse.
Comme dans la trilogie d'Apu, la patte du réalisateur est tout de suite reconnaissable. Il a un don incroyable pour filmer cette campagne indienne, miséreuse et magnifique.
Il parvient à concilier film lent, contemplatif, et histoire intéressante, avec des personnages attachants, touchants, et qui sortent de l'ordinaire par leur simplicité qui crève l'écran.

Satyajit Ray Tonner10

Jusqu'où peut-on aller pour survivre ? pour manger trois grains de riz ?

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par bix_229 Dim 15 Oct 2017 - 16:00

Magnifiques les films de S. Ray, mais il faut quand meme etre disponible !
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Invité Sam 21 Oct 2017 - 21:51

C'est vrai !
J'ai d'ailleurs enfin vu Le salon de musique.
Peut-être pas mon préféré mais une belle expérience tout de même !
Il était vraiment fort ce réalisateur ! La poésie des images en action ...

Satyajit Ray Vlcsna10

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par animal Dim 22 Oct 2017 - 0:02

l'image est belle !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 13168
Date d'inscription : 27/11/2016
Localisation : Tours

https://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par bix_229 Dim 22 Oct 2017 - 0:36

Et n' oubliez pas le livre de Banerji !

Satyajit Ray Banerj10
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Invité Dim 12 Nov 2017 - 21:31

La maison et le monde (1984) :

A l'aube du XXème siècle, Nikhil et Sandip incarnent deux visages de l'Inde. Le premier rêve de l'indépendance de son pays tout en appréciant la culture anglaise. Sandip, dirigeant nationaliste, prône la violence. Entre les deux hommes, Bimala, qui, à l'aide de son époux, sortira de la maison pour découvrir la complexité du monde.

Un Ray en couleurs, un peu longuet mais intéressant. Moins métaphysique que d'autres films, plus axé sur l'aspect fresque historique avec cette adaptation d'un roman de Tagore.
Le personnage féminin est particulièrement travaillé, et curieux : cette femme recluse qui se cherche un destin à travers le leader révolutionnaire, ami du mari.
C'est avant tout un film politico-historique.
La révolte larvée d'une Inde en proie au joug britannique.

Satyajit Ray Ehiyli10

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Invité Mar 14 Nov 2017 - 8:51

Trois filles (1961) :

Trois moyens métrages, inspirés de nouvelles de Tagore.
L'épure du noir et blanc de Ray fait des merveilles. C'est toujours un plaisir de se laisser bercer dans le rythme lent, presque hypnotique de ses premiers films.

Satyajit Ray 0264pp10

Satyajit Ray S725-c10

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Avadoro Mar 14 Nov 2017 - 21:23

Beau parcours cinéphile, Arturo !
Je te conseille Charulata, pour moi le plus émouvant portrait de l'oeuvre de Satyajit Ray et sa mise en scène la plus aboutie.

Satyajit Ray Cha112
Avadoro
Avadoro

Messages : 1393
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 38

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Invité Mar 14 Nov 2017 - 21:42

Merci, c'est noté ! Very Happy

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Invité Sam 13 Jan 2018 - 9:31

Voilà, il m'a fallu le temps pour dénicher Charulata à ma médiathèque (il faut être patient pour les réservations), mais j'ai fini par le visionner hier.

C'est un excellent film du réalisateur, une nouvelle fois une adaptation d'une nouvelle de Tagore.
On retrouve l'univers de Ray, cette façon unique de capter l'essentiel et de créer une atmosphère.
L'actrice principale est magnifique.

Satyajit Ray C9700c10

Toutefois, je préfère ses films sur la campagne, sur la pauvreté, que ce huis-clos très Princesse de Clèves.

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Invité Lun 15 Jan 2018 - 8:29

Le héros :

Satyajit Ray 33536010

Voilà, je crois que j'ai emprunté tous les Ray de la médiathèque. Satyajit Ray 3638472714 Va falloir trouver les autres ailleurs.

Avec ce Héros, Satyajit Ray s'attaque au capitalisme, à l'appât du gain, au monde de l'argent, et surtout des acteurs à succès, qui dans leur succès vont entraîner les envieux dans le sillage.
Puis l'éternelle question de faire de l'art ou du pognon. D'oeuvrer pour soi ou pour quelque chose de plus grand.

C'est un S. Ray assez démonstratif, moins dans la contemplation que d'habitude, même si il prend tout de même son temps.

En tout cas, j'ai beaucoup pensé à une forme de ressemblance entre l'acteur principal (Uttam Kumar) et l'immense Marcello Mastroianni, dans leurs démarches, et même le physique, avec le noir et blanc je croyais parfois le voir.

Satyajit Ray Critiq10

Satyajit Ray Critiq11

Marcelo :

Satyajit Ray Mastro10

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Satyajit Ray Empty Re: Satyajit Ray

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Cinéma, TV et radio :: Réalisateurs


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum