Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


J.G. Ballard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J.G. Ballard Empty J.G. Ballard

Message par Hanta le Jeu 23 Nov - 9:24

J.G. Ballard
(1930-2009)

J.G. Ballard Gdffdg10

James Graham Ballard, plus connu sous la signature J. G. Ballard, est un écrivain de science-fiction et d'anticipation sociale anglais né le 15 novembre 1930 à Shanghai en Chine et mort le 19 avril 2009 des suites d'un cancer de la prostate à Londres en Angleterre.

Ballard naît en 1930 à Shanghai. Son père est PDG de la filiale chinoise d'une grande entreprise de textile de Manchester. Il passe ainsi son enfance dans une vaste maison typique des expatriés jusqu'au conflit sino-japonais. Avec l'invasion de la Chine par le Japon, il est emprisonné en 1942 dans un camp de détention pour civils où il restera jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il a décrit cette expérience dans son livre semi-autobiographique Empire du soleil, qui a été adapté au cinéma par Steven Spielberg.

Il part en 1946 pour l'Angleterre et est choqué par la vie britannique qui lui parait détachée des réalités. Il poursuit ses études à la Leys School de Cambridge sans parvenir à s'intégrer parmi les étudiants. Il commence des études de médecine puis de littérature anglaise, sans succès. Il découvre à cette époque la psychanalyse et le surréalisme qui le fascineront toute sa vie.
Il fait alors des petits boulots comme rédacteur dans une agence de publicité et démarcheur en encyclopédies. Il s'engage sur un coup de tête dans l'armée de l'air et part faire son entraînement au Canada. Il écrit à cette époque sa première nouvelle de science-fiction, Passeport pour l'éternité.
Marié en 1955 et jeune père, il gagne difficilement sa vie en travaillant dans une bibliothèque jusqu'à obtenir le poste de rédacteur en chef adjoint d'une revue scientifique, Chemistry and Industry. Sa famille s'agrandit et il part vivre dans la banlieue de Londres à Shepperton en 1960. Il se met à écrire sérieusement et est publié pour la première fois dans le magazine New Worlds en 1956.
Il écrit son premier roman (Le Vent de nulle part, publié en 1962) pendant ses deux semaines de congés annuels et obtient un contrat avec l'éditeur Berkley Books. Il écrit ensuite beaucoup de nouvelles, et plusieurs livres de science-fiction post-apocalyptique, dont la trame est toujours une catastrophe naturelle qui ravage la planète.

Il devient peu à peu l'un des romanciers phares de la nouvelle vague de SF britannique aux côtés de Brian Aldiss, John Brunner et Christopher Priest, qui abordent de nouveaux thèmes en soignant particulièrement le style.
À la mort de sa femme en 1964, Ballard devient écrivain professionnel, ce qui lui permet d'être présent à la maison pour s'occuper de ses enfants. Il s'intéresse alors aux techniques d'écriture expérimentales de Williams Burroughs.
Pendant les années 1970 il écrit La Foire aux atrocités, et surtout sa « trilogie de béton » avec Crash !, L'île de béton et I.G.H.. Crash ! est son premier roman célèbre, sur un personnage fasciné par la psychosexualité des accidents de voitures qui entraîne dans ses fantasmes le narrateur qui, comme l'auteur, se nomme Ballard. Crash ! a été adapté au cinéma par David Cronenberg.
Ballard revient sur son passé en 1980 avec l'autobiographique Empire du Soleil, adapté ensuite au cinéma par Steven Spielberg.

L'œuvre de Ballard est étrange et sophistiquée et a été très influente malgré son faible succès commercial. Il explore la face sombre des citadins des grandes mégalopoles, excellant dans la peinture de personnages en apparence normaux, cadres supérieurs, gens policés, qui s'avèrent obsédés par la violence et les perversions sexuelles. Super Cannes se déroule dans un cadre a priori idyllique sur la Côte d'Azur, mais les brillants cadres de multinationales qui y résident se révèlent des sadiques qui organisent des descentes racistes.
On retrouve l'influence de Ballard dans la musique de groupes de post-punk comme Joy Division, The Human League The Normal, Anarchist Republic of Bzzz et John Foxx.

Bibliographie :

Romans
Le Vent de nulle part
Le Monde englouti
Sécheresse
La Forêt de cristal
Crash !
L'île de béton
I.G.H.
Le Rêveur illimité
Salut l'Amérique
Empire du soleil
Le Jour de la création
Le Massacre de Pangbourne
Nouvelle traduction titrée Sauvagerie
La Bonté des femmes
La Course au paradis
La Face cachée du soleil
Super-Cannes
Millenium People
Que notre règne arrive
La vie, et rien d'autre

Recueils de nouvelles
Cauchemar à quatre dimensions
Billenium
La plage ultime
La Foire aux atrocités
Vermilion Sands, Opta, 1975 ((en) Vermilion Sands, 1971)
Appareil volant à basse altitude
Le livre d'or de J.G. Ballard
Les Chasseurs de Vénus
Mythes d'un futur proche
La région du désastre
Fièvre guerrière
Nouvelles complètes : Volume 1
Nouvelles complètes : Volume 2
Nouvelles complètes : Volume 3
Hanta
Hanta

Messages : 1341
Date d'inscription : 03/12/2016
Age : 31

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par Hanta le Jeu 23 Nov - 9:53

Crash !

J.G. Ballard Yyfhfj10

Lecture à peine finie. j'avais vu le film de Cronenberg (réalisateur que j'adore) il y a quelques années.

J'ai beaucoup aimé le film, j'ai énormément aimé le livre.
Etant particulièrement fan des récits traitant des déviances psychologiques, souvent générées par des traumatismes on peut dire qu'avant même de commencer j'étais un client adapté à ce type d'histoire.

C'est brut, direct, cru par moments, il ne faut pas le nier et il faut même prévenir que la part de glauque peut vraiment décontenancer un lecteur qui ne serait pas informé. J'ai un peu pensé à du Burroughs dans la description des personnages et ce style si direct et acéré de l'écriture.
Il demeure une violence, une lourdeur brutale dans le récit, je n'ai jamais été à l'aise mais je n'ai pu m'empêcher de lire, comme justement cette sorte de curiosité un peu malsaine que je n'ai pourtant pas habituellement mais qui pousse les automobilistes à s'arrêter pour regarder l'accident.

Cela pousse à la réflexion sur les causes qui nous déterminent suite à un choc, les modifications de nos comportements, de nos envies. j'ai beaucoup beaucoup aimé.

mots-clés : #addiction #sciencefiction
Hanta
Hanta

Messages : 1341
Date d'inscription : 03/12/2016
Age : 31

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par Bédoulène le Jeu 23 Nov - 10:11

merci Hanta ton commentaire permet de me décider (dans quelque temps) cette lecture, j'ai le livre dans ma pal

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12392
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par Tristram le Jeu 23 Nov - 11:38

Merci pour l'ouverture de fil sur cet écrivain qui me paraît important, le genre d'auteur de valeur masqué par l'étiquette SF, et qui pourtant s'est servi de cette forme d'anticipation pour des explorations très intéressantes aujourd'hui.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8104
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par églantine le Jeu 23 Nov - 21:20

@Tristram a écrit:Merci pour l'ouverture de fil sur cet écrivain qui me paraît important, le genre d'auteur de valeur masqué par l'étiquette SF, et qui pourtant s'est servi de cette forme d'anticipation pour des explorations très intéressantes aujourd'hui.
Précision utile qui me permet de me dire que je peux un jour envisager de le lire même si je suis réfractaire à ce genre . Le genre SF me paralyse et voilà un blocage idiot qui me prive de belles explorations sur des sujets qui m'interpellent .
églantine
églantine

Messages : 4189
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par animal le Jeu 23 Nov - 22:30

Ballard reste essentiellement une frustration pour moi, je suis très tenté quand j'en lis du bien (William Gibson, Iain Sinclair notamment) et à la lecture beaucoup moins. Crash! m'avait plutôt barbé, pas aidé par une traduction "rustique", la vision m'avait paru à la fois sommaire et manquant d'engagement pour être palpable. Ou alors daté tellement les rapports tordus entre images sont à la fois admis, envahissants et ... quoi, les pointer du doigt est devenu commun ?

Le film revu il n'y a pas si longtemps et deux fois plouf, kitsch et improbable ?

Les nouvelles de Vermilion Sands m'ont plus parlé côté vieillot inclus.

J'y reviendrais forcément un de ces jours !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9924
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par Tristram le Jeu 23 Nov - 22:34

C'est vrai qu'il y a parfois un côté "classique", dans le sens pas nouveau, chez Ballard.
Se méfier aussi des traductions, surtout en SF...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8104
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par Hanta le Ven 24 Nov - 9:15

J'avoue que je ne vois même pas comment Crash peut faire partie de la SF.
Hanta
Hanta

Messages : 1341
Date d'inscription : 03/12/2016
Age : 31

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par animal le Ven 24 Nov - 18:56

arf pour le concept "d'arbre non signalé" ? clown

(d'ailleurs y-est-il dans ta version ?)

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9924
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par Hanta le Lun 27 Nov - 8:52

Il n'y est pas dans ma version, enfin je n'en ai aucun souvenir.
Hanta
Hanta

Messages : 1341
Date d'inscription : 03/12/2016
Age : 31

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par colimasson le Lun 27 Nov - 11:37

Je garde un bon souvenir de Crash mais je ne sais plus si c'est grâce au livre ou plutôt grâce au film... en tout cas lecture pas désagréable.

Beaucoup plus laborieuse, c'est ma lecture récente du Monde englouti. On rejoint ici le genre SF avec la description d'un monde où le réchauffement climatique a sévi et les températures sont devenues insoutenables. On assiste à une régression de l'écosystème vers des temps préhistoriques. Les premiers chapitres sont assez prenants puisqu'on découvre ce monde et ses nouvelles règles du jeu mais ça finit vite par patiner et l'intrigue n'est pas du tout prenante.

Pour le moment, pas trop envie de retourner à Ballard mais sait-on jamais...
colimasson
colimasson

Messages : 542
Date d'inscription : 24/11/2017
Age : 28
Localisation : Lyon

http://colimasson.blogspot.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

J.G. Ballard Empty Re: J.G. Ballard

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum