Italo Svevo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Italo Svevo

Message par bix_229 le Dim 11 Déc - 16:02

Italo Svevo (1861-1928)



Né d'un père juif d'origine allemande, et d'une mère italienne, Ettore Schmitz - c'est son véritable nom - écrivit sous le pseudonyme d'Italo Svevo. Il fait des études en Allemagne avant de revenir se fixer dans sa ville natale, Trieste. Cette ville était le croisement de différentes cultures et elle fit partie de L'Empire Austro-Hongrois jusqu'en 1918. En 1892, il publie à compte d'auteur Une vie, son premier roman, puis en 1898, Senilita. Sans le moindre succès. Entre temps, il épouse Livia, une lointaine cousine en 1896. Il rencontre Joyce en 1903 et découvre Freud et la psychanalyse. En 1923 enfin, il écrit La Conscience de Zéno, qui contient de nombreuses références autobiographiques et à la psychanalyse. Ce livre lui permit enfin de connaitre une certaine notoriété - sauf dans son propre pays - et d'etre reconnu par Montale, Joyce et Valéry Larbaud. Brève célébrité puisqu'il devait mourir accidentellement en 1928.

Bibliographie

1877 L'avenir de la mémoire,
1880 Le roi est mort. Vive le roi!,
1890 L'Assassin de la rue Belpoggio, nouvelle,
1892 Une vie,
1898 Sénilité (retouché en 1927),
1923 La Conscience de Zeno,
1926 Le Vin du salut, nouvelle,
1985 Le Destin des souvenirs, recueil de nouvelles,
2000 Dernières cigarettes, extraits de la correspondance de Svevo,
2003 Ulysse est né à Trieste, conférence sur James Joyce,
2006 Correspondance, avec Eugenio Montale,
2008 La vie conjugale,
2011 Ma paresse,
2011 La Nouvelle du bon vieux et de la belle enfant





Pauvre Svevo, tellement amoureux de la littérature ! Amoureux contrarié puisqu'il ne connut qu'un succès tardif et limité. Et qu'il ne put même pas se consacrer vraiment à son oeuvre, puisque après son mariage, il devint industriel dans l'entreprise de son beau-père et dut s'occuper à vendre de la peinture sous marine pour la coque des bateaux !!

Génial Svevo, qui vivant à Trieste, à la frontière de l' Empire Autro-Hongrois, dut pratiquement inventer une langue pour créér son oeuvre. Umberto Saba, un autre grand poète et, de Trieste comme Svevo, raconte qu'il avait peur de mourir et particulièrement quand il se faisait conduire en automobile. Coïncidence étrange, il mourut dans un accident de voiture. Le choc n'était pas grand, mais son coeur était trop faible.

Saba raconte :
A peine eut-il compris que l'heure de sa fin avait sonné et que la «dernière cigarette» avait été fumée pour de bon, la peur passa d'un seul coup.
«Mourir, ce n'est que cela, disait il à ses proches, mais c'est facile, très facile. C'est plus facile, ajoutait-il en s'efforçant de sourire, que d'écrire un roman.»
J'ai toujours pensé (et ces paroles prononcées par un tel homme en un tel moment, me le confirment) que l'humour est la forme suprême de la bonté.

L'oeuvre de Svevo est toute d'introspection et elle décrit avec humour et ironie des personnages un peu à son image : névrosés, sceptiques, lucides mais vélléitaires. Tout ce qui émerge dans son oeuvre, tout ce qui s'y exprime, se rapporte justement au non-dit, à des secrets enfouis et jamais élucidés. A des actes inexpliqués et inexplicables pour ceux-là même qui en sont les acteurs. Et pourtant s'ils ne trouvent pas d'explications, ce n'est pas faute de chercher !  

Le mérite de Svevo est d'avoir créé une langue et une oeuvre originale qui s'inscrit parmi celles de l'Europe centrale, au même titre que les Musil, Broch, Mann, Kafka, Marai et autres. Des nouvelles - souvent superbes - comme celles de Court voyage sentimental peuvent etre une excellente introduction. Svevo, comme pas mal d'autres écrivains italiens, souffre d'une chose : être peu ou mal connu en France. Pourtant, quand on les lit, ses livres procurent du plaisir et de l'étonnement. Tous les genres romanesques sont représentés, même si le genre court semble mieux lui convenir.

Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 2679
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Italo Svevo

Message par Cliniou le Dim 11 Déc - 20:32

cheers tongue
avatar
Cliniou

Messages : 85
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 46

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Italo Svevo

Message par bix_229 le Lun 12 Déc - 19:06




LA CONSCIENCE DE ZENO. - Gallimard.

Ce roman est une confession. La confession tardive d'un homme agé qui nous raconte ses souvenirs en commençant par les plus lointains, et sur les conseils de son médecin psychanalyste.
Zeno est un malade, un velléitaire condamné à ne plus agir pour trop s'analyser. C'est ce qui nous apparaît d'abord. Mais Zeno est malin, et l'on se demande en avançant dans la lecture, si l'histoire de Zeno n'est pas celle d'un triomphe plutôt que d'une série d'échecs.
Certes, la rigueur avec laquelle Zeno étudie les moindres réactions de son organisme entrave chez lui tout mouvement, de même que sa volonté d'être tout à fait conscient obscurcit sa pensée.
Mais son intelligence est satisfaite. On voit bien qu'il hésiterait à changer ses faiblesses ou ses maladresses contre la désinvolture et l'aisance de ceux qui l'entourent. Et qu'il fait semblant d'admirer humblement !

Une confession écrite est toujours mensongère, écrit il...

Et c'est peut-être pour cela qu'il met fin à sa psychanalyse. Parce qu'il n'en a plus besoin et s'assume enfin tel qu'il est.

Depuis longtemps je savais que la santé pour moi, ne pouvait etre que la conviction d'etre sain.

Zeno est pessimiste et la fin du livre l'est aussi :

La vie actuelle est contaminée aux racines. L'homme a usurpé la place des arbres et des betes. Il a vicié l'air, il a limité le libre espace.
Et que sera demain ? Cet animal actif et triste peut encore découvrir et asservir d'autre forces... P. 536

Peut-être une catastrophe inouïe, produite par les machines, nous ouvrirat'elle de nouveau le chemin de la santé.
Quand les gaz asphyxiants ne suffiront plus, un homme fait comme les autres inventera, dans le secret de sa chambre, un explosif en comparaison duquel tous ceux que nous connaissons paraitront des jeux d'enfants. Puis un homme fait comme les autres, lui aussi, mais un peu plus malade que les autres, dérobera l'explosif et le disposera au centre de la terre.
Une détonation formidable que nul n'entendra - et la terre, revenue à l'état de nébuleuse, continuera sa course dans les cieux délivrée des hommes - sans parasites, sans maladies.
P. 537


Message récupéré


mots-clés : #psychologique
avatar
bix_229

Messages : 2679
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Italo Svevo

Message par bix_229 le Mar 20 Déc - 17:29



SENILITA. - Seuil

J'ai parlé longuement de La Conscience de Zeno, mais en y réfléchissant, c'est Senilita que je préfère pour des raisons personnelles.
Comme chez les autres personnages de Svevo, les traits dominants des personnages sont la lucidité, l'introspection, l'anticipation des événements de la vie, de l'échec, de la vieillesse, de la mort. La difficulté d'être en prise avec la réalité et la douleur de le ressentir ainsi.

A lui, Emilio, il n'était jamais rien arrivé d' heureux, rien même d'inattendu, car dans sa vie, le malheur s'annonçait de loin, se dessinait peu à peu. Il avait toujours eu le temps de le regarder longuement en face et quand, sous une forme ou sous une autre - pauvreté, mort des êtres qui lui étaient chers - il avait eu à subir, il y était déjà préparé.

Quand l'image de la mort envahit une intelligence, elle suffit à l' occuper tout entière. Les efforts qu'on fait pour la rejeter ou la retenir sont titanesques, car chacune de nos fibres épouvantée d'en avoir éprouvé le voisinage, en garde la mémoire tandis que chaque molécule de notre corps la repousse dans l'acte meme de conserver et de produire la vie. La pensée de la mort est comme une maladie de l'organisme. La volonté ne l'évoque pas plus qu'elle ne l'écarte.


Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 2679
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Italo Svevo

Message par bix_229 le Mar 20 Déc - 17:38

Italo Svevo était angoissé, déprimé, frustré et hanté par la crainte de la mort. Et c'est pour cela que ses personnages lui ressemblent tellement... Pour lutter contre son pessimisme naturel, il n'avait que l' humour, une imagination débordante et... l'espoir qu'il quitterait le monde industriel pour écrire un nouveau livre, puisque c'était sa seule vocation… Et nous parler des «petites ironies de la vie», pour citer un autre grand pessimiste, Thomas Hardy... Mais existe-t-il un grand écrivain conscient et optimiste ? Rabelais ? Je ne sais pas...

Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 2679
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Italo Svevo

Message par bix_229 le Mar 20 Déc - 17:40



La Conscience de Zeno :

Relire un livre longtemps après est une chose étonnante.

Le livre n'a pas changé, mais nous oui, et notre regard aussi. J'ai relu La Conscience de Zeno avec plaisir, et mon étonnement tient au fait que j'avais presque tout oublié... A part le fait que c'est un livre remarquable.

J'avais surtout oublié à quel point Zeno est un personnage immoral.
Cynique, calculateur, puéril, inconséquent, égocentrique, lubrique. Le but de sa vie : satisfaire ses exigences et ses plaisirs, et tant pis s'il s'agit pour cela de mentir, de détruire…
Et en plus, avec la meilleure conscience du monde. Une lucidité, une ironie sans pareille.

Zeno n'est jamais dupe de lui même, mais parfois, il fait semblant de s'interroger pour savoir s'il est bon ou s'il est méchant. Et il n'a aucun mal à conclure en sa faveur.
Un personnage intelligent et pervers. De l'étoffe des Tartuffe...

Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 2679
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Italo Svevo

Message par Arturo le Dim 14 Mai - 15:43

Oui, il faut lire La conscience de Zeno, déjà pour la langue magnifique de l'auteur. Un écrivain qui fait l'éloge de la lenteur, du détail, mais qui n'en est pas pour autant ennuyant. Une lecture à déguster par petits morceaux, en tout cas ce fut mon cas : quelques pages par jour, des grignotages, le temps d'entrer dans les pensées du personnage.
Toutefois, j'en ressors avec un sentiment étrange, celui d'avoir flotté avec ce récit, sans jamais réellement y pénétrer.
avatar
Arturo

Messages : 676
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Italo Svevo

Message par bix_229 le Dim 14 Mai - 16:09

"Toutefois, j'en ressors avec un sentiment étrange, celui d'avoir flotté avec ce récit, sans jamais réellement y pénétrer."

Cela m' arrive aussi parfois...
Sans que je sache parfois très bien pourquoi.
Sauf si je suis dans un moment inapte à la lecture.
avatar
bix_229

Messages : 2679
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Italo Svevo

Message par Tristram le Dim 14 Mai - 20:08

Une voix bien particulière, ce Zeno Svevo (rayon "pessimisme", et/ ou "gibier pour psy")  :

« Le pli littéraire lui suggérait un parallèle entre ce spectacle et celui de sa propre vie. Là aussi, dans ce tourbillon, dans ces ondes  dont chacune transmettait aux autres le mouvement qui l’avait tirée elle-même de son inertie, l’effort pour se soulever finissait dans un nivellement qui figurait l’impassibilité du destin. Absence de faute, grandeur du désastre. »
Italo Svevo, « Senilità », 12

« …] quand le rire de la vie fut plus fort que le mien. »
« La vie ressemble un peu à la maladie : elle aussi procède par crises et par dépressions. À la différence des autres maladies, la vie est toujours mortelle. Elle ne supporte aucun traitement. Soigner la vie, ce serait vouloir boucher les orifices de notre organisme, en les considérant comme des blessures. À peine guéris, nous serions étouffés. »
Italo Svevo, « La conscience de Zeno »
avatar
Tristram

Messages : 1463
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 60
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Italo Svevo

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains Italiens et Grecs

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum