ArenSor_T_Williams

Alors parle-moi comme la pluie et laisse moi écouter (laisse-moi m'étendre ici et écouter).

Tennessee Williams, Parle moi comme la pluie et laisse moi écouter

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Ayana Mathis

    Partagez
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Ayana Mathis

    Message par topocl le Sam 31 Déc - 10:15

    Ayana Mathis
    Née en 1973



    Ayana Mathis a grandi dans les quartiers nord de Philadelphie. Férue de poésie, elle suit plusieurs cursus universitaires sans en terminer aucun, travaille comme serveuse puis fact-checker dans divers magazines. Elle voyage pendant plusieurs années en Europe, s'installant quelque temps à Florence où elle travaille dans une agence de voyages. En 2009, elle participe au programme de creative writing de l’université de l’Iowa sous la direction de Marilynne Robinson et travaille sur un mémoire qui s'avère être une impasse. Face à l'échec de son projet, elle entreprend de rédiger quelques nouvelles et il lui apparaît rapidement que ces personnages qu'elle met en scène ne forment qu'une seule et même famille dont le centre est une mère, Hattie. Quelques mois plus tard, elle termine son premier roman, Les Douze Tribus d’Hattie, qui sera publié en décembre 2012 aux États-Unis et sélectionné par Oprah Winfrey pour son Book Club, et deviendra un immense succès.

    Ouvrages traduits en français

    Les Douze Tribus d'Hattie


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Ayana Mathis

    Message par topocl le Sam 31 Déc - 10:17

    Les douze tribus d'Hattie



    Hattie savait que ses enfants ne la considéraient pas comme quelqu'un de gentil, et peut-être ne l'était-elle pas, mais quand ils étaient petits, il n'y avait pas beaucoup de temps pour les sentiments. Elle leur avait fait défaut dans des domaines essentiels, mais à quoi cela aurait-il servi de passer les journées à les serrer contre elle et à les embrasser s'ils n'avaient rien eu à se mettre dans le ventre ? Ils ne comprenaient pas que tout l'amour qu'elle avait en elle était accaparé par la nécessité de les nourrir, de les habiller et de les préparer à affronter le monde . Le monde n'aurait pas d'amour à leur offrir ; le monde ne serait pas gentil.


    C'est l'histoire d'Hattie.
    Jeune noire à la peau claire fuyant à 15 ans le Sud avec sa mère et ses sœurs, installée à Philadelphie, très vite enceinte, mère de jumeaux à 16 ans, les perdant à 17 d'une pneumonie, déchirée à vie ; un mari brave mais volage et incapable de ramener l'argent à la maison ; 10 grossesses enchaînées. Hattie, arrivée pleine de curiosité, prête à dévorer le monde, plongeant de désillusion en désillusion, n'ayant d'autre ressource que de serrer les dents, lutter pour l'ordinaire, abandonnant amour,douceur et tendresse – mais sans doute pas dans son cœur. Une femme qui n'a pas de choix.

    Il était important de faire ce qu'il y avait à faire, indépendamment du jour et des circonstances

    Décrite en 10 chapitres s'étalant sur 55 ans, comme 10 nouvelles s'enrichissant l'une-l'autre, chacune consacrée à l'un de ces enfants devenant adultes, tout comme elle ballotés par un monde impitoyable, dérivant, se perdant. A travers le parcours de chacun, c'est la vie de Hattie qui est racontée, un cœur tendre soumis à rude épreuve, camouflé sous un carapace de colère.

    Voilà une histoire qui pourrait être misérabiliste, où il ne faut pas rechercher de douceur. Une femme dans le siècle, un combat pour survivre et se protéger tant bien que mal, qui pourrait être un amalgame de situations convenues, et c'est au contraire plein de belles surprises, grâce à une forme littéraire originale, à des dialogues somptueusement menés, grâce surtout à l'œil attentif de Ayana Mathis, une femme qui sait regarder les autres sans pitié, mais sans les juger.

    (commentaire récupéré)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière

      La date/heure actuelle est Lun 24 Juil - 18:35