Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment :
PC Portable Gamer 16” ASUS ROG Zephyrus G16
Voir le deal
1639.99 €

Shichirô Fukazawa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Shichirô Fukazawa Empty Shichirô Fukazawa

Message par Dreep Ven 30 Oct - 11:18

Shichirô Fukazawa
(1914 - 1987)

Shichirô Fukazawa Shichi10

Wikipédia a écrit:Il termine ses années de collège puis mène une vie de vagabond et devient guitariste. En 1954 il se produit au Nichigeki Music Hall (日劇ミュージックホール?)1.

Sa première nouvelle, La Ballade de Narayama (楢山節考, Narayama bushiko?), gagne le prix de l'Homme nouveau du magazine Chūōkōron en 1956, et est deux fois adaptée au cinéma. D'abord par Keisuke Kinoshita en 1958 (La Ballade de Narayama), puis par Shôhei Imamura en 1983 (La Ballade de Narayama). Ce dernier remporte la Palme d'or au Festival de Cannes 1983.


L'Affaire Shimanaka

Wikipédia a écrit:En décembre 1960, l'éditeur Chūōkōron Shinsha publie sa satire historique The Tale of the Elegant Dream (風流夢譚, Fūryū mutan?, aussi connue comme The Story of a Dream of Courtly Elegance), dans laquelle le narrateur rêve que la gauche a pris le pouvoir au palais impérial et a décapité le prince Akihito et la princesse Michiko devant une foule admirative. Cette fiction provoque la colère de l'Agence impériale, et les nationalistes japonais manifestent quotidiennement devant le siège de l'éditeur, réclamant l'exil de Fukazawa et la fermeture de Chūōkōron.

Le 1er février 1961, Kazutaka Komori (小森 一孝, Komori Kazukata?), un adolescent de 17 ans membre de l'organisation d'extrême-droite Dai Nippon Aikokutō (大日本愛国党?, Great Japan Patriotic party, fondé en 1951 par Satoshi Akao), fils du député et procureur de Nagasaki, se présente au domicile du président de Chūōkōron Shinsha, Hōji Shimanaka (嶋中鵬二, Shimanaka Hōji?), et demande à le rencontrer. C'est sa domestique, Kane Maruyama (丸山かね, Maruyama Kane?), qui lui ouvre, mais Shimanaka est absent. Komori force alors le passage, tue Maruyama en la poignardant au cœur, et poignarde à plusieurs reprises l'épouse de l'éditeur, Masako Shimanaka, au sein et au bras gauche, lui infligeant une coupure longue de 30 cm et profonde de 7 cm. Avant de s'évanouir, Masako Shimanaka demande à son jeune fils d'appeler une ambulance. Tôt le lendemain, Komori se rend à la police et avoue avoir ciblé Hōji Shimanaka.

À la suite de ce meurtre, l'éditeur Hōji Shimanaka, au lieu de défendre la liberté d'expression, présente ses excuses de nombreuses fois. Chūōkōron Shinsha, jusque-là pourtant fier de sa tradition de défenseur de la liberté d'expression, commence à s'auto-censurer, et annule la publication d'un numéro spécial sur le système impérial. Shichirō Fukazawa se cache pendant cinq ans à Hokkaidō — car c'est la seule région depuis laquelle il n'a reçu qu'une unique lettre de menaces3 — et a ouvert un petit commerce d'imagawayaki6. Asahi Shinbun publie un éditorial où il conseille aux auteurs de ne pas risquer leur vie pour la liberté d'expression : It is too much for a writer to exercise his freedom of presentation to the extent where common sense is completely forgotten for the sake of art. This absurd style of writing has aroused such conduct. (« C'est dépasser la limite, pour un auteur, que d'exercer sa liberté d'expression jusqu'au point où le bon sens est oublié au nom de l'art. C'est ce style d'écriture absurde qui a suscité un tel comportement. »).

Bien que Fūryū mutan ne soit pas la première fiction à critiquer l'empereur, c'est la première à avoir déclenché de telles réactions.

Cette affaire, connue sous le nom de Shimanaka jiken (嶋中事件?), est un tournant dans la liberté d'expression au Japon6 : depuis février 1961, il n'y a plus eu aucune œuvre (autre qu'underground) présentant un point de vue anti-impérial. On parle du « tabou du chrysanthème », en référence au sceau impérial du Japon.

Bibliographie :

1956 : Etude à propos des chansons de Narayama (楢山節考)
1959 : Le Plus somptueux des trônes (東京のプリンスたち)
Dreep
Dreep

Messages : 1539
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 31

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Shichirô Fukazawa Empty Re: Shichirô Fukazawa

Message par Dreep Ven 30 Oct - 11:19

Narayama

Shichirô Fukazawa 511w6z10


Depuis sa publication en 1957, Narayama est connu pour être LE roman évoquant le mythe nippon d’Obasute, selon lequel quand dans une famille pauvre un parent commence à prendre de l’âge, à devenir une charge, on l’emmène et on l’abandonne dans une montagne. Que cette pratique ait été une réalité du Japon provincial ou ancestral, rien n’est moins sûr. Peu importe, Fukazawa fait comme si, en présentant le plus simplement possible les mœurs des habitants d’un village où cette pratique est une tradition accepté par tout le monde (peut-être encore plus par les plus âgés, d’ailleurs). Ce qui préoccupe ces villageois c’est les chansons, le mariage, pouvoir manger à sa faim ainsi que les quelques superstitions qui ont trait à leurs coutumes et à leur mode de vie. Avec ce titre complet : « Étude à propos des chansons de Narayama » on dirait que le roman a été écrit dans un esprit ethnographique. Mais Fukazawa ne fait pas seulement parler ses personnages il les fait penser, avec fort peu de mots du reste et moins encore d’idée : on voit comment ils vivent. Le roman prend une tournure autrement dramatique mais bien sûr, assez attendue. Je dois dire que je suis assez déçu pour tout ce qui précède cette ascension fatidique ; je ne peux m’empêcher de penser à ce qu’aurait fait Ichiyô Higuchi d’un tel sujet. Avec aussi peu d’éléments cette dernière parvenait à suggérer des images plus fortes, ainsi qu’une palette d’émotions plus complexes.


Mots-clés : #traditions
Dreep
Dreep

Messages : 1539
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 31

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Shichirô Fukazawa Empty Re: Shichirô Fukazawa

Message par Tristram Ven 30 Oct - 11:59

Je garde le souvenir (quoique vague) de cette Étude à propos des chansons de Narayama.
L'affaire Shimanaka est une attitude alternative face à la liberté d'expression ; pas sûr que ce soit la bonne. Quant au système impérial et au nationalisme japonais, je ne suis pas certain qu'ils furent dignes de cette reddition de l'esprit.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 15515
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 67
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Shichirô Fukazawa Empty Re: Shichirô Fukazawa

Message par Bédoulène Ven 30 Oct - 13:57

le film est beau et terrible (mais je n'ai pas lu le livre)

_________________
“Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal.”
― Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia



[/i]
"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 20951
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 79
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Shichirô Fukazawa Empty Re: Shichirô Fukazawa

Message par Dreep Ven 30 Oct - 15:33

Le livre a été adapté deux fois au cinéma, Bédoulène. Lequel tu as vu ?
Dreep
Dreep

Messages : 1539
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 31

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Shichirô Fukazawa Empty Re: Shichirô Fukazawa

Message par Bédoulène Ven 30 Oct - 18:15

celui de 1983 Dreep

_________________
“Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal.”
― Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia



[/i]
"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 20951
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 79
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Shichirô Fukazawa Empty Re: Shichirô Fukazawa

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum