Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -20%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
39.99 €

Harry Mulisch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Harry Mulisch Empty Harry Mulisch

Message par ArenSor Ven 2 Juil - 20:34

Harry Mulisch
(1927 – 2010)

Harry Mulisch Mulisc10

Harry Mulisch est considéré comme l'un des plus grands romanciers néerlandais contemporains.
La Seconde Guerre mondiale a été un facteur décisif dans la vie de Harry Mulisch et forme un thème prépondérant dans son œuvre d'écrivain, notamment parce que sa mère était juive alors que son père avait lui-même collaboré avec l'Allemagne nationale-socialiste. Il dit lui-même « être la Seconde Guerre mondiale » pour décrire à quel point cette guerre a marqué sa vie et son identité. En 1963, il écrit un essai sur le cas Eichmann : « L'Affaire 40/61 ». Les grands romans axés sur la Deuxième Guerre mondiale sont « L'Attentat », « Noces de pierre », et « Siegfried ».
En plus, Mulisch insère souvent des légendes anciennes ou des mythes dans ses écrits, telles que la mythologie grecque dans « Les Éléments », la mythologie juive dans « La Découverte du ciel » et « La Procédure », et des légendes très connues sur des villes.
Il utilise aussi des thèmes politiques. Mulisch était plutôt de gauche et a défendu la révolution cubaine et le mouvement Provo.
Harry Mulisch a un large public de lecteurs et, selon ses commentateurs, aime étaler ses connaissances. Il a gagné une réputation internationale après l'adaptation en 1986 de son livre « L'Attentat ». Le film a été couronné par un Golden Globe Award et un Oscar du meilleur film étranger ; le livre a ensuite été traduit en plus de vingt langues. Son roman « La Découverte du ciel » (1992) a été adapté en 2001 par le réalisateur Jeroen Krabbé avec l'acteur Stephen Fry dans le rôle principal.
Mulisch a reçu un grand nombre de prix et récompenses pour des livres individuels ainsi que pour l'ensemble de ses œuvres, dont les plus prestigieux : le Prix Constantijn Huygens et le Prix P.C. Hooft, tous deux en 1977, et le Prix des lettres néerlandaises en 1995.

Œuvre (traduit en français)
• Noces de pierre (Het stenen bruidsbed, 1959
• L’Affaire 40-61 (De zaak 40-61, 1961).  
• L’Avenir d’hier (De toekomst van gisteren, 1972)
• Deux femmes (Twee vrouwen, 1975)
• L’Attentat (De aanslag, 1982)
• Le Pupille (De pupil, 1987)
• Les Éléments (De elementen, 1988).
• La Découverte du ciel (De ontdekking van de hemel, 1992)
• La Procédure (De procedure, 1998)
• Siegfried. Une idylle noire (Siegfried. Een zwarte idylle, 2000)
ArenSor
ArenSor

Messages : 2866
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par ArenSor Ven 2 Juil - 20:38

La Découverte du ciel

Harry Mulisch Dzocou10

« La Découverte du ciel » est un gros pavé de 680 pages qui a connu un énorme succès lors de sa parution en 1992. Il est souvent classé dans une catégorie commode et fourre-tout de « livre monde ».
Il est vrai que l’auteur brasse quantité de données qui rendent toute tentative de résumé problématique, surtout en n’en racontant pas trop pour les futurs lecteurs. Disons en quelques mots qu’il s’agit d’une intervention externe sur la destinée de quelques humains, Max, Ono, Ada, Quinten, dans un but bien spécifique
Débrouillez-vous avec ça !
L’érudition dont fait preuve Harry Mulisch rappelle quelque peu Umberto Eco, quoique je considère que les connaissances de ce dernier soient bien plus solides que celles du premier.
Pêle-mêle, on parle beaucoup d’astronomie, de la seconde guerre mondiale, de la Collaboration, des juifs, du camp de Westerbork (bien connu par l’émouvant témoignage d’Etty Hillesum), des provos et du printemps 68 à Amsterdam, de la révolution cubaine (hallucinant séjour des protagonistes à Cuba à la fin des années 60), de la Renaissance italienne, d’architecture, de Piranèse, de Palladio, de mystique juive et de Kabbale, de déchiffrement d’écritures anciennes, de Rome, de la Papauté, de Jérusalem, de Moïse et des Tables de la Loi… (liste non exhaustive).
L’auteur montre un intérêt particulier pour les significations mystiques tirées de l’interprétation de nombres ou de lettres, dans une perspective néo-pythagoricienne.
Malgré le nombre de pages, je ne me suis pas ennuyé une seconde. Il y a peut-être une petite baisse de régime aux deux-tiers de l’ouvrage, mais la dernière partie nous entraîne dans une course haletante, archéologico-métaphysique, à la Dan Brown ou à l’Indiana Jones (mais en beaucoup mieux !). Et, last but not least, il y a beaucoup d’humour ! (voir citations ci-dessous).
En conclusion, un roman rudement bien « ficelé » (d’habitude c’est plutôt péjoratif de ma part, mais là je tire mon chapeau).


« Un jour, tu as dit à table : « Je vais découvrir le secret de l’univers. »
-  C’est vrai ? ». Il sourit, attendri. « Ils t’en font vite passer l’envie à l’université. La première chose qu’ils détruisent, là-bas, c’est ce qui t’a poussé à étudier une certaine matière. Les vrais grands génies, comme Einstein, sont tous des amateurs – et pas seulement en physique ».

« Son enfant était peut-être justement ce dont il avait besoin pour poursuivre des travaux astronomiques vraiment importants, parce que autrement il gaspillerait une bonne partie de son temps à convaincre mille autres femmes de se déculotter – ce qui serait bel et bon si l’on pouvait s’en souvenir et y repenser avec satisfaction sur son lit de mort. Mais on oubliait, naturellement ; il n’en resterait qu’une gigantesque montagne de linge, où pas une culotte ne se distinguerait des autres. De plus, quand on avait quatre-vingt-dix ans, quel intérêt de savoir que l’on s’était allongé sur un nombre infini d’octo – ou de septuagénaires ? Ou de centenaires ? En bavant, on irait s’asseoir sur un banc de parc et une vieille femme viendrait à passer, le corps plié à l’équerre par les rhumatismes et se parlant à elle-même en s’appuyant sur une canne laquée noire, et on se dirait : avec cette nénette, je me suis envoyé en l’air. Quel triomphe ! »

« Oui, les Pays-Bas sont un pays exceptionnel, mais indépendamment de notre envoyé, au bout d’un moment on commence à en avoir un peu assez. Parfois je me demande s’il fait vraiment partie de la réalité. Dans l’année humaine de 1580, un certain Joannis Goropius publiait un livre dans lequel il démontrait qu’Adam et Eve avaient parlé le néerlandais dans le jardin d’Eden – et il est certain que les Pays-Bas représentent l’idéal paradisiaque du monde, tous les pays voudraient ressembler à cet endroit si pacifique, si démocratique, tolérant prospère et ordonné, mais aussi tellement consensuel, provincial et ennuyeux – même si ces dernières années quelques changements sont apparemment survenus. »
ArenSor
ArenSor

Messages : 2866
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Tristram Ven 2 Juil - 20:55

Appoint d'extraits :
« Écrit en mots de trois lettres, formés à partir d’un alphabet de quatre lettres, l’être humain est ainsi défini par un récit génétique assez long pour emplir l’équivalent de cinq cents bibles.
[…] la vie, en fin de compte, est une lecture.
[…] le décodage du génome, qui forme l’intégralité du nom secret d’un homme [… »
Harry Mulisch, « La découverte du ciel », Première partie, « Le commencement du commencement », prologue

« Onno savait que les Grecs eux-mêmes, fondateurs de la civilisation occidentale, n’avaient pas de mot pour désigner la "civilisation". Les mots n’apparaissaient que lorsque la chose avait disparu. »
Harry Mulisch, « La découverte du ciel », Première partie, « Le commencement du commencement », 4, « Amitié »

« − L’élément naturel des fonctionnaires est la dictature, dit Onno d’un ton approbateur. Dans une dictature, tout le monde est fonctionnaire. »
Harry Mulisch, « La découverte du ciel », Première partie, « Le commencement du commencement », 14, « Compensation »

« Pourquoi existait-il quoi que ce soit, au lieu de rien ? Puisque de toute façon tout venait à passer, quel sens y avait-il à ce que cela se soit produit ? Cela s’était-il vraiment produit ? Si un jour il n’y avait plus d’êtres humains, personne pour se souvenir de rien, pouvait-on alors dire que quelque chose s’était passé un jour ? Autrement dit, pouvait-on dire maintenant qu’on pourrait dire alors qu’il s’était produit quelque chose s’était produit un jour, alors que plus personne ne serait là pour en témoigner ? Non, alors rien ne se serait jamais produit − même si c’était pourtant le cas. »
Harry Mulisch, « La découverte du ciel », Deuxième partie, « La fin du commencement », 46, « L’économie de marché »

« …] comme tout se répétait toujours, la politique serait absolument impossible sans la mauvaise mémoire de l’humanité. »
Harry Mulisch, « La découverte du ciel », Quatrième partie, « La fin de la fin », 56, « Connaissance des écritures »

« …] s’apercevoir que les vieilles œuvres d’art étaient toujours de vieilles choses : de vieilles briques, du vieux marbre, de la vieille peinture − mais que la musique ancienne, elle, était entièrement nouvelle, car elle provenait de gorges vivantes. En dehors de la musique, seules les vieilles histoires pouvaient être nouvelles, elles aussi. Parce que, évidemment, la musique et les histoires n’existaient pas dans l’espace, mais seulement dans le temps. »
Harry Mulisch, « La découverte du ciel », Quatrième partie, « La fin de la fin », 61, « La fuite »

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 13650
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 65
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Bédoulène Ven 2 Juil - 23:20

merci Arensor, donc le pavé ne devrait pas rebuter !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 18291
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 76
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par bix_229 Lun 5 Juil - 15:59

Des Pays Bas, j'ai surtout lu (et apprécié) Cees Nooteboom et Hella Haasse, mais je vais
m'interesser à Mulisch dont je n'ai lu qu'un ou deux livres.
bix_229
bix_229

Messages : 15438
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Armor Lun 5 Juil - 21:24

Ah mais ça donne bigrement envie ! Il faut que je me procure ce livre.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4495
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 40
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par bix_229 Lun 5 Juil - 21:34

@Armor a écrit:Ah mais ça donne bigrement envie ! Il faut que je me procure ce livre.
700 pages quand meme dans l'édition originale de Gallimard.
 Harry Mulisch Mulisc11

Evite celle de Folio.
bix_229
bix_229

Messages : 15438
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Quasimodo Lun 5 Juil - 23:35

Pourquoi pas celle de Folio ?
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 5251
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 26

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Tristram Mar 6 Juil - 0:00

Je l'ai lu en Folio, que j'ai dans les mains, 1143 pages, traduction Isabelle Rosselin.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 13650
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 65
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Quasimodo Mar 6 Juil - 0:23

Shocked la version française d'Isabella Rossellini ?

(En effet, 1200 pages en poche, c'est un cube...)
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 5251
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 26

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Tristram Mar 6 Juil - 0:50

Isabella Rossellini ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 13650
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 65
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par bix_229 Mar 6 Juil - 13:02

@Quasimodo a écrit:Pourquoi pas celle de Folio ?
L'info, c'est juste pour Armor, qui a des difficultés pour lire les petits caractères et c'est le cas des éditions de poche.
bix_229
bix_229

Messages : 15438
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Pinky Dim 9 Jan - 15:38

La découverte du ciel : quelques remarques

Des thèmes qui s’entremêlent mais la question du Mal de la souffrance court sur tout le livre. A-t-on mérité la souffrance ? C’est l’histoire de Job, le Juste que Satan met à l’épreuve pour qu’il renie Dieu, ce qui finalement n’aura pas lieu.
Bacon et l’empirisme qui a conduit au développement scientifique serait une des origines du Mal moderne. L’astronomie et l’étude des langues font-elles partie de cette recherche ? ou seulement l’astronomie ?
A l’opposé des idées et des nombres, l’incarnation sous toutes ces formes est présente à travers les histoires d’amour et d’amitié mais concernant la question du corps de l’homme politique. Les réflexions sur Hitler, sur son magnétisme et non sur ses idées sont tout à fait intéressantes. Quinten n’est pas réellement incarné contrairement aux autres personnages. Ada devient une forme d’idée après l’accident.
Onno, Job moderne, est sans doute celui qui ressent le plus la douleur, celle de ses échecs en recherche, des deuils successifs (Ada et Helga). Le soutien d’Edgar est intéressant, c’est la seule présence qu’il accepte avant d’avoir pensé retrouver son fils mais l’a-t-il vraiment retrouvé ?
Des tensions à l’œuvre dans tout l’ouvrage et une question, faut-il s’avouer vaincu ou continuer à lutter malgré la laideur du monde ?

Les contrôles en quittant Rome pour Israël

Vous parlez l’hébreu comme Jérémie
- Plutôt comme Job, dit Onno avec une feinte tristesse. Le Seigneur a donné et  le Seigneur a repris : que le Seigneur soit béni


Les dernières phrases
-
Et si nous cherchions une autre idée, nous devons lutter jusqu’au bout – c’est encore possible ! Plutôt échouer que de courber la tête ! Ne pourrait-on pas s’occuper de ce pacte que Lucifer a conclu avec Bacon ? Donnez-moi immédiatement une autre mission !
- Le temps est révolu. Tu  vas prendre ta retraite. Merci pour tout, au nom du Chef également. Adieu.
- Alors je le ferai de ma propre initiative ! Vous m’entendez ? Je n’abandonnerai pas ! Qu’est-ce qu’ils s’imaginent ? Pour qui ils se prennent, ces parvenus ? Répondez !



Dernière édition par Pinky le Lun 10 Jan - 13:53, édité 1 fois
Pinky
Pinky

Messages : 39
Date d'inscription : 28/11/2021

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Pinky Dim 9 Jan - 15:39

Je ne comprends pas pourquoi les citations sont suivies de "a écrit" : une erreur de manip sans doute.
Je voulais aussi associer un long extrait mais ça détruit les autres extraits.
J'essaie de le mettre dans le post suivant pour illustrer le questionnement sur le concret.
Pinky
Pinky

Messages : 39
Date d'inscription : 28/11/2021

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Pinky Dim 9 Jan - 15:43

Long extrait sur une partie des débats


« Comment se fait-il, demanda Quinten, que cet Ibrahim en ait su autant sur les personnages de la Bible ? Les musulmans ont pourtant le Coran, non ? » Pendant quelques secondes, Onno le regarda fixement. « Est-ce vraiment ce que tu entends par une conversation normale ? » - Je ne vois pas ce qu’il y a d’anormal. C’est une simple question. Tout cela existe, après tout, non ? - - Bon, je  vais te répondre, dit Onno résigné. La Bible et le Coran se recoupent pour une bonne partie [….] Voilà. Et maintenant, est-ce qu’on pourrait peut-être maintenant changer de sujet ? ou n’as-tu plus de goût pour la réalité quotidienne ? - Mais pour moi, c’est ça la réalité quotidienne. - J’en ai bien peur, en, effet. N’as-tu jamais le sentiment que pour les autres, ça peut être terriblement lassant à la longue ? - On ne se fatigue jamais à réfléchir ou à apprendre, si ? Moi, je ne me sens fatigué que quand je m’ennuie. - Je veux bien admettre, dit Onno, qu’on n’a pas vraiment l’occasion de s’ennuyer en ta compagnie. » Il regarda autour de lui. « Tu as évidemment raison, tout cela existe bel et bien, mais tout n’existe pas de la même manière. As-tu en fait jamais écouté les conversations des autres gens ? Ici, sur cette terrasse, tu ne peux pas les comprendre, mais les gens parlent le plus souvent des gens – de leur famille, de leurs amis, ou des gens à leur travail, ou des gens qui font de la politique ou du sport, et surtout d’eux-mêmes. - Et si moi justement, ça me fatiguait ce genre de bavardages ? S’ils parlent d’objets, c’est presque toujours de choses qu’on peut avoir, comme des voitures et de l’argent. Je ne parle jamais des gens, et pas de moi non plus, et pas de ce que je possède non plus.  - Non, tu parles de trapèze ou de pierres sacrées – et dans ce cas, il ne s’agit pas des pierres en elles-mêmes, mais de leur caractère sacré, de ce qu’elles représentent. Ce qui t’intéresse, c’est seulement les significations et les liens. J’avoue que j’y suis peut-être pour quelque chose, le concret  n’est pas non plus mon fort ; mais moi je ne suis pas abstrait à ce point. Au fait, as-tu regardé ce rocher tout à l’heure ? sais-tu de quelle sorte de pierre il s’agit ? de granit ? de calcaire ? - Pourquoi l’aurais-je regardé en détail s’il ne signifie rien ? Il y a tant de rochers. - Tu entends ce que tu dis ? si un rocher signifie quelque chose, tu n’as pas besoin de le regarder en détail, et s’il ne signifie rien non plus. Tu n’as donc jamais besoin de regarder quoi que ce soit de près. Fais-tu partie de ce monde ? » Quinten ne répondit pas. Personne ne savait qui il était – pas même lui. Qu’était donc « ce monde » ? Les garçons qui jouaient au football à Westerbork, eux ils étaient de ce monde – mais le sentiment qui s’emparait d’eux quand ils marquaient un but, il le ressentait quand il lui venait une idée intéressante. Tous ces gens assis à la terrasse, qui bavardaient à propos d’autres gens ou de choses à posséder, comme ces deux dames aux cheveux blancs, à la table d’à côté ; il n’avait rien à voir avec eux. Dans ce cas, ferait-il aussi bien d’entrer dans un monastère ? de devenir passionniste ? de se faire enrouler, près du mur des Lamentations, un ruban noir autour du bras ? "

Même souci avec "a écrit" et je n'ai pas réussi à faire les retours à la ligne qui sont dans le texte
Pinky
Pinky

Messages : 39
Date d'inscription : 28/11/2021

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par animal Dim 9 Jan - 20:27

j'ai rectifié pour le "à écrit", c'est qu'en fait dans la petite boite qui apparaît pour insérer une citation c'est la place pour l'auteur/source de la citation et que la citation en elle-même il faut la coller dans le bloc comme qui dirait "une fois inséré".

c'est vrai que ce n'est pas le pied comme interface !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 12732
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 41
Localisation : Tours

https://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Pinky Dim 9 Jan - 20:41

Merci animal on verra si je fais mieux la prochaine fois.
Pinky
Pinky

Messages : 39
Date d'inscription : 28/11/2021

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par animal Dim 9 Jan - 20:43

pas grave sinon, une petite main ou une autre fera les bricoles Harry Mulisch 3064796832

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 12732
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 41
Localisation : Tours

https://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Harry Mulisch Empty Re: Harry Mulisch

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue néerlandaise


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum