Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le deal à ne pas rater :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : où l’acheter ?
Voir le deal

Cesare Pavese

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Cesare Pavese

Message par bix_229 Sam 10 Déc - 18:42

Cesare Pavese (1908-1950)

Cesare Pavese  Cesare10


«Attendre est encore une occupation. C'est ne plus attendre qui est terrible.» Cesare Pavese

Cesare Pavese est né en 1908 à San Stefano Belbo et mort en 1950 à
Turin. Pavese s'est suicidé en 1950, mais on peut dire que la mort et le suicide ont été des obsessions constantes chez lui. Il a aimé les femmes qui ne le lui ont pas rendu. Peut-être la solitude était elle trop apparente chez lui. Et aussi ses blessures, sa mélancolie...

Comme d'autres auteurs de sa génération -Fenoglio, Vittorini-, Pavese s'est intéressé toute sa vie à la littérature américaine, et il a meme traduit plusieurs auteurs, de Melville à Faulkner. Arrété pour antifascisme en 1933 par le pouvoir fasciste, il est exilé en Calabre pendant 8 mois. Exil qu'il supporte beaucoup moins bien qu'un écrivain comme Carlo Levi, qui profita de son séjour forcé pour écrire un beau livre : Le Christ s'est arrété à Eboli... Pavese se suicide en 1950 après une liaison malheureuse avec une actrice américaine.

Il me semble inutile d'épiloguer sur le suicide de Pavese - ou de qui que ce soit.

Peut-être n'aimait-il pas assez la vie.
Peut-être aimait-il trop les les femmes et trop mal.
Peut-être n'y avait-il pas de vrai chemin pour lui.

En tout cas, à le lire, et surtout à lire son autobiographie Le métier de vivre, on a presque l'impression douloureuse que le suicide était programmé chez lui depuis très longtemps et que la mort n'était que le doute menant à la certitude... La seule...

Bibliographie française

Pavese a écrit des romans et deux recueils  de poèmes.

1929 La Trilogie des Machines (1929) recueil de trois essais futuristes,
1936 Travailler fatigue,
1942 La plage,
1946 Feria d'agosto,
1947 Dialogues avec Leuco,
1947 Le camarade,
1949 Avant que le coq chante, recueil de trois récits : Par chez nous, La prison et La maison sur les collines.
1949 Le bel été.
1950 La Lune et les feux.
1952 Nuit de fête ou Notte di festa, posthume,
1952 Le Métier de vivre, posthume.
1965 Le Bel été. Le Diable sur les collines. Entre femmes seules.
2003 Terre d’exil et autres nouvelles.
2010 Histoire secrète, Trois nouvelles extraites de Vacances d'août (disponibles dans le Quarto), Folio.

Message rapatrié
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par bix_229 Sam 10 Déc - 18:53

Je n'ai pas relu les romans ou nouvelles de Pavese, mais seulement quelques poèmes de La mort viendra et elle aura tes yeux...
C'est donc un poème de ce recueil que je vous cite :


La Mort viendra et elle aura tes yeux

"La mort viendra et elle aura tes yeux
cette mort qui est notre compagne
du matin jusqu'au soir, sans sommeil,
sourde comme un vieux remords
ou un vice absurde. Tes yeux
seront une vaine parole,
un cri réprimé, un silence.
Ainsi les vois tu le matin
quand sur toi seule tu te penches
au miroir. O chère espérance,
ce jour-là nous saurons nous aussi
que tu es la vie et que tu es le néant.

La mort a pour tous un regard.
La mort viendra et elle aura tes yeux.
Ce sera comme un vice,
comme voir resurgir
au miroir un visage défunt
comme écouter des lèvres closes.
Nous descendrons dans le gouffre muets."

Mot-clé : #poésie
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Cliniou Sam 10 Déc - 20:44

Merci Bix ! Cesare Pavese  1183390247
Je reviendrai bientôt.
Cliniou
Cliniou

Messages : 916
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 53

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Barcarole Mar 13 Déc - 16:47

Cesare Pavese  41h3ou10


La Lune et les Feux

De retour à son pays d’origine où il a vécu depuis l’enfance jusqu’à son départ en Amérique, le narrateur revenu au pays, sur les traces de son passé, retrouve ceux qu’il a côtoyés autrefois, à la fois les mêmes et à la fois devenus étrangers à lui, il apprend les drames qui se sont passés depuis son départ, puis les noms de ceux qui sont morts, et ceux qui sont partis de la région. Rien n’a changé et en même temps, tout a changé.

A travers les collines, la plaine du Piémont, les tilleuls et leur senteur marquée comme une empreinte, à travers ces paysages familiers, c’est le rapport au temps qui fait mal. Se mêlent le passé et le présent, la nostalgie de l’impossible retour dans le passé, et ce temps qui passe inexorablement.

La solitude du narrateur est comme un destin, solitude de souffrance mais aussi solitude voulue. Derrière ces descriptions des paysages de son Piémont, la mélancolie d'aujourd'hui est la douleur qui fait place à l’ennui d’autrefois. Ce temps qu’il a vécu ailleurs, en Amérique, puis à Gênes, cette rupture avec le passé pour échapper à l’ennui, aux jours qui s’égrènent toujours les mêmes, insupportables jusqu’à partir…, ont-ils forgé un autre homme ? Quel homme serait-il devenu s’il était resté ?

Le récit de Pavese, ce récit du narrateur, est celui de la solitude, de l’ennui, de la nostalgie.

Très belle lecture que celle de La Lune et les Feux de Cesare Pavese.
Barcarole
Barcarole

Messages : 3019
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 68
Localisation : Tours

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Bédoulène Mar 13 Déc - 17:04

Merci Barcarole, je vais m'intéresser à cet auteur

_________________
“Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal.”
― Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia



[/i]
"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 21177
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 79
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par tom léo Sam 13 Mai - 16:52

Cesare Pavese  41dku410

Le bel été


Gina, seize ans, découvre la vie et un premier amour dans le milieu de jeunes artistes. Et on l’accompagne dans son innocence du début, oui, même une certaine naïveté, puis une attirance-répulsion pour le milieu de jeunes artistes jusqu’au premier amour vécu avec l’un deux pour lequel elle aussi, elle va s’offrir comme un modèle pour ses études.
L’auteur sait à merveille, dans une langue apparemment simple et comme avec des touches de pinceau, faire allusion par exemple aux luttes intérieures de Gina : est-ce qu’elle « doit/veut », presque contre sa nature, s’offrir comme modèle au peintre adoré et aimé ?

J’ai lu à deux reprises ce petit roman suivant, qui m’a fait d’entrée aimer Pavese. Je recommande vivement aux amateurs des grands auteurs italiens…Maintenant j’ai encore deux recueils de nouvelles (en allemand) en attente. En ce qui concerne la biographie de Pavese, j’ajoute qu’il avait été lecteur chez Einaudi, grand éditeur italien à Turin. Je pense qu’un certain Primo Levi fréquenta la maison…
tom léo
tom léo

Messages : 1353
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Tristram Sam 13 Mai - 18:03

« Assez de mots. Un acte. Jamais plus je n’écrirai. »
Dernier texte de Cesare Pavese avant son suicide, cité par William Styron in « Face aux ténèbres _ chronique d’une folie »

« …] tu ne sais pas que ce qui t'arrive une fois se répète toujours ? que comme on a réagi une fois, on réagit toujours ? Ce n'est pas par hasard qu'on se met dans le pétrin. Et puis on y retombe. Ça s'appelle le destin. »
Cesare Pavese, « Le diable sur les collines »


_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 15663
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 67
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par bix_229 Sam 13 Mai - 23:55

Lisez Le Métier de vivre. Pavese y est tout entier.

bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par bix_229 Sam 14 Déc - 18:19

Tu es la vie et la mort.
Tu es venue en mars
sur la terre nue -
et ton frisson dure.
Sang de printemps
- anémone ou nuage -
ton pas léger
a violé la terre.
La douleur recommence.
Ton pas léger
a rouvert la douleur.
La terre était froide
sous un pauvre ciel
immobile et fermée
comme dans la torpeur d’un rêve,
comme après la souffrance.
Et la glace était douce
dans le cœur profond.
Entre vie et mort
l’espoir se taisait.
Maintenant ce qui vit
a une voix et un sang.
Maintenant terre et ciel
sont un frisson puissant,
l’espérance les tord,
le matin les bouleverse,
ton pas et ton haleine
d’aurore les submergent.
Sang de printemps,
toute la terre tremble
d’un ancien tremblement.
Tu as rouvert la douleur.
Tu es la vie et la mort.
Sur la terre nue,
tu es passée légère,
hirondelle ou nuage,
et le torrent du cœur
s’est réveillé, déferle,
se reflète dans le ciel
et reflète les choses -
et les choses, dans le ciel, dans le cœur,
souffrent et se tordent
dans l’attente de toi.
C’est le matin, l’aurore,
sang de printemps,
tu as violé la terre.
L’espérance se tord,
et t’attend et t’appelle.
Tu es la vie et la mort.
Ton pas est léger.
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Jack-Hubert Bukowski Sam 18 Avr - 11:27

C'est raide, un fil de Pavese et on n'y parle pas du métier de vivre... Wink

«Habitudes»

Sur l'asphalte de l'avenue la lune fait un lac
silencieux et l'ami se souvient d'autrefois.
Une rencontre imprévue suffisait dans le temps
et il n'était plus seul. En regardant la lune,
il respirait la nuit. Plus fraîche cependant l'odeur
de la femme rencontrée, de la brève aventure
au hasard d'escaliers chancelants. Et la chambre
tranquille
et la rapide envie d'y vivre pour toujours,
lui remplissaient le coeur. Après quoi, sous la lune,
à grands pas alourdis, il rentrait, satisfait.

Autrefois il était un grand copain pour lui.
Il s'éveillait le matin et sautait hors du lit
en retrouvant son corps et ses vieilles pensées.
Il aimait bien sortir s'exposant à la pluie
ou au soleil, il jouissait du spectacle des rues
ou des conversations nouées à l'improviste. Il croyait
qu'il saurait commencer chaque matin nouveau
en changeant de métier jusqu'au dernier jour.
Après un dur travail, il s'asseyait et fumait.
Son plaisir le plus fort, c'était de rester seul.

Mon ami a vieilli et voudrait un foyer
auquel être attaché, et sortir dans la nuit,
s'arrêter sur l'avenue pour regarder la lune,
mais trouver en rentrant une femme docile,
une femme tranquille, attendant patiemment.
Mon ami a vieilli et ne se suffit plus.
Les passants, ce sont toujours les mêmes; le soleil
lui aussi et la pluie sont les mêmes; le matin, un désert.
Travailler, ça ne vaut pas la peine. Et sortir voir la lune,
si personne ne l'attend, ça ne vaut pas la peine.

Cesare Pavese, Poésies variées dans Travailler fatigue. La mort viendra et elle aura tes yeux, p. 251-252.

Comme flâneur, cette poésie de Pavese m'interpellait. Il me semblait qu'il fallait la mentionner ici et puisque Bix en a parlé il y a quelques mois, il fallait bien sûr rejoindre le fil... Smile
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2490
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 42
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Jack-Hubert Bukowski Jeu 16 Juil - 10:31

J'ai un autre poème de Pavese à vous montrer, ouvrier de condition...


Fumeurs de papier


Il m'a emmené écouter son orchestre. Il s'assied dans un coin

et prend sa clarinette. C'est alors que commence

un boucan infernal. Dehors, un vent furieux

et, entre les éclairs, les gifles de la pluie

font qu'à chaque moment la lumière est coupée.

Les têtes convulsées s'acharnent dans le noir

à jouer de mémoire une danse. Énergique, mon pauvre copain

les dirige du fond : la clarinette se tord,

interrompt le fracas, s'avance, se défoule

comme une âme solitaire, dans un silence sec.


Ces pauvres cuivres sont trop souvent pleins de bosses :

paysannes ces mains qui se cramponnent aux touches

et paysans ces fronts obstinément baissés.

Sang misérable, éreinté, exténué

par des peines trop dures, on le sent qui mugit

dans les sons, mon copain les dirige avec peine,

lui qui a des mains calleuses à force de cogner

au maillet, de manier le rabot, de s'esquinter la vie.


Jadis il eut des camarades et il n'a que trente ans.

Il était de ceux d'après la guerre, élevés dans la faim.

Il alla lui aussi à Turin, pour se faire une vie

et il trouva l'injustice. Il apprit à travailler

à l'usine, sans sourire. Il apprit à mesurer

sur sa peine la faim des autres hommes,

et partout ne trouva qu'injustices. Il espéra la paix

en marchant, abruti de sommeil, par les avenues sans fin,

la nuit, mais il vit seulement des milliers de réverbères

éclatants de lumière sur des iniquités ; femmes rauques ou ivrognes,

fantoches titubants, égarés. Il était arrivé à Turin

un hiver, au milieu des éclairs des usines et des brumes de suie.

Il savait ce qu'était le travail. Il acceptait le travail

comme le dur sort de l'homme. Mais si au moins tous les hommes

l'acceptaient, s'il y avait de la justice dans le monde.

Mais il trouva des camarades. Il supportait patiemment

les discours, et il dut en écouter et attendre jusqu'au bout.

Il trouva des camarades. Chaque maison en avait des familles.

La ville en était encerclée. Et la face du monde

en était toute couverte. Ils sentaient dans leur coeur

assez de désespoir pour triompher du monde.


Ce soir il joue sec, malgré les musiciens

que lui-même a formés un par un, sans souci du fracas,

de la pluie ni de la lumière. Son visage sévère

mordant la clarinette, fixe tendu une douleur.

Je lui ai vu ce regard un soir où, tout seuls,

avec son frère, plus triste que lui de dix ans,

nous passions la veillée à la lueur d'une lumière absente.

Son frère travaillait sur un tour inutile qu'il avait fait lui-même.

Et mon pauvre copain accusait le destin

qui les tient enchaînés au rabot et au maillet

pour nourrir deux vieillards qu'ils n'ont pas demandés. Tout d'un coup il cria

que ce n'était pas le destin si le monde souffrait,

si l'éclat du soleil arrachait des jurons :

le coupable, c'était l'homme. « Au moins pouvoir partir,

crever de faim librement, dire non

à une vie qui utilise l'amour et la pitié,

la famille ou le lopin de terre pour nous lier les mains. »


1932.


Cesare Pavese (1908-1950), Fumeurs de papier in Travailler fatigue.

On peut trouver une explication du contexte de l'époque à laquelle il a écrit ce poème :

http://ptutoy.over-blog.net/article-fumeurs-de-papier-un-poeme-de-cesare-pav-53720253.html
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2490
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 42
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Bédoulène Jeu 16 Juil - 22:08

j'aime beaucoup Jack merci !

_________________
“Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal.”
― Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia



[/i]
"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 21177
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 79
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Jack-Hubert Bukowski Ven 11 Fév - 11:26

En lisant Le métier de vivre, je vois à quel point Cesare Pavese se consacrait tout entier à l'examen de ses contemplations. Nous l'écoutons beaucoup à propos de son parcours poétique et le suicide émerge comme une préoccupation qui est présente dans ses pensées. Il dit beaucoup de choses et je le trouve un brin masculin dans ses préoccupations. J'écris sur une lecture qui est toujours en cours et j'ai même fait une relecture de quelques passages. Il était un écrivain génial, mais je ne le trouvais quand même pas si exceptionnel dans la manière d'esquisser les choses. Je le trouverais un brin ordinaire si on regarde ça avec des conventions d'aujourd'hui... je disais l'autre jour sauter d'une citation à l'autre, mais le fait est que je préfère décrire ce que je sens en le lisant.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 2490
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 42
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Pinky Dim 14 Avr - 11:29

Le bel été

Cesare Pavese  Shoppi10

Le livre regroupe trois nouvelles ou courts romans :
Le bel été
Le diable sur les collines
Femmes entre elles



Le Bel été est centré sur Ginia, jeune fille de 16 ans, employée couturière vivant avec son frère Severino, amie de Rosa l'ouvrière et d'Amelia, modèle pour des artistes. Ginia sort avec ses deux amies, délaisse peu à peu Rosa, attirée par l'activité d'Amalia et ses contacts avec les artistes. Candide, elle tombera amoureuse et se heurtera à la vie émancipée de ses nouveaux "amis" qui la traiteront de "sotte".

Le diable sur collines
Trois jeunes étudiants : Oreste, en médecine, le narrateur et Pieretto en droit rencontrent Poli,  au cours de leurs virées nocturnes. Poli, jeune oisif argenté, associant volontiers alcool et cocaïne, entretient une liaison avec Rosalba femme mondaine beaucoup plus âgée que lui. Les trois amis partent pendant l'été chez Oreste dont le père exploite des vignes avec ses ouvriers. Ils partagent la vie de famille d'Oreste où les femmes tiennent la maison.  La petite  Dina âgée de 10 ans est une fillette futée à l'esprit affuté. Puis leur vient l'idée d'aller retrouver Poli qui vit dans la maison familiale située à proximité. Ils y découvrent Gabriella la belle épouse de Poli dont il est soi disant séparé et un monde "décadent" de viveurs milanais. L'évolution des relations entre ces hommes face à une Gabriella complexe et insaissisable, la détresse de Poli sont très finement rendues. Comme dans Le bel été, c'est l'innocence qui paie le prix fort.

La campagne au dessus de Turin, sur les terres du père d'Oreste

"Nous étions assis à la lisière de la vigne et en levant les yeux, on voyait osciller les sarments. Quand on regarde d'en bas une vigne qui monte vers le ciel, on a l'impression d'être hors du monde. On a à ses pieds les mottes calcinées, les ceps contournés, et dans les yeux la fuite des verts festons, les tuteurs tous pareils qui touchent le ciel. On respire et on écoute."

Le Greppo, domaine appartenant au père de Poli
« La colline du Greppo était, elle aussi un monde. On y arrivait par les Coste, par des cuvettes et des pentes solitaires, une fois dépassé le pays des chênes. Quand nous fûmes en bas du versant, nous vîmes les arbres noirs et lumineux de la crête qui se détachaient contre le soleil.  […] Mais ce qui était étonnant, c’était cet enchevêtrement, cet abandon ; après une vigne déserte, mangée par l’herbe, des arbres fruitiers se chevauchaient, des figuiers et des cerisiers recouverts de plantes grimpantes, puis des saules et des acacias, des platanes, des sureaux ; puis au fur et à mesure que nous avancions dans le soleil, la végétation s’espaçait, mais aux formes familières se mêlèrent des plantes insolites telles que des lauriers-roses des magnolias, quelques cyprès et des arbres étranges que je n’avais jamais vus, dans un désordre qui donnait aux éventuelles clairières un air de solitudes exotiques. »

Le séjour au Greppo

« La nuit ne suffit pas pour lui faire admettre qu’entre un suicide et la mort par maladie ou accident, il y a une sacrée différence. Poli parlait de Rosalba avec la vois hésitante d’un enfant ému ; il parlait avec attendrissement du moment où c’était lui qui était sur le point de mourir ; cde n’était pas la faute de personne ; Rosalba était morte ; ils s’entendaient bien tous les deux. »

«  je fixais vaguement le plafond et je me disais que Rosalba, la coco, le sang répandu, la colline étaient un rêve, une mauvaise plaisanterie, que tous s’étaient mis d’accord pour se jouer de moi. Il suffisait de descendre, de faire semblant de rien, de ne pas se laisser entraîner dans le jeu. De leur rire au nez, ça oui… »

"Cet abandon, cette solitude du Greppo était un symbole de leur vie ratée à elle et à Poli. Le gaspillage  inhumain de cette terre et de toute cette vie ne pouvait donner d'autre fruit que l'inquiétude et la futilité. Je repensais aux vignes de Monbello, au visage brusque d'Oreste. Pour aimer une terre, il faut la travailler et l'arroser de sa sueur."

Des discussions sans fin autour de nombreux verres :
"Quels drôles de gens vous êtes....observais-je. Vous avez des parents qui souhaitent vous voir, l'un moine et l'autre agronome. Vous ne voulez rien savoir, vous leur faites faire un mauvais sang du diable ; et vous finirez toi, Pieretto, athée et moine et toi Oreste, médecin de campagne.Pieretto sourit d'un air satisfait "Il faut toujours aider ses parents, dit-il. Il faut leur apprendre que la vie est difficile. Si, ensuite, comme c'est normal, on arrive là où ils voudraient, il faut les convaincre qu'ils avaient tort et que vous avez fait cela pour leur bien."


- Le culte disait Giustina, le culte. Si on ne respecte pas les ministres du culte, on n'est ni chrétien ni italien.
-La religion, dit le père d'Oreste, ce n'est pas seulement aller à l'église. La religion est une chose difficile. Il s'agit d'élever les enfants, d'entretenir une famille, de vivre d'accord avec tous.
Et Gisutina à Pieretto : "Alors, dites-nous un peu, hurla-t-elle, qu'est-ce que c'est que la religion ?"
-La religion, dit Pieretto en s'arrêtant, c'est de comprendre comment vont les choses. L'eau bénite est inutile. Parler avec les gens, voilà ce qu'il faut, les comprendre, savoir ce que chacun veut. Tout le monde veut quelque chose dans la vie, faire quelque chose sans jamais très bien savoir quoi; Eh bien, pour chacun, dans ce désir, il y a Dieu. Il suffit de comprendre et d'aider à comprendre...

Poli laissant partir ses amis milanais
"Ils m'ennuient, dit-il. Ce sont des gens trop vieux, ils ne savent pas parler...Il eut un hoquet comme s'il allait vomir et serra les lèvres. Baissant les yeux, il se reprit. "C'est incroyable, dit-il, mais l'âme la plus ancienne qu'on a en soi est celle du temps où l'on était gosse. Moi, il me semble, que je suis toujours gosse. C'est la plus ancienne habitude que nous ayons..."


Femmes entre elles

Clelia, couturière, arrive à Turin, sa ville natale, pour veiller à l'installation d'une maison de couture, succursale de la maison romaine où elle travaille. Revenue après 20 ans d'absence alors qu'elle a réussi à s'élever au-dessus de son milieu d'origine, à force de travail, elle fait la connaissance de la jeunesse dorée turinoise, en particulier de jeunes femmes oisives. L'une d'elles Rosetta a fait une tentative de suicide.

"Je parle des gens comme vous et moi....ceux qui ont le temps et les moyens. En jouissent-ils au moins ? Moi, si je ne devais pas travailler, j'aurais des vices terribles. Au fond, je ne me suis passé aucune envie..."
Murelli, gravement me dit que j'avais un vice. "Lequel?" j'avais le vice de travailler, de ne prendre jamais de vacances.
- Vous êtes pires que les industriels pères de famille, me dit-il, mais au moins c'étaient des hommes à moustaches et ils ont fait Turin."

"Quand j'étais gosse, j'enviais les femmes comme Mariella et les autres. Je les enviais et je ne savais pas qui elles étiaient. Je les imaginais libres, admirées, maitresses du monde. Quand j'y pensais maintenant, je n'aurais pas changé avec une seule d'entre elles. Leur vie me semblait absurde, d'autant plus absurde qu'elles ne s'en rendaient pas compte. Mais pouvaient-elles faire autrement ? A leur place, aurais-je agi autrement ? Rosetta Mola était une ingénue mais elle, elle avait pris les choses au sérieux. Au fond, il était vrai qu'elle s'était tuée sans raison et certainement pas à cause de cette stupide histoire de premier amour avec Momina ou à cause d'un autre ou quelconque chagrin. Elle voulait être seule, elle voulait s'isoler du tumulte ; et dans son milieu, on ne peut être seul, on ne peut agir seul qu'en se supprimant
.

"Les livres vous intéressent ? demanda Rosetta, s'animant, vous les lisez beaucoup ?
-Pendant la guerre. On ne savait pas quoi faire. Mais maintenant, je n'y parviens plus. J'ai toujours l'impression de mettre le nez dans les affaires des autres..
Rosetta me regarda, amusée
- cela me semble une chose indécente. Comme d'ouvrir les lettres d'autrui..."

Une des thématiques qui  traverse, presque furtivement les trois nouvelles est la nudité, celle du modèle qui pose devant le peintre dans le Bel été, celle des trois amis qui se baignent dans une mare et une réflexion dans Femmes entre elles alors que plusieurs personnages discutent de la raison de la tentative du suicide de Rosetta, l'un deux évoquant la folie, d'autres le dépit amoureux
Morelli dit :
"L'homme est le seul animal, observa-t-il, qui gagne à être habillé"
: nudité physique ou nudité morale, s'exposer, baisser les masques.

Je suis arrivée, par accident à Pavese en lisant Edgar Morin qui évoque la femme "pavésienne" dans Une commune en France, celle qui travaille sans cesse pour tromper sa solitude affective et je ne regrette pas le voyage. Très beau livre, sensible où chaque sentiment, chaque tristesse, chaque désarroi est rendu avec une infinie délicatesse.
Pinky
Pinky

Messages : 478
Date d'inscription : 28/11/2021

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Bédoulène Lun 15 Avr - 18:01

merci Pinky, et oui nous suivons souvent les conseils ou évocation des auteurs que nous lisons.

_________________
“Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal.”
― Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia



[/i]
"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 21177
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 79
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Pinky Aujourd'hui à 19:37

Le métier de vivre

Cesare Pavese  Le-met11


Bix avait écrit  « Lisez Le Métier de vivre. Pavese y est tout entier » oui mais encore…Alors « Tout Pavese » qu’on lit dans Le Métier de vivre, c’est ce qu’il a bien voulu nous livrer et que ses éditeurs, Natalia Ginzburg et Italo Calvino nous ont transmis en 1952 pour une première édition allégée de ce qui était alors jugé comme inconvenant et qui a été ajouté dans l’édition intégrale de 2008. On sait que Pavese a retiré, en 1945, le carnet secret qu’il a tenu entre 1942 et 1943 et dont la publication en 1990 a fait scandale à cause des pages témoignant de son attrait pour le fascisme. Ainsi rien n'évoque l'actualité entre 1935 et 1950, dates limites du volume.

Plusieurs thèmes s’entrecroisent dans l’ouvrage

La femme, les femmes, l’amour souvent malheureux
6 novembre 1937
Le vrai raté n'est pas celui qui ne réussit pas dans les grandes choses - qui y a jamais réussi ?- mais qui ne réussit pas dans les petites. Ne pas arriver à se faire un foyer, ne pas conserver un seul ami, ne pas satisfaire une femme, ne pas gagner sa vie comme n'importe qui. C'est là le raté le plus triste.

28 novembre 1937
En amour, ce qui compte seulement c'est d'avoir une femme dans son lit et chez soi : tout le reste, c'est des conneries, de sinistres conneries.
Ironie de la vie : la femme se donne comme récompense au faible et comme appui au fort. Et personne n'a jamais son dû.

15 janvier 1938
Les femmes mentent, mentent toujours et à tout prix. Et il n'y a rien d'étonnant ; elles ont le mensonge dans les organes génitaux mêmes. Qui saura donc jamais quand une femme a joui ?
Comme il a l'air con l'homme avec son membre énorme, rouge et mis à nu, tendu et palpable, et qui éjacule à la face de Dieu et qui le voit cracher, et retomber et s'affaisser ! En plus, la nature féminine a l'air d'une bouche qui se fend la gueule.
Lui, il fait tout à l'extérieur, à la lumière du jour ; mais dans la femme, il faut pénétrer, farfouiller et tout se passe dans les viscères, dans les racines de la chair.

25 mars 1950
On ne se tue pas par amour pour une femme. On se tue parce qu’un amour, n’importe quel amour, nous révèle dans notre nudité, dans notre misère, dans notre état désarmé, dans notre néant.



Turin , le Piémont


17 novembre 1935
]En en étant éloigné, je commence à inventer (fréquentatif d’invenire) un fonction conditionnante de l’art précisément dans le Piémont et principalement à Turin. Ville de la rêverie, à cause de son aristocratique plénitude faite d’éléments nouveaux et anciens ; ville de la règle, à cause de son manque absolu de fausses notes dans le domaine matériel et dans le domaine spirituel ; ville de la passion, à cause de son caractère si gracieusement propice aux loisirs ; ville de l’ironie, à cause de son bon goût dans la vie ; ville exemplaire, à cause de son calme riche de tumulte. Ville vierge en art, comme celle qui a vu d’autres faire l’amour et qui, en ce qui la concerne, n’a toléré jusque-là que des caresses mais qui est prête maintenant, si elle trouve son homme, pour sauter le pas. Ville enfin où, arrivant du dehors, je suis né spirituellement : mon amante, ni ma mère ni ma sœur. Et beaucoup d’autres sont avec elle dans ce rapport. Elle ne peut qu’avoir une civilisation, et moi je fais partie d’un groupe. Les conditions y sont toutes
.

1er décembre 1949
Me promenant sur les quais du Pô, devant le Monte dei Cappuccini. La nuit tombe, brumeuse, les villas disparaissent et il reste les échines sombres, hirsutes des collines, sauvages, estompées. A quoi sert cette beauté ? – du moins que signifie-t-elle ? Mes pensées sur le sauvage superstitieux (été 44), sur l’irréalité du sauvage (20 juillet 47), sur le paysage magique (1er mai 48) me reviennent à l’esprit – il en résulte que le sauvage n’est rien sans une conception magique du monde, sans la possibilité que celui-ci influe sur nous par des voies non rationnelles, non mesurables, non prévisibles. Qu’importe ce sentiment lancinant du sauvage, cette beauté sobre et rude, cette émotion, si elle n’influe justement sur nous que comme beauté, comme impression ? Tout cela n’est-il pas un raffinement de civilisé ? Le sauvage, pour être, doit influer vitalement également sur l’analphabète, sur le paysan, sur l’homme économique. Il soit être puissance non beauté.



La littérature

13 octobre 1936
Balzac a découvert dans la grande ville une mine de mystère et le sens qui, chez lui est toujours en éveil, c'est la curiosité. C'est sa Muse. Il n'est jamais ni comique ni tragique. Il est curieux. Il s'engage dans un enchevêtrement de choses avec l'air de quelqu'un qui flaire et promet un mystère, et qui vous démonte toute la machine pièce par pièce avec un plaisir âpre, vif et triomphal

17 février 1938
Les jugements moraux de Madame Bovary ignorent tout principe sauf celui de l’artiste qui violente  et imite tous les gestes humains. Certains se gargarisent du tableau que Madame Bovary donne de l’amour, y voyant une saine critique des vieilleries romantiques faite par une robuste conscience et ils ne voient pas que cette robuste conscience n’est pas autre chose que le fait de regarder nettement, d’étaler fougueusement les tristes mobiles humains. Comment peut-on vivre selon Madame Bovary ? d’une seule manière : en faisant l’artiste et en restant calfeutré chez soi.
Garde-toi bien de prendre au sérieux les critiques de Flaubert envers la réalité ; elles ne sont faites que d’après un seul principe : tout est boue, sauf l’artiste consciencieux.

8 juillet 1940
Les héroïnes de Dostoïevski n’arrivent jamais à décider qui prendre (Nastassia Philippovna entre le prince et Rogoline ; Katerina Nikolaevna entre Versilov et l’adoescent ; Grouchenka entre Dimitri et Fiodor Karamazov). Untel qui est parfois un pôle négatif (Rogoline) est d’autres fois un pôle posiitf (Dimitri).
Les femmes ne sont jamais protagonistes, elles sont toujours vues par autrui
.

26 juin 1944
Pour les anciens, tu as déjà écrit jadis que compte le héros isolé, qui tient un discours monologue, qui est devant le chœur. Ces combats n’existent pas. Comme on ne les montre pas par contraste, les méchants ne sont pas des méchants, mais ils sont, simplement, comme les bons.



Écrire, construire un récit, utiliser des images….
Pavese réfléchit aux symboles qui crée la poésie, aux mythes, souvent de manière un peu difficiles à suivre

4 décembre 1938
Le Fioretto du Sermon aux Oiseaux (note de l'éditeur : Pavese paraphrase ici un des Fioretti de saint François, intitulé Le Sermon aux Oiseaux) peut enseigner à n’importe qui la construction symbolique. Saint François ne sait pas s’il doit prier ou prêcher et il le fait demander à sa « sœur » Claire et à frère Sylvestre qui avait vu la croix d’or, aux extrémités du monde, de la bouche de saint François. La réponse est : qu’il prêche. Et alors, avec élan, il prêche à Carmano, ordonnant aux hirondelles de se taire, et tous les gens veulent le suivre et saint François les fait frères mineurs. Puis il prêche à Bevano aux « sœurs » oiseaux qui l’ayant écouté et ayant été bénis, volent en croix, signifiant la prédication aux quatre extrémités du monde.
L’intérêt symbolique unit sœur Claire et Sylvestre porteur de croix aux sœurs et aux porteurs de croix oiseaux (par le sermon de Carmano qui, sous le signe des hirondelles, transforme toute une foule en frères mineurs). Que les oiseaux personnifient les sœurs (Claire) et les porteurs de croix (Sylvestre) c’est le procédé qui construit l’histoire et fait d’une simple jolie chose (attitude des oiseaux devant le sermon) une image profonde et riche de vie intérieure. C’est peut-être là un symbole, mais c’est certainement de la poésie ; Claire et Sylvestre (les compagnons) donnent et prennent leur signification aux oiseaux – j’appelle cela une image. (La dévotion des gens de Carmano et le silence des hirondelles sont un nœud habile qui unit les deux termes de la principale image.)

L’écrivain face à lui-même

12 avril 1941
Que fait-on d'autre quand on pense à son passé et qu'on se plait à y reconnaître les signes du présent ou de ce qui se passera ensuite ? Cette construction donne en substance une signification au temps. Et le fait de narrer est en somme seulement un moyen de le mythologiser, un moyen de lui échapper.



4 novembre 1949
Aujourd’hui, premier exemplaire de l’Eté. Bel exemplaire (En italien : Prima copia dell’ Estate. Bella). Virginal.  Fête respectueuse des collègues. Position d’homme arrivé. Donné des conseils, du haut de mon âge au jeune Calvino ; je me suis excusé de travailler très bien : moi aussi, à ton âge, j’étais en retard et en crise. Quelqu’un m’a-t-il tenu ces propos quand j’avais vingt-cinq ans ? Non. J’ai grandi dans une wilderness, sans contact avec l’orgueil de préparer mon atoll dans cet inconnu et de surgir un jour et, quand les autres s’en apercevraient, d’être déjà très grand  C’est ma force (c’est pourquoi je ne veux ni lire ni décrire un de mes livres à autrui, avant qu’il soit fini).
Dada (Alda Grimaldi, femme de Giovanni Francesco Rubino, metteur en scène) a remarqué que mes femmes sont des putes et s’en est étonnée. Mon étonnement qu’il en soit ainsi : je n’y avais jamais pensé.


Le Métier de vivre est un journal sans concession, parfois obscur pour qui n'est pas un théoricien de l'écriture car c'est le témoignage d'un écrivain en recherche constante. Les propos dévastateurs sur les femmes reflètent à mon sens plus une tristesse, un désarroi face aux femmes plutôt qu'un réel mépris, en tous cas une blessure.
Pavese se donne la mort le 27 août 1750 à Turin.
Pinky
Pinky

Messages : 478
Date d'inscription : 28/11/2021

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Tristram Aujourd'hui à 19:44

Je comprends que je vais lire ce livre !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 15663
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 67
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Cesare Pavese  Empty Re: Cesare Pavese

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains Italiens et Grecs


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum