Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Adolfo Bioy Casares

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Adolfo Bioy Casares

Message par Arturo le Mer 28 Nov - 10:51

Adolfo Bioy Casares
(1914 - 1999)


Adolfo Bioy Casares 00001210


Adolfo Bioy Casares, né le 15 septembre 1914 à Buenos Aires et mort dans la même ville le 8 mars 1999, est un écrivain argentin.

Issu d'une famille aisée et cosmopolite d’origine béarnaise (plusieurs nouvelles sont d'ailleurs situées dans cette région), il fut un grand voyageur, polyglotte, partageant sa vie de dandy entre la littérature, les livres et les femmes.

Très tôt acquis à l’art littéraire, Bioy Casares rencontre Borges en 1932 : c’est le début d’une longue amitié, qui marquera de son sceau les productions personnelles de l’auteur, et donnera lieu, plus tard, à une féconde collaboration littéraire publiée sous le pseudonyme de H. Bustos Domecq : Chroniques de Bustos Domecq, 1967 ; Nouveaux contes de Bustos Domecq, 1977.

Cependant, ce n’est qu’en 1940 (année de son mariage avec Silvina Ocampo) et après six ouvrages reniés, que débute sa carrière littéraire avec la parution de L’Invention de Morel – qui reprend les fondements de L'Île du docteur Moreau d'H. G. Wells, pour mieux en récuser les conventions.
wikipedia

Bibliographie en français :

Romans

L'Invention de Morel, 1940
Plan d'évasion, 1945
Le Songe des héros, 1954
Journal de la guerre au cochon, 1969
Dormir au soleil, 1973
Un photographe à La Plata , 1985
Un champion fragile, 1993

Nouvelles
Nouvelles d'amour (1971)

En collaboration avec Jorge Luis Borges
Six problèmes pour Don Isidro Parodi (1942)
Chroniques de Bustos Domecq (1967)
Nouveaux contes de Bustos Domecq (1977)
Arturo
Arturo

Messages : 2642
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Re: Adolfo Bioy Casares

Message par Arturo le Mer 28 Nov - 10:51

Je suis en train de lire L'invention de Morel. Borges, dans sa préface, nous l'annonce comme le roman parfait ... A suivre ... cat
Arturo
Arturo

Messages : 2642
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Re: Adolfo Bioy Casares

Message par animal le Mer 28 Nov - 10:58

ça titille !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9383
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Re: Adolfo Bioy Casares

Message par Quasimodo le Mer 28 Nov - 11:06

Extrait des conversations à Buenos Aires :

Sabato : C'est certain, Wells est trop mécanisé. Un peu la littérature fantastique de la révolution industrielle.

Borges : Oui, j'ai des discussions avec Bioy Casares là-dessus. Je lui dis qu'il est plus facile de croire à des talismans qu'à des machines.

Sabato : Vous avez raison. L'invention de Morel est une œuvre magnifique. Mais personnellement je l'aurais préférée sans machineries ni explications.

Borges : Cela aurait mieux valu. On accepte l'idée d'un talisman, disons d'une bague qui rend invisible celui qui la porte; par contre, Wells doit recourir à des expérimentations chimiques, et cela est moins crédible. La bague est un acte de foi, la chimie suppose tout un processus.

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 2889
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Re: Adolfo Bioy Casares

Message par Quasimodo le Mer 28 Nov - 11:09

(j'ai enlevé une phrase de la présentation de l'auteur, concernant L'invention de Morel, et qui était un spoil pur et simple)

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 2889
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Re: Adolfo Bioy Casares

Message par Arturo le Mer 28 Nov - 12:00

Oui tu as bien fait, j'ai hésité à l'enlever.
Arturo
Arturo

Messages : 2642
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Re: Adolfo Bioy Casares

Message par Tristram le Mer 28 Nov - 13:00

Merci pour la judicieuse ouverture de ce fil !
« S’il y en avait qu’un [de ciel], et que tout le monde y aille, et que nous y attende un mariage enchanteur et tous les mercredis littéraires, nous serions nombreux à n’être plus morts. »

« Un homme solitaire ne peut pas construire de machines ni fixer des visions, sauf sous une forme mutilée en les écrivant ou les dessinant pour d’autres, plus heureux que lui. »
Adolfo Bioy Casares, « L’invention de Morel »
« Il crut comprendre pour la première fois pourquoi on disait que la vie est un songe : si on vit assez longtemps, les faits d’une vie, comme ceux d’un songe, deviennent intransmissibles parce qu’ils n’intéressent plus personne. Les êtres eux-mêmes, une fois morts, deviennent des personnages irréels pour celui qui leur survit ; ils s’estompent, on les oublie comme des rêves auxquels on a cru, mais dont personne ne veut plus écouter le récit. »
Adolfo Bioy Casares, « Journal de la guerre au cochon »

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 7289
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Re: Adolfo Bioy Casares

Message par Arturo le Mer 28 Nov - 16:25

Merci pour les extraits !

Adolfo Bioy Casares 41qec810

Voilà j'ai fini L'invention de Morel. Roman assez court (120 pages). Et je comprends pourquoi Borges l'a trouvé parfait, vu que je ne suis pas sûr d'avoir tout compris ... Adolfo Bioy Casares 3866672782
J'en suis même certain. A relire donc.
J'ai bien aimé son écriture, à la fois ciselée et déroutante. Déroutante, dans le sens où il sème le trouble, et cherche à perdre le lecteur, tout en le ramenant, tissant sa toile. Il y a l'aspect enquête, mystère de cette île. De ce récit, qui se déroule comme un journal intime.
Puis c'est à se demander ce qu'on lit vraiment. Un rêve, une réalité ? Une illusion ?
Arturo
Arturo

Messages : 2642
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Re: Adolfo Bioy Casares

Message par bix_229 le Mer 28 Nov - 17:07

"L'invention de Morel est une œuvre magnifique. Mais personnellement je l'aurais préférée sans machineries ni explications."

Idem.
bix_229
bix_229

Messages : 9337
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Adolfo Bioy Casares Empty Re: Adolfo Bioy Casares

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum