Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Véronique Bizot

    Partagez
    avatar
    topocl

    Messages : 2007
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Véronique Bizot

    Message par topocl le Mar 27 Déc - 9:46

    Véronique Bizot
    Née en 1958


    Véronique Bizot est une écrivaine française née à Paris en 1958.

    Elle écrit des nouvelles et de courts romans.

    Oeuvres

    Recueils de nouvelles
    Les Sangliers, 2005
    Les Jardiniers, 2008

    Romans
    Mon couronnement,  2010
    Un avenir, 2011
    Âme qui vive, 2014
    Une île, 2014


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    topocl

    Messages : 2007
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Véronique Bizot

    Message par topocl le Mar 27 Déc - 9:47

    Un avenir



    Il s'agit d'un livre d'ambiance. Nous suivons pendant quatre jours pas à pas, pensée à pensée, le narrateur, un cinquantenaire sans attache, revenu sous la neige dans la maison familiale. Là habitait jusque-là, dans une atmosphère paumée et effrayante, son frère Odd, lequel écrivit à ses 5 frères et sœurs pour leur annoncer sa disparition. C'est l'occasion de suivre l'itinéraire scrupuleux de ce personnage, tant en acte qu ‘en pensée, de voir resurgir le passé d'une famille bancale et décalée, de partir dans des digressions qui sont autant de nouvelles dans le roman, de partager sa solitude perplexe et nostalgique. Une ambiance incertaine et poétique, dans un style singulier, joyeusement désespéré. Unevoix très particulière et attachante.


     
     Il se peut qu'en acceptant d'entrer à l'asile notre sœur Margrete nous ait à tous épargné l’asile, me suis-je dit, de même que l'échec de notre frère Odd nous a à tous épargnés l'échec. J'ai su que notre sœur Margrete avait dit un jour que le béton des barrages que je construisais retenait nos larmes à tous.


       Et si j'ai gardé de ces quatre filles Lunel une sorte d'image artistiquement floue qui me fait aujourd'hui les voir habillées en blanc et couvertes de fleurs, c'est qu'elle synthétisaient dans ce décor non seulement tout ce que nous n'étions pas, mes frères et sœurs et moi, mais surtout un univers inconnu, inaccessible, dont le spectacle incroyablement harmonieux nous tordait les tripes. J'ai revu, fixé sur ce jardin, le regard stupéfié de Dorthéa avec sa grosse natte tire-bouchonnée dans le dos, le nez allongé d’Adina, leurs ongles rongés sur la pierre du pont, notre silence anéanti à tous. Et j'ai eu à nouveau cette tentation de l'étouffant climat et de la constante menace d'un imminent effondrement qui, par comparaison, régnait dans notre propre maison, climat et menace dont, avant notre découverte de ce jardin et de ces quatre filles qui nous semblaient inscrites sur une trajectoire d'infinies et fantastiques possibilités, nous avions cru qu'il était la norme.

    (commentaire récupéré)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière

      La date/heure actuelle est Mer 28 Juin - 22:46