Vikram SETH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vikram SETH

Message par Armor le Jeu 5 Jan - 18:48

Vikram Seth
Né en 1952




Vikram Seth est un poète et écrivain indien d'expression anglaise, né le 20 juin 1952 à Calcutta. Sa mère fut la première femme juge en chef de la Haute Cour de Delhi.

Très jeune, Vikram Seth est envoyé en Angleterre, puis aux États-Unis, pour poursuivre ses études.
Vikram Seth a étudié la philosophie, la politique et l'économie à Oxford et a obtenu un doctorat en économie à l'université de Stanford.
Ces études à l'étranger lui donneront le goût des voyages et des découvertes, qui inspireront ses écrits.

Aujourd'hui Vikram Seth se partage entre l'Angleterre, où il a rénové la maison du poète George Herbert, la ville de Jaipur en Inde.

Vikram Seth a publié 6 recueils de poésie et 3 romans. Il est aussi scénariste pour la télévision.

Ouvertement bisexuel, Seth est devenu en 2006 l'un des leaders de la campagne contre la criminalisation pénale de l'homosexualité en Inde.

Ouvrages traduits en français :

Romans
1986 : Golden Gate (roman en vers)
1993 : Un garçon convenable
1999 : Quatuor

Récits de voyage-Autobiographie
1983 : Le lac du ciel, voyage du Sin'K'inag au Tibet
2005 : Deux vies : une chronique familiale

Littérature jeunesse
1995 : Arion et le dauphin


Dernière édition par Armor le Sam 1 Juil - 21:03, édité 1 fois
avatar
Armor

Messages : 1268
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Vikram SETH

Message par Armor le Jeu 5 Jan - 19:04



Un garçon convenable

Un garçon convenable, c'est l'Inde dans toute sa démesure. Avec ses contradictions, sa chatoyance, ses arts et son mystère. Tout ce qui rend ce pays tellement fascinant, mais aussi tellement impénétrable.

La grande affaire du livre, c'est le mariage de Lata. Enfin, je crois.
Lata rêve du mari idéal. Sa mère lui cherche le mari idéal. Mais ces deux idéaux n'ont pas grand chose en commun… Quand la fille rêve d'amour, de promenades au clair de lune et de lettres enflammées, la mère recherche activement le bon parti, la bonne famille, le bon arrangement. Bref, le parti convenable.
Et donc, le lecteur rencontre Lata, la famille de Lata, les amis de Lata, les serviteurs de Lata…  toutes les personnes, qui, de près ou de loin, gravitent autour d'elle.
Alors, le mariage de Lata est-il la grande affaire de ce roman ? Oui… Et non. Car si nous avons incontestablement affaire à une saga familiale, un roman fleuve avec ses personnages aussi attachants que complexes, Un garçon convenable est avant tout une grande fresque sur l'Inde au lendemain de son indépendance. Plus exactement, cette partie de l'Inde qui, anciennement conquise par les Moghols, a su magnifier les influences musulmanes et hindoues pour créer un art unique et incomparable.

Vikram Seth a su mêler avec brio l'intime et l'Histoire avec un grand H.
Il en fallait du talent pour rendre aussi passionnantes les discussions enflammées qui eurent lieu au Parlement au sujet de la redistribution des terres. Terres jusque là détenues par les zamindars, richissimes propriétaires terriens qui régnaient en despotes sur des domaines immenses, et dont les femmes se devaient de vivre cachées du regard des hommes... Tout un mode de vie, fastueux et décadent, alors sur le déclin.
Oui, il en fallait de la passion pour nous en faire pénétrer les arcanes, et nous décrire le monde des chanteuses de ghazals, musiciennes et séductrices accomplies, qui susurraient les poèmes ourdous avec un raffinement tel qu'elles rendaient les hommes fous d'amour…
Et puis, et puis il en fallait de l'empathie pour nous parler sans pathos du dur quotidien des petites mains de l'Inde, paysans ou parias si durement soumis au système des castes…

Lire Un garçon convenable, c'est avoir l'impression de toucher, un peu, un tout petit peu, une certaine réalité de l'Inde. Avec ses rites intimes et ses fêtes exubérantes, sa décadence et sa misère, ses coutumes ancestrales et le choc d'une modernité qui, déjà à l'époque, séduisait les jeunes générations et affolait les anciens.
Alors, Un garçon convenable est-il Le grand roman de l'Inde ? Oui… et non. Car si la complexe réalité indienne est la toile de fond du récit, la grande affaire du roman, c'est quand même le mariage de Lata.
Un garçon convenable, c'est donc aussi  (et surtout ?) une saga familiale sans une once de mièvrerie, où les grands sentiments sont à mis l'honneur. Et il en fallait du talent pour décrire de façon aussi prenante les tourments des amoureux, les chicaneries familiales et le poids de la tradition ! Les différents personnages, subtilement décrits, sont tous confrontés à l'amour : qu'il soit fraternel, de raison, prenne la forme d'un juvénile coup de foudre ou d'une passion destructrice, il n'épargne aucun des protagonistes dans un pays ou le Mariage (arrangé) est le but de la vie, et l'affaire de toute une famille...

Bref, que le mariage de Lata soit ou non la grande affaire du roman, lisez un garçon convenable. 1800 pages qui se dévorent littéralement et qu'on voudrait ne jamais voir finir. Et, tout de même, quel souffle !
L'un de mes grands, grands coups de coeur !


mots-clés : #Independance #famille


Dernière édition par Armor le Mer 9 Aoû - 15:42, édité 8 fois
avatar
Armor

Messages : 1268
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Vikram SETH

Message par topocl le Ven 6 Jan - 9:06

J'avais oublié Un garçon convenable! Et comment ai-je pu l'oublier, c'était une espèce de montagne de bonheur!

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2360
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Vikram SETH

Message par Armor le Ven 6 Jan - 17:32

Eh oui, ça nous fait au moins un coup de coeur en commun ! Wink
C'est vrai que c'est du bonheur ce livre, rarement je me suis autant régalée.
avatar
Armor

Messages : 1268
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Vikram SETH

Message par Marie le Sam 7 Jan - 2:35

Ah, moi aussi j'avais beaucoup aimé Un garçon convenable!
Et Quatuor aussi.



Deux vies
traduit de l'anglais ( Inde) par Dominique Vitalyos
Albin Michel

Vikram Seth est un garçon convenable...Convenable et même plus que cela aux yeux de sa famille, en tout cas, et c'est à sa famille qu'il rend hommage dans ce livre, qui relate donc l'histoire d'une amitié de plus de 20 ans, amitié transformée en mariage ,de raison sans doute, mais qui ,lui, a duré plus de 30 ans.

En fait, on pourrait même dire qu'il s'agit du récit de trois vies, car Vikhram Seth consacre nombre de pages à raconter pourquoi il s'est intéressé à cette branche de sa famille,son oncle Shanti et sa tante par alliance Henny. Et, ce faisant, comment en fait il est devenu écrivain.

Mais son souhait était de faire revivre par ses mots ces deux personnages dont le trajet ne fut pas si banal.Car Shanti était le dernier né d'une famille indienne, envoyé faire des études de dentisterie à Berlin en 1931. Ne parlant bien entendu pas un mot d'allemand...
"
Quand le train est arrivé à Charlottenburg, des gens sont descendus. J'ai demandé à un monsieur : " Bitte, Berlin?"Il a répondu:"Ja, ja".J'ai demandé:"Bitte, Charlottenburg?" et il a dit:"Ja, ja". Je ne comprenais pas comment un endroit pouvait être à la fois Charlottenburg et Berlin, j'ai pensé que j'avais à faire à un peuple de fous.....
"
Et c'est en cherchant une chambre meublée qu'il va faire la connaissance d'une famille allemande et juive, les Caro, dont la dernière fille ,Hennie, avait quand même demandé à sa mère de ne pas prendre le "noir" comme locataire...
Et voilà le destin - et le coeur du récit de Vikram Seth- lancés.

Ce n'est qu'en 1951 que Shanti et Hennie se marient. Entretemps, il a perdu son bras droit à Monte Cassino et a du ,pour survivre, apprendre à donner des soins dentaires avec son seul bras gauche.
Hennie a réussi à fuir en Angleterre en 39. Hélas, ni sa mère, ni sa soeur ,qui seront déportées. La mère meurt rapidement de maladie, sa soeur Lola est gazée.
Les chapitres les plus intéressants sur le plan historique sont d'ailleurs les récits ( d'après des lettres échangées entre Hennie et ses anciennes amies qui ont survécu parce que non juives) des réglements de comptes après guerre entre compatriotes allemands, résistants ou pseudo-résistants ou ayant franchement collaboré au régime nazi.

C'est un livre que je déconseillerais à ceux qui n'ont pas le goût des chroniques familiales, des livres de souvenirs ( avec documents joints, et photos). Moi, j'ai beaucoup aimé cette histoire d'une part, et d'autre part les tergiversations de l'auteur au fil des pages, qui sembleront sans doute ennuyeuses à certains ,sur le pourquoi- comment-quand- etc la raconter.

récup


mots-clés : #biographie #immigration
avatar
Marie

Messages : 381
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Moorea

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Vikram SETH

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum