Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

La date/heure actuelle est Mer 28 Fév - 0:16

23 résultats trouvés pour intimiste

Karel Schoeman

oui mais tu as fait un commentaire ?

J'ai lu  en "étrange pays" et  "cette vie"
et je sais que pour moi l'auteur fait déjà parti de ma liste d'auteurs préférés.

Tag intimiste sur Des Choses à lire - Page 2 Karel_10

Cette vie

Juste que cet écriture m'émeut infiniment. Cette femme qui se meurt et que les souvenirs assaillent, qu'elle tente de refuser par moment, puis à d'autres de retenir pour essayer de comprendre. Elle a été une enfant "invisible" aux yeux des autres et c'est ainsi qu'elle s'est sentie toute sa vie, elle ne comptait pour personne, même si elle a servi sa famille. Elle comprend que sa destinée était d'entendre, de voir, de se souvenir. Après le décès de sa mère avec qui elle a vécu de nombreuses années, elle découvre la liberté dans la solitude de la maison, pas l'obligation de parler à qui que ce soit, presque le bonheur.



_________________
mots-clés : #intimiste
par Bédoulène
le Mar 17 Jan - 17:06
 
Rechercher dans: Écrivains d'Afrique et de l'Océan Indien
Sujet: Karel Schoeman
Réponses: 45
Vues: 5922

Manil SURI

Tag intimiste sur Des Choses à lire - Page 2 51nfsd10

Mother India

Delhi, 1955.
Mîra convoite en secret le petit ami de sa soeur Roopa, le beau Dev à la voix envoûtante. Aussi, lorsque Roopa rompt pour un prétendant bien plus riche, il suffit d'un aveu, de quelques minutes de fol abandon surprises par des yeux indiscrets pour que coure et enfle la rumeur, et que le destin de Mîra soit scellé ; avant même de se demander sérieusement si elle est amoureuse, la voici mariée.

Le choc est rude ; car si les deux  familles font partie des réfugiés de la Partition, leurs idées comme leur niveau social n'ont rien de commun. Mîra a été élevée dans un milieu aisé ; son père, éditeur et admirateur Nehru, prônait l'éducation des femmes, l'amitié entre hindous et musulmans et l'abandon des pratiques religieuses.
Du jour au lendemain, la voici propulsée dans une maison à la promiscuité embarrassante, avec un beau-frère membre actif d'un mouvement nationaliste intolérant, et une belle-mère qui attend d'elle qu'elle vénère son époux à l'égal d'un dieu.

Le jeune couple rêve d'évasion. Depuis toujours, Dev a envie de tenter sa chance à Bombay comme son idole, l'acteur et chanteur Saigal. Mais le jeune couple manque d'argent. C'est là qu'intervient le père de Mîra : il paiera, à condition que Mîra aille à la faculté. Et il exigera d'elle, pour cela, le pire des sacrifices...
Cet homme ambigü, usant de son argent comme d'un appât pour manipuler sa fille, est sans conteste l'un des personnages les plus intéressants du roman. Aussi progressiste que patriarcal. Véritable tyran au nom de l'émancipation des femmes…
Les tentatives de rébellion de Mîra se révèleront bien pitoyables, et tandis que Dev, échouant sans cesse dans sa quête de célébrité, est tenté de trouver refuge dans la boisson, elle accumule sa rancoeur contre les hommes de sa famille.

C'est alors que naît Ashvin. D'emblée, Mîra éprouve pour son fils un amour absolu et possessif. Prête à tout pour entretenir avec son enfant une relation exclusive, envahissante, obsessionnelle, à la limite de l'inceste. Certaines pages se révèleront étouffantes pour le lecteur…


J'ai beaucoup aimé ce livre, qui se lit d'une traite malgré ses 630 pages. L'auteur réussit la prouesse de nous passionner pour le destin de Mîra, personnage pourtant antipathique et aux motivations obscures, lointaine cousine de Jeanne, l'héroïne d'Une Vie de Maupassant, à laquelle elle m'a plus d'une fois fait penser.

Ce roman au long cours donne aussi au lecteur l'occasion de se plonger dans vingt ans de l'histoire indienne ; si Mîra, tout occupée d'elle-même, ne s'intéresse guère à la politique, elle vit dans une période historiquement troublée, et très riche. Traumatismes de la Partition, Répression de l'état d'urgence ou montée du nationalisme Hindou, autant d'événements qui nous donnent à comprendre un peu de l'histoire de l'Inde moderne.

Enfin, le livre est émaillé, par petites touches sensibles, de très beaux portraits de femmes dans toute leur complexité. Soumises aux mâles désirs par une société patriarcale, elles ont bien peu de possibilités de s'affirmer…
C'est probablement dans ces portraits nuancés que le talent de Manil Suri prend toute sa dimension…


(Ancien commentaire remanié).


mots-clés : #psychologique #famille #intimiste
par Armor
le Jeu 15 Déc - 21:01
 
Rechercher dans: Écrivains d'Asie
Sujet: Manil SURI
Réponses: 2
Vues: 921

Marie Sizun

Plage

Tag intimiste sur Des Choses à lire - Page 2 Images81

Une jeune femme arrive pour ses congés sur une plage bretonne. Elle aborde une semaine en solitaire avant d'être rejointe par son amant, un homme âgé, marié, père de famille. Cette perspective de bonheur à deux, enfin conquis sur la « partie adverse », l'emplit d'un bonheur serein et confiant. Chaque minute de cette attente la réjouit. Elle nous décrit son petit hôtel, les faits divers et travers des autres estivants, la plage et ses péripéties, le plaisir de lire ou ne rien faire dans la douceur solitaire de l'espérance. C'est très doucement que le doute s'installe, qu’on sent, à travers la fragilité du personnage, la rareté et la sécheresse des appels téléphoniques, qu’il ne viendra pas, qu'elle le sait et simule le contraire.

En somme, c'est un roman où il ne se passe pas grand-chose, où l'on n’apprend rien puisqu'on sait pratiquement depuis le début ce qui se va se passer. Qui passe par petites notations, d’un bonheur quotidien à un découragement progressif. Anne raconte au fil de ses réminiscences son histoire, le père adoré, la mère rejetante, l'épanouissant bonheur de cette histoire d'amour. On la suit à petits pas, entre exaltation et mélancolie. C'est doux et désabusé, une belle prouesse de style et d'écriture.


(commentaire rapatrié)


mots-clés : #intimiste
par topocl
le Sam 10 Déc - 17:16
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Marie Sizun
Réponses: 7
Vues: 1361

Revenir en haut

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Sauter vers: