Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Abir Mukherjee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Abir Mukherjee Empty Abir Mukherjee

Message par Armor le Ven 24 Jan - 6:16

Abir Mukherjee
Né en 1974

Abir Mukherjee 45805-10

Abir Mukherjee, né en 1974 à Londres, est un romancier britannique d'origine indienne.

Abir Mukherjee grandit en Écosse. Diplômé de la London School of Economics, il se lance ensuite dans le monde de la finance.
En 2017, il publie son premier roman, L’Attaque du Calcutta-Darjeeling (A Rising Man), premier volume d'une série mettant en scène le capitaine Sam Wyndham, ancien inspecteur de Scotland Yard, et le sergent Sat Banerjee.
Ses romans policiers ont été primés à plusieurs reprises.

Ouvrage traduit en français :

- L’Attaque du Calcutta-Darjeeling (A Rising Man), Liana Levi, 2019

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4081
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 39
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abir Mukherjee Empty Re: Abir Mukherjee

Message par Armor le Ven 24 Jan - 6:45

En 2019, je m’étais promis de parler de temps à autres sur le forum de mes romans "bonbons", ces tourne-pages qui, sans être à jamais inoubliables, m'ont fait passer un excellent moment. Je m’étais promis, et je ne l’ai pas fait. Mais il n’est jamais trop tard pour commencer, n’est-ce pas ? Alors j'inaugure avec ce polar que j’ai ouvert parce que l’action se déroulait en Inde, et que je n’ai plus réussi à lâcher.

Abir Mukherjee 41spzj10

L’Attaque du Calcutta-Darjeeling

1919. Le capitaine Wyndham débarque en Inde. La guerre et les tranchées lui ont enlevé amis et proches parents, la grippe espagnole a parachevé le travail en emportant sa femme. Ne lui restent que ses fantômes, les tentations des paradis artificiels, et ses talents d’enquêteur de Scotland Yard qui lui ont valu ce poste dans la police impériale de sa Majesté.
Wyndham n’a même pas le temps de s’acclimater à la moiteur et la chaleur torride de Calcutta : à peine arrivé, il doit faire face à l’assassinat d’un britannique de premier plan, bras droit du vice-gouverneur. Autorités militaires et police impériale se disputent un dossier qui ne cesse de se complexifier, les salons feutrés bruissent des coups tordus fomentés par les factions rivales, et Wyndham, qui ne connaît rien de ce monde, doit faire vite, très vite...

L’enquête du capitaine, quoique bien menée, est surtout un formidable prétexte pour nous faire découvrir l’atmosphère du Calcutta des années 20. L’hostilité envers les britanniques s’accroît, et deux choix s'offrent aux résistants : la lutte armée ou la voie non-violence, une idéologie nouvelle qui prend de l’ampleur. Pendant ce temps, les britanniques s’arque-boutent sur leurs privilèges et leur mode de vie en vase clos. L’auteur excelle à retranscrire par mille petits détails le pourrissement de la situation : les brimades quotidiennes subies par les indiens, le pernicieux sentiment de supériorité britannique (qui gangrène jusqu’aux âmes les moins colonialistes), la tension palpable entre communautés, et puis la vie qui continue vaille que vaille... Ce contexte historique particulièrement bien rendu est sans conteste l'atout majeur du roman.

J’ai quitté à regret les deux principaux protagonistes : le Capitaine Wyngham et son humour désabusé so british, bien sûr, mais aussi Sat Banerjee, le jeune sergent indien auquel il s’est attaché. J’avoue que j’ai bigrement envie de savoir ce qu’il adviendra de ces deux-là. Sachant que l’attaque du Calcutta-Darjeeling est le premier volume d'une série, je ne peux qu’espérer que Liana Levi n’en restera pas là et nous proposera la suite.
A suivre...


Mots-clés : #historique #polar

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4081
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 39
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abir Mukherjee Empty Re: Abir Mukherjee

Message par Tristram le Ven 24 Jan - 13:25

Présenté comme ça, je n'ai pas pu faire autrement que le mettre dans ma PAL !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 11001
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abir Mukherjee Empty Re: Abir Mukherjee

Message par Bédoulène le Ven 24 Jan - 18:49

j'aime bien les polars, et je vois le livre dans ma pal, donc un de ces jours et si c'est une série de plus ...

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 15571
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abir Mukherjee Empty Re: Abir Mukherjee

Message par Tristram le Mar 28 Jan - 15:31

L'Attaque du Calcutta-Darjeelin

Abir Mukherjee 41spzj10

Polar effectivement attachant, notamment avec les usuels poncifs du genre et références à Sherlock Holmes et Scotland Yard, qui présente aussi quelques réflexions intéressantes à propos de l’Inde de la « non-coopération pacifique » sous autorité britannique, ou comment l’Empire s’infirme lui-même ‒ par contradiction morale invalidant un consensus mou.
« Byrne rumine et prend une gorgée de vin avant de répondre. "Savez-vous combien il y a de Britanniques en Inde, capitaine ?
– Un demi-million ?
– Cent cinquante mille. Pas plus. Et savez-vous combien il y a d’Indiens ? Je vais vous le dire, trois cents millions. Et comment croyez-vous que cent cinquante mille Britanniques tiennent sous leur coupe trois cents millions d’Indiens ?"
Je ne réponds pas.
"La supériorité morale." Il me laisse y réfléchir. "Pour qu’un si petit nombre en domine un aussi grand, il faut que les dominants projettent une aura de supériorité sur les dominés. Pas seulement une supériorité physique ou militaire mais aussi morale. Plus important encore, il faut que de leur côté leurs sujets se croient inférieurs ; que c’est pour leur bien qu’ils ont besoin d’être dominés.
"Il semble que tout ce que nous avons accompli depuis la bataille de Plassey ait eu pour objectif de maintenir les indigènes à leur place en les persuadant qu’ils ont besoin que nous les guidions et les éduquions. Leur culture doit être présentée comme barbare, leur religion fondée sur de faux dieux, même leur architecture doit être inférieure à la nôtre. Sinon pourquoi construirions-nous le Victoria Memorial, cette énorme monstruosité en marbre blanc plus grande que le Taj Mahal ?
"Seigneur Dieu, nous ne laissons même pas les faits s’interposer s’ils risquent de ternir l’image que nous souhaitons continuer de donner. Regardez n’importe quel atlas d’une école primaire indienne. La Grande-Bretagne et l’Inde sont à côté l’une de l’autre et chacune occupe toute une page. Nous ne leur indiquons même pas d’échelle, de peur que les petits enfants bruns se rendent compte de la taille minuscule de la Grande-Bretagne comparée à l’Inde !
"Le problème, capitaine, c’est que pendant les deux derniers siècles nous avons fini par avaler notre propre propagande. Nous nous sentons supérieurs aux abrutis que nous dominons. Et tout ce qui menace cette fiction menace l’édifice tout entier. C’est pourquoi l’assassinat de MacAuley a fait tant de bruit. C’est une attaque sur deux niveaux. D’abord elle nous montre que certains Indiens au moins ne se considèrent plus comme inférieurs, au point de réussir à assassiner un membre aussi en vue de la classe dominante, et ensuite parce qu’elle détruit la fiction de notre supériorité."
Il se verse les dernières gouttes de vin.
"Ainsi, dis-je, vous ne croyez pas à la supériorité de l’homme blanc ?
– En plus de quinze ans ici, j’attends encore d’en avoir une preuve. Je suis irlandais, capitaine. Si je n’accepte pas qu’à Londres tant d’Anglais soient prêts à me traiter de stupide paddy, qu’est-ce qui me donne le droit de me dire supérieur à une autre race ? Les temps changent, capitaine. Le vieil ordre s’effondre. Il suffit de regarder la carte de l’Europe. La Pologne, la Tchécoslovaquie, toutes les autres nations nouvellement indépendantes. Si nous croyons à leur droit à l’autodétermination, pourquoi le cas de l’Inde devrait-il être différent ?" »
Incidemment, la représentation des expatriés britanniques paraît pertinente, et ceci me ramentoit quelques fellows qui s’accrochent dans d’anciennes colonies pour boire et fumer leur content au club (ce qu’ils ne pourraient se permettre au pays) :
« J’éprouve une certaine compassion. Eux et leurs semblables considèrent qu’ils ont construit ce pays et que maintenant tout ce qu’ils ont bâti est menacé. Ils ne peuvent pas comprendre. Après tout ce qu’ils ont fait pour cette terre, comment les indigènes ont-ils l’effronterie de vouloir les renvoyer au pays ? Sous cette attitude je reconnais une peur véritable. Mme Tebbit et les autres peuvent se considérer comme britanniques, mais la seule vie qu’ils connaissent est ici ; une vie de garden-parties et de cocktails au club. Ils sont comme une fleur hybride transplantée en Inde où elle s’est tellement bien acclimatée que si elle retournait en Grande-Bretagne elle s’étiolerait et mourrait. »
Avec bien sûr le racisme "ordinaire", effectivement assez touchant :
« "C’est le problème avec ces gens-là, avait-elle marmonné en s’éloignant avec raideur, ils sont trop intelligents pour leur propre bien." »
Merci Armor !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 11001
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 64
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abir Mukherjee Empty Re: Abir Mukherjee

Message par Bédoulène le Mar 28 Jan - 20:38

le dernier extrait est révélateur, en effet ; merci Tristram

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 15571
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abir Mukherjee Empty Re: Abir Mukherjee

Message par Armor le Mar 28 Jan - 21:19

Eh bien, tu n'as pas tardé ! Contente ce "roman bonbon" t'ait plu.
Amusant, j'avais failli proposer ce premier extrait. (et le second également, en fait. Très représentatifs du livre) Wink

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4081
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 39
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abir Mukherjee Empty Re: Abir Mukherjee

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum