Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -60%
Samsung Disque Dur Portable SSD Portable T5 (1 TB)
Voir le deal
169.99 €

Sony Labou Tansi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sony Labou Tansi Empty Sony Labou Tansi

Message par Dreep le Lun 10 Fév - 21:59

Sony Labou Tansi
(1947 - 1995)

Sony Labou Tansi 838_so10

Sony Labou Tansi est né de père congolais (RDC) et d'une mère congolaise (RC). Aîné de sept enfants, Marcel Sony apprend le français à l'école, puis étudie à l'École Normale Supérieure d'Afrique centrale (ENSAC). À partir de 1971, il enseigne le français et l'anglais à Kindamba puis à Pointe-Noire.

À la publication de son premier roman, en France en 1979, il choisit pour pseudonyme Sony Labou Tansi, en hommage à Tchicaya U Tam'si. Satire féroce de la politique fondée sur la torture, le meurtre et le culte de la personnalité, dénonciation de la dictature, La Vie et demie se déroule dans un pays imaginaire, la Katamalanasie.
Ce roman est salué par la critique internationale, notamment française, au point que le roman fait figure d'œuvre majeure pour toute l'Afrique, selon les propos de l'écrivain franco-congolais Alain Mabanckou : « S’il y a trois romans qui reviennent sans cesse comme importants dans la littérature d’Afrique noire, ce sont ceux de Yambo Ouologuem (le Devoir de violence), d’Ahmadou Kourouma (les Soleils des indépendances) et de Sony Labou Tansi (la Vie et demie). Au sujet de ce dernier, la critique française fut laudative. On parla d’une écriture rabelaisienne. On fit le parallèle avec l’univers latino-américain, en particulier celui de Gabriel García Marquez. »

Dramaturge, fortement soutenu par le festival des francophonies en Limousin, ses pièces de théâtre sont jouées en France, en Allemagne, en Italie et aux États-Unis. Il a dirigé la troupe du Rocado Zulu Théâtre à Brazzaville.
La reconnaissance internationale vient en 1973, lorsqu'il reçoit pour la première fois le premier prix du Concours de théâtre interafricain, performance qu'il réitérera à trois reprises. Il sera également primé au festival de la Francophonie de Nice, et recevra en 1983 le Grand prix de l’Afrique noire, puis, en 1988, le prix Ibsen.

Il a toujours vécu au Congo-Brazzaville et s'est rapproché, à la fin de sa vie, du leader Bernard Kolélas. En 1992, il est élu député de Makélékélé, ce qui le conduit à de nouvelles prises de position, selon la journaliste Sophie Joubert : « C’est d’abord en poète, voyant rimbaldien plutôt que visionnaire, puis en homme politique qu’il interpelle François Mitterrand et Jacques Chirac sur le nécessaire respect de la tradition humaniste de la France, le devoir d’ingérence, l’échec de l’aide au développement et la tolérance coupable envers les dictatures africaines. »
En 1994, Il est radié de la fonction publique et son passeport lui est retiré à la suite de son opposition politique au président Pascal Lissouba.

Ayant contracté le virus du sida mais incapable d'obtenir le traitement adéquat en l'absence d'un passeport et donc d'une autorisation de sortie du pays, il meurt à l'âge de 47 ans, le 14 juin 1995, quatorze jours après son épouse Pierrette, morte de la même maladie le 31 mai 1995.

Bibliographie :

Récits et romans :
La Vie et demie, Seuil, 1979.
L'État honteux, Seuil, 1981.
Lèse-majesté, ACCT, 1982.
L'Anté-peuple, Seuil, 1983. Grand prix littéraire d'Afrique noire.
Les sept solitudes de Lorsa Lopez, Seuil, 1985. Palme de la Francophonie.
Les Yeux du volcan, Seuil, 1988.
Le Coup de vieux, Présence Africaine, 1988.
Le Commencement des douleurs, Seuil, 1995.
L'Autre Monde', Revue noire, 1997.

Théâtre :
La Parenthèse de sang, suivi de Je soussigné cardiaque, Hatier, 1981.
Moi, veuve de l'empire, L'Avant-Scène, 1987.
Qui a mangé madame d'Avoine Bergotha, Lansman, 1989.
La Résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette, revue Acteurs, 1990.
Une chouette petite vie bien osée, Lansman, 1992.
Une vie en arbre et chars...bons, Lansman, 1992.
Théâtre complet, 2 volumes, Lansman, 1995.
Antoine m'a vendu son destin, Accoria, 1997.
La Rue des mouches, Éditions Théâtrales, 2005.
Qui a mangé Madame d'Avoine Bergotha, Lansman, 2014
Qu'ils le disent, qu'elles le beuglent, Lansman, 2014
Une vie en arbre et chars... bonds, Lansman, 2015
Une chouette petite vie bien osée, Lansman, 2015

Poésie :
Poèmes et vents lisses, Le Bruit des autres, 1995.
Poèmes, édition critique, Éditions du CNRS, 2015.

Entretiens et lettres :
Sony Labou Tansi, paroles inédites, Éditions Théâtrales, 2005.
Dreep
Dreep

Messages : 584
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 28

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sony Labou Tansi Empty Re: Sony Labou Tansi

Message par Dreep le Lun 10 Fév - 22:01

Les sept solitudes de Lorsa Lopez

Sony Labou Tansi 97820210

Estina Benta, l’épouse de Lorsa Lopez a été massacrée. Le meurtre provoque un soulèvement des femmes de Valancia, avec Estina Bronzario en chef de file. À part décrire le climat d’extrême violence qui règne dans le roman de Sony Labou Tansi, je ne peux guère en dire beaucoup plus sur ce qu’il raconte puisque souvent je ne comprenais rien. J’ai pourtant accroché, parce qu’ici l’énergie poétique contrebalance tout. Une énergie carnassière, pleine de bruit et de… couleur. Sony Labou Tansi parle beaucoup du corps humain : ignoble lorsqu’il est déchiqueté ; merveilleux, sensuel, lorsqu’il est en vie, non-vulnérable.

Sony Labou Tansi a écrit:Moi aussi je m’étais mise à l’aimer avec la même force du nombril noué sur le monde, très fort. Aussi fort qu’il m’est impossible de l’affirmer. Je l’avais dans mon ventre en guise de viscères, odeur d’amour, eau et jus de rêve, petit lac de paix couleur de pleine lune : le grand poème infini du sang fête le sang, le sang qui cogne son feu sur la paroi de l’être tout entier…

En dehors de quelques fulgurances, le lyrisme de Sony Labou Tansi est plutôt contenu : il y a plus d’urgence à décrire un climat où la déréliction et la terreur sont de mise, où l’assassinat devient quotidien, inévitable. Mais Les sept solitudes de Lorsa Lopez est aussi fait de petites phrases magiques, de belles images qui inoculent un peu d’espoir et un peu de paix dans cette fournaise du crime.


Mots-clés : #conditionfeminine #violence
Dreep
Dreep

Messages : 584
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 28

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sony Labou Tansi Empty Re: Sony Labou Tansi

Message par Armor le Mar 11 Fév - 2:03

A la lecture de la bio c'était a priori un auteur qui me tentait bien, mais si tu n'as rien compris, je crains que ça ne soit encore pire pour moi ! Sony Labou Tansi 1390083676

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3840
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 39
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sony Labou Tansi Empty Re: Sony Labou Tansi

Message par Bédoulène le Mar 11 Fév - 7:49

merci Dreep ! je garde dans un coin de ma liste

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14618
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sony Labou Tansi Empty Re: Sony Labou Tansi

Message par Tristram le Mar 11 Fév - 12:55

Moi aussi ; je l'aborderais volontiers par La Vie et demie (si je le trouve).

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 10007
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sony Labou Tansi Empty Re: Sony Labou Tansi

Message par Quasimodo le Mar 11 Fév - 12:59

Je suis assez tenté par celui-ci, Dreep, merci pour le commentaire !

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 4090
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sony Labou Tansi Empty Re: Sony Labou Tansi

Message par Dreep le Mar 11 Fév - 13:32

@Armor a écrit:A la lecture de la bio c'était a priori un auteur qui me tentait bien, mais si tu n'as rien compris, je crains que ça ne soit encore pire pour moi ! Sony Labou Tansi 1390083676

Oui mais le fait de ne pas comprendre n'avait pour moi rien de rédhibitoire, l'intrigue est secondaire, c'est comme un fragment de poésie épique, on saisit le climat, les métaphores et on apprécie... ou pas...! Wink
Dreep
Dreep

Messages : 584
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 28

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sony Labou Tansi Empty Re: Sony Labou Tansi

Message par Armor le Mar 11 Fév - 14:16

@Dreep a écrit:
Oui mais le fait de ne pas comprendre n'avait pour moi rien de rédhibitoire, l'intrigue est secondaire, c'est comme un fragment de poésie épique, on saisit le climat, les métaphores et on apprécie... ou pas...! Wink

J'avais bien saisi. Je pense que je suis trop cartésienne pour ce type de récit. A chaque fois que j'ai essayé ça a été un échec total. Sony Labou Tansi 1390083676

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3840
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 39
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sony Labou Tansi Empty Re: Sony Labou Tansi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Afrique et de l'Océan Indien


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum