Christoph Ransmayr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Christoph Ransmayr

Message par Bédoulène le Dim 4 Déc - 10:40

Christoph Ransmayr
Né en 1954



Christoph Ransmayr, né le 20 mars 1954 à Wels, est un écrivain autrichien
Né à Wels, ville d’Autriche située près de Linz, Christoph Ransmayr a grandi à Roitham, près du lac de Traun. De 1972 à 1978 il étudie la philosophie et l’ethnologie à Vienne. Il travaille ensuite comme rédacteur culturel pour le journal Extrablatt de 1978 à 1982, publiant également des articles et essais dans les revues GEO, TransAtlantik et Merian.

À partir de 1982 il se consacre entièrement à la littérature. Après la publication de son roman Die letzte Welt (Le Dernier des mondes) en 1988, il voyage beaucoup en Irlande, en Asie et en Amérique du Nord et du Sud. En 1994 il s’installe en Irlande, puis retourne vivre à Vienne en 2006.

Il a obtenu le prix Bertolt Brecht de la ville d'Augsbourg en 2004 et le prix Heinrich Böll de la ville de Cologne en 2007.
(wikipedia)

Traductions en français

Les Effrois de la glace et des ténèbres
Le Dernier des mondes
Le Syndrome de Kitahara
La Montagne volante, Page 1,
Dames & Messieurs sous les mers





"la montagne volante"




Le livre est écrit en phrases flottantes, technique qui accentue la poésie de cette écriture.

"Je mourus/à 6 840 mètres au-dessus du niveau de la mer/le quatre mai de l'année du Cheval."

Ainsi débute ce livre, de quoi intriguer la lectrice !

Cette expédition est un véritable parcours de vie et la preuve que l'initiation peut se faire à tout âge. Ces deux frères se découvrent, se réapprennent dans la poursuite de cette légendaire montagne. L'un y trouvera l'amour, l'autre la mort mais tous deux trouveront leur fraternité.

Le mode de vie, les croyances des nomades Khampas ajoutent à cette atmosphère un peu irréelle.

Je les ai suivis pas à pas dans cette quête et je suis reconnaissante à ce jH qui m' a proposé le livre alors que je fouinais dans un vide-grenier au printemps dernier à la recherche d'un bon livre.

un point important : l'enfance des deux frères et notamment la prépondérance de leur Père qui est l'initiateur de ses fils quant à leur rapport avec la Nature. Ce Père qui sans n'avoir jamais quitté son Irlande aimée a certainement insufflé inconsciemment à ses enfants le désir d'aventure ; la mer pour l'un, la montagne pour l'autre. Peut-être grâce ou à cause des cartes punaisées au mur du couloir.

Nyema dispense à Pad, refuge et amour avec sagesse. C'est vers elle qu'il retourne.


quelques extraits





"message rapatrié"


Dernière édition par Bédoulène le Dim 11 Déc - 15:12, édité 1 fois

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4008
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Christoph Ransmayr

Message par tom léo le Ven 9 Déc - 17:10

Merci, Bédoulène, pour cette présentation ! J'ajoute mes notes/remarques de l'époque de la lecture :


La montagne volante

Originale: « Der fliegende Berg » (Allemande, 2006)





CONTENU :
L'histoire de deux frères qui se mettent en route en partant de la côte sud-ouest de l'Irlande vers le pays de Kham et les hautes montagnes du Tibet oriental. Là ils cherchent – contre tout savoir de cartographie moderne et de moyens de navigation, une montagne sans nom, pas encore ascendue : peut-être une des dernières tâches blanches sur la carte mondiale ? Dans cette quête les frères encontrent la vie archaique de nomades, en conflit avec les usurpateurs chinois, mais aussi de façons différentes la mort… (Source : se référant à la description de l'éditeur allemand)

REMARQUES :
De point de vue de contenu le roman traite en 18 chapitres d'env 13 à 26 pages de deux frères irlandais, fils d'un sympathisant de l'IRA. Tôt l'essentiel semble avoir été dit : lors d'une ascension commune dans l'Himalaya « il y a une année », l'ainé sera enseveli par une lawine de neige tandisque le jeune survivra.

Après ces chapitres d'entrée, jouant près de la montagne, appelée en tibétain « montagne volante », le cadet raconte dans un va-et-viens constant : entre souvenirs de l'enfance, la jeunesse, le temps comme jeune adulte d'un coté. Et de l'auutre : des préparatifs pour l'expédition, l'avancée dans la caravane de nomade, les différentes ascensions.

Liam est un freak des ordinateurs : élévant sur une île en face de Cork/Irlande de la bétail, et cherchant dans le web des informations sur les « tâches blanches » sur la carte mondiale. Une semble se trouver dans l'Himalaya, un sommet jamais pris. Il devient obsedé par le projet de s'y rendre. Padraic, le narrateur et frère cadet, est différent : il se laisse plutôt entraîner. Et leur expédition les menera de la hauteur de la mer dans les hauteurs du Tibet oriental. Mais cette montagne, la « montagne volante », n'est pas juste une désignation locale pour un lieu, mais au-délà : elle a une signification dans la mythologie tibétaine.

Une grande part du chemin les frères sont en route ensemble avec la caravane des nomades. Et Padraic est irrésistiblement attiré par une jeune mère et veuve : Nyema. Une rlation naît. Est-ce qu'elle sera plus forte que la montagne ? Jusqu'à où vont l'aliénation et la distance vers son frère ? Comment se montrent différences et harmonie entre les frères lors de leurs ascensions, leurs entreprises ? Comment ne pas vivre le chemin du bonheur de l'autre comme un dérangements de nos idées, rester proches?

Il y a le paradoxe que d'un coté on pourrait être tenté de voir la fin déjà au début du roman. Néanmoins il y a une forme de montée en tension jusqu'à la dernière page. L'essentiel est ailleurs.

En passant on apprendra dans des retours en arrière des choses sur la societé e Irlande, mais aussi les mythes et la compréhension du monde tibétains.

Certains disaient que ce roman est une élaboration élargie et fictive du drame au Naga Parbat où les frères et alpinistes Georg et Reinhold Messner ont fait une expédition...

Le roman se présente en forme lyrique très dense, mais pas rimée. La langue – en allemand – est un délice, on ne peut pas la trop louer. Ce qu'il en fait nous atteint de façon si courante, allant de soi, sans être simple ou bête. Nous sommes devant un rythme et une mélodie tellement que la lecture est pur plaisir en soi. On s'imagine un tel texte déclamé… C'est parmi le meilleur que l'art littéraire a produit ces dernières années en allemand, avec l'Allemand.

Un livre enrichissant qui excelle par sa langue. Petites critiques minimals pour quelques répetitions et longeurs.


mots-clés : #famille #initiatique #voyage
avatar
tom léo

Messages : 433
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Christoph Ransmayr

Message par églantine le Ven 9 Déc - 17:18

Etrange que je ne sois pas rentrée dans cette lecture . Suspect
Il faudra que je retente un de ces jours !
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Christoph Ransmayr

Message par tom léo le Ven 9 Déc - 17:59

églantine a écrit:Etrange que je ne sois pas rentrée dans cette lecture . Suspect
Il faudra que je retente un de ces jours !

Non, pas si étrange que ça. Il est possible qu'une grande partie de mon admiration vient de la langue que j'ai trouvée exceptionelle. J'ai entendu des réactions plus reservées aussi d'autres, donc: il n'y a pas d'obligation d'aimer.
avatar
tom léo

Messages : 433
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Christoph Ransmayr

Message par animal le Ven 9 Déc - 20:53

J'avais des réserves moi aussi. C'est loin dans ma mémoire, sans réviser c'est difficile d'en parler. Il me semble que ce n'était pas tant la forme que certains éléments du fond, des facilités qui ne se mariaient pas si bien avec cette forme "d'excellence" ?

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4664
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Christoph Ransmayr

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum