Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Kent Meyers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kent Meyers Empty Kent Meyers

Message par topocl le Dim 4 Déc - 21:05

Kent Meyers
Né en 1956

(Je suis sûre que vous l'attendiez tous!)

Kent Meyers Kent1010


Kent Meyersest né en 1956 et a passé sa jeunesse dans une petite ferme du sud du Minnesota. Il commence ses études dans cet État et obtient son diplôme à l’Université de Washington. Il vit actuellement dans le Dakota du Sud avec sa famille. Il est professeur à l’université de Spearfish, où il enseigne l’anglais, la littérature de l’Ouest américain, l’écriture de fiction, le rapport entre la littérature et la nature.

L’intérêt qu’il porte à l’environnement et aux grands espaces se retrouve dans les divers ouvrages qu’il a publiés. Son premier roman, The River Warren, s’ancre dans la petite communauté rurale de Cloten aux États-Unis. Il en dessine un portrait à travers les voix de différents habitants, à la suite d’un drame qui touche la ville. Il a également rédigé une série d’essais sous le titre de The Witness Of Combines, et a publié un recueil de nouvelles, Light In the Crossing.
Son dernier ouvrage, Twisted Tree, publié chez les éditions Gallmeister, est son premier livre traduit en français.

Bibliographie en français :

Twisted Tree


Dernière édition par topocl le Mer 7 Déc - 7:39, édité 2 fois

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6412
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par animal le Dim 4 Déc - 21:09

Ce qui arrive devrait intriguer notre Troll !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9887
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par topocl le Dim 4 Déc - 21:11

Twisted Tree

Kent Meyers 419prp10

Magique ! Un roman, puissant et sombre, à la beauté sauvage, à la fois violent et tendre, dur et fragile. De ces livres marquants comme on en lit peu dans une année, qui répond à toutes mes attentes de lectrice.

A qui je conseille Twisted tree ?. Ça va être long, mais vous avez le droit d’arrêter votre lecture dès que vous avez décidé de lire le livre !

A ceux qui aiment l'histoire d'une petite ville américaine déstabilisée par un sordide fait divers (et tout particulièrement ceux qui ont lu La vérité sur l'affaire Harry Quebert et sont restés sur leur faim car un peu trop joli, un peu trop propret, un peu trop superficiel). Mais ne cherchez pas sur une carte, la ville de Twisted Tree n'existe pas. Kent Meyers a fait exprès de donner des informations géographiques qui font qu'elle n'est pas situable sur la carte du Dakota.


   Seul le vide était troublant : sa persistance, la sensation de sa présence infinie

A ceux que les troupeaux de bisons réconfortent (mais à éviter pour ceux que les crotales terrifient).

A ceux qui aiment les K-Mart, les pick-up rouillés, les monts-de-piété et les Indiens confits d’alcool, la poussière qui s'infiltre partout.

A ceux qui aiment les éditions Gallmeister.

A ceux qu’émeut un monde où les silences valent autant que les paroles, où les hommes ont parfois envie de prendre leurs enfants ou leur femme dans les bras mais n’osent pas.

Entre eux, silence : rien que leurs pas, à l'unisson.
   
Ils se remirent à marcher en rythme, plus près l'un de l'autre, un petit espace chaud entre eux.

A ceux qui aiment les caissières acerbes, qui surveillent la ville et connaissent tous ses secrets, les garces qui se cachent sous les saintes et les petites filles blessées qui se cachent sous les garces.

A ceux qui aiment qu’un bocal de billes de l’enfance, brillantes sous la lumière d’une lampe de bureau, marque la vie d’un homme et ne le quitte plus.

A ceux qui vibrent devant cette photo.

Kent Meyers -twist10

A ceux qui aiment les non-dits, les non-dits qui rôdent sans se dire, qui émergent juste ce qu'il faut pour qu'on les comprenne, mais qui resteront là une vie entière.


   Un truc de fou. On pense connaître le moindre boulon qui compose la structure d'un homme, on pense connaître ses secrets, mais on se rend compte qu'il a des secrets sous ses secrets, et ceux qu'on connaît servent juste à vous empêcher de penser qu'il puisse y en avoir d'autres. Comme un trou noir. Si sacrément invisible qu’il devient visible presque instantanément. Tout semble pointer dans sa direction, les choses s’enroulent autour, se déforment.

A ceux qui aiment quand c'est bien écrit, dense, serré, et que ça vous prend aux tripes et que l’auteur a vraiment une voix propre et qu’il aime les mots. Au point qu’il écrit :

   Peut-être que dans une autre langue, plus sensible aux relations humaines, il existe une douzaine de pronoms pour évoquer les nuances avec lesquels les hommes et les femmes mariés prennent leur décision, comme dans les régions arctiques où la neige a un nom différent suivant le vent qui l’a portée.

A ceux qui aiment les romans chorals qui se donnent de airs de nouvelles avec des personnages complexes, fragiles et douloureux, découverts à travers leurs actes et leurs failles intimes, sans un mot de psychologie, où l’ auteur ne vous prend pas par la main, mais vous laisse faire votre propre chemin dans un livre qui ne parie à aucun moment sur la facilité, et qui surprend jusqu’à la dernière page.

A ceux qui aiment que ça démarre par un premier chapitre hallucinant, qui instaure du départ le malaise et la violence intrinsèque de nos vies

A ceux qui aiment les histoires où les tombes sont perdues, mais où les morts ne laissent pas les vivants en paix.

A ceux qui aiment ce genre de choses :

   La fille étreignait ses cheveux dans une main, la tête inclinée, et portait l'autre main à son front pour s'abriter du soleil. Clay penchait le menton, comme s'il s'adressait au sol. Puis il avait relevé la tête et croisé le regard d’Hayjay. Elle avait acquiescé et ses cheveux avaient glissé de son emprise. Le vent les avait soufflés en avant, lui cachant le visage, et leurs quatre mains s’étaient précipitées dans ses boucles emmêlées pour les maîtriser, alors son visage était réapparu, elle avait repris ses mèches entre les mains de Clay, il lui avait souri mais elle était restée si grave que son sourire s'était évanoui, puis il avait fourré ses mains dans ses poches

ou des phrases comme celle-ci :

   Ses lèvres étaient blanches, il semblait jeune et vulnérable, le danger l’encerclait comme un placenta.

A ceux qui savent que les amours se délitent mais que la p/maternité serre la gorge, qu’elle est source d’interrogations, de terreurs mais aussi des plus belles et poignantes émotions de la vie.

   Richard fut submergé par une myriade de déceptions face à cette vie qui s'annonçait - et il sut qu'il était déjà trop tard pour apprendre à son fils à devenir un homme dur, et il en fut empli de fierté et de chagrin.

A ceux ont envie de découvrir un auteur du Dakota du Sud, homme charmant dans la vie, un grand de la littérature américaine, voix d’une Amérique souffrante et abandonnée, mais devront se résoudre à attendre la prochaine traduction (à moins qu’ils maîtrisent bien l’anglais, car sa langue est aussi complexe que belle)

A ceux qui aiment sortir d’un livre avec une étrange émotion, une douleur sourde et tendre à la fois, à tous ceux qui aiment « le côté obscur de la littérature »…

Il y en a encore qui me lisent ? Des pas convaincus ? Qui ne se sont pas laissés tenter ? Twisted Tree n’en fut pas moins mon grand roman du moment!


(commentaire rapatrié)


mots-clés : #social


Dernière édition par topocl le Mer 14 Déc - 18:11, édité 2 fois

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6412
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par animal le Dim 4 Déc - 21:19

du moment ? clown

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9887
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par Nadine le Dim 4 Déc - 21:56

Aaah !Very Happy Le fil de Kent Meyers !
Nadine
Nadine

Messages : 3337
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par Nadine le Dim 4 Déc - 21:59

Bah dis donc, tu en parles bisonnement bien.
PAL et cadeau pour noyel.
Nadine
Nadine

Messages : 3337
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par topocl le Dim 4 Déc - 22:10

@animal a écrit:du moment ? clown

Tu as de la chance, il n'y a pas de smiley qui tire la langue!!
Je vais trouver une autre formule. J'avais pensé à "de la décennie" mais c'est un peu exagéré, quand même (quoique Wink )

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6412
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par topocl le Dim 4 Déc - 22:11

@Nadine a écrit:Bah dis donc, tu en parles bisonnement bien.
PAL et cadeau pour noyel.


Kent Meyers 421465245

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6412
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par animal le Mar 6 Déc - 22:37

Kent Meyers Lincol10

Twisted Tree

Le temps passe vite mais je m'en souviens encore. Une de mes relativement rares incursions dans la littérature américaine contemporaine, un exercice teinté malgré moi de méfiance mais...

Quand je l'ai feuilleté le livre m'est tombé sur les pieds, je me suis dit que c'était bon signe !

Quand j'ai commencé la lecture par ce fait divers et un serial killer j'ai retrouvé instinctivement mes doutes... je me suis dit quelque chose comme "ça se lit pas mal mais ça va tartiner du cradingue et de la misère social pour faire reluire on ne sait quoi"... mais ça se lisait et puis on passe à des personnalités différentes de Twisted Tree, ce qu'on pourrait clairement appeler des petites vies de merde dans un petit bled pourri, surtout que Dakota du Sud et milieu de nulle part ont l'air synonymes.

Néanmoins au fil des pages de vies miteuses mais attentives et à leur manière combative on se prend au fil d'un mystère loin de celui d'un serial killer, on devient captif de ce rural moderne qui dévoile petit à petit ses racines et ses paysages. Sans discours c'est un lieu, un moment et des vies qui se révèlent dans leurs souvent tristes banalités laborieuses au milieu d'espaces d'une nature sans âge.

Et c'est assez réussi parce qu'on est obligé de passer outre le côté moche pour voir la simple humanité de ces voisins qui s'ignorent presque autant que les ignore le lecteur qui les découvre.

Je ne dirai pas que c'est parfait (je me pose toujours la question de la place pour ce genre de livre d'une violence excessive bien que très réelle) mais c'est très bien foutu et très attachant, sans oublier de provoquer quelques stupéfactions et d'effleurer des moments de vérité brute, un peu de chaleur humaine hésitante par dessus les drames petits et grands.

Et le rapport à une terre, un pays qui reste à sa façon étranger à ses habitants, à cette communauté (parce qu'il y a de ça aussi, ce n'est pas négligeable).

Une lecture pour laquelle j'avais une certaine confiance mais que je n'attendais pas complètement et que je suis plus que prêt à recommander (il y a de bien beaux morceaux dedans).

Kent Meyers 26163810

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9887
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par animal le Mar 6 Déc - 22:38

On attend l'interview maintenant. clown

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9887
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par topocl le Mer 7 Déc - 7:58

@animal a écrit:On attend l'interview maintenant. clown

Tu veux dire ça?
Un compte rendu de la résidence de Kent Meyers à Clermont-Ferrand en mars et avril 2012.




Ce qu’on retient de la résidence de Kent Meyers

Kent Meyers Kent-m10

Kent est reparti depuis déjà plus de 3 semaines et nous gardons tous de beaux souvenirs de sa résidence.
Après un mois clermontois, plus de 300 auvergnats avaient pu discuter avec cet homme à la gentillesse exemplaire. À l’occasion des rencontres que nous avons proposées, Kent a répondu de bon cœur à toutes les questions sur sa vie, son œuvre, son travail d’écrivain, le Dakota du Sud…

Kent et l’écriture


On a appris que Kent écrit tous les matins de 5 h à 9 h du matin 7 jours sur 7 ! À Spearfish, il travaille dans un petit bureau. Pour lui, pas de secret, l’inspiration vient en travaillant. Il produit 6 à 7 brouillons complets de ses livres, qu’il fait relire par des amis et collègues avant de présenter le manuscrit à son éditeur. Après 5 livres dont 3 fictions, il souhaitait finir son prochain roman avant de quitter la France.
« Clermont-Ferrand est-elle propice à l’écriture ? » demandaient certains dès la première semaine. Il semblerait que oui ! Kent a écrit deux fois plus qu’il ne fait d’habitude lorsqu’il est chez lui. Si bien qu’il a fini son 7e brouillon et pour la première fois, il a pu offrir un dénouement à son roman. Quelques relectures et modifications s’imposent encore, mais il pourra envoyer son manuscrit à son éditeur dès septembre !

Et pour Twisted Tree alors, qu’en a-t-on dit ?


« Quand je ne comprends pas quelque chose d’important, j’écris de la fiction dessus
»

C’est bien simple : il lui a fallu 4 ans et demi pour l’écrire. Initialement, il voulait faire un livre à la frontière du roman et du recueil de nouvelles. Son idée, c’était de faire connaître Haylay Jo Zimmerman à travers la voix de 12 narrateurs qui l’auraient croisée avant sa mort. Un personnage principal par chapitre. Alors il y a 15 chapitres et celui qui ouvre le roman a été écrit en dernier. Kent l’a ajouté pour raconter le meurtre de la jeune fille autour de laquelle gravitent tous les personnages qui apparaissent par la suite.

Non, il ne s’est pas inspiré de faits réels. Il s’est mis à écrire quand il a découvert les sites pro-ana, ces communautés d’anorexiques qui s’encouragent mutuellement à garder leur anorexie. Bien sûr, certaines des histoires racontées dans le roman sont inspirées de d’événements qui ont réellement eu lieu. Tout l’art de l’écrivain est de les amplifier pour les rendre encore plus saisissantes.

L’homme qui se cache derrière Twisted Tree

En un mois on a appris à connaître l’homme qu’est Kent Meyers. C’est aussi un homme tranquille qui aime le calme, la nature et les randonnées. Si bien que le jour où le temps était le plus défavorable nous l’avons emmené marcher jusqu’au sommet du Mont du Pariou. Mais il aime aussi le canoë et le ski de fond, il joue au tennis, il travaille le bois. Il apprécie les nouvelles rencontres, adore rire et s’intéresse tout particulièrement à ce qu’il ne connaît pas.

Il a arpenté Clermont et ses environs (de la cathédrale au parc Montjuzet, de Billom à Riom) et a profité de quelques jours pour se rendre dans le Sud-Ouest : Sarlat, Lascaux, Padirac l’ont séduit !
Ce qu’il lit ? Des fictions de tous les continents, et parmi les auteurs qui lui ont donné envie d’écrire on trouve Thomas Pinchon et Gabriel Garcia Marquez. Si on l’interroge sur les auteurs français qu’il a lus, on l’entend parler de Camus ou de Balzac.

Que dire de plus pour dresser le bilan de ce mois de résidence ?

« La terre ne se préoccupe pas de questions d’identité nationale »


Au terme de son 3e séjour en France (et même avant la fin de son séjour !), Kent clamait qu’il aime ce pays. Il aime l’Auvergne et ses paysages, qui ressemblent tant à ceux du Dakota du Sud, dit-il. Il a beaucoup apprécié son séjour, les rencontres qu’il a faites, les discussions qu’il a eues, et les questions qui lui ont été posées sur son travail.
Si Kent a apprécié son séjour, tous ceux qui l’ont rencontré peuvent en dire autant.

L’Amiral Flottant et son équipe remercient donc Kent, les éditions Gallmeister, la DRAC et le Rectorat.


(message rapatrié)


Dernière édition par topocl le Mer 14 Déc - 18:11, édité 1 fois

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6412
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par animal le Mer 7 Déc - 12:40

merci. cat

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9887
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par Tristram le Jeu 11 Avr - 0:21

Twisted Tree

Kent Meyers 419prp10

Un tordu, le tueur de l’autoroute I-90, kidnappe les jeunes Anas, osseuses et aviaires anorexiques repérées sur internet. Le lecteur se trouve dans la tête de celui qui, dans sa volonté de pouvoir, croit rassembler l’ensemble de la vie de chacune de ses victimes, et les sauvegarder en mosaïques de posts sur le net.
« Il recueille toutes ces existences, les tient entre ses mains, puis les éparpille à nouveau : des petits morceaux sur le Net, des fragments qu’une personne méticuleuse et sensible et assez intelligente pourrait rassembler. Ce n’est pas simplement de l’art, mais des vies complètes et éternelles, aussi impérissables qu’Internet lui-même. Alexander Stoughton réalise quelque chose jamais encore réalisé auparavant. »
Élise, la caissière d’un commerce alimentaire de Twisted Tree scanne la population (on a déjà compris que Kent Meyers est un de ces analystes chirurgicaux des USA dont les USA ont le secret). Sophie s’occupe de son beau-père paraplégique et haï depuis que sa mère est morte. Et les personnages et points de vue s’enchaînent, se relient en figures qui constituent par ricochets le puzzle de l’histoire.
Kent Meyers a le don des scènes puissamment évoquées (les bisons ; le petit Indien pauvre et timide fasciné par les billes ; les crotales). De magnifiques morceaux !
« Les faisceaux de phares vous font ça, parfois, si vous les regardez trop longtemps. Ils vous font oublier les distances et les perspectives. Vous pouvez croire, l’espace d’un instant, que ce satané continent tout entier a été aspiré en lui-même, que les Appalaches ont glissé jusque dans le Dakota du Sud et que vous vous apprêtez à gravir leur sommet, votre moteur grognant comme un porc, en direction des étoiles. Et soudain, bon Dieu, c’étaient des bisons, leurs bosses se détachaient dans la lumière. Comme s’il avait mené son camion dans le passé, ou que le temps s’était immiscé par une lézarde, qu’il verrait bientôt des Indiens à cheval, lancés à leur poursuite. »
Les observations sont précises :
« Il n’y avait pas assez de bruit pour marquer le passage du temps. Elle était obligée de laisser la radio ou la télé allumée. »

« …] le silence semblait patienter dehors comme un chien assis. »
Côté analyse, le chapitre « La valeur de l’argent » nous emmène dans la boutique et l’esprit d’un prêteur sur gages, et on y voit les choses sous un angle différent ‒ et très original :
« Le système en place arnaque les gens, c’est une pratique courante. Il fait son affaire en racontant des mensonges, achète et vend des rêves, guette les insécurités des gens, les convainc que leurs foutaises ont de la valeur, que les marques sont une religion – et les gens gobent tout. Et ici, où les prix affichés correspondent à la valeur des objets, tout le monde pense qu’ils ne sont pas corrects. Je n’ai encore jamais vu une boutique de prêteur sur gages couronnée Meilleur Magasin de l’Année par une chambre de commerce. C’est parce qu’on ne ment pas. On prend le relais à l’endroit où le mensonge finit, où le rêve se désintègre, et tout ce qu’il en reste est ici. »
Meyers, excellent conteur, manie aussi l'humour avec brio, comme dans l'épilogue, en complet contraste avec le premier chapitre.
La traduction m’a paru douteuse par endroits, mais il passe quand même de belles expressions :
« …] elle vit presque au-delà de mon champ d’interprétation. »
Ce roman doit sans doute à Faulkner : il gravite autour d’une famille pionnière, (ici les Valen, dans la région depuis le massacre des Indiens) ; dans un Lieu (une petite ville du Midwest encerclée par le wild désertique, où se situe le ranch des Valen) ; vu par les yeux des personnages, vécu de l’intérieur.
Ce drame rappelle aussi Jim Harrison, et pas seulement par l’aspect nature writing.



Mots-clés : #romanchoral #thriller

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8071
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par topocl le Jeu 11 Avr - 7:39

Ouf Very Happy !

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6412
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par Bédoulène le Jeu 11 Avr - 8:19

je suis terrorisée, car je vais encore ajouter ce titre à ma longueeeeeeeeeeeeeeee LAL ! après vos commentaires

merci Tristram !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12357
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par topocl le Jeu 11 Avr - 12:42

Tu y avais échappé, Bédoulène? Incroyable!!!

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6412
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par bix_229 le Jeu 11 Avr - 13:17

Moi aussi !
Mon désir c'est le dur désir de durer.
Un fois consommé le voila consumé ! affraid
bix_229
bix_229

Messages : 10211
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par Nadine le Dim 19 Mai - 15:32

Ah mais je vais devoir m'y mettre aussi. Cet été ?
Je ne l'ai pas eu à noel finalement, comme je l'espérais, petite piquure de rapple bienvenue, je vais prendre le bison par les oreilles.
Nadine
Nadine

Messages : 3337
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par églantine le Sam 5 Oct - 12:29

Twisted tree : citations  

"L'univers lui-même est un néant si vaste que les étoiles y sont de minuscules éléments , les planètes n'y sont devinées que par les fluctuations qu'elles créent dans leur sillage , dans les anomalies de leur orbite . Et peut être sommes-nous tous une anomalie dans la vie des autres , des étoiles tournoyantes aux trajectoires que nous ne choisissons pas , qui envoient des codes à travers l'immensité dans l'espoir que quelqu'un les déchiffre, nous sauve du hasard.

Je laissais Stanley parler . J'avais déjà vu ça : la ferveur peut servir de barrière pour cacher ce qui est à l'intérieur , ou pour maintenir le monde extérieur à distance .
églantine
églantine

Messages : 4182
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Kent Meyers Empty Re: Kent Meyers

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum