Amulya Malladi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amulya Malladi

Message par Armor le Lun 9 Oct - 21:37

Amulya Malladi
Née en 1974


Amulya Malladi est née à Sagar en Inde (Madhya Pradesh) en 1974. Après avoir obtenu son baccalauréat en Inde, elle est partie étudier le journalisme à Memphis aux États-Unis. Elle a ensuite travaillé comme rédactrice et directrice de marketing pour le compte d'une société de logiciels de la Silicon Valley. C'est également aux Etat-Unis qu'elle a débuté sa carrière d’écrivain. "Une bouffée d’air pur", son premier roman, a tout de suite remporté beaucoup de succès. Amulya Malladi a ensuite écrit six autres romans dont le dernier est paru en 2017.
Elle vit aujourd’hui au Danemark, avec son mari danois et leurs deux fils.
"Une bouffée d’air pur", est paru en français en 2017.

Bibliographie en français :

- Une bouffée d'air pur (A breath of fresh air, 2002)
avatar
Armor

Messages : 1631
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amulya Malladi

Message par Armor le Lun 9 Oct - 22:50



En Inde, le mariage est la grande affaire d’une vie. Alors, quand on a présenté à Anjali un jeune et beau militaire, elle n’a pas hésité longtemps. Malheureusement pour elle, très vite, le prince charmant s’est transformé en crapaud. Un soir, il a tout simplement oublié d’aller la chercher à la gare. Hors, ce soir-là, à Bhopal, l’usine d’Union Carbide a explosé. Asphyxiée par les gaz toxiques, Anjali a failli mourir. Peu après, elle a décidé de ne plus gâcher sa vie avec ce mufle, et a demandé le divorce. Une décision d’autant plus courageuse qu’en Inde, le divorce, synonyme d'ostracisme et, même, très souvent, de rejet familial, est encore impensable pour une femme de la classe moyenne.
Malgré tout, Anjali a réussi à rebondir : elle a repris ses études, et a refait sa vie avec un charmant professeur. Et ils ont eu un fils. Hélas, les gaz de Bhopal et leurs insidieuses conséquences ont terni leur bonheur : le petit garçon est né terriblement malade, condamné à brève échéance. Pour eux, dorénavant, c’est la vie vaille que vaille, l’espoir malgré tout, le sourire pour seule arme.
Un jour, hasard des affectations, l'ex-mari d'Anjali est muté dans la ville où elle a refait sa vie. Leur rencontre est inéluctable... Pour Anjali, c'est la confusion des sentiments. Pour l’ex-mari, confronté au triste résultat de son inconséquence, les remords, la honte, les pitoyables tentatives de se racheter. Et pour le mari actuel, la jalousie, l’amour, le doute, l’abnégation, l’amour encore.

Voilà. C’est donc un livre à trois voix, qui entend plonger au plus intime de ses personnages. Ce livre parle de reconstruction, de pardon, de maladie. Il évoque des sujets tabous en Inde, et se veut le reflet de toute l’ambiguïté des sentiments humains. On ne peut pas dire que ce soit simpliste, alors, pourquoi n’ai-je pas adhéré à ce roman ?

Comme d’autres livres indiens publiés récemment par Mercure de France, Une bouffée d’air pur répond à un certain schéma. Et s’il se lit si facilement, c’est peut-être, _Allez, j’ose le dire ?_ grâce à son écriture calibrée pour plaire à un certain public, de toute évidence féminin. Un public dont on présuppose qu’il consent à être bousculé, mais pas trop ; qu’il admet des drames, mais pas sans amour immortel ; qu’il accepte l’inéluctable, tant qu’on ne lui interdit pas de rêver quand même…
Pour moi, c’est là qu’est le hic. En effet, il suffit d’un peu de lucidité pour voir que le destin d’Anjali, si douloureux soit-il, n’est guère crédible. Ca ne doit pas être si fréquent qu’une femme indienne, divorcée, rejetée par les siens  -et donc quasi sans ressources-, puisse ainsi reprendre des études, rencontrer des amis « pour la vie » absolument merveilleux, puis un homme « pour la vie »  non moins merveilleux (et orphelin, ce qui, vous l’avouerez, est bigrement pratique pour l‘écrivain, les parents n'étant plus là pour s’opposer au mariage).
Ils ne doivent pas être si nombreux non plus, les ex-maris mufles-crapauds, qui, d’un coup d’un seul, sont bourrelés de remords et prêt à tout pour se racheter… (avec _ attention spoiler_  l’aide de leur nouvelle femme, tout amour et compréhension sous ses airs de mégère non apprivoisée).
Alors, que dire de la probabilité que ces bons sentiments soient tous réunis en même temps ? Quasi nulle, bien sûr.
Bon, il y a aussi quelques méchants irrécupérables, dans ce livre. Mais comme un passage obligé...

Pour être tout à fait honnête, je suis dure envers ce roman, qui n’a quand même rien d’une bluette à la Barbara Cartland, et auquel je reconnais des qualités. Mais j'en attendais beaucoup plus, et j'ai été déçue. En vérité, cette écriture « aseptisée » ne correspond tout simplement pas au public que je suis aujourd'hui.
Reste quand même, au milieu de tout cela, un enfant condamné par le cynisme des hommes. Et là, malgré toutes mes réserves, j'avoue, à la fin, j’ai pleuré...


mots-clés : #conditionfeminine #famille #pathologie #psychologique
avatar
Armor

Messages : 1631
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amulya Malladi

Message par Bédoulène le Mar 10 Oct - 7:02

"Pour être tout à fait honnête, je suis dure envers ce roman, qui n’a quand même rien d’une bluette à la Barbara Cartland, et auquel je reconnais des qualités."

je pensais justement à BC avant de lire cette phrase, mais la fin doit racheter quelque peu tes réserves !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3971
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amulya Malladi

Message par Armor le Mar 10 Oct - 10:22

Disons que ce livre aborde des problèmes bien présents dans la société indienne, mais que tout cela est enrobé de bons sentiments pour ne pas trop heurter le lecteur... Et c'est ça que je déplore.
Et en réalité, à la fin, l'auteur en fait des caisses... Wink
avatar
Armor

Messages : 1631
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amulya Malladi

Message par Bédoulène le Mar 10 Oct - 21:37

oups !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3971
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amulya Malladi

Message par Armor le Mar 10 Oct - 21:54

Wink

En fait, cette fin, au-delà de l'aspect purement romanesque, c'est le rappel du drame de Bhopal, dans toute son horreur et sa crudité.
Cette catastrophe industrielle a causé de nombreuses morts, des handicaps, a pesé des années après sur le corps des femmes qui ont donné naissance à des enfants malades, et continue d'empoisonner aujourd'hui encore les habitants de Bhopal à petit feu, notamment par la contamination des nappes phréatiques et les dépots de déchets toujours à ciel ouvert...
Tout ça à cause du cynisme des dirigeants d'Union Carbide, qui avaient sciemment décidé de ne pas effectuer les mises aux normes nécessaires, alors que 30 problèmes de sécurité majeurs avaient été décelés dans l'usine lors des inspections...
Le PDG de l'usine a d'ailleurs pris la fuite après la catastrophe, et a rejoint les Etats-Unis. Il n'a jamais pu être jugé par la justice indienne...

A noter, juste comme ça, que des problèmes de sécurité analogues avaient été signalés dans une usine américaine d'Union Carbide, qui, elle avait été mise aux normes. En Inde, on avait jugé que ce n'était pas nécessaire...
avatar
Armor

Messages : 1631
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amulya Malladi

Message par Bédoulène le Mar 10 Oct - 22:37

he c'est qu'il fallait récupérer l'argent perdu, alors faire des mises aux normes onéreuses pffffffffffffff !

je les entends les dirigeants d'Union Carbide !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3971
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amulya Malladi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum