Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Rubén Darío

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rubén Darío Empty Rubén Darío

Message par Barcarole le Dim 15 Oct - 10:32

Rubén Darío
(1867-1916)

Rubén Darío Retrat10

Félix Rubén García y Sarmiento, dit Rubén Darío, est né le 18 janvier 1867 à Metapa (Nicaragua) dans une famille que les biographes ont l’habitude de qualifier de désunie. Cela ne l’empêche pas de se révéler un poète précoce ; ses premières publications datent de 1881, alors qu’il a tout juste quatorze ans. Pendant ce temps, il mène des études tout à fait médiocres et obtient cependant un emploi à la Bibliothèque nationale de Managua, en 1884.

De 1886 à 1889, il devient journaliste au Chili, ce qui lui permet d’effectuer de nombreuses rencontres parmi la classe politique et chez les intellectuels de l’époque. En 1887, il publie son premier recueil de poèmes Abrojos (Les Ronces) ; puis Canto epico a las glorias de Chili (Chant épique aux gloires du Chili), et enfin toujours cette même année Rimas (Rimes).

Il est le fondateur du mouvement littéraire moderniste dans la langue hispano-américaine. Le « Modernisme » débuta d'une façon définitive par la publication au Chili, en 1888, de son recueil Azul. Les publications postérieures lui valurent d'être reconnu comme le chef incontestable du nouveau mouvement. Les plus remarquables de ses œuvres sont Azul (« Bleu », en 1888 à Valparaíso, Chili), Prosas profanas (« Proses profanes », en 1896 à Buenos Aires, Argentine) et Cantos de Vida y Esperanza (« Chants de vie et d'espérance », en 1905 à Madrid, Espagne).
°
°   °

Bibliographie des œuvres traduites en français

Rubén Darío n’a pas écrit que des recueils de poésie, il a publié également de la littérature en prose, et des recueils de nouvelles.
La bibliographie des œuvres traduites semble incomplète. D’autres textes traduits devraient être mentionnés ici.
À ajouter, donc, au fil de l’eau.

· Parcours poétique (1880-1916), Éditions de la Différence, 2012.
· Azul suivi d’un choix de textes, José Corti, 2012
· Verónica et autres contes fantastiques, Petite Bibliothèque Ombres, 1996.
Barcarole
Barcarole

Messages : 2973
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Barcarole le Dim 15 Oct - 10:42

Rubén Darío 51zq8q10

Verónica et autres contes fantastiques

Rubén Darío est un écrivain enchanteur qui, dans ce recueil de nouvelles, marie avec raffinement la poésie, l’ésotérisme et bien sûr le fantastique puisqu'il est un grand amateur de littérature fantastique et voue une admiration certaine à Edgar Poe, le tout avec une belle touche d’humour.

Le recueil réunit dix nouvelles : la première, « Thanatothopie » fait référence à la littérature de Poe, un clin d’œil ou un hommage à l'Américain, avec, on s'en doute, la mort au programme ; les hallucinations dans « Le cauchemar d’Honoria », le savoir magique dans ce « Conte de la nuit de Noël » qui n’oublie pas non plus la mort avec la réincarnation ; le monde de son enfance et des fantômes est visité dans « Le spectre », il s'enrichit de ses voyages, avec humour, sur le destin déjà tracé, par exemple dans « Le ruban rouge ». Le temps qui fait son œuvre est ici suspendu dans « Le cas de mademoiselle Amelia ».

Ces courtes nouvelles, des récits quasi surnaturels, sont colorées d’étrangeté, de mystère, et de charme, aujourd’hui je dirais de charme un peu désuet, ce qui ajoute à la poésie de ce cher Rubén Darío.

Mots-clés : #contemythe #fantastique #nouvelle
Barcarole
Barcarole

Messages : 2973
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Armor le Dim 15 Oct - 14:23

Ca m'intrigue, surtout s'il s'inspire des nouvelles fantastiques de Poe. Je n'aime pas les romans fantastiques, la science fiction, le réalisme magique, tout ça, mais les contes et nouvelles de Poe, si.
A tenter ?

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3211
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Chamaco le Jeu 26 Oct - 20:58

De lui j'ai "Parcours poètique (1880 -1916)" un recueil de poèmes en espagnol-Nicaragua avec traduction française, non encore lu, je vais le mettre en haut de la pile...
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Barcarole le Ven 27 Oct - 0:00

@Armor a écrit:Ca m'intrigue, surtout s'il s'inspire des nouvelles fantastiques de Poe. Je n'aime pas les romans fantastiques, la science fiction, le réalisme magique, tout ça, mais les contes et nouvelles de Poe, si.
A tenter ?

Tu ne risques rien à lire ce tout petit recueil, une récréation entre deux livres, un petit bonbon, dévoré en un rien de temps.
Ce ne sont pas des nouvelles fantastiques ou de réalisme magique, il y a une forme de distance, celle du conteur, ce sont ses personnages qui croient en... ou qui sont pénétrés de... Et Rubén Darío nous raconte. Untel s'adonnait à l'astrologie, untel avait des visions, etc.

Ce qui est désuet, après son style d'écriture, c'est cette forme d'ésotérisme, qui était encore en vogue au début du vingtième siècle et qui nous fait sourire aujourd'hui. S'il est admiratif de Poe, Rubén Darío nous fait plutôt sourire là où Poe nous terrifiait.
Barcarole
Barcarole

Messages : 2973
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 63
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Chamaco le Lun 20 Nov - 20:32

Nocturne

Silence de la nuit, douloureux silence
nocturne...Pourquoi l'âme tremble t-elle ainsi ?
J'entends le bourdonnement de mon sang,
dans mon crâne passe un doux orage.
Insomnie ! Ne pouvoir dormir, et, cependant,
rêver. Être l'auto-pièce
d'une dissection spirituelle, l'auto-Hamlet !
Diluer ma tristesse
dans un vin de nuit
dans le merveilleux cristal des ténèbres...
Et je me dis : à qu'elle heure poindra le jour ?
Une porte s'est fermée...
Quelqu'un est passé...
L' horloge a sonné trois heures...Si c'était Elle ! ...
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Bédoulène le Mar 21 Nov - 9:21

merci Chamaco ! l'attente

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11678
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Chamaco le Mar 21 Nov - 9:29

c'est un tres grand poete, pas du tout surfait, un rien romantique, d'un romantisme réaliste (si je puis le dire ainsi)...
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Chamaco le Dim 26 Nov - 17:18

Extrait du poème Tutecotzimi :

Le grand cacique laisse les sylves d'émeraude ;
il marche vers son palais, le carquois sur l'épaule,
carquois fin et doré qui brille sous le soleil blond.
Derrière lui vont les archers ; et sur le dos des esclaves,
ensanglantant le sol, la venaison sauvage
abattue par la flèche élastique et ferme de palme coyol.


Le noble chef marche. Il arrive au palais royal.
Dans le chambranle de chêne des portes quadrangulaires,
il aperçoit le huipil coloré d'Otzotskij, sa tendre fille.
On entend soudain la sourde rumeur d'une voix profonde.
Est-ce l'onde du Motagua qui la cité inonde ?
Non, cacique ; c'est le bruit du peuple pipil.

Rubén Darío 0048c510

tiré du journal La Prensa :
“la primera incorporación del indio a nuestra poesía culta nicaragüense, y esa incorporación la realiza para elaborar un mensaje contra la tiranía, la violencia y la guerra”
"la première incorporation de l'Indien dans notre poèsie culte nicaraguayenne il la réalisa pour elaborer un message contre la tyranie, la violence et la guerre"...
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Chamaco le Sam 2 Déc - 14:09

Et celui ci, quelle puissance d'évocation ! :
Les boucles de ma morena

Les boucles de ma morena,
soyeuses, crépues et obscures,
inspirent ma ritournelle ;
mal rangées, mal attachées,
les boucles de ma morena.

Les brises courtisanes
à son passage jouent avec elle ;
les vagues sonores se meurent,
rafraîchissant les boucles belles
les brises courtisanes.

Sur le front empourpré
de l'ange de mes sortilèges
elles forment un écheveau,
les noires, soyeuses boucles, sur le front empourpré.

Brillantes et retorses,
si les vents taquins
les soufflent de leurs soupirs,
elles tremblent comme des anglaises,
brillantes et retorses.

Boucles où la lumière se fend
en mille éclats subtils,
ah, poser les lèvres
sur les douces et tremblantes
boucles où la lumière se fend !

Ces boucles parfumées,
humides, belles et pleines,
j'aimerai les avoir près de moi
pour les couvrir de baisers,
ces boucles parfumées.

Les boucles de ma morena
sont un essaim de charmes,
et je leur offre ma ritournelle ;
car ce sont les boucles les plus belles
les boucles de ma morena

Août 1884

morena = brune
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Bédoulène le Sam 2 Déc - 14:50

on voit où vont tes sentiments Chamaco ! Smile

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11678
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Chamaco le Sam 2 Déc - 15:50

@Bédoulène a écrit:on voit où vont tes sentiments Chamaco ! Smile

seguro que si, esto es recuerdo, yo conoci la misma, parece...
Chamaco
Chamaco

Messages : 3263
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : entre ombre et soleil

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Rubén Darío Empty Re: Rubén Darío

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum