Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


William Carlos Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

William Carlos Williams Empty William Carlos Williams

Message par Arturo le Ven 23 Aoû - 19:05

William Carlos Williams
(1883 - 1963)


William Carlos Williams Willia11

William Carlos Williams, né le 17 septembre 1883 et mort le 4 mars 1963, est un poète, traducteur, critique littéraire et romancier américain.

Il est un des grands représentants du modernisme américain, participant aux mouvements de l'imagisme et de l'objectivisme dont il est l'un des membres fondateurs. Il est ami du poète Ezra Pound, créant d'abord une poésie proche de lui puis s'en éloignant. Sa poésie se construit en opposition à celle de T. S. Eliot et cherche à présenter des objets pour leur valeur propre et non dans une perspective métaphysique. Il s'agit aussi pour lui de rendre compte de l'expérience américaine, alors que beaucoup d'écrivains modernistes sont exilés en Europe.

Peu connu pendant de nombreuses années, il acquiert la reconnaissance après la Seconde guerre mondiale, avec ses poèmes Paterson, Asphodèle et Tableaux d'après Breughel, bien que deux de ses poèmes les plus cités, La Brouette rouge et Le Grand Chiffre, aient été publiés dès 1923. Il devient alors une référence majeure pour les écrivains de la Beat Generation, dont Allen Ginsberg qui fut son ami et qu'il préfaça, mais aussi pour l’École de New York et la Renaissance de San Francisco.

Il était aussi pédiatre et médecin généraliste, des métiers qui ont probablement influencé le choix des sujets de sa poésie. Sa biographe Linda Wagner-Martin note d’ailleurs qu’« il travailla aussi durement à devenir écrivain qu’il le faisait dans son métier de médecin ».

Il inspire le film Paterson de Jim Jarmusch, qui reprend plusieurs éléments de son poème-fleuve Paterson, et dans lequel est lu le poème This Is Just To Say.
wikipédia

Bibliographie sélective des ouvrages traduits en français :


Poésie
Les Humeurs (The Tempers, 1913), Éditions de la Nerthe, 2015.
Al Que Quiere (1917), Éditions de la Nerthe, 2007
Korè aux enfers (Kora in Hell. Improvisations, 1920), Virgile, 2003.
Raisins surs (Sour Grapes, 1921), La feugraie, 2004.
Le Printemps et le reste (Spring and All, 1923), Editions Unes, 2000.
Un Jeune Martyr (An Early Martyr and Other Poems, 1935), Éditions de la Nerthe, 2009
Adam et Eve et la ville (Adam & Eve & The City, 1936), Éditions de la Nerthe, 2009.
Paterson (Livre I, 1946; Livre II, 1948; Livre III, 1949; Livre IV, 1951; Livre V, 1958), publié en un seul livre en 1963.
Asphodèle (Asphodel, that greeny flower, 1952), La Différence, 1991
Tableaux d'après Breughel (Pictures from Brueghel and Other Poems, (1962), Points, 2007.

Recueils de nouvelles dans des éditions françaises
Filles de fermiers, Christian Bourgois, 1980
L’Elephant de mer, M. Perez, 1981
La Fortune, Flammarion, 1984
Le Succès, Flammarion, 1987
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Carlos Williams Empty Re: William Carlos Williams

Message par Arturo le Ven 23 Aoû - 19:10

Je reprends ici un extrait de Paterson, son recueil phare de poésie.

Listen! —
                         the pouring water!
                                                        The dogs and trees
                         conspire to invent
                         a world—gone!

                         Bow, wow! A
                         departing car scatters gravel as it
                         picks up speed!

                         Outworn! Le pauvre petit ministre
                         did his best, they cry,
                         but though he sweat for all his worth
                         no poet has come              .

                         Bow, wow! Bow, wow!

                         Variously the dogs barked, the trees
                         stuck their fingers to their noses. No
                         poet has come, no poet has come.

Et j'en copie un autre :

Let the color run        .

Toulouse Lautrec witnessed
it : limbs relaxed
—all religions
               have excluded it—
at ease, the tendons
untensed      .

And so he recorded them

—a stone
thrust flint-blue
up through the sandstone
of which, broken,
          but unbreakable
we build our roads    .

—we stammer and elect    .

Quit it. Quit this place. Go where all
mouth are rinsed : to the river for
an answer

on peut apprécier les jeux de mots et sonorité.
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Carlos Williams Empty Re: William Carlos Williams

Message par bix_229 le Ven 23 Aoû - 19:13

Merci, Arturo et aussi pour William Carlos Williams.
Pourrais-tu dans la mesure du possible mettre la traduction STP ?
bix_229
bix_229

Messages : 10647
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Carlos Williams Empty Re: William Carlos Williams

Message par Arturo le Ven 23 Aoû - 19:18

Je n'ai pas de traduction sous la main,

mais tiens un autre extrait traduit, du livre III de Paterson, trouvé à l'instant sur le net.

Quand le soleil se lève, il se lève dans le poème

et quand il se couche l'obscurité descend

et le poème s'assombrit,



on allume les lampes, les chats rôdent et les hommes

lisent, lisent - ou marmonnent, contemplent

ce que révèlent les lumières minuscules ou ce

ce qu'elles cachent ou ce que leurs mains cherchent



dans le noir.
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Carlos Williams Empty Re: William Carlos Williams

Message par Arturo le Dim 25 Aoû - 22:25

In Paterson a écrit:Love is her sorrow
over which at heart
she cries for joy by the hour
—a secret she will not reveal

Her ohs are ahs
her ahs are ohs
and her sad joys
fly with the birds and blossom
            with the rose
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Carlos Williams Empty Re: William Carlos Williams

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 26 Aoû - 5:59

Je vais essayer de peupler ça un peu en français... Wink

BEAUTÉ


Beauté
― toute la ville détruite ! Et
les flammes qui s’élèvent

comme une souris, comme
une pantoufle rouge, comme
une étoile, un géranium,
la langue d’un chat ou ―

la pensée, la pensée
qui est une feuille, un
caillou, un vieillard
droit sorti d’une histoire de

Pouchkine .

Ah !
des poutres pourries qui
s’écroulent,

une vieille bouteille
pulvérisée

La nuit ressemblait au jour à cause des flammes, flammes
dont il se nourrissait ― creusant la page
(la page en flammes)
comme un ver ― pour mieux comprendre

Que nous buvons jusqu’à l’ivresse pour être finalement
détruits (par cette nourriture). Mais les flammes
sont flammes avec une exigence, une outrance destructrices
qui leur sont propres ― comme il y a des feux qui
couvent
couvent très longtemps sans jamais
s’embraser

Des papiers
(consumés) éparpillés au vent. Noirs.
L’encre brûlée à blanc, le métal à blanc. Ainsi soit-il.
Viens, beauté transcendante. Viens vite. Ainsi soit-il.
Poussière entre les doigts. Ainsi soit-il.
Viens, futilité déguenillée. Triomphe.
Ainsi soit-il.

William Carlos Williams, Paterson, José Corti, 2005, pp. 126-127. Traduit par Yves di Manno.

J'ai retrouvé ça sur le lien suivant : http://bengricheahmed.over-blog.com/article-william-carlos-williams-111754900.html
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Carlos Williams Empty Re: William Carlos Williams

Message par kashmir le Lun 26 Aoû - 9:30

Juste "Merci" pour les partages ! drunken
kashmir
kashmir

Messages : 1826
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

William Carlos Williams Empty Re: William Carlos Williams

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum