B. Traven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

B. Traven

Message par Bédoulène le Sam 10 Déc - 11:58

B. Traven (1882 ?-1969)


B. Traven (1882 ? - Mexico, 26 mars 1969) est le pseudonyme d'un écrivain de langue allemande, Otto Feige, dont les autres pseudonymes sont, notamment : Traven Torsvan, Berick Torsvan. Il est l'auteur de plus d'une cinquantaine d'ouvrages et est considéré comme un écrivain majeur du xxe siècle. Son roman le plus célèbre reste Le Trésor de la Sierra Madre, qui a été porté à l'écran par John Huston.

Depuis au moins 1926, B. Traven a cherché à brouiller les pistes sur son passé : pour lui, seule comptait l'œuvre. On connaît aujourd'hui l'essentiel de son parcours, mais des doutes subsistent sur le lieu et la date de sa naissance et sur les conditions de son enfance.
B. Traven est le nom de plume de Hermann Albert Otto Max Feige, né probablement le 23 février 1882 dans une petite ville de la Prusse brandebourgeoise. Otto est un très bon élève ; il émet le souhait de devenir pasteur. Néanmoins, comme ses parents ne peuvent se permettre de lui payer sa pension, il se voit contraint de commencer un apprentissage comme mécanicien. Il devient membre du syndicat des ouvriers métallurgistes allemands. Quand ses parents lui interdisent d'organiser une campagne syndicale, il se brouille avec eux. Aucun membre de la famille Feige ne le reverra plus.

Syndicaliste actif, Otto Feige consacre une bonne partie de son temps à l’organisation de soirées artistiques. Il fonde un théâtre d’ouvriers. En 1907 il démissionne, change de nom, et disparaît sans laisser de traces. Otto Feige se métamorphose en Ret Marut, comédien, qui prétend avoir vu le jour à San Francisco le 25 février 1882. En 1909, Marut signe un contrat à Crimmitschau, en Saxe. Il rencontre Elfriede Zielke, 22 ans, comédienne. Ils vivent ensemble de 1910 à 1914 et ont une fille, Irène. Mais en 1914, Elfriede Zielke rencontre un autre homme et se sépare de Marut. Après 1918, il cesse toute relation avec la mère comme avec la fille.
À l’automne 1912, il signe un contrat avec le Théâtre de Düsseldorf, l’un des théâtres allemands les plus renommés. Ses espoirs d’accéder à des premiers rôles sont déçus ; il donne sa démission et change radicalement de vie, encore une fois.

La guerre de 1914 éclate ; il n'est pas enrôlé, mais devient journaliste et écrivain. Secondé par Irene Mermet, sa nouvelle amie, Marut va publier des nouvelles pacifistes et diriger, malgré la censure, une revue anarchiste, Der Ziegelbrenner, vendue sur abonnement.
Le 7 novembre 1918, se crée la République des conseils de Bavière, à laquelle Marut participe activement avec Irene. Responsable de la presse, il est arrêté le 2 mai 1919, mais réussit à s'évader. En compagnie d'Irene, il erre pendant quatre ans et demi à travers l'Europe sous divers pseudonymes.

Sa demande de passeport américain est rejetée. Finalement il réussit le 17 avril 1924 à embarquer pour Tampico, port mexicain. Sa découverte du Mexique et de l'exploitation des indiens va devenir le moteur premier de ses écrits et de sa vie pendant ces dix années prolifiques. Ses ouvrages seront écrits en allemand et publiés par le journal social-démocrate Vorwärts en feuilletons, puis par la Guilde du Livre à Berlin.
D'abord Les Cueilleurs de coton, puis Le Vaisseau des Morts et Le Trésor de la Sierra Madre avec pour personnage récurrent Gérald Gale. Parallèlement, Traven participe à des expéditions archéologiques et ethnologiques au Chiapas comme photographe, sous le nom de Traven Torsvan, tout en suivant des cours de civilisation et d'histoire indianiste à l'université de Mexico.
À partir de 1928, il entame le cycle de la Jungle, comprenant des romans et des récits. Puis, c'est le cycle de la caboa (acajou), le plus prolifique. Entre temps, la prise de pouvoir par Hitler contraint les éditeurs à transférer la publication de ses ouvrages en Suisse à Zurich. En homme avisé, Traven envoie également ses manuscrits aux États-Unis et à Londres, où ils vont connaitre un succès immédiat.

Dans ces années-là, Traven fait la connaissance d'Esperanza López Mateos, sœur du futur président du Mexique, qui devient la traductrice de ses livres en espagnol et sa nouvelle compagne. Après 1939 il a pratiquement cessé d'écrire, à part un curieux roman, Aslan Norval, en 1960.
Après le suicide d'Esperanza López Mateos en 1951, il s'installe à Mexico, dans la maison de Rosa Elena Luján, qui sera sa secrétaire, puis son épouse. Désormais, il se consacre à la diffusion de ses livres et aux adaptations de ses films (9 de son vivant). Après l'épisode du tournage du Trésor de la Sierra Madre, le journaliste Louis Spota révèle que l'agent littéraire Hal Croves, qui a supervisé l'adaptation du roman, s'appelle en réalité Torsvan et n'est autre que le célèbre écrivain B. Traven lui-même. Commence alors la « chasse au Traven » dont il s'amusera à déjouer tous les pièges avec habileté jusqu'à sa mort survenue le 26 mars 1969.
(wikipedia)

Oeuvres traduites en français

1932 : Rosa Blanca (Die Weisse Rose, 1929)
1934 : Vaisseau fantôme (Das Totenschiff, 1926)
1942 : Marguerite enquête
1951 : Le Trésor de la Sierra Madre ( 1927) : Page 1
1954 : Le Vaisseau des morts : Page 1
1955 : La Révolte des pendus : Page 1
1955 : La Charrette (1931)
1974 : Indios (Government, 1931)
1967 : Le Visiteur du soir : et autres histoires
1994 : Dans l'État le plus libre du monde
1999 : Le genre de choses qui arrivent en France : et autres fabliaux
2004 : Le Pont dans la jungle (1929)
2009 : Nouvelles mexicaines (1956)
2009 : Le Chagrin de saint Antoine : et autres histoires mexicaines (1975)
2013 : L'Armée des pauvres

màj le 3/11/2017


Dernière édition par Bédoulène le Ven 3 Nov - 21:01, édité 1 fois

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: B. Traven

Message par Bédoulène le Sam 10 Déc - 12:05

La révolte des Pendus


Là, comme dans des lectures précédentes qui traitent de révoltés se  retrouve l'exploitation de l'homme par l'homme, avec la complicité (réelle ou muette) de l'église,  quel  que soit le pays.

" Mais Dieu qui est venu sur terre deux mille ans auparavant pour sauver les hommes, a sans doute oublié les Indiens."

Qui dit "opprimés" dit "révoltés" et c'est bien cette révolte que dans ce livre l'auteur nous conte, celle des Indiens du Mexique.

Dans l'enfer qu'est une "montaria" pour les Indiens on retrouve aussi des "classes" sociales, le patron (patroncito) le chef  ou Jefe, ses contremaîtres ou capataces, ensuite viennent les artisans (sellier, cuisinier etc.....) et les exploités les Indiens nommés chamulas.

"Les maîtres, les Cachupines, les Espagnols, les Ladinos et les Chinos blancos des cafetales allemands étaient des dieux contre lesquels un péon indien n'eut jamais osé se révolter. Ce n'était ni par lâcheté ni par l'esprit d'un pardon qu'ils agissaient ainsi. Ils savaient qu'il y a des dieux et des serviteurs. Et qui n'était pas dieu ne pouvait être qu'un serviteur obéissant et soumis."

La forêt est aussi exploitée par l'homme, l'acajou est d'un grand profit et est exporté, les grands exploitants étaient souvent des étrangers d'ailleurs (Américains, Allemands..)
Les exploités devaient fournir 3 à 4 tonnes de « trozas » rondins par jour, le lecteur peut imaginer facilement le chantier d’abattage.

Ce pays à cette époque est sous la dictature d'un vieux "cacique", lequel adopte toutes les "suggestions" des grands propriétaires. La révolte gronde dans toutes les régions, mais seuls les patrons le savent, les Indiens ne savent ni lire, ni écrire et donc facilement exploitables.

"Si le trône du vieux vacille et s'effondre, alors toute la République sera en feu. Et, comme depuis des années, personne n'a appris à penser, parce que c'était interdit de penser, elle brûlera jusqu'à ce que tout soit consumé et nous avec."

La violence répond à la violence, c'est pour cela que la révolte va être meurtrière.

Mais après avoir si longtemps baissé la tête, donné l'échine, les Indiens des exploitations avaient besoin d'un révélateur pour oser se libérer, c'est un enseignant qui peine avec eux qui va les inciter à la révolte.
Donc là,  la reconnaissance du "savoir" est une force libératrice.

"Mais quand l'opprimé commence à prendre conscience que sa vie est devenue semblable à celle des animaux, qu’il lui est impossible de leur ressembler davantage, alors les limites sont déjà franchies. Alors, l’homme perd toute raison et il ait comme un animal, comme une brute, pour tenter de retrouver sa dignité d’homme. »



Certains tels les péones de la petite exploitation que rencontrent nos révoltés  font  une révolution pratique, c’est-à-dire uniquement à leur profit comme le constate et  regrette l’un des protagonistes,  El Pofesor.

« Une révolution qui explique et qui a besoin d’être motivée n’est plus une révolution. Elle n’est qu’une lutte pour la propriété et les emplois. La vraie révolution, celle qui est capable de changer les systèmes, elle est au fond  du cœur des vrais révolutionnaires. Le vrai révolutionnaire ne pense pas au profit personnel qu’il peut retirer d’une révolution. Il démolit le système social au milieu duquel il souffre et voit souffrir les autres hommes. Il se sacrifie et meurt pour le détruire et pour réaliser d’autres idées. »

Le lecteur ne connaîtra pas le dénouement de cette « révolution », mais il apparait que tous  ces révoltés sont conscients qu’à présent ils ne doivent et ne peuvent que continuer dans leur engagement.

J’aime que l’auteur ait laissé la liberté au lecteur d’imaginer une fin à son goût à ses idées.

Je reviendrais pour d’autres lectures.

"message rapatrié"


mots-clés : #insurrection


Dernière édition par Bédoulène le Ven 3 Nov - 21:03, édité 1 fois

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: B. Traven

Message par Tristram le Ven 16 Déc - 23:47

« – Eh bien ! la seule question, la voici : le moment ne vient-il pas toujours où l’homme ne peut plus supporter ses souvenirs ? Les actes n’ont pas de poids, ce sont les souvenirs qui dévorent l’âme. »
B. Traven, « Le trésor de la Sierra Madre » , VIII
avatar
Tristram

Messages : 2427
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: B. Traven

Message par animal le Ven 16 Déc - 23:54

J'ai apprécié mes incursions chez Traven et je suis content d'avoir commencé par Le Vaisseau des morts. La prise de contact avec sa tonalité et le déplacement ou la fuite aussi ?

Le vaisseau des morts


Le chauffeur hurlait comme un possédé et prit un élan vigoureux pour lâcher une nouvelle bordée de jurons et de malédictions à faire rougir les habitants de tous les enfers. Rien ne subsista de la majesté de son Dieu, de la pureté virginale de la Reine des cieux, de la dignité des saints. Ils furent jetés dans le caniveau et trainés dans la fange. L'enfer n'était plus capable, le redoutable anathème du ciel ne pouvait plus l'atteindre, car, lorsque je lui demandai :
Chauffeur, qu'est-ce qu'il y a ?,
Il hurla comme une bête féroce :
(...)

C'est une partie de son histoire que nous raconte un marin originaire de la Nouvelle-Orléans. Peu après la première guerre mondiale, son bateau part sans lui, et il reste sans papiers... d'abord repoussé à de pays en pays et n'arrivant à s'embarquer sur aucun bateau digne de ce nom, échappant de peu à une peine de mort un poil surréaliste, mangeant comme il peu, et malgré quelques coups de chance, il est bien obligé de se faire une raison. Le hasard le fait s'embarquer sur la Yorikke qui est un vaisseau fantôme, c'est-à-dire, un bateau à bout de souffle avec un équipage sans papiers qui a pour vocation de faire quelques traffics avant de sombrer de préférences avec la majorité de l'équipage histoire que le propriétaire touche l'assurance...

Qu'on ne vienne pas sermonner les travailleurs sur la politesse et les bonnes moeurs quand on les emploie dans des conditions qui leur interdisent d'être polis et décents. La crasse et la sueur déteignent encore plus sur l'esprit que sur le corps.

A cheval entre un réalisme désespéré et une certaine bonne humeur, il est bien difficile de ne pas s'attacher à ce bonhomme... Ces réflexions sont exprimées avec ce qu'il faut de démesure, de caricature... de raillerie... ça m'a fait pensé à la deuxième partie de Mort à crédit de Céline. Mais en moins lourd, plus maitrisé peut être aussi. Avec quelques très beaux passages dans leur genre sur les bateaux ou les hommes.

Sa gouaille et son bons sens sont comme les couches de peintures qui font tenir sa Yorrike, ça fait tenir cet homme et son camarade Stanislaw alors qu'ils descendent chaque fois plus loin, dans les entrailles et les dangers du bateau, dans l'inhumain des conditions de vie et du travail... les fait tenir alors qu'ils s'habituent au pire, font avec, cherchant un peu de vie et de bonne humeur dans leur enfer.

Cette lecture n'a pas eu ni un goût de révolutionnaire ni un goût de tremblement de terre mais a été à la fois très prenante et très agréable et débordante d'humanité, un peu rustique. Simple mais pas trop, simple frôlant l'essentiel avec un réel talent. Sentiment hybride d'Orwell et de Céline.

C'est tout à fait le genre de bouquin qu'on a attend avec plaisir de retrouver (enfin) à la fin de la journée pour quelques pages... ou plus !

extrait :

Sans doute, avec le temps, le travail exorbitant que nous devions fournir, la situation étrange, désespérée dans laquelle nous nous trouvions tous, notre tension permanente dans l'attente du craquement douloureux que ferait entendre la Yorrike, condamnée mais acceptant mal de sombrer, avaient-ils laissé leur marque sur nos visages, et cette marque épouvantait tous ceux qui n'étaient pas de la Yorrike. Il devait bien y avoir quelque chose dans nos yeux, dans notre expression, qui faisait pâlir et hurler les femmes quand nous surgissions soudain à leurs côtés. Même les hommes nous lançaient des regards timides et rebroussaient chemin pour éviter de passer près de nous. La police restait vigilante tant que le dernier d'entre nous n'avait pas disparu. Les réactions des enfants étaient curieuses. Certains se mettaient à hurler dès qu'ils nous apercevaient et s'enfuyaient à toutes jambes, d'autres restaient cloués sur place, les yeux écarquillés, et nous regardaient passer, d'autres encore s'essoufflaient à nous suivre comme s'ils voyaient en nous des figures de cauchemar, et enfin il s'en trouvait quelques-uns, mais très peu, pour venir vers nous la main tendue, le sourire aux lèvres, en disant : "Bonjour, le marin !" ou quelque chose d'approchant. Parfois, après nous avoir serré la main, ils nous regardaient avec de grands yeux, bouche bée, puis détalaient soudain sans se retourner.
Étions-nous donc déjà tellement morts pour que l'âme des enfants voie la mort entre nous, la sente ? Leur étions-nous apparus alors qu'ils rêvaient encore dans le sein de leur mère ? Un lien secret se nouait-il entre nous qui partions, voués au trépas, et ces âmes enfantines qui venaient de franchir le seuil de la vie, la conscience encore toute imprégnée du royaume des ombres ? Nous partions, ils arrivaient, cette opposition nous rapprochait.

(message  transbordé).

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 5091
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: B. Traven

Message par topocl le Sam 17 Déc - 8:53

Le trésor de la Sierra Madre


On imagine volontiers tout au fil de la lecture, le film sans doute excellent qui en a été tiré par John Huston, où, nous dit wikipedia, John Huston lui même interprète le rôle du « riche américain au costume blanc ». C'est en effet un roman d'aventure dans toute sa splendeur, trois types dans la misère qui s'allient  pour s'en sortir,  et en face, l'or : quoi de plus emblématique de toute aventure humaine que l'or, avec tout ce que cela implique de rêve, de fascination, de folie,  de jalousie, de dérision...Sans parler de la couleur locale, le port qui grouille d'activité, les mules sur les pistes au sein des vallées désertiques et  escarpées, les bandits féroces et crasseux...Dans un climat de compagnonnage alternativement suspicieux ou amical, nos héros affrontent l'adversité, au sein de laquelle leurs propres démons ne sont pas en reste. Ils vagabondent entre enthousiasme, anxiété, délire et épuisement.


Mais il n’est pas à négliger que les héros sont des gringos au pays des Indiens, détrousseurs eux-même d'un peuple plus pauvre qu'eux, plus humble et plus sage aussi, semble indiquer Traven. Le film donne sans doute la part moins belle à la description d'un pays qui n'a guère vécu que d'oppression venue de l'extérieur, où l'autorité civile et religieuse a  proscrit l'éducation, fait régner la terreur, la suspicion et la superstition, entretenu la misère tant pécuniaire qu'intellectuelle . B Traven, qui a des passages virulents sur le rôle de l'Eglise au Mexique, double son roman d’aventure d'un roman social et politique.


(commentaire rapatrié)


mots-clés : #aventure #politique #social

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3093
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: B. Traven

Message par animal le Lun 20 Fév - 22:30

La révolte des pendus

quatrième de couverture a écrit:Dans ce roman, considéré par beaucoup comme le chef-d’œuvre de B. Traven, on retrouve ses sujets de prédilection : l’homme confronté à l’esclavage et à l’exploitation, la recherche de la dignité perdue. Dans les années 1920 au Mexique, Candido Castro, Indien tsotsil du Chiapas, va ainsi devenir l’un des héros de la révolte contre les Espagnols, les Ladinos, les maîtres tout-puissants qui exploitent les forêts pour leur seul profit, sans jamais compter les morts parmi les Indiens réduits en esclavage et pendus toute une nuit par les quatre membres lorsqu’ils n’ont pas abattu les trois ou quatre tonnes d’arbres quotidiennes…

C'est un livre qui n'est pas aussi simple (ou simpliste) qu'il pourrait en avoir l'air. Il est d'abord social, engagé et très démonstratif... très violents aussi. La démonstration de l'oppression, de l'injustice, de la cruauté et de la violence étant rendues plus tolérables et la lecture plus légère, plus facile, plus séduisante en un sens par un volume conséquent de torrents d'injures très "couleur locale" et par une dynamique constante, une emphase d'abord puis une sorte de trouble. Très pittoresque, le récit crée et joue sur une atmosphère proche de la fable voir du mythe, comme si on s'installait au coin du feu pour écouter l'histoire haute en couleur de révolution...

Le plus naturellement du monde on se fait berner. Il y a bien quelque chose de trouble, de dissimulé derrière cette explication morale "évidente" de l'exploitation et de l'esclavage de l'homme par l'homme. On a peur pour eux et on les admire ces indiens endurcis et révoltés, les simples, les penseurs ou les gros bras, la jeune femme... tous sont là. Un peu simple mais on reste parce que...

Parce qu'à la longue ça se précise, derrière "la boue jusqu'au hanches" et un "tigre royal" ... il y a peu d'espoir (en l'homme). La révolution est juste, l'auteur le dira et ne le niera pas... ce qui la fait non plus. Il en fait juste assez, appuie d'une manière faussement détachée pour faire se dessiner une vérité humaine d'un pessimisme certain... des schémas pourris en l'homme autant que dans le système en somme. Les attitudes de martyrs fraîchement libérés ressemblent étrangement à d'autres attitudes...

Le petit jeu dure tout au long de cette lecture mouvementée et on se dit souvent qu'on s'interroge plus qu'on ne le devrait. Je pensais à un moment que c'était bien mais que ça ne valait pas un Antoine Bloyé (Paul Nizan) qui parle de destruction de l'homme par un univers économiquo-quelque chose, de ce qui fait qu'en lui il marche avec sa destruction. J'ai fini par m'apercevoir que tout simplement le style et la manière étaient différents mais qu'au fond les deux ont le même effet sur le moral. On s'interroge sur beaucoup de points et sur soi aussi. Il ne faut pas s'y tromper.

Beaucoup plus fin qu'il ne veut bien le dire, la lecture du Vaisseau des morts aide certainement à s'y retrouver dans ce monde fermé et injuste qu'on traverse poussé par un souffle vivant et un peu fou. Un peu dangereux, transgressif... si on l'oppose à une unité acceptée des hommes.

Refermé ça vaut encore plus le détour et la réflexion.

(Récupération suite, je devrais me relire plus souvent).

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 5091
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: B. Traven

Message par Bédoulène le Lun 20 Fév - 23:51

j'y reviendrai !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: B. Traven

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum