Yanick Lahens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Yanick Lahens

Message par topocl le Dim 18 Déc - 16:30

Yanick Lahens
Née en 1953



Yanick Lahens, née à Port-au-Prince en Haïti le 22 décembre 1953, est une écrivaine haïtienne, lauréate de l'édition 2014 du prix Femina pour son roman Bain de lune.

Yanick Lahens effectue ses études à l’université Paris IV-Sorbonne avant de rentrer à Haïti où elle enseigne à l’École normale supérieure jusqu'en 1995.

Très impliquée dans la vie associative d'Haïti, elle est cofondatrice de l'Association des écrivains haïtiens (depuis supprimée) et avec la fondation « Culture et Création » fonde une bibliothèque à Saint-Louis-du-Nord. Elle témoigne aussi après le séisme de 2010.

Œuvres traduites en français

L’Exil : entre l’ancrage et la fuite, 1990
Tante Résia et les Dieux (nouvelle), 1994
Dans la maison du père (roman), 2000
La Petite Corruption (nouvelle), 2003
La folie était venue avec la pluie (nouvelle), 2006
La Couleur de l'aube (roman), 2008
Failles (récit), 2010
Guillaume et Nathalie (roman), 2013
Bain de lune (roman), 2014

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3122
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Yanick Lahens

Message par topocl le Dim 18 Déc - 16:31

Bain de lune



Ce roman de Yanick Lahens, a les pieds solidement ancrés dans la terre de Haïti, mais aussi dans la mer, le sel et le vent. A travers  4 générations de paysans, la famille Lafleur, elle nous livre son quotidien et son histoire.

Le narrateur , c'est « nous », la famille.  Ce clan indéfectible est pris entre une nature souvent hostile, les superstitions et  croyances vaudou, le christianisme qu'elles adaptent à leur manière, et un pouvoir politique omniprésent et corrompu. Les uns restent humblement fidèles à leur terre et leurs racines, d'autres se laissent capter par le miroitement de l'exil, d'autres encore servent un pouvoir qui leur assure un mode de subsistance et une image rassurante de puissance. Les dieux envoient  à tour de rôle petits bonheurs et grands malheurs, décident des récoltes, déchaînent les éléments .

Ce récit d'un réalisme redoutable ressemble pourtant à un conte fabuleux, par ses péripéties multiples, ses générations successives, cette fatalité qui n'est jamais en repos. Mais surtout grâce au souffle magnifique de la prose de Yanick Lahens,  d'une poétique enchanteresse. On est comme ensorcelé par cette histoire de souffrance et de lutte, comme nous envoûtaient enfant les récits légendaires.

(commentaire récupéré)



mots-clés : #religion #famille

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3122
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum