Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -23%
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD ...
Voir le deal
929 €

Jean-Pierre Vernant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Jean-Pierre Vernant

Message par ArenSor Mar 4 Aoû - 14:32

Jean-Pierre Vernant
(1914 – 2007)

Jean-Pierre Vernant Vernan10

Jean-Pierre Vernant est un historien et anthropologue français, spécialiste de la Grèce antique et plus spécialement des mythes grecs.
Il entreprend des études de philosophie et est reçu premier à l'agrégation, dans cette discipline, en 1937. Adhérant aux Jeunesses communistes, il entre dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale : il rejoint le réseau Libération-Sud, fondé par Emmanuel d'Astier de la Vigerie.
Par la suite, il commande les Forces françaises de l'intérieur de Haute-Garonne sous le pseudonyme du « colonel Berthier » où il commande les frères Angel qui libèrent André Malraux. Il est Compagnon de la Libération.
Après la guerre, il demeure au sein du Parti communiste français et le quitte en 1969. En 1960 il est signataire du Manifeste des 121 c'est-à-dire la Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie. Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.
Il soutient, depuis sa création en 2001, le fonds associatif Non-Violence XXI. Il renonce à sa carrière universitaire pour reprendre l'entreprise de presse que son père avait fondée à Provins à la fin du XIXe siècle
Influencé par Louis Gernet, il se tourne vers l'anthropologie de la Grèce antique quand il entre au CNRS, en 1948. Dix ans plus tard, il devient directeur d'études à l'EPHE (VIe section). Spécialiste de la Grèce antique, il s'est souvent exprimé sur ce qu'il y a de commun mais aussi de différent entre les Grecs et l'Occident moderne, notamment en ce qui concerne la pratique de la démocratie. Il était professeur honoraire au Collège de France.
Le 23 octobre 2006, Jean-Pierre Vernant a souhaité donner sa dernière conférence, sur l'Odyssée, au lycée Le Corbusier, à Aubervilliers, dans le cadre des «Lundis du Collège de France».

Œuvres :

• Œuvres, Religions, Rationalités, Politique, Le Seuil, 2007.
• Les Origines de la pensée grecque, CNRS, collection « Mythes et religions », 1962
• Mythe et pensée chez les Grecs. Etudes de psychologie historique, Éditions Maspero, 1965
• Mythe et société en Grèce ancienne, Éditions Maspero, 1974
• Religion grecque, religions antiques, Éditions Maspero, 1976.
• Religion, histoires, raisons, Éditions Maspero, 1979.
• La Mort dans les yeux. Figures de l’autre en Grèce ancienne, Hachette, 1985.
• L’individu, la mort, l’amour. Soi-même et l’autre en Grèce ancienne, Gallimard, 1989.
• Mythe et religion en Grèce ancienne, Le Seuil, 1990.
• Figures, idoles, masques, Julliard, 1990.
• Entre mythe et politique, Le Seuil, 1996.
• L’Univers, les dieux, les hommes. Récits grecs des origines, Le Seuil, 1999.
• Ulysse et Persée, collection « Parler de la Grèce avec les enfants », 2004.
• La Traversée des frontières, Le Seuil, 2004
• Pandora, la première femme, Éditions Bayard, 2005 [reprise d'une conférence donnée à la Bibliothèque nationale de France le 6 juin 2005]
• L'Odyssée, Bayard, 2011
ArenSor
ArenSor

Messages : 2983
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par ArenSor Mar 4 Aoû - 14:50

L’Univers, les Dieux, les Hommes

Jean-Pierre Vernant L_univ10

La genèse de l’ouvrage est expliquée dans l’introduction :
« Il y a un quart de siècle, quand mon petit-fils était enfant et qu’il passait avec ma femme et moi ses vacances, une règle s’était établie entre nous aussi impérieuse que la toilette et les repas : chaque soir, quand l’heure était venue et que Julien se mettait au lit, je l’entendais m’appeler de puis sa chambre, souvent avec quelque impatience : « Jipé, l’histoire, l’histoire ! » …
Julien, à l’écoute paraissait heureux. Je l’étais, moi aussi. Je me réjouissais de lui livrer directement de bouche à oreille  un peu de cet univers grec auquel je suis attaché et dont la survie en chacun de nous me semble, dans le monde d’aujourd’hui, plus que jamais nécessaire. Il me plaisait aussi que cet héritage lui parvienne oralement sur le mode de ce que Platon nomme des fables de nourrice, à la façon de ce qui passe d’une génération à la suivante en dehors de tout enseignement officiel, sans transiter par les livres, pour constituer un bagage de conduites et de savoirs « hors texte » : depuis les règles de la bienséance pour le parler et l’agir, les bonnes mœurs et, dans les techniques du corps, les styles de la marche, de la course, de la nage, du vélo, de l’escalade.. »
C'est bien de raconter des histoires. Beaucoup de monde peut le faire. Montrer ce qui peut se cacher derrière les mythes nécessite d'autres compétences
"L'Univers, les Dieux, les Hommes" est un ouvrage qui pourrait se classer tout à la fois dans les catégories Histoire, Anthropologie, Littérature

L’origine de l’univers
Guerre des dieux, royauté de Zeus

Les premiers chapitres sont consacrés à la création du monde.
Ouranos, le ciel, est vautré sur Gaïa, la terre, dans un coït permanent empêchant celle-ci de libérer les enfants prisonniers de son ventre, les fameux Titans. Pour cette raison, le plus jeune d’entre eux, Chronos, va châtrer son père ; acte maudit d’une forme de parricide. En effet, du sang tombé du membre d’Ouranos, vont naître les Erinyes qui sauront bien réclamer vengeance.
Du reste, Chronos est un sale type (si on peut dire !) qui n’hésite pas à avaler sa progéniture, autre crime suprême dans la culture gréco-romaine : l’anthropophagie.
Il faudra la force et l’astuce (il a avalé Métis, la ruse, sous forme de goutte d’eau) de Zeus pour venir à bout des forces du mal, les Titans, Typhon et enfin les géants.
Longtemps donc  l’univers a hésité entre ordre et désordre, construction et chaos.

Le monde des humains
A l’origine, les hommes vivaient en parfaite harmonie avec les dieux. Ces temps bénis ont une fin. Maintenant, il convient que mortels et immortels soient séparés dans deux mondes différents.
Arrive alors un être ambigu, Prométhée, qui va jouer une partie de poker menteur avec Zeus.
Premier acte :
Lors de la préparation du sacrifice, Prométhée va constituer deux parts. La première est formée des os des animaux enrobés de bonne graisse (package séduisant mais décevant), la seconde part consiste en bonne viande enfermée dans la panse peu ragoutante du bovidé. Zeus va choisir la première part pour les dieux, la seconde ira aux humains.
Prométhée a essayé (et réussi) à tromper Zeus. Va s’engager alors un duel entre les deux, ou la ruse constitue l’élément principal.
Deuxième acte :
Prométhée va voler le feu, caché par Zeus ainsi que le blé, pour le donner aux hommes. Vous apprendrez notamment pourquoi Prométhée se promène pour cette action avec un fenouil à la main…

« Mais la lutte de ruse entre Zeus et Prométhée n’est pas terminée. Zeus a caché le feu. Prométhée le lui a volé ; Zeus a caché le blé, les hommes travaillent pour gagner leur pain. Mais Zeus n’est pas encore satisfait, il trouve que l’échec de son adversaire n’est pas total. En éclatant de rire, comme il aime à le faire, Zeus lui réserve une nouvelle déconvenue. Troisième acte. »

Cette nouvelle malédiction apportée aux hommes c’est la création de la femme !
Celle-ci est façonnée à partir d’argile et d’eau à l’image des déesses. Elle est splendide et s’appelle Pandora.

« Prométhée se voit à nouveau vaincu. Il comprend tout de suite ce qui pend au nez du pauvre genre humain qu’il a essayé de favoriser. Comme son nom l’indique, Prométhée, c’est celui qui comprend d’avance, celui qui prévoit, alors que son frère, qui se nomme Epiméthée, c’est celui qui comprend après, epi, trop tard, celui qui est toujours possédé et déçu, qui n’a rien vu venir… Or donc, Prométhée comprend ce qui va se passer et prévient son frère, en lui disant : « Ecoute-moi, Epiméthée , si jamais les dieux t’envoient un cadeau, surtout ne l’accepte pas, et renvoie-le d’où il est venu. » Epiméthée jure bien sûr qu’on ne l’y prendra pas. Mais voici que les dieux assemblés lui envoient la plus charmante personne qui soit. Voici devant lui Pandora, le cadeau des dieux aux humains. Elle frappe à sa porte, Epiméthée, émerveillé,  ébloui, lui ouvre la porte et la fait rentrer dans sa demeure. Le lendemain, il est marié et Pandora est installée en épouse chez les humains. Ainsi commence tous les malheurs. »

La femme se caractérise par son avidité. Elle a vite fait de mettre sur la paille le malheureux paysan qui a trimé sang et eau pour subvenir à ses besoins.
Elle est également dotée d’un appétit sexuel insatiable qui transforme son mari en peu de temps en vieillard exténué.

« Si Prométhée a ourdi une ruse qui consistait à voler le feu de Zeus, il s’attire une réplique incarnée par la femme, synonyme de feu voleur, que Zeus a créée pour tracasser les hommes. En effet, la femme, l’épouse, est un feu qui brûle son mari continûment, jour après jour, qui le dessèche et le rend vieux avant l’âge. Pandora est un feu que Zeus à introduit dans les maisons et qui brûle les hommes sans qu’il soit besoin d’allumer une flamme quelconque. Feu voleur répondant au feu qui a été volé. »

Enfin, la femme a le malheur d’être très curieuse. Ainsi, Pandora ne va pas résister à l'ouverture, malgré l’interdiction, de la jarre qui contient tous les maux.

Jean-Pierre Vernant Pandor10
Spoiler:

La Guerre de Troie
Et revoilà Prométhée qui, en fin de compte, possède pas mal d’atouts dans la manche ! En échange d’être libéré de son supplice (l’aigle qui lui mange perpétuellement le foie), il révèle à Zeus un terrible secret.
Ce secret concerne une sacrée diablesse, d’une beauté éblouissante, sur laquelle Zeus et Poséidon ont jeté leur dévolu. Il s’agit de la Néréide Thétis. Or Prométhée sait que de la rencontre d’un dieu avec Thétis naîtra un fils qui renouvèlera le crime de Cronos sur Ouranos. Prudents, les dieux se défilent et refilent la belle naïade aux humains. Elle fera le bonheur du roi Pelée qui l’enserre de ses bras : malgré des transformations successives dont elle a le pouvoir, Thétis ne  peut s’échapper et s’avoue vaincu. De cette union naîtra le fameux Achille.

« Un des résultats de ce mariage inégal entre une déesse et un humain, c’est que toute la splendeur, toute la puissance qui s’attachent à la divine Thétis, viennent en partie auréoler le personnage d’Achille. En même temps sa figure ne peut être que tragique : sans être un dieu, Achille ne saurait ni vivre ni mourir comme le commun des hommes, en simple mortel ; mais échapper à la condition ordinaire de l’humanité ne fait pas pour autant de lui un être divin, assuré de l’immortalité. Son destin, qui pour tous les guerriers, tous les Grecs de ce temps, a valeur de modèle, continue à nous fasciner : il éveille en nous, en écho, la conscience de ce qui fait de l’existence humaine, limitée, déchirée, divisée un drame où la lumière et l’ombre, la joie et la douleur, la vie et la mort sont indissociablement mêlées. Exemplaire, le destin d’Achille est marqué du sceau de l’ambiguïté. D’origine à moitié humaine, à moitié divine, il ne peut être entièrement ni d’un côté ni de l’autre. »

Ulysse ou l’aventure humaine.
On sent que Vernant prend un grand plaisir à raconter les multiples épisodes de l’Odyssée. Il est vrai que l’ouvrage se prête particulièrement à cela. Toutefois, le discours s’enrichit de réflexions dévoilant le sens de ces aventures

« Mais, quand ils doublent le cap Malée, une tempête s’abat à l’improviste sur les Grecs. Elle va souffler sept jours durant, transportant la flottille dans un espace tout différent de celui où elle naviguait auparavant. Désormais Ulysse ne saura plus ou il se trouve, il ne rencontrera plus de gens comme les Cicones, qui sont des guerriers hostiles mais semblables à lui. Il sort en quelque sorte des frontières du monde connu, de l’oikoumené humaine, pour entrer dans un espace de non-humanité, un monde de l’ailleurs. »

Dionysos à Thèbes
Rupture avec le chapitre précédent. En effet, on passe de récits à caractère très littéraires à d’autres étroitement reliées à la religion. Dionysos est l’un des dieux les plus importants du panthéon gréco-romain.
C’est un dieu particulièrement ambigu. Il représente souvent une forme de désordre qui peut mener à la sauvagerie et à la folie meurtrière. Dionysos revient d’Orient accompagné des bacchantes qui dansent autour de lui. Il est efféminé, vêtu de vêtements chatoyants, boit jusqu’à l'ivresse. Bref, tout ce qu’un Grec policé ,mesuré, peut craindre et détester.
C’est ce qui arrive lorsque Dionysos revient à Thèbes sagement gouvernée par Penthée, engoncé dans ses principes. Le dieu y apporte une forme de désordre, notamment en libérant les femmes.

« Au gynécée, on sait encore à peu près ce que les femmes font – on ne sait jamais complètement ce qu’elles  fabriquent, ces diablesses, mais, en gros, on les contrôle – tandis que là-bas, livrées à elles-mêmes, non plus dans la ville, non plus entre les temples et les rues, où tout est bien ciblé, mais là-bas, en pleine nature, sans témoin, qui sait jusqu’où elles peuvent aller. »

Le retour de Dionysos à Thèbes et un échec qui se termine en drame. On peut en tirer une leçon toujours valable de nos jours :

« Le retour de Dionysos chez lui, à Thèbes, s’est heurté à l’incompréhension et a suscité le drame aussi longtemps que la cité est demeurée incapable d’établir le lien entre les gens du pays et l’étranger, entre les sédentaires et les voyageurs, entre sa volonté d’être toujours la même, de demeurer identique à soi, de se refuser à changer, et, d’autre part, l’étranger, le différent, l’autre. Tant qu’il n’y a pas possibilité d’ajuster ces contraires, une chose terrifiante se produit : ceux qui incarnaient l’attachement inconditionnel à l’immuable, qui proclamaient la nécessaire permanence de leurs valeurs traditionnelles face à ce qui est autre qu’eux, qui les met en question, qui les oblige à porter sur eux-mêmes un regard différent, ce sont ceux-là mêmes, les identitaires, les citoyens grecs sûrs de leur supériorité, qui basculent dans l’altérité absolue, dans l’horreur, et le monstrueux. »

Les deux derniers chapitres sont consacrés à deux autres mythes : Œdipe à contretemps et Persée, la mort, l’image

Je termine sur ce beau récit de la naissance du corail :

« Persée dépose la tête de Méduse sur le sable de telle sorte que les yeux du monstre dépassent un petit peu de la besace.  Le regard de Méduse s’étend au raz des eaux ; les algues qui flottaient souples, mobiles, vivantes, sont solidifiées, pétrifiées, transformées en coraux sanglants. Voilà pourquoi il y a dans la mer des algues minéralisées : le regard de Méduse les a changées en pierre au milieu des vagues. »

Mots-clés : #antiquite #contemythe
ArenSor
ArenSor

Messages : 2983
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par Tristram Mar 4 Aoû - 16:40

Merci de nous ramentevoir notre héritage grec ! On voit hélas aujourd'hui où mène de ne plus inculquer la misogynie aux jeunes enfants...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14201
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 65
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par Armor Mar 4 Aoû - 18:34

Ah Jean-Pierre Vernant, il manquait sur le forum ! Mon prof de grec de première nous mettait régulièrement des vidéos de lui, j'adorais l'écouter : il était tellement passionnant, et savait si bien rendre clairs des concepts obtus... J'ai plusieurs de ses ouvrages, il faudrait que je me replonge dedans, tiens.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4548
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 41
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par Invité Mar 4 Aoû - 18:53

Toujours instructif de revenir à la Grèce antique, j'avais lu avec intérêt Les origines de la pensée grecque.

Invité
Invité


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par bix_229 Mar 4 Aoû - 20:35

A propos de l'Antiquité grecque, la France était bien représentée.
En plus de Vernant, il y avait aussi Pierre Vidal Naquet et Claude Mossé.
Et ils ne se contentaient pas de l'histoire antique, mais engagés dans leur époque.
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par ArenSor Mar 4 Aoû - 21:59

bix_229 a écrit:A propos de l'Antiquité grecque, la France était bien représentée.
En plus de Vernant, il y avait aussi Pierre Vidal Naquet et Claude Mossé.
Et ils ne se contentaient pas de l'histoire antique, mais engagés dans leur époque.

Sans oublier Pierre Lévêque. Il y a des traditions dans l'historiographie française, les antiquisants sont plutôt "rouges" et les médiévistes "blancs". Bien sûr, il y a des exceptions.
Ici, J-P. Vernant raconte l'histoire de Prométhée
https://www.rts.ch/archives/tv/culture/grands-entretiens/3459945-promethee.html
Si vous avez des enfants ou petits-enfants, ou pour vous : conteur merveilleux, pétillant d'intelligence Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 2983
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par Avadoro Mer 5 Aoû - 23:43

Il y avaot d'immenses qualités pédagogiques, de transmission, d'enthousiasme chez Jean-Pierre Vernant.
Et la Grèce antique offre tellement de pistes de réflexion, d'analyse, sur la complexité de l'humain. Les mythes sont d'une richesse inépuisable.
Avadoro
Avadoro

Messages : 1194
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 36

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par bix_229 Jeu 6 Aoû - 0:12

bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par Armor Jeu 6 Aoû - 0:45

N'oublions pas Jacqueline de Romilly, qui jusqu'au bout s'est battue elle aussi contre la déliquescence de l'enseignement du grec dans le secondaire.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 4548
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 41
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean-Pierre Vernant Empty Re: Jean-Pierre Vernant

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Documents et essais :: Histoire et témoignages

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum