Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EB12.5 Zénith ...
Voir le deal

Herman Joachim Bang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Herman Joachim Bang

Message par tom léo Sam 16 Jan - 9:23

Herman Joachim Bang
1857 – 1912


Herman Joachim Bang  Herman10



wikipedia a écrit:est un écrivain et journaliste danois, né le 20 avril 1857 dans l’île de Als, Jutland, mort le 29 janvier 1912 (à 54 ans) à Ogden, Utah. Fils de pasteur, Herman Bang fut très tôt orphelin de sa mère. Toute sa vie, il en ressentit une certaine frustration qui transparaîtra dans son œuvre et notamment dans son premier roman Haabløse slægter (Familles sans espoir) écrit en 1880. Il fut également journaliste littéraire dont les articles paraîtront dans divers recueils, les premiers ont été édités alors qu'il avait à peine 20 ans.

La deuxième moitié des années 1880 le vit séjourner à l'étranger (Berlin, Vienne, Prague) d'où il écrivit de nombreux articles pour la presse danoise. Ces années furent les plus prolifiques.

Influencé dans ses premiers romans par le naturalisme français, il évoluera ensuite vers l'impressionnisme. Ses œuvres décrivent des existences manquées ou malheureuses. Homosexuel, refoulé par les codes moraux de l'époque, ses sentiments transparaissent dans les relations hétérosexuelles de ses personnages. Il est considéré comme l'un des maîtres de la littérature danoise en ce qui concerne les portraits psychologiques féminins. Après avoir refusé le Prix Nobel en 1911, il mourut solitaire et en exil au cours d'une tournée de conférences aux Etats-Unis, le 29 janvier 1912.

Il fut plusieurs fois adapté au cinéma.


OEUVRES :

Recueils d'articles
   Realisme og Realister (Réalisme et réalistes), 1879
   Kritiske Studier (Études critiques), 1880
   Herhjemme og derude (Chez nous et à l'étranger), 1881
   Ti Aar - Erindringer og Hændelser 1891

Romans et nouvelles
   Paria’er, 1878
   Hverdagskampe og Du og jeg. 1879.
   Haabløse Slægter (Familles sans espoir), 1880
   Fædra. 1883
   Excentriske Noveller (Nouvelles excentriques), 1885
   Stille Existenser. 1886
   Ved Vejen (Au bord de la route), 1886
   Stuk (Stuc), 1887
   Tine, 1889. Porté à l'écran par Knud Leif Thomsen en 1964
   Under Aaget (Sous le joug), 1890
   En dejlig Dag. 1890.
   De fire Djaevle. 1890
   Ti Aar (Dix ans), 1891
   Ida Brandt, 1896
   Ludvigsbakke. Roman. 1896
   Det hvide Hus. 1898
   Udvalgte Fortællinger, 1899.
   Det graa Hus, 1901
   Sommerglæder (Plaisirs d'été), 1901
   Mikaël, 1904
   De uden Fædreland (Les Sans-Patrie), 1906.
tom léo
tom léo

Messages : 1353
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par tom léo Sam 16 Jan - 9:57

Maison blanche

Herman Joachim Bang  97822310



Originale : Det hvide hus (Danois, 1898)

Description de produit a écrit:Avec Maison blanche (1898) et Maison grise (1901), souvent parus ensemble, Herman Bang se tourne vers la pureté de l'enfance, et se livre à une sorte de "Recherche du temps perdu" intimiste et sensible, rythmée par le miracle des saisons, dominée par la figure d'une mère lumineuse bien-aimée et de personnages attachées déjà croisés dans Tine, roman admirable où il saisit la vie dans ses aspects les plus fugitifs et les plus significatifs.

Je m’arrête dans un premier temps à ce premier volet, même si certains soulignent à quel point il est en dialogue avec le deuxième. Donc souvenirs de l’auteur, fils de pasteur, à sa maison d’enfance, d’une certaine aisance (avec pas mal de domestiques), mais surtout à sa mère ! C’est elle qui domine entièrement ces pages. Pour l’enfant, un enfant, cette mère enjouée,  rieuse, généreuse, entreprenante à son temps, légère, prête à organiser des fêts (surtout Noël), voir libre, a du fasciner : on voit littéralement la troupe d’enfant (combien?) sautant autour d’elle. Attendant qu’elle raconte ou lit des histoires ou invente des jeux... Néanmoins elle n’a pas seulement une tendance à être parfois bavarde, superstitieuse, attachée avec fatigue à son lit, voir facilement angoissée, elle est aussi souvent triste, menacée par une peur quasi existentielle : c’est l’amour et la mort, omniprésents. Pressent-elle une fin proche, comme l’auteur l’avait vécue avec sa propre mère ? De ce coté-là on trouve des versets d’une profonde tristesse. Ainsi cette femme réunit des tendances seulement apparemment contradictoire : la coexistence d’une joie, toujours éphémère (elle dira qu’elle ne peut pas être heureuse plus qu’une heure à la suite) et une nostalgie d’un amour, jamais atteint, d’une mort, fin mot de tout… Et cela dans un pressentiment d’un vide, d’un ras-le-bol.
Donc, il faudrait prendre la description du résumé d’une figure « lumineuse » avec des gants. Derrière tout cela il y a le mal de vivre. Mais quel art de ce Herman Bang de dresser un portrait, et un hommage, de cette mère plus complexe que cela paraît !

J'ai bien aimé...


Mots-clés : #autobiographie #relationenfantparent
tom léo
tom léo

Messages : 1353
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par Quasimodo Sam 16 Jan - 10:21

Merci pour ton commentaire, tom léo. J'ai envie de lire Herman Bang depuis que j'ai lu les pages que Klaus Mann lui consacre dans Le Tournant.
C'est le premier livre que tu lis de cet auteur ?
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 5422
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 27

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par tom léo Sam 16 Jan - 12:11

Quasimodo a écrit:Merci pour ton commentaire, tom léo. J'ai envie de lire Herman Bang depuis que j'ai lu les pages que Klaus Mann lui consacre dans Le Tournant.
C'est le premier livre que tu lis de cet auteur ?

De rien.

Oui, il semble qu'il fût apprécié par des "grands" auteurs, et même comparé avec eux. Pour le Danemark il compte parmi les plus "grands" de la fin XIXème, début XXème siècle.

J'ai "La maison grise" (en allemand) encore sous ma main, ainsi qu'en français... (je ne trouve pas?) "Mickaël"? Au moins je garde son nom en mémoire...
tom léo
tom léo

Messages : 1353
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par Quasimodo Sam 16 Jan - 12:30

J'ai aussi Mickaël, je commencerai sans doute par là (mais je retiens ces deux livres dont tu parles).
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 5422
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 27

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par animal Sam 16 Jan - 14:01

Quii a été mis en film par Dreyer ?

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 13152
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 42
Localisation : Tours

https://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par bix_229 Sam 16 Jan - 14:46


Dabns la préface de La Maison blanche, Maury, grand connaisseur des littératures scandinaves, parle des influences de jeunesse de Bang, notamment Darwin, mais aussi Shopenhauer dont la pensée l' influencera toute sa vie. De la lecture des écrivains français, Balzac, Flaubert, Dumas, Zola, les Goncourt, Tourgueniev, Dickens...Jonas Lie.
"Il s' éloigne des systèmes et des vues théoriques et de la littérature à "problèmes", comme Ibsen et Bjornson. Il ne recherche que des images aussi fidèles que possible de la vie sans surcharge idéologique. Le public lui sait gré de cette simplicité et de cette sincérité, ce retour à une littérature rafraichissante, où en effet, triomphe une subtile atmosphère d' émotion et de vérité..."

"Le romancier des vies simples est aussi l' esthète séduit par la dégénérescence et les phosphorécences morbides : la saine fantaisie d' Andersen, dont il est l' héritier le plus direct..., mais aussi Baudelaire et Poe."

Romancier, le roman est son refuge et son alibi... Sa devise : "ne pas raconter, montrer"... Le meilleur de Bang est là, dans ces récits qui sont à peine des narrations, mais de mobiles schémas de décors, des esquisses de dialogues, la vie saisie dans ses aspects les plus fugitifs et les plus significatifs, la vie extérieure et profonde, l' ame d' une scène, d' un paysage, d' une passion, essence capricieuse et changeante dont il épie avec une fougueuse patience l' incessante métamorphose... Par là, Bang rejioint nos impressionistes.."
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par tom léo Sam 16 Jan - 15:49

animal a écrit:Quii a été mis en film par Dreyer ?

Je pense que oui. Plusieurs livres de lui ont été adapté pour le ciné, quelques uns très tôt.
tom léo
tom léo

Messages : 1353
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par Avadoro Sam 16 Jan - 23:49

Mikaël est un très beau récit, poignant et douloureux, de la relation entre un peintre et son modèle. Il a été adapté par Dreyer, ainsi que Mauritz Stiller.
Avadoro
Avadoro

Messages : 1240
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 37

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par tom léo Lun 25 Jan - 8:10

J'avais voulu enchaîner avec le deuxième tome "La maison grise", mais le livre en allemand est si mal édité que je n'arrive pas à savoir - mais pas de tout - si cette confusion est dû à l'édition très peu soignée ou si l'auteur maîtrise pas son sujet. Je me suis arrêté, frustré.
tom léo
tom léo

Messages : 1353
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par Bédoulène Lun 25 Jan - 8:31

c'est bien dommage ; pas de traduction française ?

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19886
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 78
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par tom léo Lun 25 Jan - 10:05

Bédoulène a écrit:c'est bien dommage ; pas de traduction française ?

Oui, je pense qu'il y a une traduction française, et aussi d'autres éditions en allemand. Mais j'avais celle-ci en allemand (deu Steidl-Verlag) sous la main. Pas convaincante alors.
tom léo
tom léo

Messages : 1353
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par bix_229 Lun 25 Jan - 14:43

Bédoulène a écrit:c'est bien dommage ; pas de traduction française ?
Mais si, meme si pas récentes. Je les ai lues. L'éditeur : Stock.
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par bix_229 Lun 25 Jan - 14:53

Un poème nostalgique et ému, bien dans la tonalité de l'auteur.

Ma mère



Dis-moi pourquoi je vois constamment

ton regard triste ?

Dis-moi pourquoi j’entends toujours

ta voix affligée ?



Mère - est-ce parce que

c’était la même misère

sous laquelle tu peinais,

contre laquelle je lutte ?



Etait-ce la même souffrance

qui t’apporta la mort,

la mort, la mort précoce,

celle de la fleur brisée ?



Je ne sais pas :

ta peine était muette.



Mais moi, je voudrais tant, maintenant

poser ma tête contre toi,

tes mains caresseraient mes cheveux

et je confesserais ma détresse.



Qui sait ? Cela consolerait peut-être,

que ce soit la même misère,

qui peut donner la même mort -

pour toi, ma mère, mon origine,

et moi, en qui

tu transmis la même détresse.


bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par tom léo Lun 25 Jan - 16:37

Merci bix, pour la citation! Oui, c'est entièrement dans la tonalité de l'auteur. Dans "La maison blanche" sa mère et omniprésente, au centre. La mort, ou le pressentiment - voir le désir de celle-ci - semblent proche. Mais c'est beau à pleurer...
tom léo
tom léo

Messages : 1353
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par Dreep Sam 15 Oct - 19:31

Les Corbeaux

Herman Joachim Bang  Les-corbeaux

C’est une soirée chez la Tante Vik qui est mise en scène dans Les Corbeaux, qui ― appelons-la « prose dialoguée » ― n’est pas une pièce de théâtre. Les paroles fusent, les dialogues se mélangent… Nous sommes un peu dans la situation de quelqu’un qui écouterait à la porte de gens qu’il ne connaît pas (il y a, comme pour une pièce, la liste des personnages au début). Rien n’est expliqué ou contextualisé, mais sans qu’il y ait là de difficulté majeure. Les enjeux de cette discussion sont au commencement aussi simples que triviaux… Herman Bang est de ceux qui transmettent un drame par petits éclats, surnageant dans mille détails de la vie quotidienne. Ce qui fonctionnait bien dans Tine ― dans l’écho des canonnades les personnages n’avaient ni le temps de gloser ou de pleurer ― est plus délicat dans Les Corbeaux où cet « éclat » a bien du mal à paraître bien réel parmi les propos qui l’étouffent ou, pour le coup, le noient tout à fait. On se prend par contre à attacher plus d’importance aux nombreux sujets qui émaillent le texte qui dressent en mosaïque le portrait de la société copenhagoise.
Dreep
Dreep

Messages : 1444
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 30

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par Bédoulène Dim 16 Oct - 8:00

merci Dreep ! tu as donc lu au moins deux livres de l'auteur

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19886
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 78
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Herman Joachim Bang  Empty Re: Herman Joachim Bang

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains de Scandinavie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum