ArenSor_T_Williams

Alors parle-moi comme la pluie et laisse moi écouter (laisse-moi m'étendre ici et écouter).

Tennessee Williams, Parle moi comme la pluie et laisse moi écouter

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Mary Anne Mohanraj

    Partagez
    avatar
    Armor

    Messages : 1103
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 36

    Mary Anne Mohanraj

    Message par Armor le Mer 8 Fév - 18:10

    Mary Anne Mohanraj
    Née en 1971


    Mary Anne Amirthi Mohanraj, née en 1971 de parents sri lankais d'origine tamoule, est un éditeur et écrivain américain.
    Elle est née à Colombo, au Sri Lanka, mais sa famille a émigré aux Etats-Unis quand elle avait deux ans. Les intentions de ses parents de retourner au Sri Lanka, ne serait-ce que pour des vacances, furent anéanties par le déclenchement de la guerre civile.

    Mary Anne Mohanraj est devenue professeur de littérature post coloniale et d'écriture créative. Elle vit aujourd'hui dans l'Illinois avec son mari et leurs deux enfants.

    Mary Anne Mohanraj a cofondé la Speculative Literature Foundation, qui a pour but de promouvoir des écrivains prometteurs, ainsi que DesiLit, qui met en lumière des écrivains de la diaspora d'Asie du Sud.
    Elle a par ailleurs co-fondé un magazine et un forum consacrés à l'écriture de textes érotiques ; elle se définit elle-même comme bisexuelle et militante. ("sexuality activist").

    Mary Anne Mohanraj écrit des nouvelles, des romans "classiques", érotiques ou de science fiction...
    A ce jour, seul son roman Bodies in Motion a été traduit en français sous le titre Colombo-Chicago.
    source : http://maryannemohanraj.com/about/biography/

    Ouvrage traduit en français :

    2005 : Colombo-Chicogo (Bodies in Motion : Stories)


    Dernière édition par Armor le Mer 8 Fév - 19:19, édité 4 fois
    avatar
    Armor

    Messages : 1103
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 36

    Re: Mary Anne Mohanraj

    Message par Armor le Mer 8 Fév - 18:30



    Colombo Chicago

    Colombo-Chicago se concentre sur les destins croisés de deux famille sri-lankaises, les Kandiah et les Vallipuram, sur une durée de près d'un demi-siècle.
    Plutôt que d'un roman, on pourrait d'ailleurs parler d'un recueil de nouvelles, chaque chapitre étant consacré aux tourments amoureux et familiaux d'un des membres de la famille, à un instant T de sa vie.
    L'amour est le thème central de Colombo-Chicago : Passions interdites, violences conjugales, mariages arrangées, amour non payés de retour, homosexualité… Mary Anne Mohanraj semble avoir voulu explorer chacune des multiples facettes de ce sentiment…

    Les personnages sont tous, quelque part, des êtres empêchés. La culture sri-lankaise, omniprésente, pèse de tout son poids sur les décisions parentales et les émois adolescents. Même l'exil à l'étranger, les études ou l'émancipation sexuelle ne sont qu'une libération illusoire face au carcan culturel et familial.
    Alors, la joie se teinte d'amertume, le bonheur _ aussi éphémère soit-il_ ne se gagne pas  sans sacrifices, et les promesses d'avenir radieux sont assombries par un doute lancinant…

    Je ne vais pas nier que ce roman est un vrai tourne-pages, et plutôt agréable. Alors, pourquoi sa lecture a-t'elle aussi généré en moi un véritable sentiment de frustration ?

    La multiplicité des personnages ne m'a pas dérangée, contrairement à d'autres lecteurs. Ce qui est véritablement décevant, par contre, c'est de ne recevoir aucune explication sur leur évolution (pourtant parfois bien déroutante !) lorsqu'il nous arrive de les recroiser au détour d'une phase.
    L'écriture de Mary Anne Mohanraj n'a rien d'original, j'ai d'ailleurs parfois tiqué à la lecture de certains passages désespérément plats et explicatifs. Pourtant, l'auteur a su trouver un ton bien à elle, fluide, efficace, émouvant parfois. Mais à la réflexion, je crois que c'est là que réside ne noeud de ma frustration. En effet, tous les chapitres nous sont narrés avec la même petite musique, et un procédé narratif qui m'a finalement semblé trop bien rôdé…. Qu'elle nous parle d'une jouvencelle de 17 ans qui accepte un mariage arrangé dans un pays qu'elle ne connaît pas, ou évoque les tourments amoureux d'un médecin américain homosexuel, la mécanique est toujours la même ; certes efficace, mais au final quelque peu lassante...

    Je ne voudrais pas paraître trop dure avec ce roman qui ne manque pas de qualités et se lit facilement, avec un certain plaisir même. Mais après l'avoir refermé, c'est bel et bien un sentiment d'inachevé qui domine…

      La date/heure actuelle est Lun 24 Juil - 18:38