Chart KORBJITTI (ou Chat KOPCHITTI)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chart KORBJITTI (ou Chat KOPCHITTI)

Message par Armor le Mer 28 Déc - 16:41

Chart Korbjitti
Né en 1954



Chart Korbjhitti naît en 1954 à Samut Sakhon, autrefois bourg de pêcheurs et de récolteurs de sel, aujourd'hui grande banlieue industrialisée de  Bangkok. Il est le second de neuf enfants. Ses parents sont épiciers et de marchands de sel.
A l'âge de sept ans, part habiter chez sa grand-mère à Bangkok, où il suit durant plusieurs année un enseignement religieux dans un monastère tout en allant à l'école publique. Il entre ensuite au Collège des Beaux Arts où il apprend la peinture et la gravure.
Pour gagner sa vie et payer ses études, il fait toutes sortes de métiers, puis crée avec sa femme une entreprise artisanale de sacs, ceintures et chaussures de cuir. Mais très vite, il décide de devenir écrivain à part entière et vend son affaire. Après avoir publié plusieurs ouvrages, il part aux États-Unis, puis, de retour en Thaïlande, s'installe dans le nord-est du pays.
Il a fondé la maison d'édition Samnakphim Hon (Howling Books), qui publie toutes ses œuvres.

Chart Korbjitti bénéficie dès le début de sa carrière d'une petite notoriété, ses deux premières publications sont d'ailleurs primées.
Auteur de nombreux romans et recueils de nouvelles, Chart montre la vie des marginaux ou des personnes en rupture sociale. Sa vision de la société est plutôt sombre et pessimiste, bien qu'il garde toujours un certain humour et une forme de détachement. Dans certains de ses textes, il met en scène une élite avide de pouvoir, sans pitié pour le peuple, et expose certaines faiblesses de la société.
source : ideo.revues.org

Oeuvres traduites en français :

Une histoire ordinaire (deux nouvelles)
Sonne l'heure (roman)
La chute de Fak (roman)
Chiens fous (roman
De retour au village, nouvelle consultable en ligne ici : clic


Dernière édition par Armor le Sam 1 Juil - 20:53, édité 1 fois
avatar
Armor

Messages : 1647
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chart KORBJITTI (ou Chat KOPCHITTI)

Message par Armor le Mer 28 Déc - 16:48



Une histoire ordinaire

Dans un petit immeuble des faubourgs, une jeune femme se meurt, atteinte d'un cancer. Sa mère, qui se méfie de l'hôpital, préfère s'en remettre à toutes sortes de charlatans. Ce drame intime nous est narré par un voisin, observateur cynique et silencieux.
Cette histoire personnelle est aussi une métaphore de la société thaïlandaise contemporaine. Les valeurs traditionnelles entrent en collision avec la modernité galopante, vécue comme un paradis à portée de main. Et ce bouleversement du mode de vie entraîne également un profond changement de mentalité. Même la compassion, valeur fondamentale dans ce pays profondément bouddhiste, est dévoyée pour ne devenir qu'un instrument de bonne conscience.
La critique sous-jacente est féroce : la solidarité laisse peu à peu place à une indifférence polie et à l'égotisme, les rapports humains sont remplacés par les mirages de la société de consommation.
Jusqu'à quand ?

Un récit intelligemment construit qui porte à réfléchir… (J'avoue par contre n'avoir pas du tout accroché à la seconde et courte nouvelle, Le couteau, qui m'a laissée de marbre malgré le sujet, avec en prime une impression de déjà-vu.)

(Ancien commentaire remanié)


mots-clés : #nouvelle #pathologie


Dernière édition par Armor le Ven 11 Aoû - 17:46, édité 4 fois
avatar
Armor

Messages : 1647
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chart KORBJITTI (ou Chat KOPCHITTI)

Message par Armor le Mer 28 Déc - 16:51



La chute de Fak

La chute de Fak, comme son titre l'indique, est le récit de la déchéance d'un homme.
Fak a renoncé à son rêve de devenir moine pour demeurer auprès de son père. C'est également par fidélité envers celui-ci qu'à sa mort il se charge de sa belle-mère, la "veuve Somsong", une jeune femme un peu simple. La veuve Somsong multiplie les frasques et un soir, appelle Fak "Mon homme" devant témoins. Il n'en faut pas plus pour que coure la rumeur : Fak couche avec la veuve de son père, à peine un mois après le décès de celui-ci. Honte suprême ! Et puis, qui sait si les ébats n'avaient pas débuté plus tôt ? Indignité !

Les villageois ne se privent pas pour dénigrer celui qu'autrefois ils donnaient en exemple à leurs enfants, déversant sur Fak un ressentiment qui couvait de longue date. On ne lui a jamais vraiment pardonné de ne pas être devenu le moine érudit qu'il promettait d'être, dont le prestige aurait rejailli sur tout le village. Les dénégations de Fak n'y feront rien : il est peu à peu mis au ban de la société, cible facile dans ce monde où l'argent et la position sociale font loi. Déchiré, il sombre peu à peu.

Chart Korbjitti est un auteur sans illusions. Il nous décrit une société thaïlandaise clivée et corrompue. Un monde sans pitié où chacun trouve toujours plus mal loti que soi à mépriser. Le seul ami que Fak rencontre sur sa route est d'ailleurs un homme qu'il a ignoré autrefois, et dont le statut encore plus bas que le sien le rassure aujourd'hui. Mais cette amitié sera aussi, bien involontairement, pourvoyeuse du vice qui accélèrera la chute de Fak...

J'avoue que la lecture de ce livre fut vraiment difficile. Le sujet est douloureux en soi, et l'auteur n'épargne rien à son héros, le menant, de méprise en injustice, dans une chute que l'on sait d'emblée inexorable. Chart Korbjitti laisse pourtant à plusieurs reprises entrevoir des solutions ; mais Fak sombre dans une forme de passivité que l'on rencontre régulièrement dans les romans asiatiques. Une sorte d'acceptation de son karma en attendant une réincarnation plus clémente…

J'avoue que je me suis lassée de ce récit qui finit par tourner en rond comme les ruminations de son héros. Chart Korbjitti décrit pourtant avec beaucoup de justesse  la vie villageoise, ses codes et ses rites, dans ce style vivant et imagé qui lui est propre. Attentif aux petits riens de la vie, il donne réellement corps à ses personnages. Mais je n'ai pas été conquise comme je le fus par Une histoire ordinaire, et plus encore par Sonne l'heure, dont la richesse et la subtilité m'ont littéralement enchantée.

(Ancien commentaire remanié)


mots-clés : #social


Dernière édition par Armor le Mar 22 Aoû - 18:05, édité 3 fois
avatar
Armor

Messages : 1647
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chart KORBJITTI (ou Chat KOPCHITTI)

Message par Armor le Mer 28 Déc - 16:55



Sonne l'heure

Le narrateur, cinéaste, assiste à une pièce montée par de jeunes comédiens, uninanimement décrite par la critique comme la plus ennuyeuse de l'année… L'action se déroule dans la salle commune d'un hospice de vieillards, où se côtoient une dizaine de femmes, dont une moitié seulement encore douée de conscience.
Le projet de la pièce, visiblement, est de montrer le quotidien dans toute sa banalité. Les scènes de toilettes ou de sieste s'éternisent, sans qu'aucune parole ne soit échangée ; et notre cinéaste s'ennuie, s'agace devant la pauvreté du projet artistique. Il se met alors à penser au film qu'il pourrait tirer de cette histoire, au moyen de sublimer telle ou telle action par des jeux d'éclairages et de caméra ; il comble les silences, et sa rêverie s'insère dans le déroulement de la pièce. Un procédé qui ne déroute que quelques pages, avant d'emporter totalement le lecteur.

Il faut dire que Chart Korbjitti décrit de façon terriblement attachantes ces petites mamies, confinées dans une pièce sans attrait en attendant la mort. Il parvient avec brio à nous rendre palpable toute l'humanité et la douleur de ces femmes, de ces mères, dont la plupart ont été reléguées là par des enfants peu soucieux de s'en occuper, ni même de leur rendre visite. D'autres ont subit des revers de fortune et vivent leur situation comme une déchéance, supportant mal de devoir frayer "avec le commun". Mais toutes se doivent de cohabiter dans un semblant d'harmonie, recréant sous nos yeux une micro-société dont les échanges de banalités, les chamailleries ou les moments de solidarité nous sont narrés avec beaucoup de pudeur et de subtilité, d'humour aussi.

Sans cesse, la voix du vieillard sénile enfermé dans une cellule voisine scande qu'« il n'y a rien, absolument rien ! ». Dans ce pays profondément bouddhiste, où tous ont à coeur de mettre à profit ces derniers moments pour accumuler des mérites en faisant des offrandes quotidiennes aux bonzes, ces paroles nées d'une obsession pathologique prennent un relief particulier, soulignant sans fard la vacuité de l'existence.

Face à ce spectacle de la fin de vie que nul ne veut voir d'ordinaire, le narrateur, bousculé, plonge dans une forme d'introspection. L'expérience n'est d'ailleurs pas sans rappeler le récit des méditations de certains ascètes bouddhistes ou hindous près des bûchers funéraires. C'est un miroir qui nous est tendu, et le lecteur ne peut y rester insensible.

Comme dans Une histoire ordinaire, la dénonciation de nos sociétés consuméristes est féroce. Une société où les vieux, réduits au rang d'objets, sont mis de côté dès lors qu'ils n'ont plus d'utilité…
Plutôt qu'aux posessions terrestres, Chart Korbjitti s'attache aux êtres dont il restitue, avec tendresse et pudeur, toute la richesse intérieure. L'on ne saurait lui donner tort, puisque qu'à la fin des fin, il se peut qu’« il n'y ait rien, absolument rien ! »

J'ai profondément aimé ce roman. Une lecture marquante dont la forme originale n'a rien d'une esbroufe, mais sert bel et bien un projet d'auteur.

(Ancien commentaire)


mots-clés : #vieillesse
avatar
Armor

Messages : 1647
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chart KORBJITTI (ou Chat KOPCHITTI)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum