Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Louis Owens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Louis Owens Empty Louis Owens

Message par Bédoulène le Mer 2 Jan - 14:17

Louis Owens
( 1948/2002)


Louis Owens Lowens11



Troisième d'une famille de neuf enfants élevés en Californie dans des conditions de pauvreté extrême, Louis Owens, né d'un père choctaw et d'une mère irlando-cherokee, confessait un amour inné des livres.

Au sortir du collège, Louis Owens envisage de s'engager dans les marines, sur les traces de son frère, afin de libérer le Viêt-nam, quand il se voit offrir l'opportunité d'intégrer un établissement universitaire du premier cycle.

Sagement, il choisit d'y séjourner un an : «Durant cette période, j'ai reçu une lettre de mon frère me décrivant l'horreur du Viêt-nam. J'ai compris que ce n'était pas ma guerre. A la même époque, l'un de mes professeurs, qui s'intéressait à ce que je commençais à écrire, m'a obtenu une bourse.»

Dès 1971, il a entamé un premier roman qu'il n'achève pas et détruit. Cinq ans plus tard, alors que, ranger, il trace des pistes et combat les feux de forêt, il en débute un autre. Mais ce n'est qu'en 1990 qu'il termine le Chant du loup, suivi de Même la vue la plus perçante (1992), deux livres traduits dans la collection Terre indienne d'Albin Michel, à la fois contes, drames et polars.

Devenu l'une des voix majeures de la littérature amérindienne, fort de son statut de professeur de littérature anglaise à l'université d'Albuquerque (Nouveau-Mexique), Louis Owens prônait, à l'image de ses personnages (et de Willie Nelson, son chanteur préféré), un réapprentissage des valeurs perdues.

En 2002 sur le point de s'envoler pour Washington afin de participer à une conférence sur un thème qui lui était cher, les débuts des premiers romans de l'Amérique indienne, Louis Owens s'est suicidé dans sa voiture, sur le parking de l'aéroport d'Albuquerque, d'un coup de pistolet. Au moment où l'on annonçait en France la traduction prochaine de ses deux derniers romans : Nightland et Dark River.


sources auteurs americains

Oeuvres traduites en français

1991 : Le Chant du loup
1992 :  Même la vue la plus perçante
1996 :  Le Joueur des ténèbres
1999 : Le Pays des ombres

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12392
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis Owens Empty Re: Louis Owens

Message par Bédoulène le Mer 2 Jan - 14:19

Même la vue la plus perçante
(en exergue : Invisibles, les flèches de la mort volent en plein midi ; même la vue la plus perçante ne peut les discerner. Jonathan Edwards)
Louis Owens Meme-l10


Une histoire qui débute par la recherche d’un corps, la victime et de l’assassin. Mais en fait deux des personnages, le shérif-adjoint Mundo Morales et le frère de la victime, Cole Mc Curtain  découvriront leur « identité »  dans leurs  recherches.

Savoir d’où l’on vient, quelles sont nos origines, notre culture   :  c’est ce qui changera à jamais la vie de ces deux hommes.

Quelle part  colore la peau d’un être ? signe distinctif dans ce pays et ces régions où la couleur de peau est incriminée, rejetée.  

Quelle part de nos ancêtres dans notre âme ?

La spiritualité des Choctaws est particulièrement complexe, vivante alors que paradoxalement les morts semblent réclamer mais aussi offrir plus.


C’est une histoire empreinte de spiritualité, celle des Choctaws et de tous ceux, métis notamment de cette ethnie  indienne ou autres, dont les racines s' y retrouvent.

Les morts s’invitent dans la vie  des  vivants auxquels ils apportent leur sagesse,  car « même la vue la plus perçante » ne peut voir si le cœur et l’âme ne voient pas ;  savoir vivre c’est avant tout savoir regarder et voir.


Je vois aussi dans ce livre une critique sur la guerre, là particulièrement celle du Vietnam  d’où sont revenus abimés  psychiquement  beaucoup de soldats et  plusieurs des personnages sont des anciens soldats.

C’est une lecture intéressante  sur  l’identité et la spiritualité des indiens Choctaws et plus particulièrement sur leur respect et manière de traiter leurs morts.
L’auteur a puisé dans sa vie, sa famille, dans son vécu, pour ce livre (mon premier de l’auteur) c’est évident.

Je prévois une autre rencontre avec l’auteur.

mots-clés : #amérindiens #guerre #identite #polar #spiritualité #traditions

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12392
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis Owens Empty Re: Louis Owens

Message par Tristram le Mer 2 Jan - 16:51

Ça a l'air intéressant, et dans le droit-fil d'Hillerman !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis Owens Empty Re: Louis Owens

Message par Bédoulène le Jeu 3 Jan - 8:41

je pense, donc je note Hillerman !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12392
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Louis Owens Empty Re: Louis Owens

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum