Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par Aventin le Lun 7 Jan - 17:52

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev
(1818-1883)

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Tourgu10

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev  (en russe : Иван Сергеевич Тургенев) est né le 9 novembre (28 octobre du calendrier grégorien) 1818 à Orel (Russie) et mort le 3 septembre (22 août du calendrier grégorien) 1883 à Bougival (France).
Ivan Sergueïevitch Tourgueniev est issu d'une famille russe aisée. Élevé dans la demeure maternelle de Spasskoje, son éducation est stricte.
À l'âge de quinze ans, il est envoyé en pension à Moscou, puis il poursuit ses études à Saint-Pétersbourg, où il rencontre Pouchkine, et écrit de la poésie.
De 1838 à 1841, il séjourne à Berlin. Il y fréquente les cercles culturels occidentaux. Son retour en Russie est marqué par sa rencontre avec la cantatrice Pauline Viardot, dont il tombe éperdument amoureux. La jeune femme est mariée, mais leur liaison est tolérée par son époux et leur entourage.
En 1843, il écrit pour le théâtre. Il lui faut attendre une dizaine d'années pour que ses écrits soient publiés. C'est avec les Récits d'un chasseur qu'il acquiert un début de notoriété.
En 1847, Tourgueniev quitte la Russie pour Berlin, afin de se rapprocher de sa bien-aimée. Mais, dans les années 1850, elle s'éloigne de lui. Désabusé, il voyage, puis s'installe de nouveau en Russie.
Il se consacre toujours à l'écriture de récits et de romans dont le thème récurrent est la vie russe.
En 1864, contrarié par les critiques de son pays, il s'expatrie définitivement, à Baden (Allemagne), puis à Bougival (France). Il se lie d'amitié avec Gustave Flaubert, Emile Zola, les frères Goncourt.
Élu vice-président au Congrès international de littérature en 1875, aux côtés de Victor Hugo, il conforte sa notoriété, et reçoit un accueil chaleureux lors d'un retour dans son pays d'origine.

Une biographie un petit peu moins aride sur La République des Lettres..

L'écrivain-académicien français Henri Troyat lui a consacré une bio de 250 pages parue en 1992 chez Flammarion sous le titre Tourgueniev.
Diverses sources

Bibliographie :

Nouvelles
- André Kolosov (1844)
- Les Trois Portraits (1846)
- Un bretteur (1847)
- Le Juif (1847)
- Petouchkov (1847)
- Mémoires d'un chasseur (1847), recueil de nouvelles. Édition définitive et augmentée, en 1874:      
Spoiler:
I. Le Putois et Kalinytch (1847)
      II. Iermolaï et la Meunière (1847)
      III. L'Eau de framboise (1848)
      IV. Le Médecin de campagne (1848)
      V. Mon voisin Radilov (1847)
      VI. L'Odnodvorets Ovsianikov (1847)
      VII. Lgov (1847)
      VIII. Le Pré Béjine (1851)
      IX. Cassien de la belle Métcha (1851)
      X. Le Régisseur (1847)
      XI. Le Bureau (1847)
      XII. Le Loup-garou (1848)
      XIII. Deux gentilshommes campagnards (1852)
      XIV. Lébédiane (1848)
      XV. Tatiana Borissovna et son neveu (1848)
      XVI. La Mort (1848)
      XVII. Les Chanteurs (1850)
      XVIII. Pierre Pétrovitch Karataïev (1847)
      XIX. Le Rendez-vous (1850)
      XX. Le Hamlet du district de Chtchigry (1849)
      XXI. Tchertopkhanov et Nédopiouskine (1849)
      XXII. La Fin de Tchertopkhanov (1872)
      XXIII. Relique vivante (1874)
      XXIV. On vient (1874)
      Conclusion. La Forêt et la steppe (1849)
- Le Journal d'un homme de trop (1850)
- Trois rencontres (1852)
- Moumou (1852),
- Les Eaux tranquilles (1854), parfois intitulée Un coin tranquille, ou encore L'antchar. Version définitive en 1856.
- Deux amis (1854)
- L'Auberge de grand chemin (1855)
- Une correspondance (1856)
- Jacques Passinkov (1856)
- Faust (1856)
- Excursion dans les grands-bois (1856)
- Assia (ou Asya) (1858)
- Premier Amour (1860),
- Apparitions (1864),
- Assez ! (1865)
- Le Chien (1866),
- L'Abandonnée, nouvelle aussi connue sous le titre L'Infortunée (1869)
- Étrange Histoire (1870)
- Un roi Lear des steppes (1870)
- Pounine et Babourine (1874)
- La Montre (1875)
- Un rêve (1877)
- Le Chant de l'amour triomphant (1881)
- Clara Militch (1883), aussi connu sous le titre Après la mort.
- La Caille (1883)
- L'Exécution de Troppmann (1870), publiée dans les Souvenirs sur Tourguéneff, d'Isaac Pavlovsky Savine, 1887.

Romans
- Roudine (1856)
- Nid de gentilhomme (1859)
- À la veille (1860)
- Pères et Fils (1862).
- Fumée (1867)
- Eaux printanières (1871)
- Terres vierges (1877)

Théâtre
- L'Imprudence (1843)
- Sans argent (1846)
- Le fil rompt où il est mince (1848)
- Le Pain d'autrui (1848)
- Le Célibataire (1849)
- Un mois à la campagne, écrite en 1850, créée en 1879.
- La Provinciale
- Le Déjeuner chez le maréchal
- Le Pique-assiette
- Conversation sur la grand-route
- Un soir à Sorrente

Poésie
- Senilia, poèmes en prose - en français dans la collection Orphée, Éditions de la Différence, 1990.

Source wikipedia


Dernière édition par Armor le Mar 8 Jan - 16:16, édité 1 fois (Raison : retouches mise en forme)
Aventin
Aventin

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par Aventin le Lun 7 Jan - 17:53

L'Abandonnée
(NB: parfois intitulée L'Infortunée)
Date de parution 1869

Suivi de:

Jacques Passinkov
Date de parution 1856

Et de:

Andreï Kolosov
Date de parution 1844

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev L_aban10



L'éditeur n'a pas rassemblé ces trois nouvelles tout à fait au hasard il me semble, bien que parues sur vingt-cinq ans, elles ont des correspondances, des points communs.

En préface, l'écrivain et critique littéraire Edmond Jaloux souligne que "chez Tourgueniev l'unité était grande entre l'homme et l'écrivain", ajoutant un peu plus loin, avec audace si ce n'est avec témérité:
"Je crois que Tourgueniev avait très peu d'imagination. Tout ce qu'il a écrit, il l'a certainement vu; (...)"  

J'aime à croire que ce recueil constitue un petit échantillonnage représentatif œuvre-vie...

______________________________________________________________________________________________________________________

L'Abandonnée

Nouvelle (?) à mon avis plutôt court roman, puisque ça "pèse" tout de même ses 185 pages.
Moscou, 1835. Une amitié naît entre deux étudiants, sages jeunes hommes de bonne éducation, de familles aisées.
L'un est le narrateur, Pierre Gavrilovith, l'autre se nomme Alexandre Davidovitch Fustov.
De bon matin, le narrateur est chez son ami Fustov quand fait irruption un certain Ivan Demïanitch Ratsch, la cinquantaine, physique désavantageux, professeur à peu près universel, Tchèque d'origine, germanophone.

Quelques jours après, les deux amis s'en vont chez ce monsieur Ratsch, ce dernier et Alexandre Davidovitch interprètent un peu de musique, Suzanne, fille de Ratsch, fait une apparition et détonne du reste de la nombreuse famille de Ratsch:
La nature essentiellement aristocratique de celle-ci trahissait par mille symptômes je ne sais quelle mélancolie inquiète

Peu de temps après, le fils cadet de Ratsch, Victor, tendance mauvais garçon, joueur, bambocheur et poches-percées, croise la route de nos deux amis.

Il conte à Alexandre Davidovitch on ne sait quelle histoire, se dernier s'enfuit avec précipitation à la campagne. Suzanne paraît, désespérée, à une heure très tardive chez Pierre Gavrilovith, semblant au comble du malheur. Après une scène tout en attitudes sans postures et demi-mots, où elle enjoint Pierre Gavrilovith d'écrire à Alexandre Davidovitch en urgence, elle disparaît dans la nuit glacée et tempétueuse, après avoir remis à Pierre Gavrilovith un cahier...

Le "je" narratif passe à alors à Suzanne, et le procédé littéraire est assez bien troussé, c'est stylistiquement une réussite. Nous entrons alors dans le cœur de la nouvelle (ou roman), ne dévoilons pas...

Ce "je" narratif reviendra au final à Pierre Gavrilovith pour ce qui est, vous l'aurez deviné, un drame.  

Quelques, sinon longueurs, du moins temps faibles peut-être, mon ressenti est que 185 pages, on peut douter que ce soit la distance de prédilection de l'auteur: aussi peuplé de personnages qu'un roman plus long, certains sont restés à l'état esquissé (Michel, le "jeune premier") d'autres à peine crayonnés (la mère de Suzanne) alors que la "matière" promettait...

Tourgueniev joue beaucoup de l'extranéité afin d'obtenir du relief dans les caractères, et aussi dans les relations entre les caractères (remarque valable aussi pour les deux nouvelles ci-dessous), le résultat est plaisant, c'est vraiment réussi.

On peut se demander, dans cet ordre d'idée, si ce que je viens de qualifier de temps faibles ou longueurs n'appartient pas à un même procédé, qui consiste à mettre les faits saillants bien en relief, entourés d'étendues de texte plus aplaties: que le candidat à la lecture de L'Abandonnée soit rassuré, il s'agit d'assez brèves, somme toutes, sautes de rythme -à l'échelle de la nouvelle- que d'intempestives  tartines de remplissage !

Il s'ajoute aujourd'hui et ici ce quasi-exotisme, sociétal, temporal et de mœurs, de la Russie des années 1830, nécessairement imprévu lors de la parution:
L'intérêt en est accru, là où d'autres ouvrages, peut-être portés par un moindre talent, seraient ( et sont, sans nul doute) tombés en désuétude.


______________________________________________________________________________________________________________________

Jacques Passinkov

Une amitié entre deux jeunes hommes toujours, épris de la même jeune fille, qui ouvrira son cœur à un troisième.

La nouvelle commence à Pétersbourg, l'hiver, "le premier jour du carnaval". Le narrateur dîne chez un ami, en compagnie d'un certain Constantin Alexandrovitch Assonov, d'un "petit monsieur aux cheveux blonds, un de ces éternels convives, comme il y en a tant à Pétersbourg, qu'on n'invite jamais et qu'on rencontre partout" , remplaçant au pied levé "un écrivain qui jouissait alors d'une certaine célébrité" (évocation de Lermontov  -cité dans la nouvelle- ?).

Assanov, après boire, se vante d'avoir un oncle éminent en ce sens qu'il est aimé d'une de ses filles, et jette, fanfaron, sur la table une collection de lettres de cette jeune fille: il se trouve que le narrateur la connaît d'autant mieux qu'il croyait, jusqu'à cet instant, en être aimé...

Quant au troisième, Jacques Ivanitch Passinkov, c'est sur son lit de mort qu'il révèlera au narrateur cet amour pour Sophie, la jeune fille en question, amour jamais déclaré, tenu hermétiquement secret...

Cette excellente nouvelle évite tous les écueils du mélo-pathos, ce qui constitue une gageure vu le thème, et permet une évocation, qu'on devine bienveillante et tendre mais sans réelle complaisance, du Romantisme via le personnage de Passinkov.  

______________________________________________________________________________________________________________________


Andreï Kolosov

Celle des trois nouvelles dont le narrateur est le moins identifiable à Tourgueniev lui-même.

Cela commence par:
"Dans un petit salon meublé assez joliment, quelques jeunes gens se trouvaient assis autour de la cheminée. La soirée -une soirée d'hiver- commençait à peine; le samovar bouillait sur la table; (...)"
Intervient un homme petit, pâle, lassé des conversations, qui propose que chaque convive décrive une personne remarquable qu'il a rencontrée.

Le narrateur, qui le restera jusqu'au terme de la nouvelle, raconte alors son amitié pour un certain Andreï Kolosov, amitié qu'il a recherchée, puis le fait de tomber amoureux de la bonne amie de ce dernier, dès que celui-ci eut rompu, mais...

On ne voit pas très bien excepté un trait ou deux, surlignés d'abondance au reste, ce qu'il y a de remarquable en Kolosov: nouvelle qui détonne un peu, en-deça des deux précédentes, du moins est-ce mon ressenti.


mots-clés : #nouvelle #xixesiecle
Aventin
Aventin

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par ArenSor le Lun 7 Jan - 18:53

Des éternités que je dois lire les "Mémoires d'un chasseur" ; occasion de les faire remonter dans la PAL Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 1953
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par Arturo le Lun 7 Jan - 19:11

Merci pour le fil.

@ArenSor a écrit:Des éternités que je dois lire les "Mémoires d'un chasseur" ; occasion de les faire remonter dans la PAL Very Happy
+1, j'ai aussi Eaux printanières.

Je n'ai rien lu de l'auteur depuis Premier amour, et ça date de mes années lycée ... Rolling Eyes
Arturo
Arturo

Messages : 2969
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par Quasimodo le Lun 7 Jan - 20:09

@Arturo a écrit:Je n'ai rien lu de l'auteur depuis Premier amour, et ça date de mes années lycée ... Rolling Eyes
Pareil…

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3059
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par Tristram le Lun 7 Jan - 21:28

« Quelque part, très loin, une petite feuille immobile prolonge un rameau effilé sur un lambeau d’azur ; à côté, une autre s’agite d’un mouvement qui semble spontané et rappelle le jeu d’une nageoire. Pareils à de féeriques îles sous-marines, de blancs nuages voguent et disparaissent lentement. Et soudain, cette mer, cet éther radieux, ces feuilles et ces branches inondées de soleil, tout ruisselle, tout frissonne d’un éclat fugitif ; un bruissement frais s’élève, semblable au léger clapotis d’une houle subite. »
Ivan Tourgueniev, « Mémoires d’un chasseur », IX
Veinards aux belles heures de lecture devant eux !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par églantine le Lun 7 Jan - 21:53

@Quasimodo a écrit:
@Arturo a écrit:Je n'ai rien lu de l'auteur depuis Premier amour, et ça date de mes années lycée ... Rolling Eyes
Pareil…
Idem . Inutile de vous dire que ça date .Misère . Rolling Eyes
églantine
églantine

Messages : 4192
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par Tristram le Lun 7 Jan - 21:59

Moi je ne m'en souviens même pas de mon premier amour, alors, ma première lecture...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par Bédoulène le Mar 8 Jan - 0:01

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev 1390083676

moi aussi c'est loin, loin...............

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12392
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par bix_229 le Mar 8 Jan - 16:00

Tourgueniev est un auteur russe mineur. Ceci dit sans que le terme soit péjoratif.
Mais il a laissé de très bons livres comme Mémoires d'un chasseur ou Journal d'un
homme de trop.
bix_229
bix_229

Messages : 10251
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par Aventin le Mar 8 Jan - 21:22

Et bien tu vois Bix, à l'aune des deux premières nouvelles ci-dessus, bien fraîches dans ma mémoire (la troisième est une nouvelle de commençant -histoire de ne pas dire débutant, je ne l'ai pas dit en commentaire mais au vu des dates vous l'avez compris-), je tiens Tourgueniev pour un fort nouvelliste, avec une technicité d'écriture, couplée à un style littéraire identifiable, loin d'être de second plan.
Aventin
Aventin

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par bix_229 le Mar 8 Jan - 21:56

C'est exact, Tourgeniev est un excellent nouvelliste. C'est sa force et sa limite
si on le compare aux Gogol, Dostoievski, Pouchkine, Tolstoi.
Il manque de souffle et de passion extreme.
En revanche, il a le sens de la nuance et il est beaucoup plus familier qu'eux
et sa maitrise est parfaite, sa délicatesse surprenante.
Il n'est pas abstrait et il a le sens de la vie et de l'art.
Il a eu le tort de s'avancer sur le terrain politque et Pères et fils est un plantage.
Connaissait-il cette Russie qu'il avait quitté tot et longtemps ?
Il le croyait.
Il reste à déouvrir.
bix_229
bix_229

Messages : 10251
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev Empty Re: Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains Russes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum