Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

-56%
Le deal à ne pas rater :
Figurines Funko POP TV SQUID GAME à 6,99€
6.99 € 15.99 €
Voir le deal

Abdulrazak Gurnah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Abdulrazak Gurnah

Message par topocl Ven 30 Sep - 15:26

Abdulrazak Gurnah

Abdulrazak Gurnah Gurnah10


Abdulrazak Gurnah, né le 20 décembre 1948 à Zanzibar, est un romancier tanzanien écrivant en anglais et vivant au Royaume-Uni.
 
Gurnah doit fuir son pays quand il a 18 ans car il appartient à la communauté persécutée de Zanzibariens d'origine arabe. Il part pour la Grande-Bretagne, et y devient étudiant, en 1968.
De 1980 à 1982, il enseigne à l'université Bayero de Kano au Nigeria. Il rejoint ensuite l'université du Kent, où il obtient son doctorat en 1982. Il y était professeur et directeur des études supérieures au sein du département d'anglais jusqu'à son départ à la retraite. Son principal intérêt académique est l'écriture postcoloniale et les discours associés au colonialisme, en particulier en ce qui concerne l'Afrique, les Caraïbes et l'Inde.

En 2021, il reçoit le prix Nobel de littérature pour son œuvre mettant en lumière le colonialisme et, selon le comité Nobel pour « son récit empathique et sans compromis des effets du colonialisme et le destin des réfugiés pris entre les cultures et les continents ».

Œuvres

   • Memory of Departure (1987)
   • Pilgrims Way (1988),
   • Dottie (1990)
   • Paradise (1994) - traduit en français sous le titre Paradis par Anne-Cécile Padoux, Denoël, Paris, 1995
   • Admiring Silence (1996)
   • By the Sea (2001) - traduit en français sous le titre Près de la mer par Sylvette Gleize, Paris, Éditions Galaade, 2006,
   • Desertion (2005) - traduit en français sous le titre Adieu Zanzibar par Sylvette Gleize, Paris, Éditions Galaade, 2009,
   • The Last Gift (2011)
   • Gravel Heart (2017)
   • Afterlives (2020)

Comme éditeur scientifique

   • The Cambridge Companion to Salman Rushdie (2007)

merci à Wikipedia

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 8085
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 62
Localisation : Roanne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par topocl Dim 2 Oct - 15:42

Abdulrazak Gurnah 41w1e910

Adieu Zanzibar

A la fin du XIXème siècle, un Anglais épuisé arrive à Zanzibar en Tanzanie, s’effondre et est recueilli par un épicier bienveillant. Dans cette société aux nombreux carcans de tradition, où Anglais et locaux vivent dans deux cercles bien séparés, on ne sait comment naît une idylle réprouvée entre cet homme et l’austère sœur de l’épicier.

Et la réprobation restera comme un sceau sur cette famille, dont les conséquences se font encore sentir dans les années 50, à la veille de l’indépendance du pays, et marquera profondément la vie de la famille du narrateur.

Amours réprouvées, exil, fractures générationnelles ne sont que le reflet de la grande Histoire marquée par l’ostracisme, et qui marque de son sceau les destins individuels.

C’est un remarquable roman, plein de noblesse, avec une grand intelligence narrative, et qui est tout à fait à la hauteur de son ambition : parler de l’humain  à travers un siècle d’histoire, porter une attention bienveillante à chacun de ses personnages, ses faiblesses, sa bonté, ses souffrances.

Je ne peux que remercier le jury du Prix Nobel qui m’a permis cette  très belle découverte.

\Mots-clés : #amour #colonisation #exil


Dernière édition par topocl le Lun 3 Oct - 21:24, édité 1 fois

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 8085
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 62
Localisation : Roanne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par Bédoulène Lun 3 Oct - 14:31

merci topocl, je note à découvrir aussi

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19619
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par ArenSor Lun 3 Oct - 16:24

Tentant ! un Nobel très peu connu en France cet Abdulrazak Gurnah.
ArenSor
ArenSor

Messages : 3102
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Rue du Nadir-aux-Pommes

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par topocl Lun 3 Oct - 21:25

Je vais surement essayer les autres, cette lecture m'a enchantée.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 8085
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 62
Localisation : Roanne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par Tristram Ven 18 Nov - 13:40

Paradis

Abdulrazak Gurnah Paradi10

Yusuf, douze ans, est rehani, c'est-à-dire mis en gage par son père pour payer ses dettes au seyyid ("seigneur", titre honorifique des notables musulmans) Aziz, un important marchand (et trafiquant). Le jeune Mswahili de l’hinterland tanzanien est emmené par son « Oncle » sur la côte, où il travaille avec Khalil, son aîné dans la même situation ; il est attiré par le jardin clos de son maître.
Emmené dans une expédition commerciale chez les « sauvages », Yusuf, qui est beau et a dorénavant seize ans, échappe à Mohammed Abdalla, le mnyapara wa safari, guide « sodomite », en étant laissé chez le marchand Hamid, qui l’emmène dans la montagne (apparemment chez les Masaïs). L’année suivante, Yusuf est de l’expédition qui traverse le lac Tanganyika jusqu’aux Manyema (des Bantous du Congo), une sorte d’enfer aux « portes de flammes », et l’éprouvant voyage (initiatique) tourne au désastre ; il se révèle courageux, quoique hanté par des cauchemars.
De retour, il rencontre la Maîtresse, marquée par une tache sur le visage dont elle croit Yusuf, « béni », capable de l’en débarrasser ; elle est mentalement dérangée, et entreprenante ; il tombe amoureux de sa jeune servante, Amina, la sœur de Khalil (en fait une enfant raptée recueillie par son père et la seconde épouse d’Aziz, une rehani elle aussi). Il suivra finalement les askaris allemands comme la guerre éclate contre l’Angleterre.

L’esclavage existe depuis les premières incursions arabes, et même avant ; il est subi partout. Mzi Hamdani, le vieux jardinier taciturne plongé dans ses prières, est un esclave libéré par la Maîtresse lorsque la loi interdit l’esclavage, mais qui resta à son service ; il considère que personne n’a le pouvoir de prendre la liberté de quelqu’un d’autre, et donc de la lui rendre.
Le colonialisme européen constitue une toile de fond omniprésente, et croissante.
« Nous sommes des animaux pour eux, et il nous faudra longtemps pour les faire changer d’avis. Vous savez pourquoi ils sont si forts ? Parce que, depuis des siècles, ils exploitent le monde entier. »

« Nous allons tout perdre, et aussi notre manière de vivre. Les jeunes seront les grands perdants : il viendra un jour où les Européens les feront cracher sur tout ce que nous savons, et les obligeront à réciter leurs lois et leur histoire du monde comme si c’était la Parole sacrée. Quand, un jour, ils écriront sur nous, que diront-ils ? Que nous avions des esclaves… »
Ce qui m’a frappé, c’est le melting pot, Indiens, Arabes, Européens, sans compter les gens du cru, et les différentes ethnies de l’intérieur ; de même le pot-pourri des croyances. Syncrétisme ou opportunisme, l’islam est mêlé dans les affaires et les salamalecs, les rapports à l’alcool et l’herbe, derrière les plaisanteries scabreuses et les cruautés ; par contre, Hussein « l’ermite de Zanzibar » et même Aziz (personnage difficile à cerner) apparaissent comme des musulmans sincères, humains – et sagaces. La Bible semble constituer un socle commun (sur un fond de superstitions antérieures toujours vives) ; l’islam est abrahamique, et même un Sikh (pourquoi la majuscule ?) évoque (un) Noé. Gog et Magog reviennent souvent (désignant apparemment les païens, infidèles et autres chiens poilus), et Yusuf renvoie au Joseph tant hébraïque que coranique, vendu en esclavage. L’évocation du jardin d’Éden se présente fréquemment.
Le style est simple et rend la lecture fort aisée ; par ailleurs les péripéties de l’existence de Yusuf sont passionnantes.
N’étant pas familier de l’Afrique de l’Est et en l’absence de notes explicatives j’ai eu des difficultés à me retrouver entre les termes non traduits et l’histoire-géographie (présence coloniale omanaise, allemande, anglaise) ; c’est dommage, d’autant que les renseignements sont peu accessibles en ligne tant sur le livre que sur la région ; ainsi, l’aigle allemande, mais encore ? :
« À la gare, Yusuf vit qu’en plus du drapeau jaune orné du redoutable oiseau noir, il y en avait un autre où figurait une croix noire bordée d’argent. »
Abandon, exil, servitude, toute une misère humaine, intriquée en situations sociales inextricables, selon les lois du commerce.

\Mots-clés : #aventure #colonisation #discrimination #esclavage #exil #famille #initiatique #misere #religion #segregation #voyage

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14716
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par Bédoulène Ven 18 Nov - 14:05

ça risque de ma plaire, merci Tristram

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19619
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par Tristram Ven 18 Nov - 14:47

Ça peut très bien, Bédoulène ; et en plus ce n'est pas manichéen du tout, c'est peut-être même son principal apport !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14716
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par Quasimodo Ven 18 Nov - 15:24

Quel commentaire ! Dire que j'ai encore failli l'acheter ce matin... En tout cas je le lirai, ça ne fait aucun doute.
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 5390
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 27

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par Tristram Ven 18 Nov - 15:46

Je pense aussi que ça devrait t'intéresser !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14716
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par Dreep Sam 19 Nov - 18:32

Moi aussi ça fait un bon moment que je tourne autour de Gurnah, j'ai son Paradis et ce vous dites m'intrigue d'autant plus !
Dreep
Dreep

Messages : 1411
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 30

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par Tristram Sam 19 Nov - 19:50

Super : vas-y Dreep !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14716
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 66
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdulrazak Gurnah Empty Re: Abdulrazak Gurnah

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Afrique et de l'Océan Indien


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum